AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234069394
Éditeur : Stock (30/03/2011)

Note moyenne : 3.1/5 (sur 15 notes)
Résumé :

La bibliothèque du docteur Lise est l’histoire d’un cancérologue, de nos jours, à Paris, qui vivrait moins bien, qui soignerait moins bien sans la compagnie des livres. Pas tout à fait récit, pas tout à fait essai ni roman, ce texte généreux et inventif à l’humour vif met en scène le docteur Lise dans son quotidien hospitalier, face aux malades, aux familles, aux questions graves parfo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Pibook
  15 octobre 2013
"Je me souviens d'avoir été fascinée par le miracle des bons livres qui arrivaient au bon moment de la vie. Ceux qui parfois tombaient des étagères pour venir répondre à des questions que me posait l'existence" (extrait "La Grand-mère de Jade" de Frédérique Deghelt). Dans mon cas, "La bibliothèque du Docteur Lise" m'est tombé dans les mains sur la recommandation de "Fanfanouche24" après avoir "zyeuté" (terme québécois pour "jeter un oeil") sa liste "Les livres, nos guides et nos héros....". Il s'est avéré que cette suggestion est arrivé à point suite au décès récent de ma mère, alors que questions et réflexions se bousculaient dans ma tête sur la vie en général mais où l'esprit, embrouillé par les vapeurs du deuil, anesthésiait chez moi toute volonté d'y voir plus clair . "La bibliothèque du Docteur Lise" de Mona Thomas a donc pris le relais pour apporter quelques réponses. J'ai aimé la lucidité des propos de l'auteur qui s'immisce dans la peau d'une cancérologue laquelle puise à son tour dans ses propres lectures pour donner un sens à ses actes et y apporter une dimension plus humaine. Dans un langage simple et une atmosphère décontractée, sans pathos, elle aborde divers thèmes auxquels elle est confrontée dans sa profession, chacun appuyé de références littéraires: l'erreur médicale, les conditions de travail en milieu hospitalier, l'indépassable souffrance morale de certains patients, la sacro-sainte vérité au patient (faut-il tout dire ?), les soins palliatifs, le soi-disant "combat" contre la maladie (j'ai bien aimé son point de vue là-dessus), la chirurgie plastique, etc. À la fin du livre, on retrouve d'ailleurs en annexe la liste de tous les livres. Parmi les auteurs cités, Céline, Tolstoï, Henry James, Cormac Mac Carthy, Malcolm Lowry, Franz Kafka, Philip Roth, Thomas Bernhard, Norman Mailer et plusieurs autres. Bref, vous avez sans doute saisi que j'ai beaucoup aimé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          234
fanfanouche24
  06 mai 2013
Un texte choc... pour tous les amoureux du Livre, avec un grand L.

Un ouvrage qui a la double richesse de faire une chaîne humaine et livresque...en nous faisant découvrir les écrits qui aident cette Docteur Lise...Elle soignerait moins bien sans la compagnie des livres, elle vivrait moins bien. Cancérologue dans un grand hôpital parisien, Lise Ménard trouve chez Philip Roth, Irène Némirovsky, Nabokov, ou Céline, Henry james, Doris Lessing, Mc Carthy ou Kafka, la force renouvelée pour affronter les situations graves, parfois inconvenantes, auxquelles sont soumis le patient et ses proches dans le quotidien de la maladie...La littérature révèle à cette femme de cinquante ans, dissidente à sa façon, la beauté qui existe à soigner autrui.
Une grande lecture tonique, pleine de courage, de vie, d'espoir....d'une femme -médecin qui réfléchit avec beaucoup de justesse à la pratique de son métier, mais aussi à toutes les complexités de "communication" avec ses patients.... la Littérature, ainsi que les très nombreux médecins-écrivains, par leurs écrits, leur propre ressenti, sont une véritable force pour l'aider à affiner l'exercice d'une médecine, qu'elle veut aussi humaine que possible, en prenant en compte le corps, mais aussi le mental....Et les "mots" sont un formidable outil, une richesse positive quand ils sont utilisés à propos.
Ce texte est parmi mes grands coups de coeur de ces dernières années, et je ne "rate" pas une occasion d'en parler autour de moi. Ce texte est à l'image de cette narratrice, forte, et à la fois assumant un équilibre constructif d'empathie, de compassion et d'écoute, envers ses "malades"... Ce médecin ayant une très haute idée de son engagement professionel, se remet en question quotidiennement, face à des malades souvent gravement atteints, vulnérables, grâce à tous ces livres-compagnons, qui ajoutent chacun à leur manière, un surplus d'humanité et de réflexions bienveillantes, dans son quotidien médical.
Pour tous les amoureux inconditionnels de littérature, et les curieux d'une profession essentielle, infiniment complexe... puisque chaque jour, "nos" médecins sont confrontés à la mort, à des limites... et qu'il faut toutefois se battre, soigner autrui, envers et contre tout. Après cette lecture, vous aurez été époustouflés , "ragaillardis" par la personnalité extrêment attachante de cette femme. Et en plus, une sacrée liste de textes à découvrir: écrivains-médecins et écrivains "tout court" !!!
Ce genre de lecture qui vous transforme en profondeur...qui vous enrichit à tous points de vue... et qui de surplus... vous fait rencontrer des auteurs et livres magnifiques. Que du bonheur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
anne_le_bruit_des_vagues
  03 avril 2017
Sûrement un excellent roman, j'attendais d'ailleurs depuis longtemps de m'y plonger, avec beaucoup d'impatience.
...mais vraiment trop ardu pour moi :
beaucoup trop de références, auxquelles je ne comprends pas grand chose.
Pas spécialement médicales, hélas : littéraires.
J'ai pourtant noté beaucoup de beaux échanges entre les deux protagonistes du roman, avec une véritable émotion (ceux évoquant les malades et la médecine).
Comme quoi...
Du coup je ne sais plus. Ai-je adoré ? Ou me suis-je perdue...
Commenter  J’apprécie          10
Lefelyne
  17 avril 2017
Le docteur Lise , Lise Ménard est medecin cancérologue. Chaque jour elle soigne, elle pose des diagnostics, met en oeuvre des thérapies, combat le mal. Sa force elle l'a trouve dans sa bibliothèque, dans ses lectures.
Roman ou essai, au travers de ces entretiens, on découvre un hommage à l'écrivain et aux soignants.
Lien : http://desmotsetdesmailles.fr
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
mariecesttoutmariecesttout   26 mars 2014
Quand Boulgakov parle d'un malade dans Les carnets d'un jeune médecin, je reconnais des éléments de situation que je côtoie dans ma pratique. C'est à la communauté des symptômes décrits que je vois bien combien la lecture revivifie mon intérêt pour ce travail. Et puis, les débuts dans ce métier, c'est bouleversant...
Parfois Boulgakov a de ces délicatesses, on dirait un polar. " La Gorge en acier" , par exemple, sa première opération chirurgicale, est un récit à suspens, haletant. Le lecteur ressent le même espoir de soigner,de sauver, la même émotion et la même crainte de l'échec qui habitent le jeune médecin.
La crainte de l'erreur?
L'erreur, l'éventualité de l'erreur, c'est obsédant. C'est, dans une très large mesure, ce à quoi le médecin n'a pas droit.
Et qui peut toujours arriver.
On doit lutter, attendre, mais pas trop parce que ce serait, là encore, risquer le pire. C'est difficile, il faut décider vite. Dans Blouse d'Antoine Sénanque, à la fin, comment le personnage confesse une erreur! L'obsession de tout bon médecin. Parfois on est en train d'en commettre une, on ne s'en rend pas compte, on continue un peu et on laisse faire jusqu'à ce que l'erreur apparaisse sans aucun doute possible. On peut avoir l'intuition qu'on est en train de se planter. Parfois, on ne peut pas revenir en arrière parce qu'on ne sait pas, on ne sait pas, on ne sait pas! Tout ce dont on est sûr, c'est que quelque chose ne va pas. Voilà qui est usant dans mon métier, ne pas savoir, ne pas voir! Si je suis trop fatiguée, je ne verrai pas. Alors je passe mon temps à vérifier qu'il n'y a pas d'erreur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
mariecesttoutmariecesttout   29 mars 2014
Là, je parlais d'art, de la littérature qui arrive à dire un indicible qu'on pourra lire, il s'agit de cette alchimie qui permet de lire la mort " en face". On écoutera par ailleurs une voix qui nous "fait signe", jusqu'au bout parce qu'elle est forte, même si on n'a pas toujours affaire à un grand texte. J'avais trouvé assez soufflant Sauve toi Lola, un des premiers livres du genre. Ania Francos était une passionaria des années 80, à la fois grand reporter, féministe, surexcitée..

.. Il y a également , dis-je, le fameux Je voudrais pas crever, de Boris Vian.
Un mélange de révérence pour la vie et d'immense colère face à l'injustice du mal, dit-elle. Notre expérience se décante en plusieurs temps: vivre l'évènement, le penser, l'écrire. L'expérience et la littérature ne se confondent pas...
...Quand Paul Valéry note sa formule fameuse " Je veux le monde et je le veux tel quel" , il ne donne pas la recette. C'est qu'il en faut du boulot , pour arriver au monde tel-quel. Savez- vous écrire, bien écrire?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
PiatkaPiatka   27 janvier 2014
Savez-vous qu'au moment où les images du 11 septembre 2001 repassaient en boucle les librairies de New-York furent prises d'assaut ? Comme si c'était là, dans les livres, que se trouvaient des éléments de réponse à l'impensable. Dans les romans, la poésie, les nouvelles brèves et les grandes élégies. Ou comment en situation de détresse - pensez aux otages -, le livre soutient la personne en difficulté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
PibookPibook   01 septembre 2013
Un jour peut-être on aura vaincu le cancer, et la bibliothèque du Docteur Lise ressemblera à celle de tout le monde, une et soigneusement ordonnée. Elle n'aura plus besoin d'une armée de livres à sa rescousse. [Pour l'instant], un ensemble de titres élus mêlé au bazar de la vie, propre à ménager des surprises et composer avec le temps, c'est ainsi que le docteur Lise veut sa bibliothèque. [...] Livres éparpillés, prêtés-pas-rendus comme elle dit, bâillant au bord du fauteuil ou à plat ventre sur le radiateur de la salle de bains, livres aimés, librement humés, lus repris, dévorés, négligés, baladés des abords du lit aux profondeurs de la voiture, émergeant à l'hôpital ou chez des amis, passant du sac à main à la dernière marche de l'escalier en courtes piles, et si on en trouve un au jardin un soir d'été, dans la maison ils sont partout toute l'année, le nez dans la poussière, pleins de marques de doigts poisseux des innombrables goûters. (p.117-118)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PiatkaPiatka   31 janvier 2014
Les livres appellent les livres et les suivent. Les êtres se font signe d'une histoire à l'autre.
Commenter  J’apprécie          312
Video de Mona Thomas (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mona Thomas
Mona Thomas vous présente son ouvrage "Tanger 54" aux éditions Stock.
autres livres classés : système de santéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
158 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre