AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de jeranjou


jeranjou
  17 novembre 2013
-Toujours très en avance sur son temps, Thompson délocalise l'auberge espagnole à Peardale en Amérique dans une version pour estropiés en tous genres :

-Héros malgré lui, Carl Bigelow, talonnettes au pied pour rehausser son petit mètre cinquante, de multiples dentiers pour cacher ses dents complètement pourries, toujours un mouchoir à la main pour masquer les effets sanglants de la tuberculose, débarque dans une pension de famille dans un état de santé très précaire malgré son allure qui parait toujours juvénile.

-Originaire de l'Arizona, Carl est un dangereux criminel qui ment comme il respire et qui se fait passer pour un nouvel étudiant dans la ville de Peardale pour mieux exécuter le propriétaire de la pension Jake Winroy, un mafieux rongé par l'alcool depuis qu'il a préféré se mettre à table avec les flics.

-Mais, loin de se concentrer uniquement sur son contrat, Carl est obnubilé par la présence de deux femmes, Fay maîtresse de maison qui tarifie avant tout le travail de maîtresse et Ruth, femme de ménage s'aidant de sa béquille coincée sous son aisselle pour se déplacer, qui s'avère être l'alter ego handicapé au féminin de Carl Bigelow.

-Pour compléter le tableau de personnages haut en couleur, M Kendall, propriétaire plutôt mystérieux d'une fabrique de pains, devient le confident de Carl et son mentor pour le protéger des attaques répétées du shérif de la ville.

-Sans lâcher Carl d'une semelle (compensée), l'auteur nous délivre tous les faits et gestes du tueur à gages qui semble au bout du rouleau après toutes ces années à échapper aux autorités américaines.

-Ouvertement provocateur, Jim Thompson se veut le dénonciateur de tous ces gens, défavorisés par leur physique (je pense également à la peau noire ou au sang indien dans d'autres romans), qui sont montrés du doigt et humiliés en public.

-N'ayant pas été convaincu par la fin, j'ai tout de même pris beaucoup de plaisir à lire cette oeuvre aux dialogues magnifiquement ciselés par le maître du roman noir mais qui n'atteint pas les sommets de la littérature noire comme «L'assassin qui est moi» ou «Rage noire».

Cela étant, un Jim Thompson reste un Jim THOMPSON
Commenter  J’apprécie          452



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (42)voir plus