AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : SIE203432_620
Éditeur : Editions de l'Homme (30/11/-1)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 7 notes)
Résumé :
«Autrefois Moishe avait fui.» La Russie des tsars, la Russie bolchevique. Avec femme et enfant, il s'établit à San Francisco, car là coulent le lait et le miel. Mais il est des obligations qu'un descendant en droite ligne d'une des Maisons de David se doit d'accomplir, même si pour cela il doit regarder passer la fortune sous ses yeux. Tenté un temps par le monde des Gentils, le fils David prendra une épouse légitime qui mourra en couches, donnant à Moishe, devenu v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Mariandre
  18 juin 2015
Aaron est un jeune Juif élevé à Montréal par son grand-père, vieillard dont la sagesse s’appuie sur les lois anciennes du judaïsme. Moishe a tout enseigné de la tradition judaïque à son petit-fils : il espère perpétuer la lignée de ces hommes qui, de tout temps, ont dû s’exiler, bafoués par les schlemiels, mais qui ont su préserver les rites salvateurs (car Adonai protège son peuple, c’est bien ce dont Moishe aimerait convaincre Aaron), ainsi que les fêtes traditionnelles qui rythment la vie, comme la Bar-Mitvah qui fera d’Aaron un homme. La parole du grand-père se veut protectrice, dominatrice, la seule vérité possible pour l’enfant. «Posément, il récitait les grandes vérités transmises de génération en génération…» C’est justement après sa Bar-Mitvah que le jeune homme rencontre Viedna, une adolescente délurée, juive comme lui, mais dont le père s’est détaché du judaïsme pour devenir un homme d’affaires prospère. Avec elle, Aaron vit ses premiers émois, et il réfléchit à ce qu’il souhaite de la vie. La parole de l’aimée remplace celle du patriarche : «Riche et opprimé, c'est infiniment mieux que pauvre et persécuté. L'argent achète les compensations.»
Et c’est sur une parole de désespoir que se terminera le récit d’Aaron… des mots qui portent à penser que la religion, si elle ne relie pas les hommes entre eux, si elle ne cimente pas la famille, n’a pas sa raison d’être, et que dès lors, Dieu n’existe plus…
La prose limpide d’Yves Thériault laisse deviner l’intérêt qu’il a porté à ce peuple partout présent et nulle part chez lui…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SachenkaSachenka   23 février 2013
"Riche et opprimé, c'est infiniment mieux que pauvre et persécuté. L'argent achète les compensations."
Commenter  J’apprécie          50
MariandreMariandre   18 juin 2015
«On n’aime une femme qu’une fois, en la voulant toujours semblable à elle-même. Si elle gravite et reparaît plus tard, modifiée quant à l’image formée d’abord, l’amour s’effrite. »

Commenter  J’apprécie          20
MariandreMariandre   18 juin 2015
«La punition de l’homme, c’est de posséder le souvenir.»
Commenter  J’apprécie          10
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1249 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre