AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782372580502
260 pages
Éditeur : Taurnada Éditions (17/01/2019)

Note moyenne : 4.46/5 (sur 145 notes)
Résumé :
En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession.
Celle d'une enfant ignorée, seule avec ses peurs.
Celle d'une femme manipulatrice et cynique.
Celle d'une tueuse en série froide et méthodique.
Un être polymorphe.
Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir.
Une ombre. Une ombre assassine.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (97) Voir plus Ajouter une critique
bibiouest
  17 juin 2019
Je ressorts de cette lecture un peu chamboulé, en effet l'auteure nous dépeint «l'expérience» d'une tueuse en série.
Un traumatisme d'enfance la conduit insidieusement à tuer toute personne qui lui «barre» la route et c'est par son intermédiaire que nous entrons dans cette histoire terrifiante.
On enchaîne les récits de la tueuse, Nadège Solignac, avec les interventions des diverses personnes impliquées sous forme d'interview ou d'interrogatoires.

Ce qui est le plus déstabilisant c'est que Nadège Solignac, c'est vous, c'est moi, une personne simple qui fait son boulot que personne ne remarque, dans nos sociétés de plus en plus individualistes où l'on ne prête plus attention à l'autre...
La seule différence c'est que Nadège est une psychopathe, sadique, sans états d'âme, qui tue par plaisir de voir les autres souffrir.
Un thriller que je n'oublierai pas de sitôt et qui laisse à penser qu'avec un peu plus d'attention, de considération et d'attention aux autres cette Nadège Solignac aurait sans doute pu être «détectée» bien plutôt.... Glaçant.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          763
Cannetille
  26 juillet 2019
Nadège Solignac a été arrêtée pour la mort d'un policier qui aurait tenté de la violer et qu'elle aurait tué en état de légitime défense. L'enquête révèle une série troublante d'accidents mortels partout où passe la jeune femme, mais scandalise l'entourage de cette institutrice modèle, si gentille et si appréciée de tous.

Alors que se succèdent les témoignages, sans exception en sa faveur, Nadège nous livre en privé sa confession, relatant son enfance maltraitée, ses peurs et sa haine, la constitution progressive de sa personnalité de psychopathe, son comportement de façade soigneusement étudié pour donner le change, les meurtres commis sans émotion ni remord, son mépris des sentiments humains et des règles sociales, ses avertissements et ses menaces à votre encontre, vous qui ne vous méfiez aucunement de cette manipulatrice aux deux visages, et qui ignorez tout de son ombre assassine qui vous frôle peut-être à votre insu.

En alternant le récit intime de la meurtrière et la perception en complet décalage de son entourage, ce roman donne à comprendre, de manière saisissante et perturbante, ce qu'est la psychopathie, cette déficience des émotions et du contrôle des impulsions, cette inadaptation menant à des conduites antisociales, mais aussi comment un être manipulateur et pervers peut berner son entourage et commettre le pire en toute impunité pendant des années.

Fascinant et inquiétant, le récit coule de manière fluide, sans que jamais l'intérêt ne se relâche, interpellant le lecteur, le glaçant au fil d'actes terrifiants de froideur et d'amoralité, le convainquant peu à peu de son impuissance et de sa vulnérabilité potentielles, face à des prédateurs que leur entourage côtoie, parfois pendant des décennies, sans jamais se douter de rien.

Ce livre prenant et facile à lire, construit pour vous interpeller et vous déranger, vous confrontera à l'insoutenable et dangereuse insensibilité d'êtres qui évoluent discrètement et en toute impunité au milieu du commun des mortels, guettant impitoyablement leur prochaine proie. Impossible de ne pas penser au moins à une affaire récente, qui a fait ressortir le dossier de multiples disparitions antérieures, mais où l'aplomb du criminel présumé et l'absence de preuves interdisent d'avancer.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          716
manU17
  09 janvier 2019
"Je suis la fille d'une dépression post-partum et d'un raté démissionnaire. Je suis la soeur d'un clone paternel et d'un monstre répugnant."
Quelle claque !
Roman après roman, Estelle Tharreau construit un intéressant parcours avec une production aussi marquante que singulière. Des histoires toujours sombres mais chaque fois différentes, une écriture accrocheuse, une tension insidieuse qui tenaille le lecteur, un art maitrisé du suspense.
Commencer un roman d'Estelle Tharreau en fin de soirée, c'est prendre le risque de passer une nuit blanche…
Cette fois, elle choisit de nous faire pénétrer l'esprit, tortueux, d'une tueuse en série. La narration de son point de vue, à la première personne, l'utilisation du « je », ajoutent à l'identification et donc au malaise du lecteur.
Oscillant entre scènes du présent et flashbacks du passé, on suit l'évolution de cette enfant pas comme les autres, le mal incarné sous les traits d'un petit ange blond, au-dessous de tout soupçon. On peine parfois à imaginer qu'une enfant puisse être aussi fausse, manipulatrice, malveillante, déterminée et pourtant. L'âge n'arrangera rien à l'affaire…
Comme pour tout bon thriller, mieux vaut ne pas trop en dire et laisser au maximum le plaisir de la découverte au lecteur. Sachez seulement que quand le roman commence, Nadège, l'héroïne vient de commettre un nouveau meurtre qui pourrait bien être celui qui va la perdre définitivement.
Une des bonnes idées de l'auteure est d'avoir situé l'enfance de son héroïne en Provence. Pas une Provence de carte postale, entre champs de lavande et chant des cigales, mais dans une nature particulièrement rude, aride, poussiéreuse, rocailleuse, perpétuellement fouettée par les vents, un environnement hostile qui a fait sortir de ses entrailles, une créature non moins hostile…
Quand l'ombre monstrueuse d'une meurtrière psychopathe se superpose insidieusement à la vôtre, Mon Ombre assassine, d'Estelle Tharreau, un roman glaçant…

Lien : https://bouquins-de-poches-e..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          354
Soukiang
  22 janvier 2019
Naît-on meurtrière ou le devient-on ?
Tout au long de ce récit glaçant, cette question, vous vous la poserez souvent.
Après un préambule qui met une bonne fois pour toute les points sur les i quant à la différence entre homme et femme, s'il y en a une, tout le monde peut tuer ...
Un portrait certes fictif pour mettre à mal toutes les idées reçues, il n'en faut pas plus pour distiller un poison de malaise, une ambiance qui flirte rarement avec l'espoir, le souffle est court, on retient sa respiration devant l'implacable esprit qui envenime tout sur son passage, à commencer par celui de Nadège Solignac.
Qui est Nadège Solignac ?
L'auteure, Estelle Tharreau, continue son exploration de la face cachée des être humains, dans cette frontière ténue entre le bien et le mal, l'importance de plonger dans les couches du passé pour comprendre le présent, rien n'est laissé au hasard ou plutôt tout est en gestation, lentement mais sûrement, l'environnement prend une place prépondérante dans la construction et l'affirmation de soi, la part psychologique devient alors un autre voyage aux confins de la folie, le double qui finit par transformer et tisser une toile tendue, au fil du temps, au gré des rencontres, l'existence récite alors une mélodie funeste, dans cette spirale impitoyable, peu de place aux sentiments d'autrui et toute proportion gardée, l'empathie est étrangère ici à ce que l'on devine très vite, le tableau d'une sociopathe en puissance.
Pourtant, tout l'intérêt de ce quatrième roman, après Orages, L'Impasse et de la terre à la bouche, réside dans le trouble qui s'installe au fur et à mesure de l'avancée de la lecture, entre articles de presse et témoignages de personnes ayant connu la protagoniste et présumée meurtrière en série, c'est du brut de décoffrage dans le texte, à chacun de se faire sa propre opinion devant les preuves irréfutables, décortiquer les failles qui prennent une place aussi déterminante dans les investigations menées après chaque affaire, ce n'est pas tant de dresser un tableau clinique que de gratter et de déflorer toutes la sinuosité dangereuse qui retrace le parcours sanglant de celle pour qui tous les sobriquets sont valables et dans toutes les nuances propres, entre la gentillesse incarnée et la manipulatrice retors, entre la générosité faite institutrice et la redoutable machine à tuer, tout est une question de subjectivité, de recul et pour appuyer la thèse clinique de l'histoire invoquée, qui est responsable ? Quand commence et où finit le mal à l'état pur ? Existe-t-il un trouble du comportement ou bien ne serait-ce qu'un raccourci facile pour catégoriser des cas de dangerosité ?
A travers cette ambiguïté du personnage principal, les doutes devant certains faits troublants, les incertitudes prennent alors le pas sur la culpabilité pourtant infaillible, les preuves, les circonstances atténuantes et son contraire, l'influence de ses proches, une sociopathe n'est pas une psychopathe, cette zone est mince pour les dissocier, certains peuvent présenter un mixage, d'autres cadrer avec des éléments trahissant l'origine de leur trouble.
Creuser toujours plus dans les méandres de l'esprit complexe et dissociatif, j'ai fini par me prêter au jeu sournois du chat et de la souris, quand on tire une ficelle d'une pelote de laine, jusqu'où l'exercice ou ici le jeu machiavélique aboutira ? Quelle surprise dois-je m'attendre encore dans les profondeurs inconnues ?
Comment captiver le lecteur en suivant la genèse d'une tueuse en série pendant près de 250 pages ?
Certains vont détester le personnage principal ou le condamner à l'enfer éternel, d'autres vont essayer de le comprendre, à défaut de lui trouver une forme de rédemption ou de le pardonner, en partie.
Une âme condamnée à errer éternellement dans les couloirs de la folie et des impasses, entre lucidité et effroi, entre peur de se faire piéger et l'espoir d'une porte de sortie, frôler la violation permanente et contrôlée des codes moraux, se mouvoir dans les abysses d'une personnalité profondément perturbée et obsessionnelle, jusqu'au-boutiste, osez infiltrer ce labyrinthe obscur d'une perversité absolue.
Le bien et le mal n'ont plus de frontière délimitée, tout y est désormais désorganisé, fusionné en une seule entité ... immorale.
A travers ce récit intense et tout en suivant le cheminement intérieur des rouages de l'esprit de Nadège Solignac, rien ne vous y échappera, comme le signale la quatrième couverture, ce récit pousse encore plus loin l'investigation et la perdition du personnage principal dans ses délires et pensées sociopathiques, comme une fracture ouverte, il n'en faut pas plus pour réveiller ses vieux démons intérieurs
A l'instar des thrillers dont tout le suspense demeure dans l'action et les rebondissements, dans la recherche de la vérité au-delà des mensonges, dans la perfidie à l'oeuvre, dans cette part déchirée de l'ombre, on parle de bipolarité, d'êtres humains en proie à leur démon intérieur, le feu qui caractérise toute la personnalité et menaçant de s'embraser et tout leur cercle restant, il est des romans qui ne laissent pas indifférent et Mon ombre assassine en fait parti ...
Froide comme une lame ou victime d'un monde qui ne la comprend tout simplement pas ? Tout l'enjeu est de savoir s'il faut lui prêter des conditions particulières ou des circonstances atténuantes ?
Sans concession, une histoire à faire froid dans le dos, observer la face torturée d'un esprit démoniaque n'est pas courant, pour appréhender et évaluer la notion du bien et du mal, rien de mieux que de bafouer les frontières délimitant ces deux extrêmités, et si tout n'était qu'illusion, manipulations et cauchemar ?
Une nouvelle fois conquis par la plume sans fioritures d'une auteure qui n'a pas fini de me surprendre dans son approche de thématiques inhérents à l'esprit tortueux, au poids du passé qui concerne tout le monde, jamais l'expression Méfiez-vous de l'eau qui dort n'aura paru si éloquent en tournant la dernière page de ce pur roman psychologique, Estelle Tharreau pénètre un peu plus dans la cour des grandes dames du thriller.
Je remercie les éditions Taurnada pour leur confiance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
elleaimelire
  10 avril 2019
Nadège Solignac. Un nom ordinaire pour une femme ordinaire. En apparence.
"Je suis la fille d'une dépression post-partum et d'un raté démissionnaire. Je suis la soeur d'un clone paternel et d'un monstre répugnant."
Nadège est institutrice. Très appréciée de ses élèves et de leurs parents. Nadège est aussi solitaire. Et discrète. Nadège passe inaperçue dans sa vie de tous les jours. Et pourtant, derrière cette personnalité effacée, se tapie une femme machiavélique.
"Rapidement, je pus prendre mes marques dans l'indifférence générale : une vie professionnelle parfaitement ouverte sur le monde que personne n'eut l'idée de mettre en relation avec une vie privée solitaire et secrète. La vitrine d'un fleuriste pour masquer l'arrière-boutique d'un équarrisseur."
Nadège est manipulatrice. Cruelle. Organisée. Tout est préparé de manière très méthodique, dans les moindres détails. Car elle agit toujours avec préméditation. Nadège est tueuse en série. Ses victimes font partie de son entourage, plus ou moins proche. Elle assassine par vengeance, par mépris, ou pour blesser aussi.
"Je ne cherchais pas la gloire, mais un exercice de style.
Je me mis en chasse d'une victime facile et banale. Un test, un brouillon avant de viser plus haut.
Je voulais un meurtre volontaire et prémédité."
Mon ombre assassine commence par l'incarcération de Nadège après son ultime crime. Depuis sa cellule de prison, elle nous raconte sa vie, depuis sa naissance jusqu'à aujourd'hui. Elle se dévoile, froide, cynique, démoniaque. Et patiente.
"Avant de partir, je pris le temps de m'imprégner de sa mort. Je fixai sa bouche réduite au silence. Dix-neuf ans plus tard, la gamine terrorisée l'avait tuée."
Ainsi, elle déroule le fil de sa vie, son enfance torturée dans une tour sombre et délabrée, ses relations familiales, ses petites habitudes. La tension est palpable dès la première page. Elle s'adresse directement à nous. Alors, on entre littéralement dans la tête de la meurtrière et on explore sa conscience.
La plume de l'auteure est efficace. On entend la voix de Nadège Solignac résonner dans notre tête. C'est fin, autant que cela fait froid dans le dos. le style d'Estelle Tharreau est implacable. Tout est dans la précision, autant des actes que des mots. Tout est pesé soigneusement. Et cela donne un thriller extrêmement addictif. A partir d'une femme en apparence si ordinaire, l'auteure construit un véritable monstre. Et cela semble si réel…
Estelle Tharreau signe avec Mon ombre assassine un thriller glaçant. Qui ne vous fera peut-être plus voir comme avant votre voisine ou la maîtresse de vos enfants. Absolument addictif ! Et effrayant !

Lien : https://ellemlireblog.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
CannetilleCannetille   26 juillet 2019
… elle m’a surtout dit que les criminels ne naissent pas ex nihilo. Que la société et chaque élément qui la compose ont leur part de responsabilité, grande ou petite. Que notre indifférence, nos négligences, qu’à chaque fois que nous détournons les yeux d’un enfant ou d’une personne en détresse, nous participons peut-être à la création d’une bombe en devenir.
Commenter  J’apprécie          222
Amnezik666Amnezik666   26 décembre 2018
Un chat. Oui, un simple chat ! J’entends d’ici vos rires et imagine aisément votre déception. Mais vous n’êtes pas comme moi. Vous ne voyez que le petit animal de compagnie docile qui ronronne devant son bol de croquettes. Mais ne vous méprenez pas sur cette bête que vous pourriez tuer de vos propres mains.
Il n’a aucunement besoin de vous pour vivre. Contrairement à vous, il ne craint pas la solitude. Il est mille fois plus rusé que vous. Vous ne l’entendez pas s’approcher de vous. Il peut vous entailler la chair et vous crever les yeux avant que vous n’ayez compris ses intentions. Il peut vous échapper avant que vous n’ayez esquissé le moindre mouvement. Il peut vous faire beaucoup de mal avant de rendre les armes. Une inoffensive petite boule de poils dont vous ne saurez jamais avec certitude ce qui se cache derrière ses yeux étranges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
manU17manU17   05 décembre 2018
Je suis dans cette cellule en attendant de savoir ce que le destin a prévu pour moi. Non, que je sois inquiète, il m’a trop souvent éprouvée pour que j’ai encore peur de lui. Je suis confiante : ils ne trouveront rien, car, mise à part cette erreur, j’ai toujours veillé à ne jamais semer de petits cailloux sur mon chemin.
Commenter  J’apprécie          60
nathalou93nathalou93   23 janvier 2019
Il n’a aucunement besoin de vous pour vivre. Contrairement à vous, il ne craint pas la solitude. Il est mille fois rusé que vous. Vous ne l’entendez pas s’approcher de vous. Il peut vous entailler la chair et vous crever les yeux avant que vous n’ayez compris ses intentions. Il peut vous échapper avant que vous n’ayez esquissé le moindre mouvement. Il peut vous faire beaucoup de mal avant de rendre les armes. Une inoffensive petite boule de poils dont vous ne saurez jamais avec certitude ce qui se cache derrière ses yeux étranges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
manU17manU17   10 décembre 2018
Je suis la fille d'une dépression post-partum et d'un raté démissionnaire. Je suis la sœur d'un clone paternel et d'un monstre répugnant.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Estelle Tharreau (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Estelle Tharreau
« Ditigal Way of Life 1 - Pathologique », la bande-annonce. Une nouvelle d'anticipation d'Estelle Tharreau.
Dans la Digital Way of Life, la communication doit être concise et fonctionnelle. Une simple visite pédiatrique
peut entraîner un enfant dans une spirale infernale. C?est l?expérience que s?apprête à vivre Milo, âgé de deux
ans, coupable d?aimer la parole, la pensée et les livres.
Nouvelle disponible gratuitement en numérique : https://www.taurnada.fr/dwol1p/
autres livres classés : tueuse en sérieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1867 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..