AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-le.. (74)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
StephanieMarcos
  22 juin 2016
L'histoire se déroule dans la ville de Montceau-les-Mines et vous découvrirez les origines fantasques de ce nom ! Trois lapins nommés Arthur, Théobald et Justin Lapaimbot sont amoureux l'hermine Ermelinde, la fille de la reine Hermangarde et cherchent à la courtiser. Mais attention pourquoi la famille royale de Sanvigne-l'Hermine règne t-elle sur Montceau-les-Mines ?

Comment le gendarme, le glacier et le poète vont t'ils s'y prendre pour tenter d'approcher Ermelinde ? Est-ce que l'un d'eux réussira à séduire la belle princesse si convoitée ? Et surtout les trois lapins devront faire face au gardien du château, l'imposant Isidore Tiperanole, qui ne voit pas du tout d'un bon oeil leurs démarches et dont le physique, on peut le dire, est hors du commun !

Ce petit livre est le troisième ouvrage de Pierre Thiry que j'ai l'immense plaisir de découvrir et je suis ravie d'y retrouver sa plume poétique pleine de fantaisie.

Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines est un conte illustré pour enfants qui peut être lu dès le plus jeune âge et dont l'atmosphère qui se dégage est loufoque, drôle et très agréable.

De plus, j'ai aimé retrouver des petits poèmes, des jeux de mots, l'aspect farfelu du récit et les illustrations colorées où les jeunes lecteurs pourront facilement se projeter comme étant à l'origine des dessins. En fait, ce petit conte est très sympathique et franchement réussi ! Il amusera et fera rêver sans aucun doute vos enfants !
Lien : http://larubriquedolivia.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Aluna
  21 juin 2016
Ouvrons ici les pages d'un petit conte pour enfants, qui ne fait pas partie de mes lectures habituelles (les contes écrits m'ennuient alors que j'adore ça à la télé, allez comprendre…), mais que j'ai choisi de lire à la demande d'un auteur que j'aime bien – il est adorable J En plus, il m'a fait sourire en me l'offrant le jour de mon anniversaire, une journée un peu sombre cette année pour moi : en gros, pouvais-je vraiment refuser ? ;)

Quoiqu'il en soit, me voici donc plongée dans ce conte. Avec curiosité et forcément, un peu d'appréhension (eh ouais, vous me connaissez depuis le temps!). Premier constat, ça se lit très rapidement, c'est un conte, c'est normal. Deuxième constat, l'histoire est plutôt sympa et surtout, la morale de l'histoire est plutôt bonne. J'aime bien l'idée qu'on puisse confier ce genre de textes aux enfants, qui ainsi passent du bon temps tout en apprenant.

Par contre, je me suis demandé si certains termes n'étaient pas complexes pour nos amis enfants. J'ai également noté que les dessins n'étaient pas toujours attrayants. J'ai cru comprendre qu'il s'agissait de la première oeuvre de l'illustratrice, c'est sans doute normal dans ce cas, juste dommage car voilà, les enfants aiment ça et le contenu devrait être à la hauteur des graphismes ici :) Enfin dernier bémol et pas des moindres : le titre ! Alors je ne sais pas pour vous, mais je vois peu d'enfants s'arrêter sur ce titre trop… compliqué. Même moi je ne l'ai pas retenu ! Lol. Sans compter que le dessin sur la couverture est beaucoup trop petit pour les attirer… mais bon, ce sont des questions marketing, le contenu vaut le coup, heureusement :)



En conclusion, un conte pour enfants bien sympathique, un texte fluide et compréhensible (quelques termes peu courants certes), et surtout avec une morale que j'ai bien apprécié – ce qui, pour moi, est le fort des contes pour enfants. Mes seuls bémols : le côté pas toujours attrayants et peu envahissant des illustrations, la couverture qui manque de punch et ce titre… trop long et scolaire. Ceci dit, maintenant que je l'ai lu et que j'en connais le contenu, je l'achèterais bien pour un petit neveu ou une petite nièce bien sage ;)
Lien : http://imanbooks.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
marionf
  05 janvier 2016
Que j'ai eu du mal à le placer celui là entre Dario Battistella, Jean-Jacques Roche et Antonio Gramsci. Et pourtant il ne fait que 68 pages. En liminaire je remercie chaleureusement Pierre Thiry pour l'envoi de son second livre (le premier était Ramsès au pays des points-virgules, souvenez-vous) et m'excuse pour cet horrible retard.

Le livre étant un très court conte pour enfants je ne peux pas vraiment vous parler de l'histoire. En revanche je peux vous annoncer de suite qu'Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines s'inscrit dans la suite du précédent livre de l'auteur, des personnages et une histoire un peu loufoques mais toujours bien cadrés.

On dirait une histoire inventée par un enfant, c'est simple, naïf, mignon. En elle même elle n'est pas vraiment originale, des animaux qui vivent dans une société d'animaux, avec une princesse, un méchant et des gentils qui veulent se marier avec la princesse, les trois lapins rappelant d'ailleurs les trois petits cochons. La double morale aussi a déjà été entendue et re-entedue, prendre son temps, ne pas faire les choses de manière précipitée. Ce qui fait tout le charme de ces quelques pages c'est la plume de l'auteur, son style simple et fluide.

La présentation est totalement adaptée aux enfants (ou aux myopes qui pomment tout le temps leurs lunettes (je parle en connaissance de cause -_-' ) ), gros caractères, dessins, histoire très courte divisée en chapitres. Non vraiment pour le coup c'est bien fait. J'aurai bien vu Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines en album en fait.

Bémols tout de même.
J'ai été beaucoup moins enthousiasmée par la couverture d'Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines que par celle de Ramsès au pays des points-virgules qui était pourtant très simple, d'autant plus que le conte est destiné aux enfants (un jour je ferai un billet sur mon amour des couvertures de livres).
Certains mots sont trop compliqués pour un très jeune lectorat, alors oui certains sont expliqués et c'est plutôt bien car ça va enrichir le vocabulaire d'autant plus que, comme je l'ai déjà dit pour son précédent ouvrage, Pierre Thiry sait expliquer de manière simple et claire, mais d'autres mots complexes ne sont pas définis et c'est bien dommage.
Quant aux illustrations de Myriam Saci là j'avoue que je n'ai pas accroché du tout. Trop enfantin, coloriage, je ne trouvais pas du tout les illustrations dans la continuité du livre.

En définitive je ne suis pas déçue, il faut que je teste l'histoire sur mes nièces pour savoir si les enfants accrochent (je doute qu'elles m'en fassent un retour négatif) mais d'un point de vue de vingtenaire c'est un parfait petit conte pour enfants.


Lien : https://troisiemesansascense..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
louloutediary
  22 septembre 2015
On retrouve Arthur, Theobald & Justin, trois frères lapins habitant à Montceau-les-Mines, qui tombent tous les trois amoureux de la princesse Ermeline. Chacun tente sa chance pour conquérir sa belle, mais le chemin de l'amour est parfois semé d'embûches, notamment de par leur rencontre avec Isidore Tiperanole, gardien du château ...
Evidemment, en tant qu'adulte, ce petit livre d'une soixantaine de pages se lit très rapidement. J'ai bien aimé cette petite histoire, qui convient autant aux petits qu'aux grands.

Lien : http://louloutediary.blogspo..
Commenter  J’apprécie          00
lapauselibrairie
  17 avril 2013
L'histoire des trois petits lapins amoureux de la princesse l'hermine est vraiment toute choupinette ! Malgré le peu de pages, je suis tout de suite rentrée dans cet autre monde peuplé de lapins. J'ai aussi été de suite conquise par la personnalité des trois frères lapins.

Ce conte est très bien écrit, l'histoire est bien ficelée et j'ai adoré les codes de conte comme les répétitions, la morale etc…

Comme tout conte pour enfants qui se respecte, l'histoire se termine bien. En même temps, cela aurait été dommage d'infliger à des enfants de moins de 10 ans la cruauté de ce monde…

Néanmoins, en me positionnant en petite enfant lisant ce conte, je me demandais si j'aurai tout compris… Un enfant peut-il comprendre les jeux de mots comme « feuille de chou » et « coup du lapin » ? Il comprendra quand même l'histoire puisque l'auteur explique bien qu'on parle d'un journal à ce moment là. « surintendant » et « tromblon » sont des mots que petite je n'aurai sûrement pas du tout compris… Mais après tout, un conte se doit, d'abord, d'être lu et expliqué par des parents.

Il y a un point sur lequel je me questionne. Au moment où Justin récite ses vers à la fin en regardant le plafond étoilé, est-ce une sorte de « prière » à un Dieu lapin ou est-ce juste pour démontrer que quand on souhaite vraiment quelque chose ça arrive ? Je penche davantage pour la première option même si la morale du livre démontre plutôt la deuxième, que je préfère.

A propos de l'objet livre en lui-même. Il est de bonne qualité, certes très court pour un prix assez élevé. Les illustrations sont de Myriam Naci, une étudiante en langues étrangères. Elles sont plutôt bien faites mais ne conviennent pas à ce genre de lecture : un conte. Elles ne sont pas assez magiques. Les trois frères sont plutôt mignons mais la princesse est laide… Ce sont des dessins scannés et intégrés au livre alors qu'elles (les illustrations) devraient s'harmoniser totalement avec le texte. en papier glacé, brillantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Syl
  23 mars 2013
Il était une fois…

Un monde où les animaux « faisaient tout ce que les hommes font aujourd'hui. Ils parlaient, chantaient, dansaient, travaillaient… ».

Montceau-les-Mines était une ville qui offrait les plus belles richesses aux regards. Or, incrustations de pierres précieuses, maisons prestigieuses, château enchanteur, tout était opulence, faste, magnificence. La reine Hermangarde, une hermine, était fascinée par le scintillant et grâce à un trésor découvert dans les temps passés, Montceau-les-Mines était devenu un écrin extraordinaire.

Les trois frères lapins, Arthur, Théobald et Justin Lapaimbot, étaient issus d'une famille fort honorable et leurs parents étaient fiers de leur descendance. Doués tous les trois, ils avaient choisis des vocations très différentes… gendarme, marchand de glace et troubadour.

Un jour, ils s'aperçurent que la princesse Ermelinde était une hermine bien belle et qu'ils en étaient fous amoureux. L'harmonie entre eux éclata et ils décidèrent de la séduire avec de la poésie. Mais… de mots en mots, ils arrivèrent très rapidement à de taloches en coups de poing, au grand désespoir des parents. Des lettres enflammées partaient au palais, des rimes, des fioritures verbales, des compliments, des galanteries enchanteresses, affriolantes… tout était écrit pour charmer Ermelinde.
Cependant, au château, le concierge qui réceptionnait le courrier était Isidore Tiperanole, un crocodile qui veillait à la quiétude de la royale famille, qui courait après le temps, qui crevait les nuages avec un tromblon… qui aimait manger les petits lapins… et qui renvoyait systématiquement toutes les missives à leurs trois expéditeurs.

Pour Arthur, Théobald et Justin, le temps est venu d'élaborer des plans, de passer à l'action et de contrer Isidore… Qui des trois obtiendra le coeur de la belle ?

Ce livre m'a été très gentiment offert par l'auteur. Je l'ai lu avec plaisir même s'il s'adresse à de jeunes enfants. Petit livret d'une soixantaine de pages, il conte les péripéties de trois lapins épris de la même jeune fille… mais pas n'importe laquelle !
Dans ce monde qui me rappelle le monde enchanté de « Oui-Oui », il y a beaucoup de fantaisie, d'humour, de rythme et de naïveté. Ces composants réjouiront les enfants et les feront partir dans un beau pays où les plus féroces peuvent être les plus crédules et les moins vigoureux. Tout est dans l'art des belles paroles.
Le livre est illustré par quelques dessins aux couleurs franches, primaires, aux tracés enfantins. Pour mon goût, j'aurais préféré des teintes plus pastel, douces, mais cela ne serait peut-être pas l'avis d'un enfant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lady_K
  17 janvier 2013
Montceau-les-Mines est peuplé de lapins et sous les ordres d'une famille royale. Arthur, Théobald et Justin sont trois frères lapins, amoureux de la belle princesse du royaume, inaccessible. Dès lors, comment l'approcher et se faire remarquer d'elle ? Telle est la question :)

« Isidore Tiperanole… » est un conte sympathique qui se lit vraiment très vite et sans mal. Par contre, je le trouve un peu cru pour de jeunes enfants. Certes, la morale à la fin est belle et honorable. le message véhiculé est beau… mais ça coince un peu. Ce n'est même pas sanglant, c'est juste un peu brutal pour un jeune public. La princesse est loin de correspondre à l'idée qu'on se fait des princesses. Quant au garde, il ne vaut mieux pas le croiser. Ce qui est positif, c'est que ce conte est surprenant (peut-être un peu trop ?). On ne s'attend pas du tout à ce que l'auteur nous présente. La plume est agréable, par contre les illustrations qui agrémentent l'ouvrage ne sont pas mon style.

En conclusion, un conte surprenant et qui se lit très rapidement. J'ai aimé le fait d'être surprise par le développement, mais je ne le recommande pas aux plus jeunes.
Lien : http://antredeslivres.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Arieste
  25 novembre 2012
J'ai beaucoup aimé cette histoire, je la trouve amusante, rafraîchissante et assez originale. Je trouve que c'est une belle idée d'avoir située l'action à Montceau-les-Mines, je ne connais pas cette ville mais je pense que cela a du faire plaisir à ses habitants. Il y a beaucoup de rebondissements dans ce récit et je pense que cette histoire va énormément amuser les enfants. J'ai également énormément apprécié le style de l'auteur, à la fois simple et recherché. Je trouve que malheureusement, dans beaucoup de livres pour enfant, on cherche à simplifier au point de négliger complètement le caractère littéraire du récit. Or, les enfants peuvent tout à fait comprendre une histoire écrite avec des verbes au passé et des phrases de plus de cinq mots. J'ajouterai même que c'est grâce à de tels livres lus dans mon enfance que j'ai pu maîtriser correctement la langue française. de plus, l'adulte que je suis maintenant a pu oublier un instant que l'histoire était destinée aux enfants et donc y prendre plaisir. Ce conte m'a donc un peu rappelé les contes plus classiques comme ceux de Madame de Beaumont, dont je suis en train de lire l'oeuvre.

Donc quelque soit votre âge, lisez ce livre et plongez dans le royaume de Montceau-les Mines !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Myiuki
  07 novembre 2012
J'avais hâte de découvrir ce petit livre dont j'avais beaucoup entendu et j'avoue qu'une fois qu'il a été entre mes mains, je l'ai dévoré. Il faut que c'est un conte pour enfants, donc court et rapidement lu. Ce qui n'enlève rien à la poésie et à la magie qui l'habite. Il m'a permis pendant quelques minutes de retomber en enfance et de m'imaginer un autre monde, un autre temps. Quoi de mieux que de s'émerveiller à nouveau quand on est grand ?

Et ce petit conte y arrive très bien. Dans un premier temps, j'ai beaucoup aimé le fait que l'auteur reprenne une ville existante pour la transposer dans une autre temporalité, la parant de pierres précieuses et d'animaux. On se retrouve transporté dans une ville au bord de l'eau qui scintille de milles feux et dont les habitants sont des lapins et des hermines. Un vrai petit plaisir pour moi que de voir apparaître ici mon animal fétiche. Ca m'a permis aussi d'entrer plus facilement dans l'histoire, quand on aime les lapins, les voir vivre sous ses yeux apporte une petite touche de fantaisie supplémentaire à la lecture. Au début du conte, l'auteur prend le temps de bien expliquer l'environnement dans lequel va se dérouler l'histoire, qui d'ailleurs, ne commence réellement tout de suite. Cette petite mise en place permet d'entrevoir un bout de la légende créée par l'auteur, de comprendre comment fonctionne cette ville, en quoi elle est exceptionnelle et différentes des autres. On nous explique aussi sa richesse, sa grandeur, sa fierté. On découvre aussi qu'autrefois les animaux faisaient tout ce que les hommes font aujourd'hui, de quoi les rapprocher un peu plus de l'enfant-lecteur qui saura y reconnaître le parallèle. Quoique j'ai trouvé cette présentation intéressante et nécessaire, elle m'a paru receler quelques mots plutôt difficiles, mais j'y reviendrai.

Ce que ce conte apporte surtout, c'est de la fantaisie ! le lecteur plonge dans une histoire farfelue, celle de trois frères lapins qui souhaitent conquérir le coeur de la princesse de Montceau-les-Mines, Ermelinde. Au début ça m'a fait penser un peu aux trois petits cochons et à leurs trois différentes méthodes pour résister au loup. Et au final, c'est à peu près ça, sauf qu'ici on parle séduction. Mais au bout du compte, il ne peut toujours y en avoir qu'un. Et le loup est remplacé par un garde mi-crocodile, mi-gorille. Les éléments centraux du conte traditionnel sont donc identiques, mais l'auteur les rend originaux à sa manière. Ces trois lapins qui se battent pour le coeur de la princesse ont chacun une spécialité, l'un est gendarme, l'autre marchand de glaces et le dernier poète, et leur profession reflète leur personnalité dans la cour qu'ils font à Ermelinde. Étonnement, tous trois essaient, au début du moins, de conquérir la princesse de la même façon, en lui composant des poèmes. J'avoue que cette partie-là du texte n'est pas ma préférée, même si j'avoue que le tout dernier poème m'a fait sourire. Pour le reste, je n'ai pas été embarquée dans les poèmes tels quels. Par contre, la poésie du texte en lui-même m'a accrochée lors de la lecture. C'est enchanteur. Cette courte histoire de trois lapins amoureux d'une princesse, quoique classique sur ses bases, est écrite d'une bien belle manière, drôle, légère, attrayante, qui vous emporte dès les premiers mots. Mais il y a bien plus que ça dans ce texte ...

J'ai beaucoup aimé notamment le personnage d'Isidore Tipéranole, même s'il n'apparaît pas tout de suite dans le texte, j'ai trouvé que finalement, c'était lui qui avait le plus d'importance là-dedans. C'est le gardien du château dans lequel vit Ermelinde et il empêche consenscieusement quiconque essaie de s'approcher d'elle d'y entrer. Il a une obsession, il veut tuer le temps à coups de troublon. Il passe sa vie à chasser le temps, à essayer de le repérer pour l'anéantir. Dans quel but ? Finalement, on ne le sait pas vraiment. Il représente la morale du texte, à savoir qu'il faut prendre son temps, le savourer, profiter de l'instant présent, carpe diem comme dirait notre cher ami Horace. Au début, j'ai trouvé ce personnage loufoque, un peu grotesque voir pathétique, je ne comprenais pas où l'auteur voulait en venir avec lui et puis, petit à petit, la lumière s'est faite et la morale représentée par le personnage m'est apparue. J'ai beaucoup aimé le voir subir les assauts des trois frères lapins, de le voir déjouer leurs pièges, cela amène quelques situations teintées d'humour dans le texte. Au final, tous ces petits personnages nous offre un conte d'une douceur et d'une magie indéniables. J'ai pris plaisir à découvrir cet univers étrange mais merveilleux, habité par des animaux un peu gourmands et aussi un peu décalés et je suis sûre qu'il vous plaira de le découvrir à votre tour. Il y a de la magie dans l'air ...

Ce que je pourrais reprocher à ce conte, ce sont les petites coquilles d'orthographe, de typographie que j'ai repéré ici et là, rien de bien méchant. le problème majeur que j'ai noté, c'est le vocabulaire. J'ai trouvé que, même si dans l'ensemble le conte est bien adapté à son public, il y a néanmoins plusieurs mots qui m'ont paru difficiles à comprendre pour des enfants. C'est dommage parce que, de fait, ça m'a donné le sentiment que ce ne serait pas forcément aisé pour un enfant de lire ce conte seul et de le comprendre. A voir. Ensuite, pour l'écriture en elle-même, je l'ai trouvé entraînante, on se perd avec plaisir dans l'histoire, on en ressort avec le sourire, on rit beaucoup, on s'émerveille, les descriptions nous permettent de bien imaginer le décor et les personnages, c'est rythmé, ça se lit vite et on a pas envie de lâcher le livre une fois qu'on l'a commencé. Vraiment, c'est très bien écrit. La seule tournure de phrase qui ne m'a pas "plu" c'est le jeu de mots avec "chocolat" sur les dernières pages, là, je ne suis pas fan, mais bon, c'est un point de vue personnel. Aussi, j'allais oublier de parler des illustrations qui accompagnent le texte. Elles sont sympathiques, apportent de la couleur au récit, lui font bien écho, cependant, je trouve qu'elles sont un peu "brouillonnes" par moment, c'est dommage. Et puis, j'aurai peut-être plus apprécié de les voir en pleine page face au texte, pour leur donner plus de force, plus d'impact, comme dans un album.

Pour conclure, je dirais que ce conte doux, drôle et imaginatif a tous les atouts pour plaire aux plus petits comme aux plus grands. J'ai apprécié visiter cet univers décalé, un peu loufoque et parfois déjanté, faire la connaissance de ses habitants pas comme les autres et suivre leur histoire. Au final, je retiendrai un agréable moment de lecture et un conte que je prendrai plaisir à relire.
Lien : http://coeurdelibraire.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Dautresplumes
  07 novembre 2012
Trois jeunes lapins répondant aux prénoms peu communs de Theobald, Arthur et Justin, vivaient à Montceau-les-Mines, où régnait une Hermine. Les trois frères réussissaient bien leur vie : gendarme, vendeur de crèmes glacées et poète publié, ils faisaient la fierté de leurs parents. Mais chacun nourrissait un terrible amour pour la princesse Ermelinde, l'Hermine. Essayant, en vain, de la séduire à leur manière, par des lettres enflammées leur revenant à chaque fois, ils décident de tenter d'approcher la belle innaccessible. Mais la route sur les chemins de l'amour sont toujours semés d'embûches. Mais alors, qui est cet Isidore ?

Tout d'abord, un grand merci pour l'offre de Monsieur Pierre Thiry de me faire découvrir ce petit conte rafrachissant. Après avoir beaucoup aimé Ramsès au pays des points-virguls, j'étais des plus enthousiastes pour découvrir l'histoire qu'il nous réservait. Evidemment, ce livre est à des lieues de ce que je lis habituellement, mais mon âme d'enfant a pleinement apprécié ce conte léger mais baigné de morale.

Je n'ai pu m'empêcher de comparer cette histoire à la célèbre aventure des trois petits cochons. Certes, le but des aventures de nos trois lapins est bien différent, mais leurs erreurs, arrangeant le fameux Isidore, m'y ont fortement fait penser. Si je devais retenir une morale de cette histoire, ce serait de ne jamais foncer tête baissée, en amour, mais également pour tous les événements de la vie. Encore une fois, la patience et la réflexion ont payé sur le reste. Je trouve que c'est une belle leçon de vie à offrir aux plus jeunes, et très bien illustrées par le petit univers créé par l'auteur. Mais au-delà du côté philosophique de ce conte, voyons-le d'un point de vue plus enfant, et soulignons que l'humour y est terriblement drôle. Pourquoi terriblement ? Car même les côtés les plus sombres semblent amusants et colorés, amenant la petite bouffée d'air frais tant attendue.

Bien que les personnages soient, évidemment, peu développés, j'ai particulièrement détesté Ermelinde, la princesse, que je trouvais trop hautaine. Quant à nos trois héros, évidemment, mon coeur chavire pour le petit Justin, si habile de ses mots !

Encore une fois, Pierre Thiry offre un livre à l'univers original et un peu magique. D'abord pour les enfants, il sait ravir aussi les moins jeunes. Avec toujours autant d'humour, il nous rappelle quelques leçons de la vie, trop souvent oubliées. Un petit mot supplémentaire pour les illustrations de Myriam Saci, vraiment très très jolies et représentatives du conte se déroulant sous nos yeux.

Pour terminer, un petit moment d'évasion que j'ai tout particulièrement apprécié, et que j'espère offrir, un jour, à mes enfants.

Lien : http://dautresplumes.eklablo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1111 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre