AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782367190037
224 pages
Éditeur : Tristram Editions (25/10/2012)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 40 notes)
Résumé :
La mode du marathon, prétexte à une nouvelle équipée délirante et sauvage de l’auteur de Las Vegas Parano. Hunter S. Thompson repart en vadrouille, pour couvrir avec son comparse Ralph Steadman le marathon d’Honolulu, à Hawaï. On est au début des années 1980. La majorité des rebelles des deux décennies précédentes se sont rangés et mis à la course à pied… Ce qui dégoûte profondément Hunter. Mais Honolulu, c’est aussi les expéditions du Capitaine Cook, la divinité Lo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
encoredunoir
  08 décembre 2012
C'est avec un inédit de Hunter S. Thompson que l'on découvre la collection de poche des éditions Tristram. On peut sans doute faire bien pire en la matière, d'autant plus que Thompson est bien entouré pour débuter cette collection hétéroclite, avec Laurence Sterne (la moindre des choses pour des éditions appelées Tristram), Joyce Carol Oates, Mark Twain ou Lester Bangs.
Mais revenons à nos moutons et à ce texte inédit de Thompson racontant par le menu un séjour à Hawaï où il est parti couvrir le marathon d'Honolulu pour un magazine consacré au running. Comme de bien entendu avec Hunter S. Thompson, le sujet a tôt fait de dévier sous l'influence conjuguée des psychotropes, de l'alcool et de la folie mégalomaniaque de l'écrivain. du marathon d'Honolulu, on saura donc pour l'essentiel qu'il s'agit de gens qui courent et que Thompson s'est contenté de les regarder passer depuis le jardin d'une maison où il est allé voir un match de football américain, les insultant copieusement au passage. Et de se poser la question de ce qu'est devenu l'esprit de contestation des années 60 et 70 :
« Courir pour la vie… le sport, parce qu'il ne reste plus que ça. Ceux-là même qui brûlèrent leur ordre d'incorporation dans les années 60, et qui s'égarèrent dans les années 70, sont désormais à fond dans la course à pied. Quand la politique a échoué et que les relations interpersonnelles se sont avérées ingérables ; après que McGovern est tombé et que Nixon a explosé sous nos yeux… après que Ted Kennedy a chopé le syndrome Harold Stassen du type qui se présente à chaque coup et ne gagne jamais et que Jimmy Carter a déçu jusqu'au dernier de ses fidèles, et après que la nation s'est massivement ralliée à la sagesse atavique de Ronald Reagan.
Ma foi, nous voilà, après tout, dans les Années 80, et l'heure est enfin venue de savoir qui a des dents et qui n'en a pas. Ce qui peut éventuellement, mais ce n'est pas une certitude, expliquer l'étrange spectacle de deux générations de militants politiques se transformant finalement – vingt ans plus tard – en joggeurs.
Pourquoi cela ? »
Une question à laquelle, bien sûr, il ne répondra pas, obsédé qu'il est par une pêche au marlin compromise par une météo exécrable, par l'histoire de la mort du capitaine Cook, par la fabrication de bombes artisanales à partir de pétards chinois et, d'une façon générale, par l'absorption massive d'acides, de cocaïne, de bière et de gin.
Cela donne au final des pages génialement délirantes qui alternent avec d'autres beaucoup moins passionnantes, voire relativement plates et bien souvent répétitives. On y retrouve le Thompson de Las Vegas Parano dans toute sa splendeur, mais aussi, dans une certaine mesure, sur la voie d'une déchéance qui s'exprime à travers l'égocentrisme de plus en plus prégnant de l'auteur. En fin de compte, ce dont parle Thompson, c'est tout de même surtout de lui. Voilà donc un livre pour les curieux, pour les fans de Hunter Thompson, mais peut-être pas pour ceux qui veulent vraiment le découvrir. À ces derniers on conseillera plutôt la lecture de Hell's Angels ou de Las Vegas Parano.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
NoniNomNom
  11 janvier 2014
En 2012, les éditions Tristram ont eu la bonne idée de publier un récit de Hunter S. Thompson jamais sorti en français auparavant. le Marathon d'Honolulu, The Curse of Lono dans sa version originale, voit le fameux journaliste gonzo s'envoler pour Hawaï en 1980. Son but initial : couvrir ledit marathon en compagnie du dessinateur Ralph Steadman. Bien évidemment, l'événement n'occupe qu'une place tout à fait anecdotique du compte-rendu final. A la place, le lecteur a droit à quelque chose d'assez particulier.
Notons que Thompson s'attarde tout de même brièvement sur le marathon. Il en profite pour questionner le succès de ce sport et s'interroge sur les raisons qui peuvent ainsi pousser des milliers de personnes à courir sur des dizaines de kilomètres. Au passage, il maugrée sur le triste destin de ceux qui, autrefois, partageaient ses idéaux issus des sixties. Toutefois, le tout vire assez rapidement au bordel sans nom. Par ailleurs, son périple le met sur le chemin de personnages à peu près aussi rock'n'roll que lui.
Si l'article commandé par le magazine Running paraît bel et bien quelques mois après le marathon, il faut encore deux ans à Hunter S. Thompson et Ralph Steadman pour en faire un livre digne de ce nom. de plus en plus célèbre, Thompson n'est pourtant (?) pas au mieux de sa forme. C'est après bien des difficultés qu'il arrive finalement à donner de la cohérence au fatras de textes écrits pour le bouquin, notamment en utilisant un acolyte fictionnel pour les besoins de la narration. Cependant, à sa sortie, The Curse of Lono est assez mal reçu par la critique. Pour faire bref, Thompson est accusé de faire dans l'autoparodie et le résultat d'être incompréhensible.
Il faut dire que le fil conducteur du livre est plutôt ténu, malgré la faible épaisseur de ce dernier. Cela dit, nous parlons de Hunter S. Thompson : bien sûr que son sujet principal est lui-même et non pas un quelconque marathon dont on se fiche bien, et que le résultat est inévitablement chaotique. Il n'empêche, les derniers chapitres sont assez ardus à suivre. En plus du récit plutôt habituel de ses aventures hallucinées (sur terre ou en mer, défiant les éléments), le livre est longuement consacré à la culture hawaïenne, à ses traditions et à ses légendes (d'où l'omniprésence de Lono, figure mythologique locale). Il est d'ailleurs entrecoupé de nombreux extraits d'ouvrages consacrés au sujet, en plus de lettres écrites par Thompson et de retranscriptions brutes de conversations.
Le Marathon d'Honolulu, qui porte en définitive assez mal son nom français (« La Malédiction de Lono » aurait sûrement mieux convenu), est un bouquin dans lequel il est finalement beaucoup question de stupéfiants, de pèche au marlin et de mythologie hawaïenne. Même si ce n'est probablement pas ce qu'il a écrit de plus fort, c'est très amusant à lire, quoique je sois loin de pouvoir prétendre avoir lu toute sa bibliographie. J'ai d'ailleurs une bonne idée pour l'année qui commence : y remédier.
Lien : http://nonivuniconnu.be/?p=2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JeromeJeanJacques
  15 décembre 2019
Je n'ai pas la sensibilité pour apprécier “le journalisme Gonzo”.
Et au-delà même du style d'écriture, j'ai trouvé l'histoire tout à fait ennuyante. Son récit de voyage n'est pas intéressant, il n'a aucune profondeur intellectuelle. Il est bêtement ponctué d'anecdotes du Capitaine Cook découvrant les îles Sandwich.
En ouvrant un livre de Thompson, je m'attendais à goûter à une sorte de saveur vintage, avec un parfum de beat-generation. Et à la place, je trouve un roman grossier et superficiel.
L'histoire se résume ainsi : c'est un vacancier défoncé qui raconte, confusément, ses déboires avec le personnel hôtelier et la police de l'île.
Cependant, comme je sais que Thompson est tout de même un auteur réputé, je ferais l'effort de lire un autre livre de lui avant de me faire un jugement définitif. Car “le marathon d'Honolulu” m'a assez déçu.

Commenter  J’apprécie          20
SylvaonT
  15 février 2020
las vegas parano était un chef-d'oeuvre drolatique mais aussi d'épistémologie du journalisme, un vrai tour de Force en matière d'écriture ! le type avait du talent.
par contre il semble qu'après il soit devenu très célèbre et se mit à s'auto-parodier.
Le marathon d'Honolulu heureusement nous réserve de belles surprises avec Raoul Duke en guest star .
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Bibliobs   03 décembre 2012
C’est en quelque sorte une suite à «Las Vegas Parano». [...] Thompson, sorte de mélange d'Iggy Pop et de Philippe Muray, est en colère contre ces «couillons» qui sont pris de diarrhée avant le départ et qui font la queue en se tortillant devant une rangée de W-C chimiques.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
OlafOlaf   06 septembre 2014
J'observai ses yeux un moment, puis secouai la tête et retournai à la cabine me chercher une bière. Le capitaine Steve n'avait encore jamais pris de mescaline, et je vis que le truc lui montait à la tête. Il était évident, à voir la confusion de son regard, qu'il n'avait aucun souvenir d'avoir embarqué notre dernier flacon de stimulant en allant dans la flotte, dans la poche de son futal, quand il était descendu avec les bouteilles de plongée arrimer la ligne de mouillage à un gros rocher, au fond de l'eau, à une trentaine de mètres de profondeur. Je lui avais pris la bouteille quand il était remonté, et j'avais bu à peu près la moitié de l'amère mixture salée en une seule gorgée. Ackerman, ayant vite compris la nature de la tragédie, avait bu tout le reste.
Nous n'avions pas le choix. Inutile d'essayer de conserver la cocaïne à partir du moment où vous l'avez mélangée avec de l'eau salée. Le capitaine Steve n'avait pas eu sa part - ce qui était normal, songeai-je, et certainement tout aussi bien. N'importe quel taré qui plonge au fond du Pacifique avec deux grammes de cocaïne dans sa poche est capable de n'importe quoi; et là, sous l'emprise des substances psychédéliques, il perdait les pédales.
Sale affaire, me dis-je. Il est temps de planquer les couteaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JeromeJeanJacquesJeromeJeanJacques   13 décembre 2019
Pourquoi avoir parcouru une telle distance jusqu'à ce qu'on appelait jadis "les îles sandwich" et s'être fadé le spectacle débile de huit mille riches qui se torturent dans les rues d'Honolulu et appelent ça du sport ?
Commenter  J’apprécie          10
JeromeJeanJacquesJeromeJeanJacques   13 décembre 2019
Ces nazis du corps se sont entraînés toute l'année pour l'effort suprême dans ce super bowl des marathons.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Hunter S. Thompson (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hunter S. Thompson
Le surf ressemble à "Un sport, un passe-temps". Pour ses initiés, c'est bien plus : une addiction merveilleuse, une initiation exigeante, un art de vivre. Élevé en Californie et à Hawaï, William Finnegan a commencé le surf enfant. Après l'université, il a traqué les vagues aux quatre coins du monde, errant des îles Fidji à l'Indonésie, des plages bondées de Los Angeles aux déserts australiens, des townships de Johannesburg aux falaises de l'île de Madère. D'un gamin aventureux, passionné de littérature, il devint un écrivain, un reporter de guerre pour le "New Yorker". À travers ses mémoires, il dépeint une vie à contre-courant, à la recherche d'une autre voie, au-delà des canons de la réussite, de l'argent et du carriérisme ; et avec une infinie pudeur se dessine le portrait d'un homme qui aura trouvé dans son rapport à l'océan une échappatoire au monde et une source constante d'émerveillement. Ode à l'enfance, à l'amitié et à la famille, "Jours Barbares" formule une éthique de vie, entre le paradis et l'enfer des vagues, où l'océan apparaît toujours comme un purgatoire. Un livre rare dont on ne ressort pas tout à fait indemne, entre "Hell's Angels" de Hunter S. Thompson et "Into The Wild" de Jon Krakauer.
William Finnegan a acquis ses galons de journaliste lors de la guerre civile au Soudan, en Afrique du Sud pendant l'Apartheid, dans les Balkans ou à Mogadiscio. Ses reportages sur les théâtres d'opérations sont le fruit de longues immersions et de patientes observations, ou, comme il aime à le résumer : “Je fouine, je parle aux gens, j'attends.” Il a reçu en 2016 pour "Jours Barbares" le prestigieux Prix Pulitzer.
Pour en savoir plus : https://bit.ly/2C9OmzU
Nous suivre : Instagram : https://bit.ly/2CJJdhB Facebook : https://bit.ly/2Wprx1O Twitter : https://bit.ly/3h1yr5p
+ Lire la suite
autres livres classés : hawaiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
845 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre