AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Éric Chédaille (Traducteur)Page Stegner (Préfacier, etc.)
ISBN : 2752900414
Éditeur : Phébus (14/01/2005)

Note moyenne : 4.42/5 (sur 12 notes)
Résumé :
4° de couverture :
(Edition source : Phébus, Au vif du sujet - 01/2005)


Un gamin poussé en graine. détesté par un père qui dans ces années 30 vouées à la crise ne cesse de cracher sa haine des Juifs, des nègres et de Roosevelt. ainsi que soit admiration pour le Japon conquérant et pour l'Allemagne nazie, décide de s'engager dans l'US Air Force afin de montrer au monde - et d'abord à ce père honni - qu'il est lui-même quelqu'un.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
topocl
  04 août 2015
Moritz Thomsen commence son récit par cette phrase :
"Ce livre traite de mon engagement face à deux catastrophes, la Seconde Guerre mondiale et mon père."
Et presque tout est dit, la concision, la colère, l'intelligence alliée d'humour.
Il dit plus loin :
"Plus que de consolation l'homme est en quête de sens."
Et cette quête de sens se fait au fil d'un récit passionnant de bout en bout, qui laisse une large place aux aléas de la mémoire, avec ce que cela implique de trous, de flous et de pièges.
Mais ces absences mêmes participent à l' analyse rétrospective que Thomsen fait de ces deux traumatismes qui ont fait son éducation, avec comme clés de voûte leur ambiguïté perpétuelle.
Ce père égocentrique et rejetant, mais porteur d'un héritage qui ne se refuse pas, cet homme qui confond amour et haine. Et la guerre dans ce qu'elle a tout à la fois de trivial et de noble, de honteux et de glorieux, cette extraordinaire aventure mortifère. Une guerre aérienne qui se veut propre, loin de l'ennemi et de la boue des tranchées.
Deux catastrophes à deux têtes qui ont construit tout autant que détruit Moritz Thomsen,  ce jeune homme plein d'idéaux qui, s'il s'est laissé miner, grâce à la colère, n'en est pas ressorti pourtant anéanti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Razelanout
  10 juin 2014
Pas une critique, mais une anectode relevée dans la préface, qui forcément doit donner envie, au moins, de commencer à lire ce livre. L'auteur ayant envoyé le texte à un de ses amis afin d'avoir un avis sur une possible édition, celui-ci (l'ami) fut surpris de trouver un texte avec fort peu de virgules. Comme il s'en enquit lors d'un courrier, il lui fut retourné par l' auteur un cahier d'écolier dans lequel figurait mille virgules tracées à la main.
Commenter  J’apprécie          30
Ashra
  15 juillet 2016
Le livre d'une vie.
Forcément singulier.
Le livre d'un double combat....
Celui, officiel, contre l'ennemi japonais.... Sans haut fait d'armes. Sans gloire particulière. le combat ordinaire d'un homme qui fait son devoir envers son pays.
Et celui, souterrain, mais ô combien plus violent, contre son père.. Un père tyrannique, égocentrique, narcisse de son pouvoir jusqu'à y sacrifier les siens sur l'autel de sa propre image.
L'auteur, sans fioritures, nous livre ses luttes, presque avec détachement, même si, toujours sous-jacente, perce parfois la colère et la douleur.
Un livre qu'on n'écrit qu'une fois. D'un trait. Comme une catharsis. Il a la brièveté d'un cri et la densité du poids énorme de cette filiation contre nature. Et puis, il ne restera que le silence...
Il se lit de la même façon. D'un jet....
Mais ne comptez pas en sortir indemne.
Commenter  J’apprécie          00
michdesol
  03 mars 2017
Le livre admirable d'un auteur trop peu connu, qui dans sa vie eut à mener deux guerres :
La première contre un père qui ne l'acceptait pas tel qu'il était.
La seconde, celle qu'un monde en furie et en voie de déshumanisation lui imposa.
Un livre profondément humain.
Commenter  J’apprécie          40
Nikoz
  02 juin 2019
Je mets une très bonne appréciation bien que je n'ai retrouvé la pépite littéraire qui ma été vendue. Par contre j'ai découvert un homme.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
mariecesttoutmariecesttout   30 mars 2014
C'était pour ainsi dire la première fois de ma vie que je rencontrais des familles harmonieuses, et les voir fonctionner était comme d'assister à une chorégraphie complexe interprétée à la perfection par les Ballets russes- chacun à sa place, chacun exécutant avec grâce les évolutions requises...Voila que je rencontrais des groupes étendus de gens qui s'aimaient les uns les autres. Ce fut pour moi la plus confondante des découvertes..
Cette amère définition de la famille- groupe d'individus apparentés dominé par son membre le plus névrosé- m'avait toujours semblé parfaite. Et voilà qu'en l'espace de quelque jours ma haine de l'hypocrisie familiale se dissipa complètement: je découvris, en prenant douloureusement conscience de ma carence affective, que la cellule familiale était la base de la grandeur américaine et que, à l'instar de la théorie de l'évolution, elle conférait une profonde cohérence à certains aspects fondamentaux du monde. Et la plus stupéfiante révélation entre toutes: la cohésion du monde trouve ses racines dans la morale.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
RazelanoutRazelanout   10 juin 2014
C'est sans doute John Steinbeck qui popularisa l'idée que l'on pouvait grâce au Norden loger,d'une altitude de 18 000 pieds, une bombe dans un baril de cornichons. Peut-être notre désillusion regardant Mr Steinbeck prit-elle naissance quand, au terme d'approches parfaitement léchées, nous voyions la lueur de nos bombes d'exercice s'allumer à 1000 pieds du centre de la cible, ce qui nous montra que nous pouvions non seulement manquer le baril de cornichons, mais également l'usine où ces condiments étaient conditionnés. Ainsi que l'aire de stationnement entourant ladite usine, et la voie de chemin de fer qui la desservait, sans oublier la ville voisine où résidaient les dix mille employés qui s'échinaient à confectionner des barils de cornichons dans le cadre de l'effort de guerre. (Discutant entre nous du type de monument qui pourrait être élevé après les hostilités en l'honneur des bombardiers, nous décidâmes que l'édifice le plus approprié serait un énorme baril de cornichons d'un diamètre de sept cents pieds. A baptiser 'Mémorial Steinbeck".)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
michdesolmichdesol   03 mars 2017
Clarence Jones. Un gosse de la campagne, de la Caroline du Sud, qui parlait un anglais traînant, avec un accent méridional à couper au couteau, si bien qu'il passa des mois et des mois avant qu'un seul d'entre nous parvînt à le comprendre. Tout ce qui sortait de sa bouche était (je crois) destiné à faire rire ; il avait des plaisanteries cyniques, irrévérencieuses, vulgaires, d'un réalisme cru, qui cachaient un amour passionné de l'Amérique. Toujours sur le qui-vive, un côté effronté, les muscles longs et nerveux, il possédait cette vigilance particulière au chasseur et je ne laissais pas d'être stupéfait devant sa jugeote, car il était pragmatique et futé comme un gamin des rues de New York. Il était aussi sec et coriace qu'un vieux coq déplumé, avec des yeux d'un bleu délavé et une tignasse toute raide de cheveux blonds. A mes yeux, il était le modèle du jeune, bagarreur et pugnace, façonné à l'image des ces rebelles sudistes, avec leur visage aquilin et leur dévouement sublime à une cause perdue. Il avait dix-neuf ans. Jusqu'au moment où je le vis à demi nu et mourant, sa présence et son culot m'avait inspiré une image hypertrophiée de ce garçon ; mais ici, dans l'avion, la poitrine éclatée, je l'apercevais tel qu'il était : menu, atrocement vulnérable, tendre comme un petit enfant. Perdu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
RazelanoutRazelanout   10 juin 2014
Il est invariablement entre trois et quatre heures du matin, cette heure entre toutes où il est le plus pénible d'avoir à regarder la vie en face.
Commenter  J’apprécie          50
NikozNikoz   02 juin 2019
Toi et moi nous aurions eu une vie plus belle si j'avais été un chien.
Commenter  J’apprécie          00
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Politiciens, économistes, juristes, enseignants (844)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
832 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre