AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur L'impasse (9)

manU17
manU17   25 mars 2017
L’apparente tranquillité familiale des Pelissier laissait place à des nuances de clair-obscur à mesure que les dépositions s’accumulaient.
Commenter  J’apprécie          140
manU17
manU17   17 mars 2017
Isabelle se rapprocha de David et chuchota :
« En plus, il nous colle tous les immigrés ! Bientôt, il va y avoir plus que ça ici !
– Pourtant ton père est né en Pologne ? » rétorqua David.
Elle se ravisa immédiatement.
« Mais je ne parlais pas de nous ! Enfin… Je ne parlais pas non plus des gens comme ta fille ! fit-elle, gênée. Y’en a certains qui sont bien !
– Pas de problème ! répliqua David, désabusé. De toute façon, la mère d’Annabelle n’est pas immigrée. Elle est française de souche puisqu’elle est antillaise. »
Cette évidence jeta un froid dans le salon.
Commenter  J’apprécie          130
manU17
manU17   13 février 2017
– Et pour samedi ? fit Pascal dont la voix ne trahissait nullement la profonde inquiétude. On maintient l’annonce de ma candidature malgré tout ?
– On ne change rien ! Si l’on s’y prend bien, ce meurtre est une belle occasion d’illustrer le volet sécuritaire de notre programme. Avec la gentillesse de votre épouse, le lien de votre mère avec la mine et cet assassinat commis sous vos fenêtres, vous allez provoquer un mouvement de sympathie. Les électeurs doivent reconnaître en vous leur passé et leurs peurs. C’est notre stratégie depuis le départ ! Alors, exploitons cet événement du mieux possible. Tenez-moi au courant s’il y a du nouveau. Je vous transmets les éléments de langage pour la presse.
Commenter  J’apprécie          110
manU17
manU17   11 février 2017
La maison de Virginie était petite. On entrait directement dans une cuisine accolée à la salle de bain. Un escalier menait aux deux chambres. L’aménagement était sommaire et composé de meubles en pin bas de gamme. La qualité des rideaux et de la décoration était tout aussi médiocre. Les couleurs trop vives, les dessins trop grossiers tentaient de donner une touche de gaieté et de modernité à cette maison sans y parvenir. Du linge s’entassait dans les corbeilles, des jouets jonchaient le sol tandis qu’une plante verte dépérissait en haut du réfrigérateur.

Gêné par cette précarité apparente, David baissa les yeux. Il sursauta lorsqu’il aperçut la petite silhouette immobile de Benjamin dans l’encadrement de la porte de la salle de bain. L’enfant figé et livide l’observait d’un regard vide. Déstabilisé, David ne trouva pas les mots face à cette poupée de cire.
Commenter  J’apprécie          102
manU17
manU17   19 février 2017
Tandis que son supérieur livrait ses premières directives, le jeune homme regrettait amèrement son engagement trop hâtif dans cette enquête. Ce qu’il redoutait le plus venait de se produire. Lui, le policier, allait devoir affronter les acteurs de son passé dans une affaire de meurtre. La peur au ventre, il prit la direction de l’Impasse.
Commenter  J’apprécie          80
manU17
manU17   08 février 2017
Dissimulée derrière les rideaux de la chambre de son fils, Virginie n’avait rien perdu de cette entrevue dans l’Impasse. Elle n’avait pas saisi la teneur de leurs propos, mais elle se doutait que ces deux salauds se connaissaient plus qu’ils ne le laissaient paraître. Elle regarda la pendule puis se précipita dans l’escalier. Benjamin l’attendait dans la cuisine, assis sur une chaise sans bouger, son petit sac à dos rivé sur ses épaules. Le cartable semblait disproportionné par rapport à la taille de l’enfant. Affaibli par la fièvre de cette nuit, son visage avait encore blêmi. Les échos de la voix de son père ne devaient pas être étrangers à cette soudaine rechute. Cependant, le croiser était inévitable. Elle prit la main de Benjamin qui la regarda gravement puis ils sortirent.
L’air frais et la lumière vive du soleil printanier ranimèrent une faible lueur dans les yeux bleus de l’enfant. Il adorait ce temps qui rendait les gens joyeux après la froideur de l’hiver et la morosité des jours de pluie. La chaleur n’était pas encore trop assommante. Il allait vite se rétablir et pouvoir jouer dans le dérisoire carré d’herbe qui leur servait de jardin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
manU17
manU17   04 août 2017
Vautrée sur son canapé, elle se délectait des turpitudes de créatures télévisuelles bodybuildées et siliconées que des producteurs peu scrupuleux et mercantiles avaient enfermées dans une maison clinquante et vulgaire. Suivant le flot d’insanités et de réflexions crasses, Florence assistait au vote des téléspectateurs pour savoir quel abruti devait quitter la cabane bambou. Elle n’attendait rien de ce programme si ce n’est qu’il ravive en elle ses réflexes les plus reptiliens.
Commenter  J’apprécie          60
manon08440
manon08440   20 juin 2017
L'horizon était tout aussi bouché et incertain que cette enquête: une ordure telle que Mazoyer avait offert tant de mobiles possibles à son meurtre, les menteurs étaient légion, même les serviteurs de Dieu n'était plus très sûre.
Commenter  J’apprécie          50
Ladoryquilit
Ladoryquilit   01 mars 2017
C'était tout un art d'en dire suffisamment, mais pas trop, pour décider un individu à se rendre volontairement dans les locaux de la police alors que tout laisse à penser qu'il a plus à perdre qu'à y gagner. L'art confinait au sublime quand il s'agissait d'un politicien face à un flic débordé par des violences urbaines.
Commenter  J’apprécie          30


    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

    Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

    seul
    profond
    terrible
    intense

    20 questions
    1709 lecteurs ont répondu
    Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre