AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie de Prémonville (Traducteur)
ISBN : 2843374685
Éditeur : Anne Carrière (20/02/2008)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Ariel Manto n'en croit pas ses yeux quand elle tombe sur un exemplaire de La Fin des mystères dans une librairie d'occasion. Elle connaît bien son auteur, un étrange scientifique victorien, et sait que ce livre est supposé être introuvable... et maudit. L'ouvrage en sa possession, Ariel se retrouve propulsée dans une aventure mêlant foi, physique quantique, amour, mort et tout ce qu'il advient quand on les mélange de façon imprudente.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  23 décembre 2017
Vous aimez les romans érudits qui parlent de philosophie, de religion et de science, tout autant que les intrigues qui vous emmènent dans des univers mystérieux et complètement abracadabrants ?
Vous avez envie de vous immerger dans une histoire où se mêlent une doctorante qui fait sa thèse sur un auteur victorien presque oublié, une histoire de livre maudit, les théories de Baudrillard, Heidegger et Derrida et des tonnes de références à la physique quantique et à la théologie ?
Oui, ce roman est érudit, un peu trop parfois, autant le reconnaître, vu que la totalité des références scientifiques ou philosophiques ne sont pas forcément nécessaires pour comprendre l'histoire, ça montre juste que l'auteur est vraiment très cultivée, mais au final, le lecteur s'en fiche un peu.
Ariel Manto, l'héroïne de cette odyssée moderne, nous embarque avec elle dans une aventure fantastique dans tous les sens du terme, elle nous fait découvrir des théories parfois bien complexes tout autant qu'elle nous embarque dans un voyage extraordinaire dans les méandres de l'esprit.
Si vous n'avez pas peur de naviguer pendant presque 500 pages dans un roman parlant de la phénoménologie, des expériences de pensée, de la relation entre l'espace et le temps, alors n'hésitez pas une seconde, ce roman complètement atypique est fait pour vous.
On y croise aussi le dieu de souris, on y assiste à un coup de foudre, on apprend les bases de l'homéopathie, on visite des tunnels souterrains…
Bref, un coup de coeur pour ce roman qui sort sacrément des sentiers battus, même si l'abondance des références scientifiques et philosophiques a parfois été un peu lourde à digérer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Fredo_4decouv
  21 juin 2012
Maintenant, un choix s'offre à vous.
C'est une citation de Samuel Butler, à la page 11, qui introduit la première partie du roman :
"Non seulement rien n'est ni bien ni mal si ce n'est par la pensée, mais rien n'est en soi tant que la pensée ne l'a pas fait exister."
L'héroïne, une amoureuse des livres, écrit des articles dans une revue et prépare une thèse sur les expériences de pensée : elle se plait à mettre la main sur les petites histoires qui expliquent les lois régissant notre univers. Elle part de la théorie du big bang et rebondit d'un sujet à l'autre, en trouvant le fil rouge qui relit les mystères de notre univers.
"J'aime assez cette manière de parler de la science sans nécessairement utiliser le langage mathématique, en ayant plutôt recours à des métaphores. C'est comme ça que j'ai abordé tous mes articles. Pour chacune de ces idées ou de ces théories, on découvre qu'il y a une petite histoire qui les accompagne."
Ariel Manto, héroïne de la Fin des Mystères.

Les quelques expériences qui sont évoquées sont passionnantes à découvrir. Par exemple, quand la romancière aborde le sujet de la création de l'univers par un architecte suprême via la Montre de Paley, la traductrice Marie de Prémonville se charge de nous raconter l'histoire dans une belle note de bas de page :

Un promeneur marchant en pleine campagne et découvrant une montre dans l'herbe ne pourrait, selon lui (William Paley), que s'émerveiller de la conception remarquable des rouages. Il en attribuerait la provenance soit au travail d'un horloger intelligent (solution la plus évidente), soit au hasard, à la combinaison aléatoire de la pluie, du métal et des éclairs. La conclusion de Paley était la suivante : si le lecteur s'avouait convaincu par ce raisonnement concernant la montre, il admettait que l'explication la plus plausible de l'existence sur terre des êtes vivants était celle d'un architecte suprême.
Et si la vie n'était qu'une immense métaphore ? Dieu, la philosophie, l'art, la foi, la musique, les mathématiques, un roman, un rêve, un goût, la physique, l'amour, le sexe, la mort, tout peut être qu'une unique et simple métaphore...
La Fin des Mystères est définitivement un livre à part. le degré d'attention que son lecteur va lui accorder repose sur la propension qu'à ce dernier, à projeter son univers personnel et son vécu dans les pages. Chacun ressentira dans cette histoire un écho lui rappelant ses croyances et son optimisme, mais aussi ses désillusions et son pessimisme. le livre est une expérience en lui-même puisqu'il nous cueille à un instant de notre vie, avec notre vision du monde du moment. Et il nous fait réfléchir sur nous-même et les autres, sur tout ce qui nous entoure.

Le destin a fait qu'à mi-parcours de ma lecture, j'ai appris la disparition d'un ami. Et la tempête occasionnée dans mon esprit par une telle tragédie a bien sûr conditionné ma manière de percevoir mon monde et ce livre. La mort d'un être cher m'a fait m'aventurer dans des « expériences de pensée » plutôt sombres et mystérieuses. Pas besoin d'évoquer ce que ce genre de perte peut éveiller de plus triste en soit, mais parlons plutôt du mystère, des questions qui restent sans réponse jusqu'au moment où notre conscience nous achemine vers un semblant de vérité.
"Pour la première fois depuis le début, je sens ma compréhension du monde changer progressivement, comme si c'était seulement maintenant – maintenant je sais que toute cette histoire est vraie – que je pouvais commencer à répondre à toutes les questions que je me pose, additionner toutes les bribes d'informations et toutes mes expériences."
La Fin des Mystères, page 411.
Qu'est ce qui permet de voir ce que l'on ne voit pas d'habitude ? de découvrir la réponse à une question qui pendait sous votre nez depuis le début ? de voir les choses sous un autre jour ? de résoudre l'équation qui restait sans solution ? C'est une prise de conscience.
L'assimilation d'un fait nouveau qui nous permet de résoudre la fin du mystère. D'engrener de nouveau et d'entamer l'introspection qui doit nous amener un début de réponse… C'est ce que Scarlett Thomas parvient à faire avec son lecteur, elle le force de manière naturel à confronter sa vision avec celle d'Ariel Manto.
Et je vous propose, à la fin de votre lecture, de relire la première phrase du roman, qui donne une toute autre perspective à l'histoire, c'est incroyable ! Et si nous étions déjà des acteurs de cette expérience de pensée en tant qu'explorateurs de la troposphère (nom donné à cette dimension que découvre l'héroïne), dès le moment où nous avons ouvert le livre ?
Scarlett Thomas prend au pied de la lettre le fait que son lecteur doit s'identifier à Ariel Manto. Vous allez le faire naturellement mais à l'issue de votre lecture vous allez véritablement comprendre que vous faites partie intégrante de cette histoire. C'est très efficace puisque, comme je vous le disais au début, chacun va assimiler cette histoire en y intégrant son vécu.
Encore plus troublant, quand on pousse un peu plus l'analyse : ce monde que découvre Ariel, est un monde que chacun voit différemment et habille selon son imaginaire. Un monde qui existe dans notre pensée. Et en quelle occasion avons-nous régulièrement l'occasion de créer un monde par notre propre pensée, notre vécu, via, par exemple, des métaphores ?
Pendant la lecture d'un livre.
Pour conclure, je reviendrai sur la belle trouvaille qu'est le titre du roman en français, la Fin des Mystères. le titre original étant The End Of Mr. Y, donc The End Of Mystery.
On peut féliciter la traductrice Marie de Prémonville (la Tour Sombre de Stephen King, Noir Corbeau de Joel Rose, entre autre) pour l'excellent travaille qu'elle a effectué sur le manuscrit de Scarlett Thomas. Outre les nombreuses données scientifiques à restituer dans le contexte du roman, il fallait aussi une sensibilité au diapason de celle de Scarlett Thomas et de son personnage principal pour retranscrire ces pages. Une belle histoire signée Scarlett, Ariel et Marie.
À Stéphane Peru, notre ami, parti pour toujours dans le petit morceau de troposphère que l'on garde au fond de notre coeur, tu nous manques tellement…
C'est donc avec une citation de Samuel Butler que je vais conclure :
"Chaque homme est immortel : il peut savoir qu'il va mourir, mais il ne saura jamais qu'il est mort."
Lien : http://www.4decouv.com/2010/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ThecosmicSam
  28 juin 2016
Ce roman est un véritable OVNI, si bien que je ne sais même pas trop comment le décrire ou en parler. le mieux que je puisse dire c'est qu'il se rapproche d'un croisement entre « Inception », un roman noir et un manuel de sciences haha.
J'ai beaucoup aimé ce livre qui fait franchement cogiter! On y trouve des questions métaphysiques, éthiques, des expériences de pensées / philosophiques, mais aussi de la physique quantique, toutefois cela reste parfaitement intégré à la fiction! C'est le véritable coup de maître de Scarlett Thomas : réussir à nous faire découvrir un tout autre univers : celui de Darwin, Heidegger, Newton et Einstein (qui sont omniprésents) et nous faire aimer ça… J'apprécie la philosophie, mais autant vous dire tout de suite que la logique et la physique ne sont vraiment pas mon fort, ceci dit je me suis totalement laissée captiver par cette histoire des plus mystérieuses : un livre maudit, la possibilité de pénétrer un univers parallèle, une promesse de connaissance éternelle, une histoire d'amour impossible. Je n'avais qu'une envie : savoir comment le destin allait tourner pour Ariel !
En parlant d'Ariel c'est une sorte d'anti-héroïne : elle est mal dans sa peau, a un humour des plus noirs, n'est pas franchement amicale et a un sérieux penchant pour le sexe et l'auto-destruction. Pourtant, contre toutes attentes on finit par beaucoup s'attacher à elle et se glisser dans sa peau.
Le hic : Certains passages vont beaucoup trop loin pour ma petite compréhension haha Autant vous dire que j'avais parfois le cerveau en surchauffe totale!! Même si le livre reste accessible, je pense qu'il s'adresse plus encore aux férus de théories scientifiques. Il est de temps en temps frustrant de ne pas du tout (mais alors pas du tout) saisir où l'auteure veut nous emmener tout spécialement vers la chute tant attendue de l'histoire !
En bref : Je le conseille parce qu'il est TOTALEMENT différent de tout ce que j'ai pu lire pour le moment, qu'il soulève des tonnes de questions intéressantes et parce que je pense qu'on fini le livre moins bête que lorsqu'on l'a commencé haha. Pour finir, il n'est pas très connu (alors qu'il mérite réellement de l'être) et ça serait super d'en parler avec vous !
Lien : https://thecosmicsam.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ladymi
  24 septembre 2011
Voilà un roman qui peut peut-être rappeler à son lecteur la trilogie des films de "La matrice". La trame est intelligente et philosophique, la recherche très poussée de sorte que je crois qu'il faut être quelque peu initié pour réellement tout comprendre. Il y a quelques passages de sexualité qui à mon sens n'auraient rien changer à l'histoire si elles ne s'y étaient trouvées. D'autres passages son douteux dans lesquels l'auteure fait soudainement un discours sur les excréments...
Tout compte fait, ce livre avait à mon sens beaucoup de potentiel mais trop de petits éléments m'ont fait décrocher de ma lecture et m'ont empêché d'apprécier l'ensemble du récit.
Commenter  J’apprécie          40
LeaTouchBook
  25 novembre 2017
La Fin des mystères est un roman d'une très grande originalité, à tel point que je ne sais dans quel genre le ranger, c'est un O.V.N.I. littéraire !
Ne vous fiez pas à la couverture, ce roman est adressé à un public adulte : d'une part du fait des thématiques abordées mais aussi du fait de la personnalité de l'héroïne. La Fin des mystères commence avec une doctorante -Ariel- dont le sujet de thèse porte sur Thomas E. Lumas, un obscur écrivain qui aurait écrit notamment un livre maudit. Et voilà que la vie morose de la jeune Ariel va basculer suite à la découverte de ce titre dans une librairie d'occasion...
Pour vous faire une idée, j'ai pensé à l'ambiance propre à l'oeuvre d'Edgar Allan Poe, un mélange entre le thriller et le fantastique. Scarlett Thomas nous plonge dans une atmosphère unique en y insérant des connaissances pointues en physique quantique. Tout le long de cette lecture la littérature et la science se mêlent avec harmonie et le lecteur en sortira grandi, on apprend tout le long et on en sort avec de nombreuses questions...
J'ai beaucoup aimé ce livre car je n'ai jamais lu une telle histoire, parce que j'avais cette sensation de tanguer entre le réel et la fiction, entre rêve et cauchemar... le coup de coeur aurait pu être présent mais deux points ont empêché cela : d'une part, j'adore l'héroïne et je trouve que son passé est très intéressant, il explique ainsi sa personnalité mais certains de ses propos un peu vulgaires étaient trop en décalage avec l'ambiance instaurée par le récit en lui-même, d'autre part j'ai trouvé qu'à certains moments la narration tournait en rond. Ces deux bémols soulignés, je le répète : c'est un excellent roman !
En définitive, je recommande ce livre à tous les lecteurs en quête d'aventure, de mystère, de questions métaphysiques, de connaissances, de fantastique et de polar !
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
CceliaCcelia   22 novembre 2017
Le discours qui suit apparaîtra peut-être au lecteur comme pure fantaisie, ou tel un rêve relaté au réveil, dans ces instants exaltés où l'on est encore fasciné par les tours de prestidigitation qui naissent de l'imagination dès lors que l'on a les yeux fermés.
Commenter  J’apprécie          50
line70line70   28 mars 2011
La vie réelle est physique. Donnez-moi des livres à la place: donnez-moi l'invisibilité du contenu des livres, les pensées, les idées, les images. Devenir partie intégrante d'un livre, je donnerais tout pour ça.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1298 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre