AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Thierry Gillyboeuf (Éditeur scientifique)
ISBN : 2842058526
Éditeur : 1001 Nuits (08/09/2004)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 76 notes)
Résumé :
" Pouvoir regarder le soleil se lever ou se coucher chaque jour, afin de nous relier à un phénomène universel, préserverait notre santé pour toujours."
Auteur de La Désobéissance civile, Henry David Thoreau prolonge sa pensée séditieuse dans La Vie sans principe (1863). Prenant l'exemple de sa propre vie, il montre que les besoins matériels et les contingences quotidiennes sont dérisoires et qu'ils constituent une entrave à l'épanouissement de l'esprit. En e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Fx1
  16 août 2014
Dans ce monde ou la consommation et la stupidité de tf1 dominent les débats , il est important de se replier vers une parole libre et intelligente telle que celle de Thoreau . Sa maniére de considérer la vie sans entraves matérielles et en plaçant en priorité la liberté de l'esprit , tout cela ne peut qu'étre digne du plus grand intéret . Lire Thoreau au 21 éme siécle , c'est prendre une grande bouffée de liberté .
Commenter  J’apprécie          160
Shakespeare
  15 juin 2017
Connu pour son essai Walden ou la vie dans les bois (1854), qui expose ses réflexions sur une vie sauvage aux antipodes de la civilisation ou encore pour son oeuvre La Désobéissance Civile (1949), qui préfigure la philosophie non-violente de Gandhi ou Martin Luther King, Henry D. Thoreau exprime dans ce petit ouvrage ses vues sur une vie sans principes.
Dès les premières lignes de cet abrégé, le ton est donné : « comme il serait merveilleux de voir, pour une fois, le genre humain s'adonner au loisir ! Il n'y a rien d'autre que le travail, le travail et encore le travail » ou encore « j'estime qu'il n'existe rien de plus opposé à la poésie, à la philosophie, que dis-je à la vie elle-même que cette incessante activité, pas même le crime. »
De fait, les développements gnomiques parsèment les pages : « presque sans exception, les moyens qui permettent de gagner de l'argent abaissent l'homme » ; « Si celui qui travaille n'en tire rien de plus que le salaire que lui verse son employeur, il est volé, il se vole lui-même. » En bref, l'exorde est bien mené.
Cependant, les arguments qui suivent peinent à convaincre car ils ne sont jamais développés. Par exemple, lorsque Thoreau se prend en exemple et souligne qu'il se contente de peu dans sa vie d'arpenteur – en ne travaillant par exemple que des demi-journées – il ne développe pas plus avant la critique qu'il fait de ceux qui travaillent toute la journée : « S'il me fallait vendre à la fois mes matinées et mes après-midis à la société, comme beaucoup semblent le faire, je suis certain qu'il ne me resterait plus aucune raison de vivre. » Quelles sont les raisons valables de vivre ? Peut-on fonctionner sur un système économique où le temps de travail est moindre ? Quels principes doivent prévaloir ? Pourquoi le loisir est-il important ? Si nous sommes tentés de partager les pensées de l'auteur, l'argumentation manquante représente une frustration certaine.
En outre, en termes plus formels, le mélange des genres philosophiques et lyrico-poétiques ne fait pas toujours mouche. Si certaines comparaisons ou métaphores sont efficaces, comme celles où il compare notre esprit à un enfant innocent qu'il faut tenir à distance des mauvaises influences, d'autres apparaissent aussi très étranges, notamment dans les dernières pages où il compare le fonctionnement de la société à la dyspepsie, trouble de la digestion. Ce style s'avère parfois encombrant et obscurcit plus les idées de l'auteur qu'il ne les éclaire.
Finalement, un moralisme douteux ressort parfois des lignes. Thoreau revendique ne pas lire les colonnes politiques des journaux pour ne pas voir son « sens moral s'émousser ». Est-ce à dire que les lecteurs de ces colonnes voient leur sens moral s'émousser ? Ou encore, après avoir critiqué ceux qui se ruent vers l'or en Californie, Thoreau assure que « la conclusion de tout cela sera que l'humanité finira par se pendre à un arbre. » Une personne se revendiquant sans principes ne devrait-elle pourtant pas chercher à comprendre les autres plutôt que de les juger ?
En résumé, La vie sans principes s'apparente plus à une ébauche de réflexions pleine de potentiel qu'à une défense réelle et argumentée d'une vie sans principes. le titre est trompeur car il laisse entendre le contraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Vermeer
  10 juin 2018
Thoreau est un écrivain d'actualité avec la mise en question de la société capitaliste, ses limites, ses ravages. Thoreau dénonce dans cet opus les incessantes et futiles activités des hommes occupés à gagner de l'argent pour une consommation matérielle toujours plus grande et par nature insatiable tout en laissant toute une partie de la population sur le carreau.
Thoreau préconise une vie plus simple, en contact avec la nature, de la poésie, de la philosophie, à l'écoute de sa vie intérieure.
Les hommes sont occupés à gagner leur vie plutôt que de la vivre. L'oisiveté n'est pas paresse mais épanouissement de soi. Les hommes manquent hélas de discernement, leurs objectifs sont médiocres, leurs conversations futiles.
Thoreau écrit pour nous amener à une prise de conscience, non pour nous détourner de la société ou des autres hommes ou bâtir un nouveau système.
Commenter  J’apprécie          90
Plouf_le_loup
  16 août 2018
j'avais beaucoup entendu parler de Thoreau, je voulais voir moi-même un peu de quoi il retournait. J'ai été pas mal déçue. Au moins dans ce très court livre, si certaines réflexions sont intéressantes, elles sont assez brouillonnes, exclusivement critiques (et assez peu constructives). Pour la majorité, on pourrait les résumer par "tout fout le camp ma bonne dame, y'a plus de morale"...
Si ça commençait bien, vraiment très bien dans les premières pages que j'ai trouvées passionnantes et souvent très modernes, avec une critique, juste et bien étayée, de ce qu'on appellerait aujourd'hui les "métiers à la con" (ces métiers inutiles à la communauté, dont le seul objectif est de gagner de l'argent, avec comme dégât colatéral une destruction de la nature -aussi bien externe qu'intrinsèque à l'humain) ; ça continue moyennement, avec beaucoup de jugements péremptoires, massivement assénés, sans argument ni exemple ni précision. Par exemple, il évoque le problème des convenances sociales faisant obstacle à une "vie élevée". Ok. Admettons qu'on ait compris ce qu'est une "vie élevée" (ce qui est très compréhensible par transparence, même si pas super bien expliqué), pour autant, de quelles convenances sociales parle-t-on ? du fait de dire bonjour ? de s'habiller ? de se laver ? de respecter la préséance à table ? de porter le haut-de-forme ? de ne pas frapper si on veut le bout de viande que son voisin est en train de manger ?
Le monsieur auto-proclamait sa pensée "révolutionnaire". Mais j'ai bien peur qu'être un peu marginal ne soit pas suffisant pour être révolutionnaire. Ce que j'ai lu dans ce livre n'a pas grand chose de révolutionnaire. Vilipender la presse et critiquer la société marchande à l'excès, Jésus le faisait déjà en chassant les marchands du Temple, alors côté révolutionnaire, on repassera. En revanche, je n'ai évidemment pas fait ce parallèle par hasard, Thoreau évoque plusieurs fois Dieu, et en effet, sa pensée (dans le peu que je peux voir dans ce livre minuscule, évidemment) me semble très empreinte de cette croyance, avec l'individualisme (au sens noble) qui caractérise certains courants protestants, et cette volonté de retour aux fondements est toujours une base de réflexion intéressante (mais certainement pas libre comme il le dit... bref). Mais là, du coup, on a parfois l'impression d'être au sermon d'un moraliste aride, et c'est assez moyen pour "élever" la pensée, justement.
Je dis ça, mais je devine que le côté "révolutionnaire" de sa pensée vient de ce qu'on appellerait aujourd'hui l'écologie, qui n'était pas du tout d'actualité au milieu du XIXème siècle, et pour le coup certainement révolutionnaire.
En bref, j'ai été assez déçue, mais je n'ai pas détesté, alors je ne renonce pas à lire un autre ouvrage de lui (probablement Walden) dans quelque temps, pour voir, et peut-être comprendre pourquoi certains le trouvent génial.
Lien : http://ploufsurterre.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Maphil
  07 juin 2017
Dans ce petit livre d'une cinquantaine de pages, écrit dans la seconde moitié du 19ème siècle, Henry Thoreau dénonce l'obsession de l'homme à "gagner sa vie" plutôt que de la vivre, le ravage du profit et de la division du travail, la dissociation des hommes entre eux et avec la nature. Il apparaît un peu comme le précurseur de l'anarchisme, de l'écologie, de la critique de l'urbanisation et de l'aliénation de l'homme dans une société de consommation.
Merci à Masse critique pour ce livre. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser à ce que l'auteur ferait et dirait s'il se retrouvait à notre époque et voyait l'évolution de la société actuelle.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   06 janvier 2015
Si un homme marche dans la forêt par amour pour elle pendant la moitié du jour, il risque fort d'être considéré comme un tire-au-flanc ; mais s'il passe toute sa journée à spéculer, à raser cette forêt et à rendre cette terre chauve avant l'heure, on le tiendra pour un citoyen industrieux et entreprenant.
Commenter  J’apprécie          400
AlexeinAlexein   12 janvier 2018
Je ne connais guère d’intellectuel suffisamment large d’esprit et tolérant au point de pouvoir penser à voix haute en sa compagnie. La plupart de ceux avec lesquels on essaie de parler prennent bientôt appui sur quelque institution dans laquelle il s’avère qu’ils ont un pied, autrement dit, ils adoptent une façon particulière, et non universelle, de voir les choses. Ils n’ont de cesse d’imposer leur propre toit peu élevé, avec sa fenêtre étroite, entre le ciel et vous, quand ce sont les cieux dégagés que vous voudriez voir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
FaeruneFaerune   17 février 2015
Ce serait merveilleux de voir l'humanité goûter pour une fois au temps libre. Ce n'est que travail, et travail encore. Je pense qu'il n'est rien, pas même le crime, de plus opposé à la poésie, à la philosophie, voire à la vie elle-même, que cette incessante activité
Commenter  J’apprécie          260
oktaokta   02 mai 2017
Est-ce que nous appelons ce pays celui de l’homme libre ? Qu’est-ce que cela veut dire d’être libérés du joug du roi Georges si nous restons les esclaves du roi Préjugé. Qu’est-ce donc que naître libre si on ne vit pas libre? Toute forme de liberté politique a-t-elle en soi d’autre valeur que de nous permettre d’accéder à la liberté morale ? Cette liberté dont nous sommes si fiers, est-ce la liberté d’être des esclaves ou bien celle d’être des hommes libres ? Nous formons une nation de politiciens uniquement préoccupés de défendre ce que cette liberté a de plus extérieur, mais ce sont les enfants de nos enfants qui, un jour peut-être, seront réellement libres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
youcantgetyoucantget   21 décembre 2011
-excipit-

Pourquoi ne nous rencontrerions-nous pas, non comme toujours en tant que dyspeptiques, pour nous raconter nos rêves, mais parfois en tant qu'eupeptiques, pour nous féliciter mutuellement de 'éternelle splendeur du matin ? Je ne formule assurément pas là une demande exorbitante.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Henry David Thoreau (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry David Thoreau
Henry David Thoreau vu par Michel Onfray
>Philosophie et disciplines connexes>Les divers systèmes philosophiques>Idéalisme, et systèmes et doctrines connexes. Spiritualisme, subjec (7)
autres livres classés : Non-conformismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
295 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre