AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2322189111
Éditeur : Books on Demand (14/11/2019)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Sansonnet sait du bouleau... forme une trilogie avec Sansonnets un cygne à l'envers (2015), et Sansonnets aux sirènes s'arriment (2018). Comme les deux précédents volumes, ce recueil comprend cent sonnets et une postface. Avec ce recueil trois sansonnets (trois cent sonnets) sont désormais réunis, en trois volumes qui peuvent être lus séparément, dans l'ordre que l'on souhaite.
On y trouvera une matière de fictions brèves et rapides. On y croisera, le temps ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
cicou45
  06 décembre 2019
Çà y est, la boucle est bouclée : Avec ce troisième recueil qui fait suite aux deux précédents "Sansonnets un cygne à l'envers" et "Sansonnets aux sirènes s'arriment", l'auteur atteint l'objectif qu'il s'était fixé, celui de rédiger trois cents sonnets (trois sansonnets) répartis sur trois ouvrages. Un véritable exploit et challenge pour cet amoureux de la langue et des jeux de mots. J'ai été particulièrement émue par ce troisième recueil car il le dédie à son père, grand amoureux de la musique, disparu cette année et cela se ressent ici, surtout dans les premiers écrits. Cet ouvrage aurait-il vu le jour sans la disparition de ce dernier ? Oui puisque c'était le projet de notre auteur mais il n'aurait peut-être pas eu la force et la mélancolie qui se ressentent parfois au travers de ces sonnets, qu'il prend avec humour dérision, passion et engagement. le sonnet est une science exacte comme il l'explique fort bien dans sa postface mais ne voulant pas faire affront à ceux qui se sont querellés à ce sujet au XVIIIe siècle, lui le prend plutôt comme un jeu...jeu avec les mots, jeu avec la langue comme je l'ai dit plus tôt dans cette "critique" - qui n'en est pas vraiment une car je n'ai pas forcément toutes les cartes en main pour en rédiger une qui soit digne de ce nom - mais jeu plaisir aussi, autant pour l'auteur que pour le lecteur ! Ici, l'on y croise parfois des gens sérieux comme Jean-Sébastien Bach (hommage à son père mélomane) mais aussi d'autres qui le sont un peu moins comme un poisson rouge par exemple pour ne citer que ces deux exemples. A travers ses mots, Pierre Thiry se place également sans le savoir au coeur de l'actualité avec notamment son poème "Rime protestataire" dans lequel il est question d'une rime mécontente qui décide de faire appel aux syndicats afin de faire valoir ses droits (cf les récentes grèves dont notre pays fait les frais en ce moment). Il joue aussi avec les saisons et j'ai l'impression d'avoir pris un an d'un coup avec cette lecture via les sonnets qu'il dédie à tous les mois de l'année.
Si je ne suis pas forcément d'accord avec l'auteur dans ce qu'il détaille dans sa postface concernant l'origine du sonnet, cela ne m'empêche pas de m'être sentie concernée tout au long de cette lecture qui m'a non seulement divertie, certes, mais aussi parfois, amenée à me remettre en question sur ma manière de voir le monde (autant bien celui de l'écriture mais d'une manière plus générale le monde qui nous entoure mais aussi mon petit monde à moi dans lequel je me suis retrouvée et enfin accepter d'essayer de faire le deuil de ma grand-mère avec le sansonnet "Dans les maisons de grand-mères" et pour cela, je voulais tout simplement remercier l'auteur et ne peux que vous inciter à votre tour à vous plonger dans cette lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Aline1102
  11 décembre 2019
Une fois de plus, Pierre Thiry nous enchante avec des sonnets très musicaux.
La musique est en effet au coeur de ce recueil de sonnets. L'ouvrage est dédié au musicien Louis Thiry, amoureux de Bach et passionné de linguistique. La musique et les mots. Chez les Thiry, le talent se transmet de père en fils.
Avec ces sonnets, Pierre Thiry précise (en postface) qu'il n'a pas voulu faire de la poésie. Et c'est tant mieux car le fait de devoir respecter la structure et la rigueur de la poésie ferait perdre leur charme et leur vivacité aux cent sonnets (« Sansonnets »).
Je discutais justement de mes futures lectures avec une collègue, il y a quelques temps, et nous en sommes venues à parler de William Shakespeare. Elle m'a dit ne pas aimer ses pièces mais adorer ses Sonnets, qui lui procuraient une émotion bien plus forte que la poésie habituelle : les Sonnets auraient quelque chose en plus par rapport à la poésie « traditionnelle ». Cette conversation m'est revenue en mémoire en lisant Sansonnet c'est du bouleau…, car c'est exactement cela que l'on ressent en lisant les trois Sansonnets (= 300 sonnets dans trois ouvrages) de Pierre Thiry : on rit, on s'inquiète, on s'amuse, on tremble… Des poèmes n'auraient pas la même saveur et ne nous feraient pas ressentir autant d'émotions différentes.
Outre la musique, les arts en général (peinture, cinéma, et bien sûr écriture) et la nature (arbres, oiseaux et autres animaux, cycle des saisons, mois de l'année, fêtes diverses) sont également mis à l'honneur. En lisant les sonnets dédiés aux mois de l'année, ceux qui se concentrent sur l'automne, sur Halloween ou la Saint-Nicolas, on a l'impression de parcourir une année entière enfermée au sein de quelques pages : c'est magique !
Et la magie ne s'arrête pas là. J'ai été enchantée de retrouver, dans un même recueil, des sonnets qui parlent d'oiseaux qui chantent au milieu des branches d'arbres, de violoncelle et de Code civil (oui, oui) ! La plupart de mes centres d'intérêts réunis en une seule lecture, c'est rare… Et, en même temps, ça ne m'étonne pas du tout de les retrouver chez Pierre Thiry : il est probablement le seul auteur contemporain qui était capable de composer un tel trésor.
D'ailleurs, en parlant de Code civil, j'ai particulièrement apprécié le sonnet dans lequel des sansonnets découpent le Code civil en 14 vers (Sonnet 15, intitulé Code civil) : cela m'a rappelé l'Empire romain qui fonctionnait avec 12 lois que les préteurs romains adaptaient selon les cas qui leur étaient soumis. Puisque Sansonnet sait du bouleau… me rappelle le droit romain, l'une de mes grandes passions, il ne pouvait être qu'un coup de coeur !
Mais ces sonnets « juridiques » ne sont pas les seules bonnes surprises de ce recueil : d'autres ont retenu mon attention. C'est notamment le cas du Sonnet n 9, intitulé Satire au sens « cave-hallier », qui est tellement musical ! Avec les Sonnets 87 et 89 (intitulés respectivement Elle était fière et Avancer dans le noir), il forme la « trilogie » des sonnets qu'il faut à tout prix lire à haute voix afin de les apprécier à leur juste valeur. Je les ai récités à mes chats qui ont paru apprécier. Ils ont d'ailleurs apprécié l'ouvrage aussi : ils ne l'ont pas quitté depuis hier soir, le reniflant dès qu'ils le peuvent : Pierre Thiry aurait-il un chat ? Un Charles Hockolmess (clin d'oeil à Ramsès au pays des points-virgules) que mes affreux félins ont repéré à distance ?
Le Sonnet 35 nous parle de l'Automne qui « est sombre en décembre. Il sait qu'il doit partir. » Ambiance « de saison » avec ce sonnet, car en ce moment les journées sont très courtes et les arbres déjà dénudés : l'automne est en bout de course et sera vitre remplacé par l'hiver…
Le Sonnet 36 (Ce parc est…) et ses étourneaux qui plagient Mozart m'a fait sourire : il est très amusant, tout comme le Sonnet 78, court et très mignon (il s'intitule d'ailleurs Minuscule, un titre très adapté) ou encore le Sonnet 96 (L'artiste certifié), où un oiseau se fait attraper par un ver/vers « Ce vers est épicé/ Songea l'oiseau pincé/ Est-ce du paprika ? »
Enfin, voilà mes deux grands favoris :
- le Sonnet 48, intitulé Février : mon mois ! Pierre Thiry joue sur les années bissextiles pour composer un hommage au plus beau mois de l'année (selon moi, bien entendu, puisque je suis née en février) ;
- Et le Sonnet 98 (Dans le vaste palais…) qui m'a rappelé la Princesse Elodie de Zèbrazur, l'héroïne créée par Pierre Thiry.
Sansonnets, un cygne à l'envers et Sansonnets aux sirènes s'arriment étaient déjà de magnifiques recueils. Avec Sansonnet sait du bouleau…, la boucle est bouclée, en quelque sorte : nous avons, à notre disposition, 300 sonnets qui ne demandent qu'à nous faire rêver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
larubriquedolivia
  01 février 2020

Tout d'abord, je précise que ce volume clôture la trilogie des sansonnets : Sansonnets un cygne à l'envers et Sansonnets aux sirènes s'arriment...
De plus, celui-ci est un peu spécial, en effet il s'agit d'un hommage au papa de l'auteur, le musicien Louis Thiry (1935-2019).
Aussi, les thèmes abordés sont la nature, la campagne, la musique, les saisons etc... Les sonnets peuvent être courts ou longs mais toujours écrits avec beaucoup de fantaisie comme celui-ci qui compte seulement un ou deux mots par ligne :
31° Sonnet roux
Sonnet
Roulait
Boulait,
Tonnait

Sonnait
Flâneur
Planeur,
Sonnet...

En rime,
En mime,
Il joue

À l'aigle
Espiègle
Et roux...

Enfin dans la Postface, l'auteur nous parle de son père avec émotion et nostalgie, c'est très touchant. On découvre aussi l'Histoire du sonnet et de nombreuses citations de Thomas Sonnet, Sieur de Courval entre autres.
Ainsi, avec "Sansonnet sait du bouleau... Cent sonnets c'est du boulot" le lecteur explore, rit, sourit et passe un excellent moment de lecture. L'auteur, Pierre Thiry, nous ravit toujours autant en s'amusant des mots et des rimes avec son style bien à lui !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Taylor
  02 janvier 2020

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, voilà ce que nous propose Pierre Thiry dans ce recueil de Sansonnets. Il y en a 100 et c'est un sacré boulot. L'auteur rend hommage à la nature, à la musique, aux saisons, à l'amour et également à son papa, musicien de talent.
En quelques lignes, le lecteur voyage et se laisse bercer par les mots et leurs musiques, l'auteur crée ainsi une bulle autour du lecteur.
Je n'en dirais pas plus si ce n'est que si le coeur vous en dit, prenez un billet et partez en voyage avec Pierre Thiry.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   05 décembre 2019
"Dans les maisons des grand-mères
Dans les greniers tout en l'air
Sous les livres de grammaire
Les contes imaginaires
[....]
Fait vibrer les cœurs d'enfants
Dans un souffle ébouriffant
Dans les greniers des grand-mères"

(Extrait du poème "Dans les maisons de grand-mères")
Commenter  J’apprécie          130
cicou45cicou45   06 décembre 2019
"L'érudition ne devient vraiment intéressante que lorsqu'elle n'est pas prise au sérieux mais qu'elle devient un objet de joyeux savoir..."

(Extrait de la Postface)
Commenter  J’apprécie          90
cicou45cicou45   06 décembre 2019
"Patiemment sois toi-même et non pas séducteur.
Une fleur tendre ignore ce qui chez l'acteur
Reste d'un art trompeur escroqueur d'infamie."

(Extrait du poème "Sansonne art pur")
Commenter  J’apprécie          60
cicou45cicou45   06 décembre 2019
"Tu me dis qu'il faut oublier
Mais je n'oublie pas ton sourire
Tu me dis qu'il faut tout plier
Mais là où résonne ton rire

Il n'y a rien à replier
Que des broussailles, des souvenirs
[...]

(Extrait du poème "Oublier ?")
Commenter  J’apprécie          40
larubriquedolivialarubriquedolivia   04 décembre 2019
Ecoutez l'art qui vagabonde
Improvisé dans vos ruptures
Qui s'immiscent dans vos structures
Du rythme des mots qui fécondent.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Pierre Thiry (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Thiry
Lecture par Pierre Thiry d'un extrait de Sansonnets aux sirènes s'arriment.
autres livres classés : sonnetsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
792 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre