AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marie-Odile Masek (Autre)
EAN : 9782246344018
310 pages
Éditeur : Grasset (04/05/1987)
3.47/5   18 notes
Résumé :

Railway Bazaar, qui nous conduit d'Istanbul à Delhi, et de Saigon à Osaka, avec un ticket retour Moscou-Londres, est le premier récit de voyages de Paul Theroux. " Les trains sont comme des souks, de fascinants bazars. " A chercher des trains, le voyageur trouve des passagers. Un imprésario, ancien de l'armée indienne. Un junkie piqué à la morphine. Un dentiste chinois expert en prothèses dentaires. Des soldats am&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
steka
  02 décembre 2019

Début septembre 1973, Paul Theroux se lance seul en une pérégrination de 4 mois durant laquelle, passant de train en train, il va accomplir une boucle de près de 45000 kms.
Citons brièvement ses étapes : partant de Londres, il rejoint Paris où il prend l'Orient- Express direction la Suisse puis Milan, Venise, Belgrade et Istanbul. D'Istanbul, il rejoint Téhéran puis Meshed. Direction Lahore au Pakistan en empruntant la passe de Khaybar. Suit Simla au nord-ouest de l'Inde puis Bombay, Delhi et Rameswaram tout au sud. Il passe ensuite au Sri Lanka qu'il traverse de Mannar à Galle en passant par Colombo. Il repasse en Inde avec Madras puis Howrah et Calcutta. Il rejoint ensuite Mandalay en Birmanie, puis Maymyo et Lashio. Suit la Thaïlande avec Bangkok puis Nong Khai. Puis la Malaisie avec Kuala Lumpur. Etape suivante Singapour d'où il rejoint le Vietnam alors que les États-Unis sont en train de retirer leurs dernières troupes. Saigon puis Biên Hoa, Huê et Da Nang et Tháp Chàm. de Saigon, il rejoint Tokyo d'où il repart en train vers Aomori dans le nord de Honshu puis vers Sapporo. Il revient à Tokyo et gagne Kyoto puis Osaka et Yokohama où il prend un bateau russe jusqu'à Primorsk (à un jet de pierre de Vladivostok) où il prend le Transsibérien- Express et parcourt en plein hiver les 9285 kms qui permettent de rejoindre Moscou. Passant par Varsovie et Berlin il retrouve Londres pour le Nouvel an 1974.
Cet étrange voyage ressemble plus à un parcours du combattant qu'à une ballade touristique ; les rencontres, plus ou moins forcées, y sont brèves et rarement agréables. Malgré l'extraordinaire variété des paysages, le quotidien se résume le plus souvent à tenter de se nourrir, à trouver un endroit pour dormir au rythme lancinant du rail et à ingurgiter d'invraisemblables quantités d'alcool pour tenir le coup et vaincre l'ennui consécutif à ce curieux défi. Car si l'on ne peut s'empêcher d'être quelque peu admiratif devant la « performance », on ressent toutefois un assez profond sentiment de gâchis. Car cette « expérience du monde » véhicule surtout une intense frustration et laisse comme un gout amer ; hors cet ouvrage même, la finalité en apparaissant pour le moins douteuse. On notera que Theroux ne nous apporte aucun éclairage à ce sujet en dehors de cette peu convaincante citation en ce contexte : « le voyage, c'est là le but. »
Theroux a ce mérite de ne pas chercher à s'illusionner. Ce "monde" qu'il nous fait visiter n'est guère sympathique en ses manifestations diverses. La débâcle brièvement décrite au Vietnam et la barbarie qui l'a accompagnée sont comme des signes de l'entrée dans une époque où la débrouille individuelle va désormais prédominer sur tout le reste. Le monde débris commence déjà à se dessiner en son âpreté alors même que demeure pourtant une liberté de circuler qui a quasiment disparu aujourd'hui (sauf pour les capitaux, of course). Je doute en effet que l'on puisse traverser aussi aisément Turquie, Irak, Iran, Pakistan, Birmanie et j'en passe. Le contrôle étatique et policier se faisait alors beaucoup moins sentir.
Theroux est aussi l'auteur de "Jack le magnifique", roman dont le réalisateur Peter Bogdanovich a tiré son "Saint Jack" où il décrit Singapour en ses derniers "beaux jours". Un bon auteur du "désabusement" finalement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
HT
  15 janvier 2014
L'écrivain Paul Théroux réalise au début des années 1970 un voyage de plus de 4 mois, quasi intégralement en train, qui le mène de Londres à Singapour, puis au Japon, avant de regagner l'Angleterre via le Transsibérien. Il s'arrête parfois quelques jours pour faire un peu de tourisme ou donner des conférences sur la littérature, et décrit les brèves rencontres faites à bord des dizaines de trains qu'il emprunte.
Attirée par l'aura d'ouvrage culte de « Railway Bazaar » dans la littérature de voyage, j'ai été plus que déçue par cette lecture, que j'ai finie aux forceps. A quelques exceptions près, je n'ai pas appris grand-chose sur les pays traversés, par contre j'ai dû subir par le menu la description des trains, des couchettes, des wagons restaurants, des gares, et autres détails qui s'avèrent vite répétitifs s'ils ne sont pas soutenus par un fil narratif plus captivant.
Theroux est paraît-il réputé pour son humour et son ironie, mais ce que j'ai retenu c'est par-dessus tout son aptitude à livrer des jugements péremptoires sur des peuples ou des pays entiers, quasiment sans être descendu de son wagon de train. J'ignore à quel degré on est censé lire des phrases telles que : « Il était bengalais, et les Bengalais sont la race la plus alerte que j'ai rencontrée en Inde. Ils sont toutefois irritables, bavards, dogmatiques, arrogants et dénués d'humour, pérorant avec une habileté malveillante sur tous les sujets ou presque (…) » ; ou encore, à propos du Laos, où il n'a pas passé plus de 3 jours : « Ce qui était surprenant était qu'il [le Laos] existât, et plus j'y pensais, plus je voyais là une forme inférieure de la vie, tout comme le planaire qui louche ou l'amibe – le genre de créature qui ne peut mourir, même lorsqu'on vous la découpe en lamelles. ».
Chez les écrivains voyageurs que j'ai appréciés, il y a souvent de la modestie, de la retenue, une envie de comprendre ce qu'il y a derrière la surface des choses. Theroux au contraire m'a paru se complaire à rester à la surface, prisonnier de son wagon de train, de son assurance et de son goût pour les jugements à l'emporte-pièce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cacha
  20 juin 2015
Son premier livre de voyage en train. Très intéressant, même s'il n'est plus d'actualité (écrit au milieu des années 70, bien avant la chute de l'ex-URSS), de Londres à Pékin et retour par Moscou. Presque tout le trajet est effectué par ce moyen de transport. Profond humaniste, le plus important est le regard porté sur ses compagnons de voyage, qui éclipse les descriptions des paysages variés.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
stekasteka   26 novembre 2019
A Rangoon, au coucher du soleil, les corneilles qui ont obscurci le ciel toute la journée s'envolent vers leurs nids, tandis que les chauves-souris aux cris stridents s'éveillent et battent des ailes en décrivant des cercles désordonnés le long des buis en forme de pagode de la gare. J'arrivai à cette heure-là : les chauves-souris se heurtaient aux corneilles, dont le profil noir striait d'encre de Chine le ciel jaune pâle, tels des traits au pinceau dans une peinture sur soie birmane.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
HTHT   18 janvier 2014
Jusqu'à présent, autre avantage des wagons-lits, j'avais réussi à éviter ces soirées dites culturelles au cours desquelles, prisonnier dans une salle surchauffée, on doit applaudir un spectacle décadent de danseurs et de chanteurs emplumés et emperlés exécutant des numéros dont on est censé excuser la médiocrité sous prétexte qu'ils sont traditionnels.
Commenter  J’apprécie          40
HTHT   18 janvier 2014
"Ecoutez, l'Indien moyen connaît très mal sa religion, l'Inde ou, dans l'ensemble, quoi que ce soit. (...) Bien sûr, avec l'âge, l'Indien moyen commence à s'intéresser. Cela explique que certains vieillards sachent quelque chose sur l'hindouisme. Disons qu'ils s'inquiètent un peu de ce qui va leur arriver."
Commenter  J’apprécie          10

Video de Paul Theroux (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Theroux
Au sommaire de la Critique cette semaine, deux séries :
"Les Shtisel : une famille à Jérusalem" créée et écrite par Ori Elon et Yehonatan Indursky, dont la saison 3 est récemment sortie et est disponible sur Netflix "The Mosquito Coast", développée par Neil Cross et Tom Bissell sur la base du livre du même nom de Paul Theroux, qui est visible depuis le 30 avril sur Apple TV .
Pour en parler aux côtés de Lucile Commeaux : Laurent Nunez, écrivain et éditeur, et Sarah Ilher Meyer, critique d'art et commissaire d'exposition.
Dans la catégorie : Géographie de l' AsieVoir plus
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Géographie générale>Géographie de l' Asie (323)
autres livres classés : Voyages en trainVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
504 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre