AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 280980706X
Éditeur : L'Archipel (22/08/2012)

Note moyenne : 3.22/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Eté 1936. Albert Grosjean, reporter à Sport, hebdomadaire proche du parti communiste, doit se rendre en Allemagne pour couvrir les Jeux Olympiques. Mais il s'est également vu confier une mission secrète par un jeune haut fonctionnaire du nom de Jean Moulin.
Pour Grosjean, c'est aussi le moyen d'honorer la parole donnée à un ami: remettre à sa fiancée Anna un anneau, gage de leur amour.
A Berlin, lors d'une soirée en l'honneur de la presse, Albert aperç... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Pecosa
  16 octobre 2012
Ah, le bel été 36, le soleil, les congés payés, le début de la guerre d'Espagne, les Jeux Olympiques de Berlin...
Parti à Barcelone couvrir les Olympiades populaires, le journaliste Albert Grosjean rentre bouleversé à Paris. Choqué par le coup d'état des Phalangistes, il est également désarçonné par la disparition soudaine d'une vieille connaissance, Ernst Sorman, le "juif errant", qui l'a chargé en guise d'adieu de remettre une bague à Anna Meyer, sa fiancée restée à Berlin.
Emu par les évènements qui agitent l'Espagne et révolté par la politique de non-intervention de la France, Grosjean accepte de jouer les espions pour Jean Moulin, alors assistant du ministre de l'Air Pierre Cot, qui organise en secret le soutien aux républicains espagnols: "Nous avons tout lieu de penser que les Jeux de Berlin seront du même tonneau. Un paravent à de sordides transactions dans l'ombre, un contre-feu qui fera oublier les combats en Espagne. Il va de soi que les Allemands et les Italiens ont déjà, comme nous, des plans plus ou moins secrets de livraisons d'armes aux généraux de Burgos. Votre mission est de les découvrir." Envoyé à Berlin sous couverture par le journal Sport pour assister aux Jeux Olympiques , le journaliste, bel homme de 37 ans, devra approcher Goering par le biais de sa nymphomane de soeur, Olga Regele. Il tentera également de contacter la belle Anna, athlète juive allemande jugée indésirable dans la compétition.
Les Anneaux de la haine est une friandise avec de vrais morceaux d'Histoire dedans qui comblera les amateurs de romans d'espionnage et les lecteurs d'Alan Furst. On y retrouve le thème de l' espion néophyte fidèle à ses idéaux, plongé ici dans un Berlin d'opérette vitrine de l'Allemagne nouvelle,et qui devra louvoyer au milieu des Cagoulars, des agents du MI6, des Staliniens, des agents doubles et des femmes fatales. La capitale allemande est quant à elle le second personnage du récit, théâtre de la grande messe nazie donnée en spectacle aux yeux du monde avec pour toile de fond les épreuves sportives (Jesse Owens essentiellement) et comme enjeu, l'Espagne, devenue bien malgré elle le "laboratoire" des puissances européennes.
Récit bien documenté fourmillant de passionnantes anecdotes (Hitler, Owens, Canaris, Goering, Philby...), Les Anneaux de la haine nous montre aussi que seule l'action individuelle de quelques figures d'exception (Moulin, Malraux, Grosjean) est une réponse à l'apathie et aux intrigues des gouvernements en cet été 36.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
PierreF
  16 octobre 2012
C'est une nouvelle collection qui démarre aux éditions L'Archipel, qui s'appelle Coeur noir, dirigée par Noël Simsolo. le principe est de créer une intrigue de roman noir autour d'une date historique. Voici le premier de la série, les anneaux de la honte de François Thomazeau.
1936. Les jeux olympiques vont s'ouvrir dans 15 jours à Berlin. En protestation au déroulement de ces jeux en pays fasciste, sont organisés les Olympiades Populaires à Barcelone. C'est à ce moment là que se déclenche la guerre civile d'Espagne. le pays, qui regorge de journalistes, assiste à des scènes qui vont ensanglanter les rues de la capitale catalane. Tous les pays (Italie, Russie, Allemagne, Angleterre, France…) sont, en sous main, impliqués, cherchant à avoir une influence sur l'issue des combats.
Albert Grosjean, ancien héros de la première guerre mondiale, est journaliste sportif pour un hebdomadaire français proche du parti communiste. Suite aux violences et à l'annulation des jeux populaires, Albert rentre à Paris avec une mission : Un de ses amis journalistes Ernst Sorman lui a confié une bague qu'il doit remettre en main propre à Anna Meyer, une athlète juive qui va concourir pour l'Allemagne à Berlin.
Le seul problème, c'est que son patron n'a pas du tout l'intention de l'envoyer à Berlin pour faire de la publicité à des jeux fascistes. Finalement, c'est un ex-préfet du nom de Jean Moulin qui va le débaucher et l'envoyer en Allemagne sous un faux nom. Sa mission : mieux comprendre le rôle des nazis dans le conflit espagnol, et ramener des informations sur les politiques des autres pays.
De ce roman, je garderai le souvenir d'un gigantesque bordel, excusez le mot ! Chaque pays place ses pions, dans le noir, en cherchant à savoir où sont les pions des autres pays. Il n'y a pas de pays ami, ou de pays ennemi. On n'a pas l'impression de voir des pays liés par une alliance, tous se battent, s'espionnent pour leur propre compte, quitte parfois à faire du chantage envers une nation voisine. Il faut savoir que les espions de cette époque étaient surtout des journalistes car ils avaient accès à tous les lieux où les grandes décisions se prennent.
C'est aussi la puissance de l'évocation des jeux de Berlin, la force des mots, où, en quelques mots, l'image est créée, l'évocation évidente derrière les yeux du lecteur (lisez donc l'entrée des athlètes dans l'arène de Berlin, ou le concours de saut de Anna). Cela renforce le dégout qui m'est venu envers certains personnages, sachant ce qui allait se passer quelques années plus tard, et lisant des dialogues où tout le monde savait, je dis bien savait et non pas se doutait.
Alors devant une documentation impressionnante mais jamais rébarbative, portée essentiellement par des personnages hauts en couleurs et véridiques, je ne peux que vous conseiller cette lecture. Je précise tout de même que le début du roman regorge de personnages, et que le lexique en fin de roman est bien utile pour les situer. C'est un roman noir en forme de course poursuite pour sauver sa peau dans un monde lancé à cent à l'heure et dont on a oublié où se trouvait le frein.
Lien : http://black-novel.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jeannedesaubry
  01 septembre 2012
Les anneaux de la Honte.
François Thomazeau
Editions l'Archipel 2012
Ce n'est pas la Syrie, c'est l'Espagne. Il ne faut pas non plus confondre le dictateur à moustache et la reine d'Angleterre.
Il n'empêche. Avec ce roman, Thomazeau met le doigt où ça fait mal. Non, le sport olympique n'est pas, plus?, cette grande fraternité où la participation et le partage prévalent. Bien au contraire. Il décrit, déjà en 36, l'apparat grand spectacle des drapeaux excitant les nationalismes, les hymnes et l'hystérie des foules quand leur champion va « plus vite, plus fort, plus haut ».
L'action des « Anneaux de la Honte » se situe donc en 36. Les jeux de Berlin, la mise en scène apologique du nazisme. Albert Grosjean est journaliste sportif. Cela ne l'empêche pas d'être politiquement engagé. Il revient d'Espagne. Parti couvrir les Olympiades, organisées par le communisme pour répondre aux jeux olympiques d'Hitler et à la ferveur nazie, il a assisté aux débuts de l'insurrection, quand l'armée se retourne contre un gouvernement démocratiquement élu. Massacre d'un côté, auxquels, de l'autre, répondent des tortures. le journaliste a quitté Barcelone tant bien que mal, avant d'être envoyé à Berlin avec une mission qui dépasse le journalisme. le voici qui marine dans le monde glauque de la diplomatie.
Derrière les apparences trompeuses des joutes sportives, on s'agite dans les salons des grands hôtels. le consensus officiel s'établit autour de la non intervention dans la crise espagnole. Hypocrisie, quand les grenouillages officieux qui se jouent entre espions au travers de complots sourds, mettent tout en oeuvre pour permettre aux fascistes allemands et aux monarchistes anglais d'alimenter les militaires séditieux en armes, en avion et en hommes. de leur côté les français tentent de faire de même pour alimenter les communistes espagnols.
Thomazeau nous mitonne comme il faut une vraie fiction passionnante, dans laquelle la réalité historique rencontre l'imagination. Pour preuve ces entretiens entre Cusin et Jean Moulin cherchant à sauver ce qui peut l'être du Front Populaire et de son honneur sous la pression de la Cagoule, favorable aux militaires espagnols. Vrais encore, bien que mis en scène, la mégalomanie tragique du Führer et de Goebels se révélant à l'occasion des défilés nazis dans les rues de Berlin, leur haine des sportifs noirs américains.
[...] la suite sur mon blog
Lien : http://jeanne.desaubry.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Parente
  31 août 2013
Un très bon livre, très documenté et qui relate une partie de l'histoire de France et du monde particulièrement mouvementé. A lire
Commenter  J’apprécie          00
pierreguissard
  19 février 2014
Une belle balade historique en 1936 entre Espagne et Allemagne ; tensions et préparation à la 2ème guerre mondiale.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
PecosaPecosa   16 octobre 2012
C'est à l'issue d'un Conseil des Ministres du Front Populaire et par un communiqué du Quai d'Orsay que fut officialisée la position française de "non-intervention" en Espagne et son appel aux autres nations européennes de se rallier à cette position. Le texte était l'oeuvre d'Yvon Delbos, ministre radical des Affaires étrangères, connu pour sa proximité avec les thèses anglaises et sa répugnance à s'engager. Geneviève Tabouis, la grande journaliste diplomatique de Paris-Soir, disait de lui qu'il était l'incarnation même de l'eau tiède et que, dans les périodes de grande indécision, il était passé maître dans l'art... de ne rien décider.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
poppy64poppy64   29 avril 2013
Berlin s'installa dans la douillette ivresse olympique. Soudain la vie n'était plus rythmée par le son du canon, le bruit des bottes, la rumeur des massacres et les cris assourdis des blessés et des morts.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : jeux olympiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
841 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre