AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
The vanishing girl tome 1 sur 2

Annaïg Houesnard (Traducteur)
EAN : 9781503938014
342 pages
AmazonCrossing (21/03/2017)
3.88/5   133 notes
Résumé :
Chaque nuit, après s’être endormie, Ember Pierce disparaît. Elle peut alors se téléporter n’importe où : à l’étranger dans une ville inconnue ou dans la chambre d’un garçon qui la fait craquer. Après dix minutes, son temps écoulé, elle retourne dans son lit. C’est un secret qu’elle a réussi à conserver pendant ces cinq dernières années. Mais, maintenant, quelqu’un d’autre est au courant.
Une semaine après son dix-huitième anniversaire, un garçon superbe, Cade... >Voir plus
Que lire après The vanishing girl, tome 1Voir plus
The Kricket Series, tome 1 : Sous d'autres étoiles par Bartol

The Kricket Series

Amy A. Bartol

3.50★ (95)

3 tomes

Pivot Point par West

Pivot Point

Kasie West

4.18★ (41)

Indésirable, tome 1 par Jordan

Indésirable

Sophie Jordan

4.00★ (74)

2 tomes

Manipulation, tome 1 : Les corbeaux par Lemaître

Manipulation

Juliette Lemaître

3.70★ (78)

2 tomes

Critiques, Analyses et Avis (88) Voir plus Ajouter une critique
3,88

sur 133 notes
5
32 avis
4
24 avis
3
10 avis
2
9 avis
1
0 avis
Il m'arrive peu souvent de lire de la littérature jeunesse / jeune adulte. Je compte pourtant plusieurs titres parmi mes livres fétiches ( la saga des Harry Potter, certains classiques, des contes ou encore La voleuse de livres de M. Zusak). J'ai lu « The Vanishing Girl » dans le cadre d'une lecture commune du forum Sur les Ailes d' Un Livre. Vite lu et sans doute vite oublié, il n'est pas mauvais sans être inoubliable, répond à tous les critères du genre et conviendra sans doute aux amateurs. C'est juste que moi je n'ai pas été téléportée.. euh pardon... je voulais dire transportée. ;-)

L'histoire en quelques lignes : Ember est une jeune femme de 18 ans dotée du don de téléportation. Chaque nuit, une fois endormie, elle se téléporte, dans la maison du voisin ou de l'autre côté de la planète, pour réapparaître chez elle 10 minutes plus tard. Bientôt rattrapée par l'organisation gouvernementale à l'origine de son don, enfermée dans une base secrète avec d'autres jeunes, elle comprend que son don est une arme et qu'elle va devoir participer à de dangereuses missions avec son séduisant partenaire Caden.

Une base secrète, des missions d'espionnage menées par des jeunes adultes modifiés génétiquement, des mystères, de l'action, du danger et une histoire d'amour, tous les ingrédients sont là. le rythme est soutenu, l'intrigue bien présente. L'histoire repose sur le duo Ember-Caden, les personnages secondaires sont volontairement peu travaillés. Bref de l'action, de la violence et un peu de sexe. le style n'est pas désagréable même s'il manque un peu de profondeur - un style plus riche n'est pourtant pas antinomique du genre mais passons... J'ai bien aimé la forte personnalité d'Ember, sa soif de comprendre, sa détermination et bien sûr ce qui fait sa spécificité au sein des téléporteurs : son esprit de rébellion. Mais l'histoire manque d'épaisseur, beaucoup d'éléments sont survolés, j'ai eu l'impression de faire un sprint dans les couloirs de la base puis d'être éjectée du livre via le cliffhanger final. Moi, j'aurais aimé visiter la base secrète... J'ai même noté plusieurs invraisemblances dans la construction de l'intrigue (les e-mails  filtrés ou pas, l'arrivée des téléporteurs sur les lieux de mission avec tout l'équipement - pourquoi arriver équipés et réapparaître nus ? ), des raccourcis assez dommageables (en ce qui concerne la génétique par exemple).

En résumé, j'ai aimé l'intrigue et moins la narration. Ce roman répondra sans aucun doute aux attentes des amateurs de fantasy – Young Adult. Si vous en faites partie, foncez découvrir Ember sinon passez votre chemin.

Ma note : 3,5 sur 5
Commenter  J’apprécie          150
Merci à masse critique et aux éditions amazoncrossing (que je découvre) pour cette découverte !
C'est une bonne surprise pour moi ,le résumé m'avait intrigué ,je me demandais à quoi ça servait de pouvoir se téléporter n'importe-où (mais sans choisir) pendant seulement 10 min. Mais quand Ember doit travailler de force pour le gouvernement ,on comprend tout de suite mieux l'intérêt d'un tel pouvoir . Enfermé dans un camp d'entrainement ,Ember ne pense qu'à fuir ,d'autant plus qu'elle apprend quelques secrets qu'on lui cache .
Je suis conquise par le thème du roman ,le rythme et la tension sont bien équilibrés et les personnages ,bien qu'un peu caricaturaux ,sont attachants . La seule chose qui m'a un peu gêné ,c'est les scènes de sexe parce que dans ce genre de livre on a pas besoin d'avoir tous les détails .Lors de ces moments là ,j'avais l'impression de lire un de ces innombrables romans érotiques . Mis à part ça ,je suis conquise et j'ai maintenant très envie de lire le tome 2 ,d'autant plus que la fin assez violente nous laisse sur notre faim ;)
Commenter  J’apprécie          150
Attirée par la couverture et le résumé, je n'ai pas résisté bien longtemps avant de me plonger dans The vanishing girl. Seulement – et je ne vais pas tourner autour du pot – la lecture de ce roman s'est révélée être une source d'agacement à plus d'un égard, malgré une intrigue principale plus que prometteuse.

Nous faisons la connaissance d'Ember, une jeune fille sans problème, qui vit une existence des plus simples, comme toute jeune adulte de son âge. Mais Ember a un secret : toutes les nuits, elle se téléporte durant les 10 premières minutes de son sommeil n'importe où dans le monde. Un jour, tout bascule et elle découvre qu'elle est le résultat d'une expérience génétique gouvernementale et que ce même gouvernement la recherche pour en faire une arme vivante. Ember intègre donc à contrecoeur le programme qu'on lui impose, mais si elle ne brûle que de rentrer chez elle et retrouver ses parents, elle se heurte néanmoins à l'attraction féroce qu'elle ressent pour le partenaire qui lui a été attribué : Caden.

Un pouvoir singulier, des manipulations génétiques, un programme américain top secret qui transforme de jeunes adultes en espions… l'idée était géniale et m'emballait énormément. Hélas, ce n'est pas tout à fait ce que j'ai trouvé en commençant ce roman, et je suis allée de désillusion en désillusion.

Commençons par les points positifs qui, à mon sens, rendent le livre riche en potentiel. le concept de base, qui consiste à voyager durant les 10 premières minutes de son sommeil, m'a vraiment plu. Je l'ai trouvé original, car il ouvre le champ des possibles et peut amener à des situations assez tordues. Couplé aux diverses missions d'espionnage et à un entraînement intensif, ça donne envie de se plonger dedans et de découvrir tout ce que cela implique. Pour être parfaitement honnête, ce sont les scènes qui m'ont le plus séduite.

Toutefois, le fait d'avoir une excellente idée ne suffit pas. Tout ce qui s'articule autour de l'intrigue initiale doit également tenir la route ; ici, ce n'était pas le cas. Et ça m'ennuie de le dire, mais si certains aspects de l'histoire m'ont paru trop communs, d'autres m'ont proprement choquée.

Sur le site de Michel Lafon, le roman vise les 12 ans et +. Seulement, on peut trouver à plusieurs reprises des scènes très suggestives, des allusions sexuelles avec un vocabulaire cru, ce que l'on rencontre le plus souvent dans les romans classés érotiques. J'ai du mal à imaginer un enfant de 12 ans lire pareille histoire alors que les scènes de sexe sont décrites sans ambages et que l'héroïne a une fâcheuse tendance à se retrouver nue comme un ver la majeure partie du temps. Rien sur la couverture ou le résumé ne laisse entendre que ce roman n'est pas destiné à un jeune public. L'érotisme est-il entré dans une telle normalité qu'on n'en fait plus mention pour protéger la jeunesse ? Ou bien suis-je un peu trop vieux jeu ?

D'un point de vue plus subjectif, je n'ai pas adhéré dès les premières lignes. La vie d'Ember bascule trop vite à mon goût, certains détails sont traités par-dessus la jambe. On ne sait rien d'elle ni de sa famille, car les premières scènes sont trop courtes pour se faire une idée générale. Les réactions de ses parents ne sont pas crédibles, pas plus que les siennes.

J'ai également été gênée par le mélange des styles qui, à mon sens, ne s'accordent pas très bien ensemble. L'intrigue est plutôt Young-Adult, mais saupoudrée d'une touche vulgaire qui se veut désopilante. Hélas, je ne suis pas sensible à ce type d'humour.

Il y a des clichés que je n'apprécie plus de voir dans les romans jeunesse-YA. de petites choses qui ont une fâcheuse tendance à me faire lever les yeux au ciel. le fait par exemple que Caden ne se définisse que par son physique. Et c'est directement lié aux réactions d'Ember à son encontre, parfois à la limite de l'absurde. Un exemple tout simple : Ember joue sa vie en décidant de s'enfuir avant que le gouvernement ne lui mette la main dessus. Elle trouve tout de même le temps de se pâmer devant celui qui l'a rattrapée et de noter à quel point il est « beau gosse ». Ou plus simple encore : le fait que Caden l'appelle « princesse ». A-t-on déjà vu plus cliché dans l'histoire du cliché ?

Concernant la romance (assez convenue, il faut dire), j'ai été interpellée par quelque chose de plus grave sur le plan moral. En cherchant à faire du rentre-dedans, Caden en devient très lourd, à la limite du harcèlement sexuel. le plus étonnant là-dedans est qu'Ember ne réagit qu'avec ses hormones. Donc ça semble admis, justifié. J'en viens à me demander si cette forme de « drague lourde » est encouragée par l'auteur ou pas, en sachant que ça ne choque même pas les intéressés. Pour un roman destiné à la jeunesse, avec des lecteurs qui n'ont pas fini de se construire sur le plan amoureux, je ne trouve pas que ce soit un très bon exemple à donner.

Et Ember n'en a pas fini de me démoraliser avec ses réactions. Pour une personne qui est maintenant la propriété du gouvernement américain, elle oublie très vite ses parents et sa meilleure amie pour les beaux yeux perçants et ténébreux de Caden. Je trouve également qu'elle ne pose pas les bonnes questions. Elle est méfiante, mais pas assez. Elle ne s'interroge jamais en profondeur, malgré le fait qu'elle affirme se méfier de tout et de tout le monde. Exemple : une fois arrivée au QG du programme, elle écrit un mail explicatif à ses parents pour leur expliquer ce qu'elle fait et comment elle va. Elle semble s'étonner de ne pas recevoir de réponse, pas plus qu'elle ne se méfie en faisant des recherches internet sur son ordinateur portable. Elle ne réfléchit jamais plus avant. Ainsi, ses négligences ne font que mettre en lumière ce qu'il va se passer par la suite. Il en devient assez facile de deviner ce qui l'attend au bout du compte.

En résumé, ça me peine de le dire, mais The vanishing girl est une déception. Si l'histoire repose sur des bases intéressantes et prometteuses, l'auteur a choisi de donner la part belle à la romance et aux scènes érotiques, pour une histoire initialement classée jeunesse. La plume de Laura Thalassa est loin d'être déplaisante, mais je n'ai pas aimé sa manière de raconter l'histoire d'Ember, peu crédible, mal approfondie à bien des niveaux et capillotractée. Pour la suite de l'aventure, j'ai bien peur que ce soit sans moi.


Lien : https://april-the-seven.weeb..
Commenter  J’apprécie          30
J'ai entendu beaucoup de bien sur ce livre. Et beaucoup de louanges et d'exultations dû aux sentiments qu'il fait ressentir. Je regrette vraiment ne pas partager l'avis de ces personnes, car au moins, mes heures passées à lire m'auraient paru rentables et bénéfiques.

Le résumé avait l'air pas mal. Des personnes qui se téléportent, ça aurait été ma première lecture de ce genre si ma mémoire est bonne. Mais hélas, je n'ai pas réussi à être transporté par l'écriture de l'auteur qui, bien que correcte, ne me faisait strictement rien ressentir. Et cela valait aussi bien pour les scène de tensions, d'angoisse ou de romances. Parlons-en d'ailleurs de cette romance. Tout roule comme sur des roulettes. A tel point que c'en est décevant. La soi-disant froideur d'Ember a fondu plus rapidement qu'une glace au soleil de 56° C. Et cette manie à vouloir mettre les personnages à poil dès le départ...et constamment...tout cela m'échappe. 68% du livre est composé de ça. Si encore ça créait une émotion, mais nop...Rien.

Pour les moments d'actions, j'ai trouvé pas mal de parties ultra clichées. Certaines scènes avaient carrément l'air d'être découpées d'un film puis collées dans le livre et ce n'était pas top-top vu mes grimaces.

Le scénario est très prévisible, ce qui a accru mon ennui. Pas de suspense, pas d'envie de connaitre la suite, j'avais hâte de finir le livre pour passer à autre chose.

Côté personnage, on a le mec parfait arrogant, la rivale furieuse qui s'enflamme toute seule et une "héroïne" terne et naïve à souhait. Les questions qu'elles posaient....franchement. Elle m'a paru vraiment sotte, surtout au vu de ses agissements. Elle semblait tout le temps oublier où elle était et faisait clairement des trucs qui lui vaudraient des ennuis sans s'en rendre compte compte avant d'être devant le fait accompli.

Exemples ? Allons-y : Pour tous ces exemples et bien plus, j'ai été indifférente à cette héroïne et à son histoire. J'ai bien trop levé les yeux au ciel pour l'apprécier. Je n'apprécie personne en fait. Les autres personnages sont des figurants juste pour faire genre qu'il y en a d'autres. Caden sort des disquettes valant leur pesant d'or de cliché et voilà quoi, tout le reste est fade et creux.

J'ai l'impression aussi que tout est surestimé dans cette histoire. Que ce soit les compétences d'Ember ou encore les situations dans lesquels ils sont. Et puis, malheureusement, quand l'auteur essaye de créer une "phrase fatal" pour faire choc, ça fait chou blanc. Un très gros chou blanc.

Bref. J'avais quelques étranglements de rire nerveux tant j'étais surprise par les clichées mais en rien par amour des blagues pouvant se trouver dans le livre.

Pour conclure, le livre n'est pas horrible en soi mais il n'avait pas ce qu'il fallait pour me donner un petit coup d'intérêt. Les histoires sans chamboulement que je ne vois pas venir me déplaise vraiment. Même la fin ne m'a pas surprise...quelle tristesse ! C'est vraiment regrettable car ça aurait peut-être remonté mon intérêt mais en tout cas, il est clair et net que je ne lirai pas le tome 2.
Commenter  J’apprécie          20
Chaque nuit, Ember Pierce disparaît. Elle a la capacité de pouvoir se téléporter dix minutes pendant son sommeil. Elle se retrouve à l'autre bout du monde ou dans la maison du voisin et doit vivre avec ce secret. Pour son dix-huitième anniversaire, une marque étrange apparaît sur son épaule après avoir été téléportée. Elle décide de cacher cette marque par un tatouage, au risque de s'attirer les foudres de ses parents. C'est également pour ses dix-huit ans, qu'un jeune homme séduisant la capture pour la livrer au gouvernement. Transférée dans un camp d'entraînement secret, elle apprend qu'elle n'est pas seule à avoir cette faculté et qu'elle doit désormais s'entraîner et partir en mission pour le gouvernement, accompagnée de son binôme qui n'est autre que l'homme qui l'a capturée.

On nous promet de l'action, du fantastique… et je ne m'attendais pas du tout à avoir une romance (quelle naïve je fais parfois.) D'ailleurs, cette romance, on l'aime ou on ne l'aime pas, personnellement je n'ai pas trouvé qu'il s'agissait d'un point fort du livre. Les états d'âme des deux protagonistes engendrent parfois des longueurs et j'avais un petit démon sur mon épaule me hurlant « on s'en fiche, vite, à la baston !! » qui a été difficile de faire taire.

Heureusement, l'intrigue est bien ficelée et l'on veut en savoir toujours plus sur le projet Prométhée et ses téléporteurs. Les frontières se brouillent entre les bons et les méchants et l'on se retrouve aussi perdue d'Ember à vouloir découvrir la vérité.

Globalement, le rythme est constant, il n'y a pas un chapitre où l'on s'ennuie et ce premier tome pose de nombreuses questions et il faudra attendre les tomes suivants pour connaître le fin mot de l'histoire. Parlons-en, d'ailleurs, de la fin de ce premier tome. Comme beaucoup de saga, la fin du livre est synonyme de cliffhanger. On se retrouve le nez sur la quatrième de couverture à se demander pourquoi le monde est si injuste avec nous et pourquoi la suite n'est pas encore sortie (pour les petits fûtés, le tome 2 est déjà paru en version originale !). Je ne raffole pas de ce procédé narratif qui consiste à laisser le lecteur à bout de souffle au bord d'une page en lui soufflant gentiment à l'oreille « t'inquiète, la suite arrive….mouhahaha », d'autant que dans le cas The Vanishing Girl, on le sent arriver 100 pages avant la fin… néanmoins, bien qu'étant prévisible, c'est toujours aussi frustrant de se retrouver le bec dans l'eau à la fin d'un livre.

Comme je vous l'ai annoncé au début de cet article, la romance ne m'a fait ni chaud ni froid (plutôt froid même d'ailleurs.) mais je pense que le problème vient avant tout des personnages. Ember reste au fond une ado stéréotypée (qui pense soit à l'amour, soit à sa survie, en mode binaire jour et nuit) et ses réactions manquent un peu de sens logique parfois, d'autant qu'on nous la vend comme étant très intelligente justement. Caden, son binôme, sert uniquement à lui faire tourner la tête. En règle général dans ce roman, tout le monde est absolument époustouflant de beauté : du muscle saillant et des courbes à te donner le vertige, en veux-tu en voilà, olalala c'est chaud -et c'est ch*ant.
Le surnom agaçant, la pseudo-rivalité, la séduction en carton et le désir naissant… Pour moi, c'est du réchauffé sur toute la ligne. Il suffit de copier/coller ces quelques lignes dans n'importe quel roman ado/YA, on change les prénoms et c'est reparti pour un tour. Oui, je suis peut-être un peu dure, mais ça m'a agacée de lire ça.
En bref, le concept de base de l'histoire est vraiment bon mais l'application se termine par un petit flop au fil des pages. Par simple curiosité, je lirai le tome 2 pour voir l'évolution de l'écriture et guetter la tournure des événements.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Chapitre 4 :
" - Tu n'es pas un officier de police, déclarai-je.
Il sourit.
- Non, en effet.
Mon cœur fit un bon dans ma poitrine.
- Tu travailles pour le gouvernement ?
Son sourire se fit rusé.
- On pourrait dire ça.
- Donc tu es venu avec ces agents pour me capturer ?
Il releva une jambe pour n'avoir plus qu'un genou à terre et laissa pendre son bras pardessus.
- Je ne suis pas venu avec eux, mais je travaille avec eux. (Il s'exprima sur un ton délibérément nonchalant pour poursuivre.) Et quand il m'ont dit qu'ils avaient trouvé ma paire, j'ai demandé à être sur place pour t'emmener.
Paire ?
Il me parcourut rapidement du regard.
- Je dois dire que tu ne m'as pas déçu. Pas du tout.
Je fus étrangement tentée de rougir à ces paroles.
Il se leva et consulta sa montre.
- On dirait que notre temps est presque écoulé, princesse.
- Arrête de m'appeler comme ça.
Une étincelle malicieuse s'allume dans ses yeux.
- Mais c'est tellement drôle de te mettre en rogne.
Voyant que je lui lançais un regard mauvais, il soupira comme si sa vie était un véritable calvaire.
- On se voit ce soir, Ember.
Il connaissait mon nom. Je haussai les sourcils, en ignorant la façon dont ma peau s'échauffait.
Sa montre bipa à deux reprises, et il disparut."
Commenter  J’apprécie          40
Il est à toi, dit-il en plaquant ma main plus fort contre sa poitrine. Et je ne le donne pas à la légère. (Le regard qu’il posa sur moi mit son âme à nu.) J’aime tout de toi, Ember : la fille belle et féroce sur laquelle j’ai posé les yeux pour la première fois, la fille fougueuse qui m’a donné un coup de poing au visage quand j’ai arraché les draps de son lit, la fille repentante que j’ai trouvée recroquevillée dans la douche, la fille curieuse qui a douté de la culpabilité d’un homme recherché, la fille courageuse qui m’a plaqué à terre quand elle a vu une arme, et la fille secrète qui pense devoir porter le monde sur ses épaules. Ember, il n’y a pas de roses sans épines. Et je veux tout avoir : je veux tes secrets, ton inquiétude, ton chagrin. Je t’aime. Tu n’es pas seule dans cette vie. 
Commenter  J’apprécie          10
— Parfois je me demande quelle part de moi il y a en toi, dit-elle.
Ce n’était pas la première fois qu’elle me disait une chose pareille, mais ce n’était pas plus facile à entendre pour autant. Cependant, le pire n’était pas que je brisais davantage le cœur de ma mère à chaque fois qu’elle le prononçait. Non, le pire était ce rappel que, parfois, quand je me regardais dans le miroir, je n’étais même pas certaine de connaître la fille qui me rendait mon regard.
Commenter  J’apprécie          20
Il se leva et consulta sa montre.
- On dirait que notre temps est presque écoulé, princesse.
- Arrête de m'appeler comme ça.
Une étincelle malicieuse s'alluma dans ses yeux.
- Mais c'est tellement drôle de te mettre en rogne.
Voyant que je lui lançais un regard mauvais, il soupira comme si sa vie était un véritable calvaire.
- On se voit ce soir, Ember.
Il connaissait mon nom. Je haussai les sourcils, en ignorant la façon dont ma peau s'échauffait.
Sa montre bipa à deux reprises, et il disparut.
Commenter  J’apprécie          00
J'aime tout de toi, Ember : la fille belle et féroce sur laquelle j'ai posé les yeux pour la première fois, la fille fougueuse qui m'a donné un coup de poing au visage quand j'ai arraché les draps de son lit, la fille repentante que j'ai trouvée recroquevillée dans la douche, la fille curieuse qui a douté de la culpabilité d'un homme recherché, la fille courageuse qui m'a plaqué à terre dans elle a vu une arme, et la fille secrète qui pense devoir porter le monde sur ses épaules.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : téléportationVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (313) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4758 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..