AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2894063210
Éditeur : Bibliothèque Québécoise (21/12/2010)

Note moyenne : 2.8/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Trois parties, vingt contes, narrateur omniscient, absence de merveilleux, infimes traces de fantastique. Phrases sèches et vieillottes au service de personnages simples et rudes. La québécitude de l'auteur est masquée dans les deux premières parties, mais évidente dans la troisième. L'action se passe dans un village montagneux, pour la majorité des deux premières parties, dans un village côtier pour le reste (si ce n'est d'un conte qui se passe sur le quai d'un por... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Thaddeus
  22 mars 2015
Ce qui frappe en lisant ce recueil c'est le côté «gore», sanglant. La réapparition des personnages d'un conte à l'autre se fait sans trop de cohérence. Un personnage que l'on croyait mort revient comme si de rien n'était, mais on ne s'en choque pas réellement (enfin, pour ma part). La majorité des contes sont situés dans un même hameau. Hameau qui semble construit sur la bestialité et la folie. Une expression brute d'une violence effarante, violence qui vient des profondeurs de l'homme et non d'une forme démoniaque comme cela se voit dans les contes populaires québécois.
Commenter  J’apprécie          30
raton-liseur
  26 février 2011
Je découvre Yves Thériault grâce à ce recueil de nouvelles, à moins que ce ne soit un roman. Chaque chapitre est une courte histoire qui se suffit à elle-même, même si les histoires se répondent l'une l'autre et si toutes les nouvelles ont pour cadre un même village, sur la côte de l'Atlantique Nord.
Il émane souvent une certaine tristesse de ces nouvelles, et rares sont celles qui finissent sur une note joyeuse. Une forme de poésie est sensible aussi, même s'il me semble que le format est trop court pour que l'auteur déploie véritablement ses images et sa prose.
Peut-être pas le meilleur livre pour aborder cet auteur, mais un écrivain à surveiller, certainement pour un roman la prochaine fois.
Commenter  J’apprécie          10
Cielvariable
  10 mai 2018
Très courtes histoires dont plusieurs ont pour thème le meurtre ou la mort. Même si j'aime beaucoup des romans d'Yves Thériault, je n'ai pas su apprécier son talent en lisant ce recueil de contes.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   10 mai 2018
Les Fourmis
Ce matin-là, j'ai aimé les fourmis qui s'étaient mises à vivre dans le sable de mon sentier.
Je les ai aimées à plat ventre.
Le nez quasi dedans.
Elles sont rouges, grasses et longues, et bien agiles.
Alors je les ai aimées.
« Tiens donc » que je me suis dit, « me voilà qui aime ? »
Ça faisait qu'une drôle de chose me frétillait sous la peau.
Honnis la vie belle et le jour et la mer et le monde, puisque je les aime, ces fourmis-là.
Mais il fut que l'amour ne dura pas si beau, et qu'il devint du mal ardent.
Cela ne frétillait plus bellement.
Cela brûlait et remuait en coupant.
Je me suis retourné le corps, l'endroit au soleil et l'envers sur le sable mou et chaud.
Mais tout faisait autant le mal d'amour.
J'ai bondi du sol, j'ai bondi jusqu'à ma cabane.
Et je me suis accroupi sur le toit plat, loin du sable où couraient mes fourmis.
Il vint la fille Maugrand qui se mit à rire.
— Tu fais la poule perchée ?
— Je fais ce qui est à faire !
— Eh, quoi donc ?
— Je me sauve des fourmis.
Et elle riait tellement.
Je n'ai pas dit plus; elle n'aurait pas compris que c'était vrai, que je me sauvais des fourmis.
Elle partit, riant toujours.
Elle est bien belle.
Belle comme Annette que j'aime un peu et qui a des cuisses longues et rondes, et des bras ronds et des seins ronds.
Pourquoi des seins si ronds que cela fait comme les miches chaudes de Carderet le boulanger ?
Je voudrais voir les seins blonds d'Annette, au soleil de mer qui a des choses de lumière bleue dans le jaune.
Soleil vert de mer bleue...
Où sont mes fourmis ?
Je suis descendu faire la seule chose possible. Puisque j'aime les fourmis, il faut que j'aille.
Que je les prenne une à une, entre mes doigts.
Que je les écrase.
C'est ce que j'ai fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
raton-liseurraton-liseur   26 février 2011
Quand pour la première fois le Troublé en parla, on se gaussa de lui dans le hameau. Tant l’idée semblait étrange, et pas du tout de celles qui sont les vraies idées, propres à croire.
Mais on se dit que c’était le Troublé, et que l’idée ne valait que ça.
Puis les nuits vinrent qui étaient les nuits de pêche, les nuits longues et bleues, avec toutes les étoiles et le chant doux qui monte du fond de la mer, alors on oublia bien que le Troublé avait ouï le son d’une fleur.
Mais lui ne l’oublia pas. (Première partie, Chapitre I, “La fleur qui faisait un son”, p. 17).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ThaddeusThaddeus   19 mars 2015
Il avait voulu saisir un brin de brume, et cela l'avait frappé. C'était donc un brin de brume, l'amour? Futile, fragile, sans couleur, sans vie, mais capable de voiler et de couvrir, et d'empêcher que les choses normales soient vue telles qu'elles sont.
Commenter  J’apprécie          10
ThaddeusThaddeus   19 mars 2015
Je voudrais voir les seins blonds d'Annette, au soleil de mer qui a des choses de lumière bleue dans le jaune.
Commenter  J’apprécie          10
ThaddeusThaddeus   19 mars 2015
Cette année-ci, le blé sera beau ; la terre a bu le sang de l'homme.
Commenter  J’apprécie          10
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
137 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre