AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Thierry Gillyboeuf (Traducteur)
ISBN : 275550028X
Éditeur : 1001 Nuits (12/09/2007)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Dans Balade d'hiver, couleurs d'automne, l'auteur partage sa passion pour la nature et lui voue un véritable culte. Ces deux articles sont tirés de son journal – on peut d'ailleurs retrouver la première partie de celui-ci aux éditions Finitude, le reste va être publié progressivement.

Il est intéressant de noter que Balade d'hiver a été écrit en 1846, alors qu'il s'est retiré dans sa cabane dans les bois, et Couleurs d'automne en 1862, l'année de sa m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
emmyne
  23 novembre 2013
« le vent a murmuré délicatement à travers les jalousies, soufflé avec autant de douceur qu'une plume contre les fenêtres et, de temps à autre, soupiré tel un zéphyr estival qui soulève les feuilles, toute la nuit durant. [...]… tandis que la terre a sombré dans le sommeil, des flocons duveteux animent le ciel, comme si régnait une Cérès du grand Nord, semant ses graines argentées sur les champs. »
Voici les premières lignes de Balade d'hiver. Ce texte datant de 1846, ainsi que Couleurs d'automne ( de 1862 ), sont extraits du journal de Henry David Thoreau. Ils témoignent de son regard vigilant sur les beautés des paysages de la Nouvelle-Angleterre aux saisons du couchant et de son talent de conteur.
Une promenade plus naturaliste que philosophique, la (dé)marche est à l'observation, les réflexions qui accompagnent inspirées par la vue sous une plume impressionnante par sa richesse et sa générosité.
Dans Balade d'hiver, court premier récit, nous cheminons depuis l'aube sur les sentiers puis le long des rives à travers « ce vaste paysage de forêts, de champs et de rivières jusqu'aux lointaines montagnes enneigées. » Il se dégage de cette lecture une lumière diffuse, une ample et libre respiration, des images qui (r)éveillent les sens en douceur, si évocatrices qu'elles rappellent des moments, des émotions; ces pas intimes de promeneur. D.H.Thoreau nous raconte la « robuste innocence » et la « muette sobriété » de la nature, parsemant ce chemin de figures mythologiques et antiques, de poèmes, de références géographiques et historiques.
Dans Couleurs d'automne, c'est bien de rayonnement qu'il s'agit tant l'auteur donne à voir l'intensité des teintes pouvant rivaliser « avec toutes les couleurs de la palette du peintre « . le propos est précis, botanique, un herbier en mots. Les descriptions y sont lyriques sans grandiloquence ni théorie, des tableaux en chronologie saisonnière du vif et du chatoyant tout en nuances et contrastes « dans lesquels plongent l'oeil et la pensée« .
Lien : http://www.lire-et-merveille..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   03 février 2018
Parfois, notre sort devient trop intimement et trop familièrement sérieux pour être cruel. Il suffit de voir comment, pendant trois mois, la destinée humaine est enveloppée dans des fourrures. La bonne Révélation des Hébreux ne tient pas compte de toute cette neige réconfortante. N’y a-t-il pas de religion pour les zones tempérées et glacées ? Nous ne connaissons aucune Écriture qui mentionne la pure mansuétude des dieux par une nuit d’hiver en Nouvelle-Angleterre. On n’a jamais chanté leurs louanges, on s’est contenté de s’élever contre leur courroux. Après tout, les meilleures Écritures ne sont les dépositaires que d’une foi réduite à sa portion congrue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   03 février 2018
La merveilleuse pureté de la nature en cette saison est quelque chose des plus agréables. Chaque souche pourrie, chaque pierre, chaque clôture recouvertes de mousse et les feuilles mortes de l’automne sont dissimulées sous un napperon immaculé de neige. Dans les champs dépouillés et les bois tintinnabulants, il faut voir quelle est la vertu qui survit. Dans les endroits les plus froids et les plus exposés au vent, la charité chaleureuse conserve encore un point d’appui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   03 février 2018
Respirer l’air clarifié est tonifiant. Sa grande pureté et sa grande finesse sont visibles à l’œil nu, et c’est bien volontiers que nous resterions dehors longtemps, même tard, afin que les bourrasques puissent soupirer à travers nous aussi, comme à travers les arbres défeuillés, et nous préparer pour l’hiver – comme si nous espérions emprunter quelque vertu pure et constante, qui nous serait d’une grande utilité en toutes saisons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Henry David Thoreau (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry David Thoreau
Henry David Thoreau vu par Michel Onfray
Dans la catégorie : Textes diversVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature américaine en anglais>Textes divers (382)
autres livres classés : hiverVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Nature writing

Quel philosophe est considéré comme le fondateur du Nature writing?

Ralph Waldo Emerson
Henry David Thoreau
Benjamin Franklin

10 questions
67 lecteurs ont répondu
Thèmes : nature writing , écologie , littératureCréer un quiz sur ce livre