AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782322411726
48 pages
BoD books on demand (11/02/2022)
4.35/5   145 notes
Résumé :
Un matin d'hiver, une petite fille regarde danser les nuages. Ils lui font penser à la valse d'Hector Berlioz dans la Symphonie fantastique. Un drame se noue. Peut-on échapper au tragique de l'existence? À Clermont-Ferrand, le lecteur fait connaissance avec une femme mystérieuse: Lia Métonymie. En Dordogne, Apollon, surnommé le coq Léon vous entraînera dans une aventure inattendue. Ce recueil réunit trois nouvelles, trois brèves histoires à lire le soir, pour frisso... >Voir plus
Que lire après Valse froideVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (152) Voir plus Ajouter une critique
4,35

sur 145 notes
5
74 avis
4
56 avis
3
8 avis
2
0 avis
1
0 avis
Valse froide de Pierre Thiry est un recueil de trois nouvelles dont le format est idéal pour une agréable prise en main et la belle photo de couverture en fait un objet précieux à garder avec soi pour pouvoir relire ce texte à tout moment et s'en délecter.
Si ces nouvelles sont de genres et de styles différents, elles sont néanmoins toutes trois nées de textes courts à formes fixes, écrits antérieurement par l'auteur lui-même.
La première a été composée à partir d'un triolet « l'art se bride », le triolet étant un poème fixe composé de huit vers sur deux rimes. Quant aux deux autres, ce sont des sonnets qui en sont à l'origine, le sonnet étant lui, composé de quatre strophes, deux quatrains et deux tercets, le sonnet comportant en tout quatorze vers.
Chacun de ces poèmes à forme fixe est reproduit à la fin de chaque nouvelle.
C'est donc en se servant de ces oeuvres poétiques courtes que le poète rouennais Pierre Thiry, auteur déjà de plusieurs romans, recueils de poésie et contes pour enfants a brodé, a inventé, créé un univers beaucoup plus large et laissé libre cours à son imagination.
La première intitulée Valse froide, titre éponyme du recueil, évoque l'émotion d'une fillette observant la chorégraphie des nuages, telle la valse d'Hector Berlioz dans la Symphonie fantastique. Mais c'est un sinistre matin d'hiver glacial et un drame est latent.
La question posée alors est : est-il possible d'échapper au tragique de la vie ?
Cette phrase reviendra au fil du récit, tels un leitmotiv, un mantra, une sorte de conjuration du destin. N'ayant pu échapper au drame, sa propre fille y échappera-t-elle ?
Cette nouvelle fait la part belle à la création. La fillette devenue adulte met toute son émotion dans la création d'une sculpture, une oeuvre qui est son histoire à elle, un arbre qui raconte sa vie, « Son art est une matière émotive qui ne cesse de frissonner ».
Lia Métonymie est cette femme mystérieuse avec qui nous faisons connaissance en Auvergne, à Clermont-Ferrand. Ce nom curieux est une figure de style par laquelle on désigne le tout par la partie, le contenu par le contenant et Pierre Thiry l'utilise en tant que personnage pour sa deuxième nouvelle, devenant par là même un magicien des mots. Lia se révèle être une sorte de fée dont la légèreté n'a d'égale que sa joie de vivre et de voyager et même de voler…
Pour la dernière, La Plume Rebelle, l'auteur fait référence, cette fois, au coq Apollon, surnommé Léon, car plus simple à retenir ! Ce coq est pour le moins fabuleux tant il a de la prestance, de l'aisance, de l'assurance, mais il a un défaut. « Au milieu de sa queue qui jaillissait et retombait comme un jet d'eau du palais de l'Alhambra, on apercevait une plume rebelle. » Léon nous emmène dans une aventure inattendue, une aventure cocasse, rocambolesque mais ô combien poétique dont la chute m'a subjuguée ! Que de symboles représentés par cette plume. Quant à la note explicative en bas de page, à la fin de la nouvelle, elle mérite à elle seule beaucoup de louanges.
C'est avec grand plaisir que j'ai fait connaissance avec le talent de Pierre Thiry, ce jongleur de mots, même si je dois avouer que la lecture de Valse froide m'a un peu obligée à sortir de ma zone de confort. Je le remercie chaleureusement pour m'avoir proposée cette lecture vraiment étonnante car j'en suis sortie charmée, charmée par cette écriture délicate, poétique, fascinante, musicale, souriante si je puis dire, qui incite à la rêverie mais peut également faire frissonner tout en incitant à la réflexion.
L'auteur, cet amoureux des mots, en expérimentant comment à partir de textes courts, il est possible d'imaginer des récits beaucoup plus étoffés et imprévisibles, et ce, en laissant la porte grande ouverte à l'imagination, réussit, et il me semble que c'est l'une des autres grandes valeurs de ce recueil, à donner à tout un chacun l'envie de se frotter à cet exercice et donc à prendre la plume, de Léon ou de Lion…


Lien : https://notre-jardin-des-liv..
Commenter  J’apprécie          980
Un tout petit recueil de 3 nouvelles toutes très agréable à lire.

Je suis souvent frileuse quand il s'agit de nouvelles, car souvent je suis frustrée de ne pas en avoir assez, ou alors de ne pas avoir de vraie fin.
Mais ici ,j'avoue avoir été séduite, par la qualité d'écriture, mais également par le contenu.

J'ai beaucoup apprécié la plume de l'auteur douce et poétique.
Mais également par les histoires drôles et touchantes ,

Je suis souvent bluffée par le talent des auteurs a pouvoir être aussi concis.

Un vrai régal que cette petite balade au coeur de l'univers de Pierre Thiry.
Alors pour être parfaitement honnête je n'en ai pas eu assez, moi qui aime les pavés, et les descriptions.
Mais l'auteur maîtrise formidablement ce format qu'est la nouvelle.

Néanmoins, je reste curieuse, et je me demande ce que peut valoir le talent de l'auteur sur un travail plus étoffé.

J'ai passé un très bon moment.... et je ne verrais plus les belles plumes blanches sous le même jour... :)
Commenter  J’apprécie          860
Trois nouvelles réunies dans ce petit livre, trois nouvelles écrites en réponse à trois poèmes écrits précédemment par l'auteur et ajoutés à la fin de chacun des textes. Une idée intéressante, qui m'a beaucoup plu. Je me suis questionnée sur l'ordre, aurait-il été préférable de citer le poème avant la nouvelle ? En ce qui me concerne, j'ai relu chacune après avoir découvert le poème, et cette deuxième lecture était différente, enrichie.

Les trois nouvelles sont très différentes, et dans le style, et dans le propos. Chacun aura ses préférences. La première est la plus dramatique, la seconde la plus poétique, empreinte de légèreté, et la troisième la plus ébouriffante, dans tous les sens du terme, puisqu'une plume récalcitrante y tient la première place. Elle est celle qui m'a le plus séduite, par son humour. Chacune laisse une part belle à l'imagination, à la fantaisie.

La nouvelle n'est pas mon genre littéraire préféré, mais l'auteur ici m'a impressionnée par son aptitude à créer des univers très différents en peu de pages. Il joue avec les mots, le style pour créer dans chaque nouvelle une atmosphère très spécifique.
J'ai été entrainée dans chacun de ces univers très rapidement, j'en suis sortie tout aussi vite, dommage … j'aurai aimé en profiter un peu plus.

Merci infiniment à l'auteur pour l'envoi de son livre.
Commenter  J’apprécie          5914
Autant vous le dire tout de suite, j'ai horreur des notes en bas de page qui souvent m'ennuient et sont toujours écrites trio petites et pour tant, pour Pierre Thiry, je fais toujours des exceptions car l'on y trouve souvent des perles d'imagination, comme c'est le cas ici et notamment dans sa dernière nouvelle (du moins celle de ce recueil intitulée "La Plume rebelle" qui avait déjà fait l'objet d'une première publication en 2018 et qui ne peut que m'inciter, ou vous chers lecteurs, à faire peut-être un jour la biographie du célèbre écrivain américain Apollo Sunlight. Comment, vous ne connaissez pas ? Alors lisez ce recueil de nouvelles car ce dernier existe bel et bien dans l'imaginaire de notre auteur. Je connaissais ce dernier (Pierre Thiry et non pas notre cher Apollo) pour ces recueilles de poésie dans lesquels il s'amuse à jouer avec es mots, tout en gardant toujours un cadre bien structuré (ne s'improvise pas poète qui veut) et j'ai eu le plaisir de le découvrir ici en tant que nouvelliste mais toujours avec "des textes courts à formes fixex" comme il le dit lui-même. Parmi ces trois nouvelles se trouvent également quelques poèmes de ces précédents recueils qui y font toutes écho.

Ici, on se retrouve en plein coeur de l'actualité (bien que ce dernier ne l'ai pas anticipé car celle-ci est malheureusement dramatique), faisant parfois un petit détour par Kiev où de jeunes amants se rencontrèrent dans un train ou encore avec un crime crapuleux mais qui ne restera pas impuni.

J'ai toujours peur de trop en dire ou de ne pas en dire assez mais ici, je vais m'arrêter là car j'espère seulement avoir réveiller votre curiosité, votre envie de découvrir "ces jeux de mots", toujours aussi bien placés pour des histoires qui malgré tout, nous font frissonner (appréciez la rime s'il vous plaît). Je n'ai qu'un seul regret : encore une fois avoir lu ce petit recueil trop vite mais n'est pas la caractéristique justement des nouvelles : d'être brèves et d'éveiller un sentiment de frustration chez ses lecteurs ? Une lecture très agréable que je ne peux que vous recommander !
Commenter  J’apprécie          551
Résumé : Trois nouvelles :

Quel lien entre cette petite fille dans une matinée d'hiver et cette femme qui sculpte et qui admire sa fille de quatre ans qui joue avec des cubes

Comme le touriste en Auvergne à Clermont-Ferrand, suivras-tu l'inconnue dans le parc, la disparue du jardin Lecoq ?

Une plume qui relie Napoléon le bel Andalou de la basse-cour et l'écrivain Apollo Sunlight

Et puis bien sûr, de la poésie



Mon avis :

Dans ce petit recueil de 47 pages, Pierre THIRY s'attaque cette fois aux nouvelles et il nous en offre trois.

Valse froide : une petite fille qui fait une macabre découverte, deviendra grande et se servira de la sculpture pour raconter et exorciser ses démons, sera maman à son tour d'une petite fille de quatre ans qu'elle voudrait préserver des vicissitudes de la vie. Une nouvelle triste mais belle et très émouvante.

Lia Métonymie : un touriste aperçoit une inconnue qui l'intrigue et la suit, il s'agit de Lia, qui l'entraîne à Paris puis ailleurs, ils flânent, se racontent et ça se termine sur une note poétique. Un petit conte fantastique magnifique.

La plume rebelle : On commence dans une basse-cour pour terminer dans un hôtel ; ici c'est la montagne russe des émotions, c'est drôle au début puis il y a des parties plus tristes pour terminer de façon déconcertante. Une nouvelle fantastitragicomique (je sais, j'ai inventé le terme).

Et pour épicer le tout, Pierre THIRY nous offre un triolet et trois sonnets ; du pur plaisir.


Comme d'habitude la plume de Pierre est habile, je l'ai découvert sous un nouveau jour dans ce recueil, un peu plus « triste » mais aussi avec beaucoup d'humour. Comme l'auteur le dit lui-même, il voulait des textes courts dans un monde où les gens sont de plus en plus pressés et rechignent à lire de gros livres. Pari réussi, cher Pierre, cette petite pépite se lit rapidement, se glisse dans un sac, une poche, sur le chevet… Bon, j'avoue, plus long ça ne m'aurait pas dérangée, j'en redemande, encore et encore !

Textes courts mais néanmoins riches en émotions, en découvertes, en plaisirs. Pierre THIRY a un style bien à part, le jeu de mots n'est jamais loin, la poésie omniprésente, en vers ou en prose. Merci Pierre pour ces savoureux moments.


En bref, un livre qui ravira les amateurs de poésie, ceux qui connaissent déjà l'auteur et ceux qui n'ont pas encore osé lire ce genre littéraire, l'occasion est belle pour essayer et pour y revenir très certainement. Alors, n'hésitez pas et procurez-vous ce recueil et vu le prix modique, ajoutez-y cinquante-deux reflets du même auteur, vous n'aurez aucun regret !


À lire avec des oeufs sur le plat ou du coq au vin (P. 35) avec un bon verre de Montbazillac ; une belle plume blanche en guise de garde-page.

Mon compte Instagram : @la_cath_a_strophes
Commenter  J’apprécie          351

Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
Il était beau Léon. Il avait de la prestance, de l’aisance, de l’assurance. Quand il passait, elles gloussaient toutes. Elles lui lançaient des œillades coquettes ou baissaient les yeux intimidés. Il avait du succès. Les poulettes le convoitaient. Les poules plus âgées parlaient de lui comme du gendre idéal. Il était l’objet de tous les commérages, de toutes les admirations, de toutes les imaginations. Chacune cherchait à se faire remarquer par « le bel Andalou de la basse-cour ».
Commenter  J’apprécie          280
Ève admire sa petite fille et l’arbre. Elle essaie de le libérer, cet arbre, de le décrire, de le traduire en œuvre d’art. Il est si haut, si vieux, rempli d’une sagesse muette qui oblige à être représentée. Elle tente de la traduire. Elle aimerait réussir une œuvre d’art qui parle et qui raconte.
Commenter  J’apprécie          260
Elle a la démarche souple d’une danseuse et la parole artiste d’une poète. Chacun de ses mots semble lesté d’une richesse harmonique d’échos de lectures. Chacune de ses phrases fait palpiter ton cœur.
Commenter  J’apprécie          280
Elle aimerait que la vie de sa petite fille ne soit faite que de rythmes et de rêves, comme ceux que l’arbre dévoile en dressant ses branches vers le ciel.
Commenter  J’apprécie          340
Elle se dressait, droite, raide comme un sapin. Elle était toute blanche, éblouissante comme un glacier des Alpes sous un soleil d'hiver. Cela donnait l'impression qu'elle appartenait à un cygne ou bien à une oie plutôt qu'à un coq. Bien des poules trouvaient à cette plume rebelle un charme indéfinissable qui mes plongeait dans des abîmes de rêves romanesques. "Pour être parfaite, une beauté doit être imparfaite..." se disaient-elles dans leur caquètement poétique.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Pierre Thiry (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Thiry
Présentation de Sois danse au vent par Pierre Thiry
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (165) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1231 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..