AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782955675298
48 pages
Aethalides (21/11/2019)
3.64/5   7 notes
Résumé :
Un tueur psychopathe raconte, avec ses mots, le cheminement d'esprit et le parcours initiatique qui ont été les siens. En vingt planches il relate son enfance, la maltraitance dont il a été victime, l'obsession qu'il développe envers sa mère ("la Vierge"), ses fantasmes, son passage à l'acte et la petite "ménagerie" qu'il se construit, ce monde de ténèbres qu'il régit, jusqu'à l'illumination finale. Laurent Thinès livre ici une version contemporaine et sombre du con... >Voir plus
Que lire après La vierge au loupVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
J'avais décidé de ne pas écrire de retour sur ce livre, et puis j'ai pensé que d'autres seraient peut-être dans mon cas et qu'à plusieurs, on se sent moins seul.
.
Il se trouve qu'emballée par les retours que j'en ai lus, j'espérais que mon allergie pour ce genre de poésie serait mise en échec, puisque après tout, j'en adore certaines. Mais là, je dois dire que je ne suis pas rentrée dedans du tout.
.
C'est probablement très personnel, donc je ne noterai pas ce livre pour ne pas faire preuve d'injustice. Je suis passée complètement à côté et ça me désole.
Commenter  J’apprécie          3939
Je ne lis jamais de poésie, je me sens hermétique à ce genre littéraire. Certainement une résurgence de mes années lycées…

Pourtant, j'ai été tentée par La vierge au loup. Si vous me connaissez un peu, vous savez que c'est la deuxième partie du titre Récit d'un psychopathe qui a retenu mon attention.

Lorsque j'ai eu ce petit recueil en main, j'ai été curieuse de découvrir comment on pouvait allier la poésie à un trouble de la personnalité, caractérisé par un comportement antisocial, un manque de remords et d'empathie.

La poésie est un art qui demande un travail particulier sur la langue, avec des sonorités particulières : la rime (mêmes sons à la fin d'au moins deux vers avec une base sur la dernière voyelle tonique), avec des combinaisons de genre (masculines ou féminines), de disposition (rimes plates, croisées ou embrassées) et de richesse (rimes pauvres, suffisantes ou riches). Elle utilise aussi les reprises de sons dans un ou plusieurs vers (allitérations et assonances), parfois un refrain.

Bref, c'est un sacré boulot, même si la poésie s'est modernisée en empruntant des thèmes plus actuels, en se dégageant de la forme versifiée. Et c'est certainement pourquoi j'étais intriguée.

La Vierge au Loup : récit d'un psychopathe relate en vingt planches, le parcours d'un psychopathe qui raconte son enfance ainsi que les sévices dont il a été victime. L'obsession qu'il développe envers sa mère, nommée « la Vierge », fait froid dans le dos. La violence de ce qu'il pose est de plus en plus prégnante et atteint son paroxysme lorsqu'il évoque son passage à l'acte.

Je dois dire qu'à la fin, je me suis demandé si tous les mots de ce personnage, dont le nom n'est jamais évoqué, n'étaient pas fantasmés, imaginés pour échapper à une réalité bien glauque.

J'ai eu le sentiment d'osciller entre réalisme et fantasmagorie avec une évolution cruelle dans un esprit troublé, torturé au symbolisme fort.
Lien : https://julitlesmots.com/202..
Commenter  J’apprécie          293
Ce n'est pas habituel pour moi d'avoir un recueil de poésie entre les mains. "Le récit d'un psychopathe" en sous-titre, un mariage entre un style et un thème qui m'a de suite paru faire mouche; avant même de tourner la première page, ce qui explique mon choix pour cette masse critique mauvais genre. 
.

   Je ne lis jamais de livres qui parlent de meurtriers et de macchabés...Coup de neuf sur ma (maigre) bibliothèque, merci qui , merci Babelio. A vrai dire savoir qui a tué qui pourquoi et surtout comment (je caricature sûrement), ce n'est pas vraiment le genre de sujet qui va me permettre de m'évader, encore moins de me nourrir, et le simple mot de psychopathe sur la couverture aurait dû me rebuter, et pourtant pour ce livre en particuliers c'est ce qui a attisé ma curiosité. Parce que c'est un livre tout à fait singulier qui n'a rien de commun avec un thriller, l'angoisse exceptée. le récit d'un psychopathe, m'a semblé  partir en quête d'un pourquoi très intime, essayer de comprendre l'incompréhensible.
.
 
  le psychopathe du livre ne nous parle pas directement,  nous sommes avec ses mots et son ressenti dans son esprit et des réminiscences de sa triste histoire "ce temps d'avant sordide partie de mon âme". Nous évoluons au fil de ses mots au travers de certaines scènes de sa vie, des moments charnières réels et fantasmés égrenés au fil de 20 psaumes dont la tension se densifie jusqu'à "l'illumination finale" (résumé du quatrième de couv)  très forte.  
.

La poésie crée une esthétique qui contraste avec l'horreur des mots et des images qui me viennent en tête. Elle crée aussi une distance, tant l'écriture est belle, qui permet un peu de respirer; du moins entre les psaumes qui se lisent en apnée tant ils sont durs et imprévisibles.
L'impact des mots est d'autant plus fort qu'ils sont mis en page d'une façon très particulière: certains sont isolés, ou les versets sont décalés les uns par rapport aux autres, ce qui permet de les lire à différents niveaux. Ceci donne aussi une dynamique, une force narrative, appuie un certain esthétisme, et à mon sens illustre l'esprit torturé et névrosé de son auteur.
.

Cette fois
cimenter son caveau

capitonner les parois de tendresse
pour la paix de sa chair
déposer un velours de compassion
pour la délicatesse
de ses ongles à ses mains
bientôt écorchées

L'in-femme
la méchante
l'odieuse

Vierge Primordiale
.


Je suis admirative du style d'orfèvre de l'auteur Laurent Thinès qui nous emmène avec assurance dans un puits sombre, tortueux et sans fond.
Chaque psaume étant comme les barreaux de l'échelle qui nous feraient y descendre, leur enchaînement est très cohérent, pour peu qu'on prenne bien le temps de les lire...Puis de les relire. Autant le livre est très court, autant il m'a demandé du temps et de l'attention...Je ne suis toujours pas sûre d'avoir pu délier ce qui est part de fantasme et de réalité dans ce livre, mais ça ne gâche rien! C'est peut-être aussi bien qu'une part d'interprétation reste ouverte sur les agissements et le destin de ce sinistre et sordide loup.
Chaque psaume a un titre, qui en donne l'intention générale, et qui comporte souvent les termes de loup, de vierge, de brebis allégories des hommes et des femmes dans l'esprit du psychopathe dont le récit est monté comme une fable et comporte d'ailleurs une morale finale.
.

    Je ne crois pas qu'on puisse rester indifférent à ce livre. Ce personnage inspire autant de répulsion, de crainte que de pitié, je ne saurais dire ce qui l'emporte. J'ai été dans l'esprit d'un psychopathe et c'était crédible, malgré ou grâce à un grand talent d'écriture, car a-t-on vraiment envie d'être touchée par un poète-psychopathe?...Pal mal de "ou" qui restent en suspend et vont me hanter un petit moment encore....Hooouu !
.

Un grand merci aux éditions AEthalidès, à Lyon.
Commenter  J’apprécie          159
Pour commencer, un grand merci à Babelio et en particulier à nicolasbabelio, qui pour ma première participation à une masse critique m'a bien gâté, lui, et les éditions @Aethalidès de Lyon. Merci à eux. (un livre m'ayant fait de l'oeil sur leur site, je retournerai vers eux.)
J'ajoute une petite rectification : ce livre compte 96 pages et non 48 comme indiqué sur sa page Babelio.

"Un animal blessé ne pleure pas...Il mord." ... (?)

Il y a des lectures comme des poignards.
Des poésies qui vous lacèrent.
Ces derniers jours, dans ma PAL, se côtoyaient @Jean de la Fontaine et @Laurent Thinès. La poésie et le loup en commun, enfin, le mythe du loup, car c'est bel et bien dans les pensées abimées d'un psychopathe qu'il nous invite au travers cette lecture. le tout en vingts psaumes, décortiquant la montée ou la descente (a vous de voir), de son esprit obscur. de sa conception, à son enfance bafouée, la maltraitance pour unique compagne, sa haine envers sa mère, envers les porcs bedonnants et pervers, cette peuplade de moutons, sa haine va croître, s'intensifier, pas de sorties de secours, Nada ! le mythe du loup version Sérial méchamment sadique et torturé.

_"La raison du plus fort est toujours la meilleure."
ça..OK Mr La Fontaine, mais votre loup est-il le plus fort ?
Car celui de Mr Thinès, il a des blessures, pleins, et elles vont le nourrir.
Des fêlures par lesquelles vont s'introduire la rage.
Et j'ai bien peur que son loup fasse passer le vôtre pour l'agnelet de service.
Celui de Mr Perrault, a déjà troqué, chevillette et bobinette, contre serrure haute sécurité. Mieux vaut jouer la carte de la prudence que de se faire larder dans son lit, a t-il pensé.
_La Vierge au loup est un petit livre qui se lit vite, mais ou des re-lectures s'imposent. Je l'ai donc lu plusieurs fois, d'une traite puis, psaume par psaume, encore et encore, armé non pas de mon dico, mais avec l'aide précieuse de mon allié "Wiki-Google", pour pouvoir décoder chaque mot, décrypter les symboles...nombreux.
des mots inconnus pour moi : " l'outre ; haborrer, les scotomes.." ; puis d'autres, connus mais à la signification plutôt approximative : l'hallali ; l'hypogée ; la justice immanente.." Une fois tout ça remis au clair dans ma p'tite tête, non sans mal, ce fût un réel plaisir que de déguster ces mots, de les ronger jusqu'à l'os. La lecture devient plus lumineuse, mais nous, on reste en bas, dans l'obscurité, dans le tragique, la lumière, c'est pas pour tout de suite.
Car c'est bien une histoire de mots dont il s'agit. de mots...de cris. Les mots d'un poète, les cris d'un enfant.
Des mots qui saignent, des mots qui rôdent, des mots qui mordent, des qui t'étripe.
Des maux également. Ceux d'une enfance sacrifiée.
Des maux d'école, des maux d'amour.....Vierge Primordiale.
Des maux étouffés derrière un soupirail.
Abandon, solitude, frissons, érection.....Minotaure.
Maltraitance, vengeance, violence, démence.....Opium.
Le religieux, les allusions Bibliques sont là, tout au long du récit, en parfaite communion avec le Mal...Ainsi saigne t-il !
Les araignées aussi sont de la partie, elles ne sont jamais loin, elles ont tissé leur toile entre les pages.
Vous l'aurez compris, c'est tourmenté, c'est assassin, c'est beau, même très beau.
Les petites âmes fragiles tourneront les pages avec prudence. Mieux vaut y aller à pas de loup.
Une belle découverte pour moi.
_L'auteur, récemment libéré sur parole...non, non, je plaisante...Mr Thinès soigne les gens, il est Neurochirurgien, et quand il n'est pas à l'hôpital, il montre les crocs contre les armes sublétales, grenades de désencerclement ainsi que les fameux "LBD", oui c'est ça, les pistolets lance 'baballe', stars des manifs. On en a souvent entendu parler ces derniers temps. Lui derrière, il répare..."les gueules cassées". Noble cause !

Les éditions AEthalidès se sont amusées sur leur site, au jeu des filiations.
je cite : _les fleurs du mal de Baudelaire, le Psychose d'Hitchcock, croisés avec le petit chaperon rouge de Perrault, sous la plume d'Hannibal Lecter.
Pile-Poil ! Ca reflète plutôt bien l'esprit de ce livre.
J'aime bien ce jeu, je me permets donc d'y ajouter mon grain de sel, de toute façon, vous n'avez pas trop le choix.
_Les Fleurs du Mal.. entièrement d'accord. Que je complète par quelques pages de "@Chienne" de @Marie-Pier Lafontaine, mon seul cinq étoiles sur ce site, et dont la vierge au loup m'a fait penser à plusieurs reprises, sur le fond, comme sur la forme. J'ajouterai a cela quelques lignes tirées de la biographie d'@Ed Kemper, l'Ogre de Santa Cruz, aussi cruel mais bien plus intelligent que l'ogre de Perrault, et qui de surcroît avait lui aussi un léger problème avec sa vierge primordiale...résolu. Un ou deux paragraphes @des noces barbares de Queffélec, Et voila, le prix @Bram Stoker est dans les bacs.
_pour le cinéma, Psychose, c'est OK également, mais je l'aurai passé à la moulinette avec deux autres films, pour mieux en extraire le jus de leur folie : "La mise à mort du cerf sacré" d'une beauté et d'une froideur chirurgicale et "Hard Candy".
Shaker ! je secoue ! je secoue ! je secoue ! et hop ! on obtient un super bon film bien déjanté.
Ne manque plus qu'une bonne bande son, alors, un peu de @Hubert-Félix Thiéfaine pour le jeu et l'amour des mots ; on y saupoudre un peu de @Nick Cave, une bonne dose de l'inquiétant "Night Prowler" d'AC/DC, on laisse mijoter jusqu'à l'explosion des notes du malsain mais jouissif " South of Heaven " de Slayer. le tout joué live a Spahn Ranch accompagné par les choeurs de la family...Magistral !
On mélange, on malaxe le film bien déjanté, la B.O explosive, le prix Bram Stoker, deux ou trois gouttes de sang, on s'installe dans son fauteuil, @la vierge au loup entre les mains, "Ma" filiation parfaite, et là.........OPIUM !!!

Voici le soir charmant, ami du criminel ;
Il vient comme un complice, à pas de loup ; le ciel
Se ferme lentement comme une grande alcôve,
Et l'homme impatient se change en bête fauve...

_ Baudelaire _ le crépuscule du soir.










Commenter  J’apprécie          710
Fou :
A travers vingt poèmes, au symbolisme primitif très fort, à la folie assumée, je me suis retrouvée immergé dans les abysses de la psyché d'un tueur psychopathe ou du grand méchant loup des contes, au choix.
C'est totalement inédit pour moi.

Loup :
Ses mots très violents, râpeux, frustrants, glaçants, cruels, lourds...
Ses obsessions…
Des scènes. 
Ce style littéraire, sa plume.

Psychopathe :
Il y retrace sa genèse, sa métamorphose en un être ravageur. de l'enfant victime qu'il a été au loup tentateur, hypocrite, sans scrupules qu'il est devenu avec comme énergie sa libido dévastatrice.
Un enfant qui a grandi en vouant une admiration malsaine envers sa mère qu'il prenait pour la vierge et qui est à présent une bête incontrôlable et vicieuse.

Quand j'ai vu le résumé de ce livre, je me suis demandée :
Est-ce que du fait que ce style littéraire si délicat associé à tout un panel d'expression des émotions si intense soit choisie, je vais avoir un seul instant de la compassion pour ce loup? En avoir m'enlèverait-il de mon humanité ? Ou au contraire m'en ajouterait ? 
J'ai pensé sans cesse aux victimes fragiles, aux vierges, à ses brebis… son obsession de souiller de briser l'innocence. J'étais mal à l'aise, souvent, j'avais des frissons en lisant certains poèmes. 

Les mots, il cherche à les pervertir, même les mots il cherche à les faire pâlir, en les décortiquant en les plaçant de telle manière à ce qu'ils puissent être lus dans un ordre différent donnant alors un tout autre sens, amenant à une nouvelle réflexion, de nouvelles sensations.

Laurent Thinès :
Ce livre court se relit plusieurs fois c'est mieux, car passé la stupéfaction et l'effroi, on y voit cette recherche de mots se voulant parfois détachés ( je vois bien un mot dire à l'autre, tu as vu l'horreur qu'ensemble nous allons évoquer ? ) d'autres sont collés, ou encore volontairement éparpillés, des mots plus peureux s'accrochant les uns avec les autres ... j'y ai vu plus clair sur ce travail d'orfèvre qu'à fait l'auteur Laurent Thinès.
Le symbolisme est plus éclatant…Les sons tintent enfin dans ce vacarme de crise douleurs et prennent leur place. 

Je n'avais jamais été confronté de cette manière à un psychopathe (dans mes lectures, films…surement dans la vraie vie mais ils se cachaient).
Les poèmes un appât de plus? Pour le coup, oui. 
Peut-être que vous avez plus l'habitude que moi, car si je lis un seul thriller par an c'est déjà beaucoup, je ne regarde jamais de film d'horreur, je me préserve, sinon, je tomberai dans la paranoïa, et mon monde serait peuplé de loups imaginaires.

Je conseille ce livre à toutes personnes voulant sortir de leur zone de confort, voulant découvrir une version contemporaine du conte du Loup, voulant se questionner, voulant vivre une expérience inédite de part cette association inattendue : un-tueur-poète.
Commenter  J’apprécie          152

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
" De la soutane du berger, souvent dépasse queue de loup. "

Enfant...des rues
Petit déjà
pas assez joli....pas assez propre....pas assez futé....pas assez gentil....pas assez respectueux....pas assez ca-tho-lique....pour ma vierge primordiale
Chaque semaine...s'infliger la repentance
Notre Dame de la Nativité
dressée devant moi....pal sombre planté au ciel de ma mémoire
Couinement de la lourde porte en chêne
claquement sec sur ma raison
écho indélébile sur les parois glacées
Il m'attendait là-bas
Patiemment tapi.... tout au fond du cloître
le prêtre de quartier...et ses belles leçons d'éducation...morale et religieuse
Dans l'obscurité...de la soutane...sa panse velue d'obscénité
Prier à genou....longtemps
Pour son plaisir...écraser très fort...à la rage de mes petites mains
le va-et-vient sempiternel....du cierge saint
Puis dans la transe...récolter...au creux de mes lèvres...impures
la cire brûlante...et fruitée....de mon Seigneur
Au travers de ma gorge rosée...purifier mon âme....maudite
Bénédiction
Prescription
Commenter  J’apprécie          50
Le sacrifice de l'usine Nord
sur l'autel du capitalisme sauvage
Devenir serveuse à l'Eurodancing
cette bergerie croupissant
sous l'épaisseur de brume
à la croisée de Geoffroy et Verdun

Dans la crasse de l'humanité
servir de blonde de brune ou de rousse
au zinc des perversions lubriques
des loups prédateurs de passage
Commenter  J’apprécie          60
Dans le brouillard braconnier ne rien faire
qu'attendre
l'éclaircie préméditée

Minotaure accroupi sur la berge maintenant
les mains vociférant dans les filets piégés d'algues

Etre prêt
Commenter  J’apprécie          40
La grêle profuse de ses poings
ensemençant le désir du mourir
à même l'argile de mon corps

Rafales cinglantes du ceinturon
jusqu'à l'éclatement de la peau
de mes rêves d'enfant
Commenter  J’apprécie          22

Videos de Laurent Thines (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Thines
« On attend d'être dans le mur pour réagir, on court après la maladie »
Pour le neurochirurgien Laurent Thines, le gouvernement a mal anticipé la crise, et n'a pas été plus clair sur les consignes de confinement.
Retrouvez tous les soirs notre émission « À l'air libre » https://www.mediapart.fr/studio/videos/emissions/l-air-libre
autres livres classés : contes noirsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (16) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2859 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}