AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de TREMAOUEZAN


TREMAOUEZAN
10 juin 2016
Sonnet tourmenté, tout remonté
(anti-T du sonnet XXV)

"Tavernier, please, un verre de thé !"
Trémaouézan, trémailleur russe,
traque le truc pour qu'enfin Gus-
tave Flaubert retrouve son "t".

Trou de mémoire ou turbulence,
Thiry Pierre, tendre troubadour,
t'a fait tomber, choir - t'es trop lourd !
"T" de Flaubert, en Seine intense.

Tricheuse lectrice, trimeuse, Béa-
trice tique et triture, quel tracas !
travaille le vers, entaille les en-

trailles du verbe pour que Gustave,
tonitruant et truculent,
trouve ses huit lettres sans entrave.

Pas de panique, je m'arrête là. Mais il est indubitable que les sansonnets, temporairement pris au piège entre quatrains et tercets, et qui virevoltent joyeusement au fil de ces pages, invitent le lecteur à se prendre au jeu.
J'y vois personnellement, en effet, une forme de jeu littéraire, à la manière de ceux auxquels se livre la fine équipe des "Papous dans la tête". Et, comme chez les "Papous", le lecteur-auditeur se régale, tout en fronçant les sourcils ici et là - "Mais enfin ! Qu'a-t-il donc voulu dire par là ? Ouh la la ! Il y a un piège. Relisons ce passage ..."
Oui, impression de légèreté. Et conviction que, derrière tout cela, se cache une tête chercheuse et curieuse, amoureuse des mots, de leur sonorité, et très au fait de la littérature.
Au fil des vers, vous croiserez Flaubert, donc. Ainsi que Jules Laforgue, Rimbaud, Verlaine, Arsène Lupin...
Au fil des vers, vous ferez également la connaissance de personnages extravagants : le señor Sonéklacique, Sainte Aise, Céleste Pesteleste, Alac & Rythé, Fedor Thograff. Sans oublier le vieux roi Charibert, les professeurs râleurs, les bougons rêveurs. Des mots passants (prénommés Guy) à la littérature, il n'y a qu'un pas. Et voilà le lecteur, lancé par monts et par vaux à la poursuite des sansonnets, tout surpris de se retrouver dans un univers très proche du pays des merveilles. Et quand il croit avoir aperçu l'ombre d'un fillette répondant au nom d'Alice, il se retrouve un tant soit peu désarçonné devant la non moins imposante présence d'un Raymond Queneau.
Loufoques, tendres, désabusés, un peu moqueurs sur les bords (de Seine), les sonnets de Pierre Thiry me font penser à un merveilleux livre d'images, que les enfants se plaisent à feuilleter, encore et encore, chaque image déclenchant leur rêverie et stimulant leur imagination.
Commenter  J’apprécie          144



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (12)voir plus