AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782756104010
157 pages
Éditeur : Léo Scheer (12/09/2012)

Note moyenne : 2.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Formant avec sa femme un couple bourgeois empêtré dans la routine, le narrateur de Plagiat, acteur et écrivain sûr de lui quoique légèrement désabusé, ne voit pas la catastrophe arriver : par une sorte de paresse affective, il se laisse surprendre par k départ soudain de sa femme. Désormais seul dans leur maison, il commence à fouiller dans de vieux papiers et découvre la correspondance qu'ils avaient échangée au début de leur relation.
Lui qui pensait n'avoi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Marvine
  26 août 2013
Un roman court et paradoxalement trop long, trop plat, sans vraie originalité alors que le thème aurait mérité d'être étoffé et la fin (la bataille contre la femme du narrateur) plus travaillée. le récit souffre de trop nombreuses longueurs inutiles (pourtant le roman ne fait que 160 pages!) et les passages s'enchaînent sans fluidité. le style littéraire, sans être mauvais, est peut-être un peu trop simpliste et manque de vocabulaire. de plus, certaines phrases sont franchement maladroites (un exemple "Une femme est plus facilement séduite par un écrivain qui lui donne des émotions que par un boucher qui lui vend de la viande, aussi tendre soit-elle" en page 15) ou toutes faites ("La vie n'est finalement faite que de détails signifiants" en page 25). Mais c'est surtout par le manque de rigueur que j'ai été stupéfaire... Certaines erreurs temporelles sont franchement grotesques alors que l'histoire n'a rien de compliqué au point de se permettre ces dernières. Par exemple, quand le narrateur quitte la ville de la Baule en direction de celle de Monaco, il est précisé en page 42 que c'est la "mi-septembre", il roule sans s'arrêter et arrive un soir chez ses parents à Monaco, il va se coucher et le lendemain matin en prenant son petit-déjeuner il est écrit "il fait déjà chaud ce matin, en plein mois d'octobre, c'est assez incroyable" (page 59). Encore une erreur dû à ce manque de rigueur: le narrateur dit faire "une crise de la quarantaine", on s'imagine donc qu'il a environ 40 ans, alors que son fils en a 25 (page 68) ! Il l'a donc eu à 15 ans avec sa femme qu'il a rencontré après un concert alors qu'elle était étudiante (références à ses séjours à Shanghai et aux Etats-Unis pendant ses études). Je n'ai pas tout relevé mais j'ai quand même senti un manque de crédibilité général.
Ne croyez pas que je cherche la petite bête, c'est juste que j'ai une lecture très concentrée si fait que ce genre de détails me sautent aux yeux.
"Plagiait" est pour ma part un roman qui manque de rigueur, de maturité et d'originalité. Je ne pourrais vous en conseiller la lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Oly
  10 mars 2013
Plagiat raconte l'histoire d'un écrivain "légèrement désabusé" sur sa vie de couple (voire sur sa vie tout court, il donne l'impression d'être assez blasé sur tout ce qui l'entoure). Il aime sa femme, enfin au début, maintenant il s'est habitué à elle comme on s'habitue à sa moquette. En clair: c'est la routine, et il ne va pas s'en plaindre. Seulement, sa chère épouse n'est pas de son avis, et malgré toutes ces années, parvient à le surprendre en le quittant du jour au lendemain, sans même lui laisser un mot (par contre, le chien est toujours là).
C'est là que commence son aventure affective. Passant du désespoir puis à la colère, notre héros décide de se venger de cette séparation trop soudaine en écrivant son prochain roman sur sa femme, se basant sur de vieilles lettres d'amour qu'elle lui avait envoyé alors qu'ils n'étaient pas encore mariés. Un pari risqué pour l'écrivain car les répercussions seront lourdes.
On avait quitté une jeune demoiselle, avec Plagiat, on découvre une Myriam Thibault mature mais également adulte (oui, il y a une différence). D'un style direct, simple et droit, elle arrive à décrire dans les moindres détails toute l'avalanche de sentiments qui suit une séparation non désirée: le sentiment d'abandon, la tristesse, la colère, la haine, le désir de vengeance, les regrets et finalement la lassitude et l'oubli. Ici, rien n'est laissé au hasard, et notre personnage principal nous amuse et nous attriste tant il nous paraît crédible et humain.
Avec ce nouveau roman, l'écrivain nous surprend par ce changement de registre (mince alors, où sont passées les descriptions de la capitale?) si bien contrôlé. Elle reste, cependant, fidèle à elle-même et continue de nous faire rire en glissant ça et là des références (humoriste, série télévisé, etc.) beaucoup plus discrètes que dans sa première oeuvre.
Plagiat est un excellent roman sur les sentiments et les catastrophes qu'ils peuvent provoquer quand ils prennent le pas sur la raison. Ici pas de morale, pas d'avis personnel, juste un exemple. Simple, mais efficace.
On se dit rendez-vous à la rentrée littéraire 2013, alors?
Lien : http://histoire-de-pages.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
val-m-les-livres
  12 octobre 2012
Le narrateur de Plagiat est un écrivain qui fait parfois l'acteur, c'est un beau gosse. Quand sa femme le quitte, il se retrouve désemparé alors qu'il ne prêtait plus guère qu'une attention lointaine à sa femme. Pris à la gorge par le contrat qui le lie à sa maison d'édition et qui stipule qu'il doit écrire un livre par an, il se décide à utiliser les lettres que lui écrivît sa femme.
Ce roman parle beaucoup plus des errances d'un homme quitté que de plagiat. D'ailleurs, je ne m'attendais pas à cette forme de plagiat qui consiste à utiliser des lettres personnelles et à les changer un peu. Vous savez à quel point les errances des quadras ou quinquas m'agacent, je n'ai donc pas trouvé mon plaisir dans la lecture de ce court roman. Et certaines vérités générales (fausses en plus) m'ont agacée:
Combien de fois j'ai entendu Stéphanie râler contre la pluie à cause de ses cheveux. Les femmes me font sourire. Elles attachent de l'importance à de menus détails auxquels nous, gent masculine, n'aurions jamais fait attention.
Lien : http://vallit.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Videos de Myriam Thibault (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Myriam Thibault
Myriam Thibault Ecrivaine Romancière Fête du Livre Toulon Live TV 2012
autres livres classés : correspondanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox