AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de mesrives


mesrives
  26 juillet 2021
Trois automnes et un printemps pour s'immerger dans l'univers de l'héroïne de Double vitrage et de son auteure Halldora Thoroddsen .
Des automnes successifs pour appréhender la vie, l'histoire et le monde d'une septuagénaire au crépuscule de sa vie.
Des saisons oubliées mais d'autres récurrentes à l'image des souvenirs de sa mémoire sélective qui permettent de se glisser avec subtilité dans son quotidien rythmé par de nombreux rituels.


Une narration qui se déroule dans un triptyque automnal où le lecteur apprend à côtoyer à travers ses confidences cette belle dame, une esthète et amoureuse de la littérature islandaise, une érudite d'une autre époque, qui essaie malgré les années qui s'égrènent, les altérations inéluctables et les écueils de la vieillesse, de contrôler son parcours de vie et qui prudemment ouvre sa porte et son coeur pour une dernière fugue amoureuse.


Double vitrage, une femme à sa fenêtre qui ne se retrouve plus dans le monde d'aujourd'hui, qui observe d'un oeil acéré ses contemporains à travers les ravages de la crise islandaise et les mutations de la société: le consumérisme, la surexploitation des images, la vitesse de l'information ...
Une femme à sa fenêtre que ni le temps, ni la vie n'a apprivoisé.
Une femme libre, libérée qui revendique son identité et ses choix comme les jeunes mères célibataires solidaires qu'elle observe avec bienveillance dans les rues de Reykjavik.


Double vitrage un texte empreint de poésie qui traite de l'isolement, de la solitude des personnes âgées, de leur besoin de partage, de comment se libérer d'une vie en différé sans pour autant faire voler son monde en éclat afin de construire une vie commune avec celui ou celle que l'on a choisi comme un dernier printemps à l'orée du grand voyage.

Un très beau portrait de femme, une histoire d'amour dans le grande cycle de la vie juste et émouvant.

Merci à Halldora Thoroddsen qui par le biais de son héroïne évoque tout en sensibilité et délicatesse les affres et les difficultés de la vieillesse et qui grâce à la trame et la construction narratives nous fait toucher au plus près sa sphère intime.

Une auteure à découvrir qui laisse, j'ai l'impression avec Double vitrage, un testament littéraire auto-fictif.
Halldora Thoroddsen, écrivaine et poétesse, est décédée le 21 juillet 2020.
Double vitrage (Tvöfalt gler) publié en 2015 a remporté le prix de littérature féminine islandais Fjöruverðlaunin en 2016 et le Prix de littérature de l'Union européenne en 2017.
Un grand merci à Jean-Christophe Salaün pour la traduction.
Commenter  J’apprécie          1135



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (112)voir plus