AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2412030243
Éditeur : First (07/09/2017)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Le Lagom , c’est l’art de la simplicité à la suédoise. Pas vraiment traduisible, le mot signifie « ni trop, ni trop peu ». Mantra économique quotidien, en droite ligne avec la tendance « slow », c’est la tendance de la fin d’année 2017, avec trois livres à paraître sur le marché anglo-saxon.
Anne Thoumieux, journaliste, propose une approche à 360° de ce phénomène de modération tout sauf ennuyeuse qui pourrait bien aider à construire une société meilleure pour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
GabrielleTyler
  17 mai 2018
Hello !
Je vous retrouve aujourd'hui pour ma première lecture de 2018, qui est un livre que vous connaissez déjà puisque Priscila vous en a fait la chronique le mois dernier (c'est d'ailleurs elle qui m'a passé son exemplaire) ! Comme vous avez pu le constater, depuis environ 1 an Priscila et moi nous intéressons aux modes de vies minimalistes, écologiques, plus slow : c'est pour cette raison que je me suis intéressée au Livre du Lagom, mais aussi pour cette raison que je ne l'ai pas lu tout de suite ; parce que j'en connaissais déjà pas mal sur le sujet et j'avais peur que ce soit redondant… Mais finalement, je me suis dit que cette lecture courte pourrait tout de même être intéressante et m'apporter 2/3 trucs :)
J'ai été contente de découvrir dans ce livre toute une culture qui m'était inconnue (même si les pays nordiques sont réputés pour leurs tendances slows), mais surtout toute une politique d'Etat à laquelle je m'intéresse de plus en plus : concernant la parité homme-femme tout d'abord, mais aussi leurs idées géniales pour des logements étudiants slows mais ergonomiques, et surtout toute la politique lagom au travail qui fut mon chapitre préféré !!! Je dis un grand OUI !! Nos pays devraient vraiment s'en inspirer !! J'ai donc tout de même appris quelques trucs, notamment concernant l'organisation du temps de travail plus optimal, qui même s'il concerne le travail en entreprise a été très inspirant pour moi, étudiante !
Pour la structure du livre, j'ai bien aimé l'organisation en catégories, qui m'a fait penser à Zéro Déchets de Béa Johnson : cela permet de ne pas plonger dans le trop général (ce dont j'avais peur) et de donner des conseils plus pertinents ! L'utilisation de nombreux témoignages/interviews étaient aussi très enrichissante, même si j'avoue en avoir sauté quelques-unes xD Pareil pour la présentation détaillée d'exemples concrets (les différentes marques de vêtements slows par exemple), qui est un véritable plus (encore une fois, ça permet de ne pas tomber dans le trop général) ! Et bien sûr, un véritable atout de ce livre était les superbes illustrations photos, parfois en double page, d'une superbe qualité ; et même la qualité du livre en général (le papier, la couverture…), qui contribuent à rendre la lecture très agréable !
Un aspect m'a gênée cependant : toute cette idée de rester « dans la norme »… On peut très bien, à mon sens, être minimaliste sans plonger dans le conformisme (qui pour moi est mauvais parce qu'il n'admet aucune remise en question, aucun esprit critique, sous prétexte que "On a toujours fait comme ça/Tout le monde fait comme ça" : ça peut être dangereux, surtout si la communauté concernée est un peuple entier!). Cette idée part pourtant d'un bon sentiment (ne pas blesser les gens en leur donnant le sentiment d'être inférieur), mais encore une fois il est à mon avis nécessaire de distinguer minimalisme et conformisme. Surtout que là, j'ai l'impression que ça devient surtout un système de surveillance entre individus, ce qui pour le coup va totalement à l'encontre de l'intention de départ ! Je cite quelques passages : « En Suède, le plus important c'est de se fondre dans la masse. du coup, on tend à avoir toute et tous un style très semblable, c'est une sorte de preuve d'intégration au groupe. » / « Si un Suédois fait redécorer sa maison, la première chose que ses amis lui demanderont alors c'est de quelle couleur est le fond vägg. Une autre manière de vérifier que lui aussi a bien exécuté cette tendance adoptée par tous ». Bref, pour moi : un comportement altruiste qui vise à ne pas dévaloriser ses congénères en n'exhibant pas ses qualités à outrance, OUI ; un système de normes à respecter où tout le monde surveille tout le monde au risque de se faire exclure de la société, NON !
Mais cette idée est peut-être à relativiser: ce livre se veut lui-même un peu vendeur, un peu « exotique », en grossissant des traits caractéristiques de la culture suédoise et en les tirant hors-contexte, mais à mon avis dans les faits les comportements sont moins rigides que cela… Je pense qu'il s'agit surtout, de la part de chacun, de faciliter la vie en communauté ^^
Bref, une lecture enrichissante sous tous les points ; bien que, il faut l'avouer, j'étais déjà pas mal au courant de tous les conseils slows donnés par l'auteure ! Je pense tout de même acheter ce livre pour le relire à l'occasion, car il est vraiment très agréable !
Lien : http://leboudoirbibliotheque..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
yann-frat
  14 juillet 2019
Dans la foulée des livres de développement personnel/ Minimalisme, allez tiens pourquoi pas le lagom ?
Réponse en deux temps :
Le positif : La démarche de « ni trop ni trop peu » est tout à fait louable et dans la mouvance générale du minimalisme, de la pleine conscience, de repenser la consommation, bref du moins et du mieux etc… Donc on achète !
Le négatif : L'auteur le répète à plusieurs reprise et c'est vrai que c'est une tendance nordique (à ce qu'on m'a dit) : les suédois semblent obsédés par le « faire comme tout le monde » pour ne pas "choquer" ou même simplement "sortir du lot". Quand on ajoute à ça une ode forcenée à la « nature » et à la « vie de famille », je ne vais pas dire que je suis « contre » mais tout ça a quand même « une odeur » qui ne me sied guerre.
Je crois qu'au contraire le minimalisme c'est se concentrer sur des choses fortes pour soi donc bien sûr pas question de se faire remarquer pour le plaisir ni même encore moins de faire du « bling bling » ou du tape à l'oeil... Mais on ne peut pas non plus vivre sa vie uniquement en pensant à ce que vont peut être penser les autres!
Quant à la pression sociale très nette sur/par/pour les enfants rois, alors là merci je passe carrément la main (bonjour l'enfer pour tout le monde…).
En conclusion : Oui mais non. Je vois bien ce que le lagom décrit comme idée et comme société mais ce n'est pas pour moi parce qu'il est hors de question que je passe ma vie à raser les murs pour potentiellement ne choquer personne. Je reste donc sur un minimalisme hardcore qui me correspond mieux -et ce même s'il choque les voisins 😉-.
Mais ceci dit, la bonne blague du pays du « ni trop, ni trop peu » c'est que c'est le berceau (quand même !) de Ikea et de H et M (Honte et Merde) soit les deux pires usines mondiales à surconsommation/ abrutissement/ affadissement …
Quand je vous dit qu'il y a baleine sous gravier au pays du lagom….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MademoiselleMaeve
  17 avril 2019
La première fois que j'ai entendu parler du Lagom, c'était à la sortie de ce Livre du Lagom de Anne Thoumieux chez First – je venais à peine de comprendre le Hygge et il y avait déjà une nouvelle tendance ? Difficile de suivre… du coup, à l'époque, j'ai lu Les clés du bonheur qui vient du Nord de Valérie Robert qui parlait des deux tendances – la danoise (Hygge) et la suédoise (Lagom) – je me disais que ce bouquin me permettrait de faire d'une pierre deux coups. Et clairement, à la fin de ma lecture si j'avais répondu à un psychotest « Êtes-vous plutôt Hygge ou Lagom ? », je suppose que j'aurais eu 100% de réponses Hygge (d'ailleurs, j'écris cette chronique avec mes grosses chaussettes, mon gros gilet, ma couverture en laine et une bougie… Et pas seulement parce que j'ai froid). J'ai adhéré au Hygge qui me semble être une tendance pleine de bon sens et qui me convient parfaitement, comme un thé qui a la température idéale. Mais le Lagom… me tentait moins. Je n'étais pas hyper emballée. En même temps, ce n'est pas une manière de vivre hyper emballante.
Mais le livre du Lagom d'Anne Thoumieux a changé la donne. du moins en partie. Alors, le Lagom, cela signifie en gros « ni trop ni trop peu », « le juste équilibre », et si en ce qui concerne beaucoup de choses c'est top, surtout en matière de consommation, je ne suis pas ultra convaincue par ce principe à décliner pour tout. Car oui le Lagom, c'est un mode de vie, pas seulement une façon de consommer. Et d'ailleurs, le livre du Lagom ou L'art de la simplicité à la suédoise est plutôt bien fichu pour tout expliquer.
Ce livre, très agréable à lire avec sa mise en page aérée et pleine d'images qui donnent envie d'aller en Suède et ses phrases en suédois qui fort heureusement sont traduites. Il est divisé en chapitres qui couvrent beaucoup de domaines : la consommation raisonnée, la mode, la beauté, la maison, les loisirs et les vacances, la gastronomie, le travail, la vie en société et la famille.
On y apprend que les Suédois font attention à leur consommation, qu'ils ne se précipitent pas faire du shopping dès qu'ils n'ont pas le moral (qui a dit que je parlais de mon expérience ?), qu'ils achètent éthique et de bonne facture, ce qui leur permet de garder leurs affaires plus longtemps. Ils n'ont pas beaucoup d'affaires. Juste ce qu'il faut. Et Marie Kondo doit aimer les intérieurs suédois qui apparemment sont plutôt épurés (ce n'est pas tout à fait ce que raconte Camilla Läckberg, j'ai l'impression que chez Erica Falck est plutôt bordélique et semble donc être une sorte d'OVNI dans le paysage Lagom et ce n'est pas très Lagom…).
En lisant ce livre, j'ai découvert qu'au-delà de ce qui les entoure, les Suédois sont aussi Lagom. Ils ne sont pas excentriques, du moins pas plus que les autres, ils ne se font pas remarquer, ils se fondent dans le moule. Et c'est un peu trop lisse pour que je me dise que c'est parfait pour moi. Mais globalement, le Lagom, ça n'a pas l'air si mal. En tout cas ce n'est pas aussi extrême que La magie du rangement de Marie Kondo et le livre du Lagom ne vois donnera pas envie de faire le vide dans votre maison et dans votre vie. Mais il fait réfléchir. A la manière de consommer mieux notamment. Et c'est assez vertueux. Si le livre du Lagom a réussi à me convaincre de l'intérêt de cette manière de vivre qui ne m'avait pas séduite plus que ça, imaginez un peu ce que va donner la lecture du Livre du Hygge !
Lien : https://mademoisellemaeve.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SapereAude
  05 décembre 2017
En faisant une recherche sur une très belle édition de livre sur le Hygge, je suis tombée sur cette nouvelle parution des Editions First. le bon souvenir que j'avais du Livre du Hygge a fait que j'ai tout de suite eu envie de l'acheter et son aspect minimaliste a fini par me convaincre.
J'ai donc acheté ce livre avec beaucoup d'espoir et en un sens, je n'ai pas été déçue. le livre aborde une certaine philosophie de vie issue de Suède qui pourrait se traduire par "ni trop, ni trop peu" et appliquée dans tout les sens de la vie : aussi bien au travail qu'en famille, en déco et consommation.
C'est cet aspect consommation qui m'a convaincue d'acheter le livre puisque vous l'aurez remarqué, avec Gaby nous nous intéressons beaucoup au mode de vie minimaliste et Zéro déchet. C'est un mode de vie qui évite au maximum la surconsommation, on consomme ce dont on a besoin sans gâcher le surplus, car justement, on éviter le surplus en n'achetant que ce qu'il faut.
J'avais envie de découvrir comment les Suédois appliquaient cela à leur mode de vie et comment il en faisait une philosophie du bonheur. C'était vraiment intéressant de découvrir comment ce « ni trop, ni trop peu » s'appliquait aussi bien dans la relation avec les autres que dans le commerce. Les suédois semblent s'être approprié au niveau national une pratique de vie écologique et écoresponsable à partir de ce principe qui pousse à ne pas surconsommer mais à ne pas non plus vivre uniquement avec le minimum vital. Les Suédois savent se faire plaisir mais avec une commune mesure assez étonnante.
J'ai trouvé ça intéressant de voir que dans leur rapport avec les autres, il fallait rester « dans la norme » et ne pas imposer sa richesse ou son succès, chose mal vue semble-t-il, alors qu'ici on est souvent habitué à se mettre toujours en compétition avec les autres et afficher ses succès. Mais ça m'amène à un point qui m'a un peu dérangée : d'après le livre, l'esprit lagom qui s'applique dans les rapports avec les autres, implique de devoir rester dans la norme, d'être « moyen », on ne cherche pas a exceller et à dépasser les autres mais à faire comme tout le monde, à rentrer dans un moule qui implique d'être bon mais « ni trop, ni trop peu ». Et je trouve ça assez hallucinant : par exemple, on apportera moins d'attention à l'élève qui réussit très bien qu'à l'élève en difficulté; si le principe est bien, car on est d'accord, il faut aider les élèves en difficulté, j'ai du mal avec l'idée de ne pas pousser quelqu'un qui a des facilités et l'envie de s'améliorer dans un domaine.
Je ne peux m'empêcher d'imaginer le jeune Mozart dans ce contexte : lui aurait-t-on demandé de ne pas faire étalage de son talent pour rentrer dans la norme ?
De même, on n'affichera pas d'excentricité vestimentaire... mais pourquoi ? Cet aspect de la philosophie de vie Suédoise m'a donné l'arrière goût d'un univers distopique où l'unité dans tous les aspects est la norme... Je pense que c'est probablement du à la façon dont l'auteure a tourné les choses et sa façon de revenir à cette norme qui m'a donné cette impression mais j'ai vraiment trouvé cet aspect « malaisant »...
J'aimerais quand même me pencher un peu plus sur le mode de vie Suédois, cette façon de lier leur gouvernement aux intérêt écologiques et sociaux est vraiment très intéressante et nos pays devraient prendre exemple sur la Suède. Ca donne vraiment envie de partir découvrir ce pays ;)
Lien : http://leboudoirbibliotheque..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Elodieuniverse
  10 novembre 2017
À chacun son mode de vie: L'Italie et la Dolce Vita, le Danemark et le Hygge, la Suède et le Lagom.
Dans ce livre, on parle Lagom c'est-à-dire l'art suédois du ''ni trop, ni trop peu" dans de nombreux domaines. C'est LE nouvel art de vivre à la mode, très tendance par son côté "feel good". "Pour un équilibre personnel et une vision du monde plus joyeuse à tous point de vue" Bienvenue en Suède! Pour nous, dans notre vie "too much", il est difficile de voir la vie du côté Lagom bien que ce mode de vie nous donne envie et nous inspire...Cet art fait rêver par sa simplicité et nous montre que le Lagom peut être accessible pour tous. Mais est-ce vraiment si simple?
-Consommation raisonnée: modération, juste milieu, recyclage, écologie...
-Mode consciente: minimalisme, écologie, respect du vêtement, occasion... On dit bien-sur NON au "made in china".
-Beauté et bien-être naturels: nude, sauna, réunir son corps et son esprit, gym suédoise...
-Déco minimaliste et épurée: ambiance douce et chaleureuse, optimisation de l'espace (vive Ikea!)...
-Loisirs et vacances: nature à l'honneur, famille, plein air, écologie...
-Gastronomie: plaisir des aliments et du goût, traditionnelle...
-Le travail et la société: bonheur, équilibre, respect, politesse...
-La famille: le pilier, le centre de la vie, éducation bienveillante...
C'est un bel ouvrage et les photos nous donnent juste envie de prendre un billet d'avion direction la Suède, elles sont magnifiques. Je me suis aperçue qu'il y a pas mal de choses que je fais déjà (ouf) et que pour certaines elles sont accessibles mais que parfois c'est réellement toute la société qu'il y aurait à revoir afin que l'on égalise nos chers suédois. J'ai vraiment trouvé ce livre intéressant et je le rouvrirai à l'occasion. On n'a juste envie de se blottir dans un plaid, d'allumer des bougies, de manger un petit Smörgås (sans hareng hein)... Bref, ce livre nous donne-t-il vraiment les clefs du bonheur? C'est à chacun de voir... Mais c'est un ouvrage à découvrir rien que pour le plaisir des yeux.
Lien : http://auchapitre.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Fanfan56Fanfan56   07 mai 2018
Les 10 commandements du lagom :
1. Aux autres tu penseras.
2. Satisfait de ce que tu as déjà tu seras.
3. La nature tu respecteras.
4. La surconsommation tu éviteras.
5. De ton corps soin tu prendras.
6. Ta famille tu réuniras.
7. Les joies simples tu cultiveras.
8. Ton travail tu relativiseras.
9. Ton intérieur tu épureras.
10. Modération et modestie tu auras.
Commenter  J’apprécie          30
ElodieuniverseElodieuniverse   18 octobre 2017
Les leçons valent plus que de l'or...ou l'art d'apprendre à la suédoise.
Commenter  J’apprécie          20
ElodieuniverseElodieuniverse   18 octobre 2017
Après la pluie vient le beau temps. Oui, oui en Suède aussi.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Anne Thoumieux (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Thoumieux
"Coiffures sur mesure" d'Anne Thoumieux : nous avons testé 4 tutos en interne ! Cet ouvrage vous propose 75 tutos illustrés avec des pas à pas et autant de photos qui vous livrent tous les secrets des "pro" pour vous coiffer, avec le maximum d'effets !
autres livres classés : suèdeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
182 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre