AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226270086
Éditeur : Albin Michel (01/02/2012)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Avec ces 75 nouvelles, D.Thomas représente le ridicule, les cruautés, les faiblesses ou les inavouables arrangements des êtres humains.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
pilyen
  01 juin 2012

Ce livre est comme une coupe de friandises remplies de bonbons acidulés plus appétissants les uns que les autres. Composé d'une multitudes petits textes allant de quelques lignes à maximum cinq pages, "Je n'ai pas fini de regarder le monde" se propose de nous faire rencontrer des hommes, des femmes que la vie déroute ou agace. Tous sont pris à ce moment précis où un petit caillou se met dans leur chaussure, un événement se met en travers d'un chemin déjà un peu difficile ou un agacement fait monter la moutarde à un nez qui en a pourtant vu d'autres. Cela peut aller du taureau furieux qui se pose sur vos vêtements alors que vous faites trempette dans une rivière jusqu'au milliardaire qui fuit le monde pour vivre seul de pêche et de cueillette dans une cabane.
Ces petits moments pourraient faire penser aux gorgées de bière d'un Delerm sauf que Davis Thomas a envoyé la douceur se faire voir ailleurs pour la remplacer par une cruauté assez grinçante qui n'exclut pour autant pas une vraie tendresse pour ses personnages.
Dans toute cette myriade de nouvelles, un thème est souvent abordé : l'ennui du couple. Je ne sais s'il y a une part autobiographique mais, à force de répétition, cette usure dans le duo amoureux devient tellement prégnante que je me suis dit qu'il doit bien y avoir un peu de réel dans tout ça.... Et d'imaginer avec les éléments glanés dans son dernier livre, cet auteur, broyant du noir après une énième rupture , se jetant sur Attractive World (le site de rencontres pour personnes exigeantes) et lancer, telle une bouteille à la mer, l'annonce suivante :
La suite sur le blog
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Galirad
  30 janvier 2015
David Thomas a choisi le genre de la Nouvelle pour nous faire partager sa vision toute personnelle qu'il a du monde dans lequel nous baignons tous, nous, homo erectus du XXI° siècle.
Ses 75 courts textes sont comme des flashs mettant en lumière des instants fugitifs de nos vies qui malheureusement passent à la trappe et desquels pourtant, nous pourrions tirer tant d'enseignements…
Ce qui a particulièrement aiguisé ma curiosité, mais aussi mon embarras, ce sont les réactions contradictoires que j'ai pu avoir tout au long de ma lecture. Face à certaines bizarreries exprimées, je me suis sentie en complète résonance avec ses enchaînements tarabiscotés tandis que pour d'autres j'ai presque été choquée par ses raisonnements et développements.
C'est suite à cette réaction que j'ai compris et pu reconnaitre en David Thomas, la trempe de l'écrivain qui dépasse les modes et s'inscrit au panthéon des auteurs qui sont de libres contemplateurs de leur époque, détachés des dictats de la bienséance voire de la pudicité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
keisha
  09 novembre 2015
Avec toujours le même principe, encore souvent comme pour l'autre recueil autour de la vie d'un couple, vu par l'un ou l'autre, et tellement bien vu! Parfois un écrivain se glisse, par exemple l'ex trader achetant lui-même ses livres et obtenant contre son gré un nouveau tirage. (Un franc succès). Un dialogue (si l'on peut dire!) avec Logorrhée où Madame saoule son pauvre compagnon, qui use d'un moyen radical pour obtenir quelques secondes de silence.
Ces textes sont de petites perles, exactement du bon gabarit, incisives. Première phrase imparable, parcours sans faute, chute inattendue.
Quant à Je n'ai pas fini de regarder le monde, ce court texte est une petite merveille.
Un dernier pour la route
Portes
"Ma femme a une curieuse manie, elle ne peut pas s'empêcher de claquer les portes. Elle ne crie pas, elle claque les portes. C'est sa façon à elle de clore une conversation quand nous ne sommes pas d'accord. Et notre fille a hérité de ce petit travers maternel, y ajoutant, c'est sans doute pour apporter sa touche personnelle, des hurlements à se fermer les yeux. Alors un jour, fatigué de cette agressivité, muette pour ma femme mais extrêmement sonore pour ma fille, j'ai profité qu'elles soient sorties quelques heures pour démonter toutes les portes de la maison et les descendre à la cave que j'ai refermée avec un cadenas en acier et laiton de 50 mm dont la clé pend à mon cou. Depuis, j'ai la sensation d'avoir une nouvelle famille."
Lien : http://enlisantenvoyageant.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ZalvecZalvec   09 février 2017
J'adore entendre les voisins faire l'amour. Être le témoin du plaisir ou du bonheur des autres me rassure sur l'état du monde.
Commenter  J’apprécie          70
Video de David Thomas (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Thomas
David Thomas - Le poids du monde est amour
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
695 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre