AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 286930191X
Éditeur : Payot et Rivages (15/11/1988)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 53 notes)
Résumé :
Pour avoir voulu arnaquer un patron de bar, Roy reçoit un coup de batte au ventre. Malade, il ignore qu'il est atteint d'une hémorragie interne et ressasse son existence.

Roy a été élevé par sa mère, Lilly, une lionne n'aimant que l'argent et qui n'a jamais assumé son rôle. Parti tôt sans bagage, Roy a suivi la trace de Lilly qui lui a transmis son goût du lucre. Représentant pour la façade, il a accumulé un joli pécule après sept ans d'arnaques en t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Renod
  11 juin 2016
Roy Dillon reste prostré dans sa voiture. Un commerçant qu'il a tenté d'arnaquer lui a mis un coup de batte dans l'estomac. Roy est pourtant d'une très grande prudence. Il a choisi la profession de représentant pour couvrir ses larcins. de retour dans sa chambre, il reçoit la visite de sa maîtresse, Moira. C'est une femme mûre, ravissante et mystérieuse. Nos deux tourtereaux ignorent tout l'un de l'autre. Peu après, Roy reçoit une nouvelle visite, mais cette fois-ci elle est inattendue. Sa mère, Lilly, vient exercer ses activités troubles à Los Angeles. Elle trouve un fils très affaibli et décide de le faire hospitaliser. Grâce à son intervention, Roy est sauvé. Sa convalescence va lui permettre de faire une mise au point salutaire sur sa vie mais il subit l'influence de deux femmes au fort tempérament.
Le roman est d'une grande fluidité narrative, l'écriture est incisive, sans temps mort, les dialogues sont concis. "Les arnaqueurs" est moins sombre et moins violent que les autres titres de l'auteur. Il n'en reste pas moins d'une grande noirceur. Les personnages tentent sans succès d'échapper à leur condition, conscients qu'une vie consacrée à l'arnaque ne peut connaître de fin heureuse. le récit est centré sur la relation tortueuse et perverse de Roy Dillon et de sa mère, une vraie mante religieuse. Et comme toujours chez Jim Thompson, à la fin, c'est le cynisme qui l'emporte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Fx1
  26 septembre 2014
Les auteurs de genre contemporain auront beau faire , aucun ne pourra jamais atteindre le niveau de Thompson .
Méme Ellroy ou Lehane.
Cette histoire entre les mains du premier tacheron venu n'aurait rien donnée .
Entre les mains de Thompson c'est un éniéme roman culte .
Cette histoire est glauque , trés trés noire , mais jamais graveleuse , sans aucun temps mort .
Le style est l'un des plus beaux et acérés jamais vu .
Thompson délivre ici une symphonie macabre , qui laisse le lecteur exsangue tellement l'expérience est forte .
On à beau lire et relire ce roman incroyable, jamais aucune lassitude , et une nouvelle découverte à chaque lecture .
Ce roman est un chef d'oeuvre !
Commenter  J’apprécie          80
Labyrinthiques
  14 octobre 2011
Le roman suit les tra­jec­toires imbri­quées de trois arna­queurs fon­da­men­ta­le­ment très dif­fé­rents. le per­son­nage prin­ci­pal, Roy Dillon, joue dans la cour des petits : soli­taire, il applique deux ou trois “trucs” pour gagner quelques dol­lars faciles, pas de par­te­naires, pas de coups trop ambi­tieux, une vie de VRP médiocre qu'on croi­rait bien ran­gée, sans luxe appa­rent mal­gré un beau magot amassé au fil des ans. Il y a la mère, Lilly, qui joue dans la cour des grands : pour Bobo Jus­tus, un book­ma­ker mafieux avec lequel on ne rigole pas, elle joue de grosses sommes pour tra­fi­quer les cotes des che­vaux sur les champs de courses. Oh bien sûr Lilly joue un peu avec le feu, his­toire de se mettre de temps en temps quelques dol­lars de côté. Il y a Moira enfin, la maî­tresse de Roy, qu'on croi­rait « inno­cente » mais dont on apprend au fil du roman qu'elle tente de refour­guer de faux dia­mants et qu'elle a passé dix ans avec un autre arna­queur, Cole « le fer­mier » qui lui fit vivre ses plus belles années avant de perdre la rai­son. Moira n'est pas en soi une arna­queuse, c'est une asso­ciée à la recherche de son aco­lyte, le genre de fille qui use de ses charmes pour mieux ama­douer les pigeons.
Le roman com­mence quand Roy, à la suite d'une petite arnaque, se prend un coup de batte de base­ball dans le ventre.
« A pré­sent, ins­tallé dans sa voi­ture et recon­si­dé­rant les événe­ments, il n'arrivait pas à déce­ler d'erreur dans sa démarche, il n'y avait eu aucune faille dans son numéro. C'était seule­ment un manque de chance. Il était tout sim­ple­ment tombé sur un os, un os impré­vi­sible.
Il devi­nait juste. Et sans le savoir, il devi­nait juste aussi pour tout autre chose.
[…] Il pour­rait éviter la mort s'il se soi­gnait conve­na­ble­ment. Sinon, il ne lui res­tait que trois jours à vivre. »
La fin du pre­mier cha­pitre bien sûr donne le ton et le nar­ra­teur nous réserve bien des sur­prises. Lilly, sa mère qu'il n'a pas revue depuis qu'il a quitté la mai­son fami­liale, réap­pa­raît sou­dain et lui sauve la vie en le fai­sant admettre à l'hôpital. C'est à par­tir de cette seconde nais­sance que tout se complique…
La noir­ceur qui entoure peu à peu ces trois per­son­na­li­tés n'est pas lourde mais vapo­reuse, elle s'immisce len­te­ment : lâcheté, men­songe, tra­hi­son, ins­tinct de sur­vie, cupi­dité extrême, amour inces­tueuse, haine… le tableau se noir­cit cres­cendo, on veut croire avec Roy qu'il y a une issue pos­sible à ce cau­che­mar, que la rédemp­tion est pos­sible, que même les fan­tasmes les plus obs­cures doivent res­ter inas­sou­vis… Mais quand les engre­nages sont en route, plus rien ne les arrête…
C'est un roman court dont la fin ful­gu­rante nous laisse KO au der­nier round, comme si on avait soi-même, comme Roy, pris un coup de batte dans le ventre.
Lien : http://www.labyrinthiques.ne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
patrick75
  30 septembre 2013
Voici un roman policier sans policier...ou presque. Un roman sans prétention qui nous plonge dans le milieu de "l'arnaque". Un récit que l'auteur maintien dans un certain réalisme, sans effets excessifs.
Commenter  J’apprécie          100
david-dupere
  06 octobre 2010
Ecrit par le Roi du roman noir une intrigue très bien ficelée . Après ce livre vous lirez peut-être comme moi tout les romans de Jim THOMPSON.
Commenter  J’apprécie          60
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
patrick75patrick75   28 septembre 2013
L'uniforme cède, puis les sous-vêtements. Puis cette pudeur farouche, ces frayeurs profondes et tout le passé. Elle naquit à nouveau dans l'obscurité voilée de la chambre; le passé s'efface devant l'avenir.
La marque bleutée était là bien visible sur le bras gauche nonchalamment étendu, mais ça n'était désormais qu'une cicatrice enfantine, presque oubliée; estompée par le temps, amoindrie par la croissance. Elle n'avait plus d'importance. Et les souvenirs qui s'y rattachaient n'avaient plus d'importance ( la stérilisation, et la perte de virginité) tout cela n'avait plus aucune signification, même le tatouage indélébile du cap de Dachau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
RenodRenod   10 juin 2016
- Lorsque vous êtes entrée, je lisais justement une histoire merveilleuse. Un auteur du nom de Bluegum La Bloat. Vous connaissez ?
- Mmm, ça me dit vaguement quelque chose.
-Je trouve que c’est ce qu’il a fait de mieux, poursuivit Roy. Cela se passe dans les toilettes pour hommes d’une gare d’autobus, et les personnages en sont un vieil homme très bien de sa personne et un jeune garçon obèse, qui tous deux vivent dans des latrines payantes. Ils ne prêtent aucune espèce d’attention au restant du monde Simplement désireux de soulager leurs besoins intimes et naturels. Mais y parviennent-ils vraiment ? Bien sûr que non ! Chaque fois qu’ils se mettent en branle – veuillez excuser mon langage – un connard atteint de diarrhée se rapplique en vitesse et glisse une pièce dans la fente. Sacrifiant à la nature, sans retenue aucune, l’abruti leur coupe tous leurs effets, et leur envie disparaît aussitôt. A la fin, frustrés de toute satisfaction, ils ramassent des trognons de pommes qui traînent dans les gogues et se réfugient au plus profond de la forêt pour se confectionner une tarte.

Moira lui jeta un regard noir.
- je vais me plaindre au contrôleur, déclara-t-elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
RenodRenod   10 juin 2016
Mais qui lui était-il arrivé? Pourquoi n'avait-il pas rectifié le tir?

Il y avait eu erreur, c'est certain. Mais dans l'histoire, elle n'était pas vraiment perdante. Pourquoi n'avait-il pas réussi à le lui faire comprendre? Pourquoi? Lui qui pouvait d'habitude rouler le premier venu dans la farine sans rien craindre en retour?

On ne peut tromper les honnêtes gens, songea-t-il. Et cette seule pensée suffit à l'agacer démesurément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
RenodRenod   11 juin 2016
Il se mit à murmurer à son oreille :
- Tu sens bon, Moira. Aussi bon que toutes les catins de bordel.
- Comme tu es poétique mon amour !
- A moins que tu ne sentes pas vraiment bon...
- Bien sûr que je sens bon. Tu viens de le dire.
- Ce sont peut-être tes vêtements.
- J'te dis que c'est moi ! Tu voudrais peut-être des preuves?
Il voulait bien et elle voulut aussi.
Commenter  J’apprécie          30
LabyrinthiquesLabyrinthiques   14 octobre 2011
A pré­sent, ins­tallé dans sa voi­ture et recon­si­dé­rant les événe­ments, il n’arrivait pas à déce­ler d’erreur dans sa démarche, il n’y avait eu aucune faille dans son numéro. C’était seule­ment un manque de chance. Il était tout sim­ple­ment tombé sur un os, un os impré­vi­sible.
Il devi­nait juste. Et sans le savoir, il devi­nait juste aussi pour tout autre chose.
[…] Il pour­rait éviter la mort s’il se soi­gnait conve­na­ble­ment. Sinon, il ne lui res­tait que trois jours à vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jim Thompson (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jim Thompson
Bande annonce de "Coup de torchon" réalisé par Bertrand Tavernier, adaptation du roman "Pop 1280" ( "1275 âmes" ) de Jim Thompson
autres livres classés : roman noirVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

gallagher academy tome 6 tout est bien qui finie bien

QUEL est le nom du personnage principale

Ally carter
Rebeca baxter
Rachel morgan
Cameron Morgan

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Gallagher Academy, tome 6 : Tout est bien qui espionne bien de Ally CarterCréer un quiz sur ce livre