AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Rémi Cassaigne (Traducteur)
ISBN : 2226190678
Éditeur : Albin Michel (18/02/2009)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 307 notes)
Résumé :
A l'heure trouble, entre chien et loup, un enfant disparaît sans laisser de trace dans les brouillards d'une petite île de la Baltique. Vingt ans plus tard, une de ses chaussures est mystérieusement adressée à son grand-père. Qui a intérêt à relancer l'affaire ? Et pourquoi toutes les pistes conduisent-elles à un criminel mort depuis longtemps ?
Dans une oppressante atmosphère de huis clos, une histoire de deuil, d'oubli et de pardon, hantée par les ombres du... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (67) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
  14 novembre 2015
Les polars nordiques ont bonne réputation pourtant ici mon avis est plutôt mitigé.
Mais parlons d'abord du positif. L'écriture de l'auteur est agréable a lire, l'intrigue est pleine de suspense et le coupable n'est vraiment pas celui que l'on croit. La construction du roman est vraiment bien faite, on alterne les époques et les personnages. Deux affaires se croisent et on a qu'une hâte, connaître le fin mot de l'histoire.
Pourtant il manque un petit quelque chose, un rythme un peu plus soutenu car le roman est long. Il y a des moments ou on s'ennuie un peu.
Pour me faire une idée, j'ai eu envie de voir le film qui au départ est assez déstabilisant car les éléments s'enchaînent dans un ordre différent.
Les acteurs sont très bons et le dépaysement garanti. C'est très rare quand je dis ça mais je crois bien avoir préféré le film au roman.
Le problème de rythme que j'évoquais plus haut est totalement inexistant ici et l'on ne voit pas le temps passer.
En bref, c'est un bon thriller avec lequel on passe un bon moment mais pas de coup de coeur.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
Aline1102
  11 juillet 2014
Öland, 1972.
Jens Davidson, un petit garçon de 6 ans, profite de l'absence de son grand-père et de la sieste de sa grand-mère pour sortir seul de la maison de vacances que la famille Davidson possède à Stenvik. Jens décide d'escalader le muret du jardin de ses grands-parents pour partir se promener sur la lande.
Mais le brouillard se lève et le petit garçon est vite perdu. Alors qu'il commence à avoir peur, il voit surgir devant lui un homme entre deux-âges qui dit s'appeler Nils Kant.
Jens ne rentrera jamais chez ses grands-parents.
Göteborg, 1992.
Julia Davidson reçoit un appel téléphonique de son père, Gerlof. Celui-ci a reçu une enveloppe contenant une sandale d'enfant. Gerlof croit qu'il s'agit de la sandale de son petit-fils, Jens, disparu vingt ans plus tôt. Il demande à Julia, la mère de Jens, de venir à Marnas afin de l'aider à enquêter. Car Gerlof croit pouvoir deviner ce qu'il est arrivé à son petit-fils...

L'heure trouble, chez Johan Theorin, c'est cette heure où le crépuscule s'installe. Les anciens d'Öland avait pour coutume, à cette heure, de raconter aux plus jeunes des histoires effrayantes : fantômes, lutins, sorcières, personnes mystérieusement disparues...
Julia Davidson n'a pas besoin qu'on lui raconte des histoires effrayantes. Sa vie, depuis vingt ans, est un véritable cauchemar. Ne trouvant de réconfort que dans l'alcool et dans les médicaments prescrits par son psychiatre, Julia vit dans la culpabilité : si elle n'avait pas quitté Öland, ce jour lointain de l'automne 1972, Jens, son petit garçon, n'aurait peut-être pas disparu.
Julia en veut également à son père, Gerlof. Elle lui a souvent reproché de ne pas s'être assez occupé d'elle et de sa soeur aînée, Lena, lorsqu'elles étaient plus jeunes. Gerlof possédait des cotres et passait plus de temps, à l'époque, à s'occuper de ses bateaux, de ses filets et de ses moteurs que de sa famille. Après la disparition de Jens, Julia reprochera également à son père de ne pas avoir été là le jour où le petit garçon a quitté la maison pour partir se promener seule.
Pourtant, malgré les reproches qu'elle fait à son père, Julia acceptera de revenir à Stenvik pour chercher des indices supplémentaires sur la disparition de son fils. Parce qu'elle n'en peut plus de cette incertitude dans laquelle elle vit et qu'elle veut savoir.
Le retour de Julia sur l'île d'Öland n'est pas simple. Lorsqu'elle arrive à Stenvik, les souvenirs, bons ou mauvais, commencent à affluer à sa mémoire.
Petit à petit, au fil du récit, la sandale de petit garçon reçue par Gerlof va devenir un véritable symbole. Cette sandale va rapprocher un père et sa fille, pourtant restés presque étrangers l'un à l'autre pendant vingt ans. Elle va aussi obliger un vieil homme et une femme entre deux-âges à aller jusqu'au bout de leurs forces pour trouver la vérité et pour pouvoir, enfin, faire leur deuil.
J'ai adoré retrouver Gerlof Davidson, déjà rencontré lors de ma lecture de L'Echo des morts. L'infatigable vieil homme n'hésite pas à braver le mauvais temps, pourtant mauvais pour ses rhumatismes, et à multiplier les excursions (avec l'aide de ses vieux amis) afin de comprendre ce qu'il est arrivé à Jens.
Puisque l'on parle des personnages, leur psychologie, dans ce polar,est particulièrement soignée par Johan Theorin. L'ambiance est également l'un des gros points forts de l'histoire. Stenvik, petit village de l'île d'Öland, attire les estivants durant l'été. Mais une fois la saison touristique terminée, il apparaît vide et désolé. C'est tout à fait adapté à l'état d'esprit de Julia et à la raison de sa présence sur Öland. Car la disparition d'un enfant est quelque chose de tragique. Et l'histoire que Gerlof et elle vont mettre au jour l'est aussi. le vent, les feuilles mortes, la pluie et les tempêtes, le gel ; c'est comme si les éléments avaient décidé de se mettre au diapason de l'humeur des personnages.
Mais malgré le mauvais temps sur Öland, petit à petit, ce retour à Stenvik, le village de son enfance, va faire du bien à Julia. L'air vivifiant de la mer Baltique, ses contacts avec le peu de résidents permanents de Stenvik, ses longues discussions avec son père vont transformer Julia. On assiste, au fil du récit, à une véritable renaissance et Julia, au fur et à mesure de l'avancée de "l'enquête" de Gerlof, reprend courage.
Le polar ne se concentre pourtant pas uniquement sur la famille Davidson. Nils Kant est également l'un des principaux protagonistes du récit. Son histoire nous est racontée par le biais de chapitres en "flash-back" qui nous permettent de mieux cerner le personnage et de comprendre pourquoi certains le soupçonnent d'être responsables de la disparition de Jens. Pourtant, Nils Kant est mort dans les années 60, près de dix ans avant que le petit garçon ne se volatilise sur la lande. Mais certains, parmi les plus vieux habitants d'Öland, murmurent que Nils est toujours en vie et que le cercueil qui occupe la tombe à son nom est vide ou rempli de pierres...
Je ne vous le cacherai pas : L'heure trouble ne se termine pas avec la réapparition miraculeuse de Jens. On s'en doute quand on lit ce genre de polar. Mais, néanmoins, l'épilogue concocté par Johan Theorin est tout à fait crédible et, surtout, très paisible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Mimeko
  15 juillet 2017
Vingt ans après la disparition de son fils Jens, alors âgé de six ans qui était sous la surveillance de ses grands parents, Julia revient sur l'île d'Öland. Son père l'a appelé après avoir reçu un paquet contenant une sandale qui serait celle de son petit fils...Julia, mère à la dérive, qui boit régulièrement, n'a jamais pu remonter la pente et c'est avec réticence et amertume qu'elle retrouve son père à qui elle n'a pas pardonné et qu'avec lui, elle entreprend de mener l'enquête qui lui permettra de réellement faire son deuil.
Johan Theorin propose une enquête sur l'ile d'Öland au sud est de la Suède, en alternant époques et protagonistes : avec Julia - époque actuelle - c'est une femme brisée que l'on suit dans une enquête qu'elle mène avec son père, l'occasion de lui pardonner de ne pas avoir surveillé l'enfant, et avec Nils Kant, c'est un retour dans le passé, un homme violent dès l'enfance, qui a du partir pour l'Amérique du Sud et serait revenu sur l'île, et à qui l'on attribue la disparition de Jens ; seul problème, Nils serait mort dans les années 1960 soit plus d'une dizaine d'année avant celle du petit garçon.
L'heure trouble, l'heure entre chien et loup, à la tombée du jour est un roman lent, sur la douleur, les rapports abîmés entre Julia et son père, un roman sur la reconstruction, le pardon, le deuil et la lenteur du roman permet à Julia de faire cette pause, de prendre le temps nécessaire pour lui permettre d'admettre enfin la vérité.
Une lecture que j'ai aimé pour les personnages bien décrits, les rapports justes entre les acteurs du drame, une très bonne intrigue malgré un rythme assez lent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
nameless
  11 novembre 2014
Öland, caillou émergeant de l'eau au milieu de nulle part, battu par les tempêtes, balayé par les vents, baignant dans le brouillard. Une poignée d'habitants, pour la plupart âgés, attachés à leur âpre mode de vie, à leurs landes inhospitalières, et au rude climat qui sévit sur l'île. Dans ce vase clos de taille restreinte et au nombre d'âmes limité, la disparition de Jens, un petit garçon de 7 ans, en septembre 1972, aurait dû être élucidée rapidement. Pourtant, nulle trace, nulle piste, nul cadavre, nulle hypothèse n'ont été trouvés. Il se murmure bien ici ou là, qu'un affreux Nils Kant aurait pu faire le coup, avant de s'échapper au bout du monde ou de mourir, on ne sait exactement, les histoires racontées le soir au moment de l'heure trouble se transformant peu à peu en légendes.

Des décennies plus tard, Gerlof, grand-père de Jens à qui le petit garçon avait été confié le jour de son évaporation, reçoit, via la poste, une sandale qui semble bien être celle que portait le petit disparu. C'est l'occasion pour Gerlof de prendre contact avec sa fille Julia, dont il n'a pratiquement plus de nouvelles. Julia ne s'est jamais remise du drame, souffrant au point de se rendre coupable d'avoir appris à son fiston à lacer ses sandales. Quel aurait été le cours de son destin s'il avait dû demander de l'aide à papy ou mamy pour se chausser avant de quitter leur maison ? Julia n'a plus la force d'exercer son métier d'infirmière, multipliant les arrêts de travail, les consultations en psychiatrie, recherchant dans l'abus de médicaments ou de vin, l'oubli et l'apaisement pour de brèves périodes. Elle ne peut trouver aucun réconfort auprès du père de Jens, qui depuis longtemps a tourné cette page tragique pour « refaire sa vie ».

Il n'aura pas fallu moins de 531 pages à Johan Theorin pour emmener ses lecteurs au terme de son roman, en alternant habilement les épisodes du passé, remontant à la seconde guerre mondiale, et le temps présent, celui de la recherche de nouveaux témoignages ou indices par Gerlof et Julia. Si le titre du roman est explicite : l'heure trouble, celle du crépuscule, entre chiens et loups, ne fait-il pas également référence au crépuscule de la vie ? Celle de Gerlof en l'occurrence, à cette heure, à ce moment où il désire se mettre en paix avec sa conscience, réparer les injustices, renouer avec sa fille des liens distendus par les drames ou les malentendus. Gerlof a 80 ans sonnés, vit dans une maison de retraite avec la seule compagnie d'une maladie rhumatismale qui restreint son autonomie, il passe le temps en construisant des bateaux dans des bouteilles. Revoir sa fille, l'aider à faire son deuil, à l'apaiser, à tenter de trouver une réponse devient son but, et il trouvera en lui les forces nécessaires pour accomplir cette mission qu'il s'est confiée.

Il ne faut pas s'attendre dans ce roman à des récits sanguinolents ni à des rebondissements ébouriffants mais plutôt à une quête intérieure. Des hypothèses sans fondements seront avancées, invérifiables compte-tenu du temps passé, des aveux clairs ne seront pas recueillis, mais au moins tout aura été dit. Une fois le mystère éclairci, surprenant, Gerlof pourra continuer à faire entrer d'autres maquettes de bateaux dans des bouteilles, prendre le café en lisant les avis de décès dans le journal. Julia trouvera une forme de paix et pourra reprendre le cours de sa vie.

Johan Theorin n'est pas un auteur scandinave à ajouter à une liste déjà pléthorique. Il est un écrivain à part, au talent singulier, qui sait conter des histoires dans lesquelles la compassion pour ses personnages est au tout premier plan, dans lesquelles l'enquête n'est qu'un prétexte pour dresser de magnifiques portraits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
frconstant
  20 février 2018
« L'heure trouble », c'était, explique Johan THEORIN en évoquant l'enfance de Gerlof, père de son héroïne Julia, l'heure où dans les champs et les cabanons de pêcheurs cessait le travail de la journée. Tout le monde rentrait avant que la nuit tombe, mais on n'allumait pas encore les lampes à pétrole. Pendant l'heure trouble, les anciens discutaient du travail de la journée, échangeaient les nouvelles des autres fermes du village. Et parfois, ils racontaient des histoires aux enfants de la maison.
Et l'heure transformait les histoires, les troublait dans les coeurs d'enfants. Et les histoires ne duraient plus seulement l'heure, elles s'inscrivaient dans la vie de ceux qui les véhiculaient de génération en génération. Toute une ambiance…
Je relis, à propos du titre « le sang des pierres », mon billet déposé chez Babelio le 11septembre 2017. J'y partageais le plaisir de ma découverte de cet auteur. Je retrouve dans la lecture du jour, les mêmes qualités d'écriture, la même sensibilité d'un auteur qui prend le temps d'avancer dans son récit avec finesse, pudeur, respect du lecteur dans les indices posés ci et là sur le bord des pages. Jusqu'au bout, dans une construction-déconstruction-reconstruction progressive du récit, le lecteur se sentira invité, jamais forcé à rentrer dans la psychologie des personnages.
Dans cette histoire plus psychologie que policière, plus quête d'apaisement que poursuite fantastique des assassins, Johan THEORIN nous raconte les fissures, les failles qu'ont provoqué la disparition inexpliquée d'un petit bout à peine assez grand pour franchir, véritable Everest pour lui, le muret du jardin de ses grands-parents. le séisme est profond et même s'il touche différemment les membres de la famille et du village, il laisse des séquelles profondes et n'offre en avenir qu'un présent trouble, empli de brouillard. L'heure trouble est devenue permanente !
A la rencontre de personnages énigmatiques, se jouant du temps, des rythmes de vie, de paroles et d'actes des différents personnages, l'auteur nous trace, en parallèle, des histoires convergentes…
Et ce n'est pas là le seul paradoxe du récit. Jusqu'où cela va-t-il nous mener ?
Le lecteur ne se pose jamais la question. A tout le moins n'en éprouve aucune impatience. Il entre sans difficulté dans ce livre qui oscille sur le rapport avec le temps, le temps de l'oubli, le temps de la survie, le temps qui gagne sur la vie ou qui reste suspendu à tout jamais.
Et puis le temps de l'amour, aussi d'une mère pour son fils, d'une fille adulte pour son père, d'une femme perdue pour … Allez savoir !
Johan THEORIN, un auteur que je suivrai encore lorsque l'occasion m'en sera donnée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
kathelkathel   25 août 2010
Dans sa chambre de la maison de retraite de Marnäs, Gerlof Davidsson regardait par la fenêtre le soleil se coucher. La cloche de la cuisine venait de sonner pour la première fois, c’était bientôt le dîner. Il allait se lever et aller au réfectoire. Sa vie n’était pas finie.
S’il était resté dans le village de pêcheurs où il était né, Stenvik il aurait pu aller s’asseoir sur la plage et regarder le soleil lentement disparaître dans le détroit de Kalmar. Mais Marnäs se trouvait sur la côte est de l’île, et c’est pourquoi il voyait chaque soir le soleil disparaître derrière un petit bois de bouleaux, entre la maison de retraite et l’église, plus à l’ouest. On était en octobre, les branches des bouleaux n’avaient presque plus de feuilles et ressemblaient à des bras maigres tendus vers le disque rouge et jaune du soleil déclinant.
C’était l’heure trouble - l’heure des histoires horribles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MimekoMimeko   15 juillet 2017
"Je ne fais pas l'intéressant, dit-il. Je pense seulement qu'il vaut mieux raconter les histoires à son propre rythme. Autrefois on prenait son temps, maintenant il faut que tout aille vite."
Commenter  J’apprécie          140
namelessnameless   08 novembre 2014
Si les Allemands arrivent, les habitants d'Öland savent qu'ils ne pourront compter que sur eux-mêmes : depuis des siècles, aucun secours venu du continent n'est jamais arrivé à temps quand des envahisseurs ont débarqué sur l'île. Jamais.

Livre de poche - Page 65
Commenter  J’apprécie          60
MimekoMimeko   16 juillet 2017
Dans son enfance à Stenvik, c'était l'heure où dans les champs et les cabanons de pêcheurs cessait le travail de la journée.Tout le monde rentrait avant que la nuit tombe, mais on n'allumait pas encore les lampes à pétrole. Pendant l'heure trouble, les anciens discutaient du travail de la journée, échangeaient les nouvelles des autres fermes du village. Et parfois, ils racontaient des histoires aux enfants de la maison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
NatachaENNatachaEN   03 septembre 2017
Et il m'est arrivé d'aller très mal, parfois jusqu'à ce que je comprenne que se venger ne rend pas plus heureux. Il faut tourner la page. C'est difficile de regarder vers l'avenir, mais je crois qu'il le faut. - Oui, dit Julia à voix basse. Il faut laisser les morts en paix.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Johan Theorin (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Johan Theorin
Bande annonce de ECHOES FROM THE DEAD, adaptation du roman Skumtimmen (L'Heure trouble)
autres livres classés : littérature suédoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1733 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre