AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782818505342
128 pages
Éditeur : Fayard (03/05/2017)

Note moyenne : 4/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Pour Trinh Xuan Thuan, les étoiles sont nos lointains ancêtres et nous partageons tous, humains, animaux, plantes et minéraux, la même généalogie cosmique. Formidable vulgarisateur des recherches les plus pointues en astrophysique, Trinh Xuan Thuan interroge ici la place et le rôle de l'homme, tout en rendant hommage à l'incroyable harmonie du cosmos. À ses côtés, il a convié huit personnalités, du scientifique à l'écrivain, du biologiste au peintre, pour interroger... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
FredMartineau
  19 novembre 2017
Enfin ! Après plus de deux semaines sans lire autre chose que des textes professionnels techniques et juridiques, j'ai réussi à trouver une fenêtre de lecture, tandis que le manque se faisait sentir trop durement. Pour ce retour à une alimentation plus naturelle, j'ai repris en douceur en choisissant un ouvrage d'une centaine de pages de Trinh Xuan Thuan, brillant astrophysicien qui enseigne aux États-Unis, mais vulgarise dans la langue de Molière à laquelle il manifeste un attachement viscéral. Adepte de la philosophie bouddhiste, il aborde dans ce livre, l'univers et ses mystères qu'il rend accessibles au néophyte et nous entraîne dans son questionnement par le truchement d'entretiens avec d'éminents personnages qui marquent leur époque dans des domaines aussi divers que la peinture, la littérature, la biologie, la science, l'agriculture et la philosophie. Ces grands noms partagent leurs interrogations devant l'immensité du vide de nos connaissances, qui mêlent dernières découvertes scientifiques et concepts théophilosophiques. Face à l'univers, je me sens aussi ignorant et humble qu'eux. Comment ne pas l'être lorsque 95% de sa composition (énergie noire et matière noire) demeure au-delà de l'état actuel de la compréhension humaine ? Je ne regrette pas ce moment passionnant et me suis pris à espérer que de mon vivant, le mur de Planck serait franchi, et que l'on pourrait remonter plus près du Big Bang et voir peut-être, "Le visage de Dieu", titre du livre des frères Bogdanov.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Astrobook21
  05 janvier 2020
Les collections Manifeste! ont un but assez simple : une personnalité invite des personnes de sa connaissance (auteurs, scientifiques, etc…) à s'exprimer sur un sujet, une valeur…
C'est donc autour de Trinh Xuan Thuan que ce livre se déroulera et le thème n'est autre que l'Univers.
Dans la première partie du livre, l'auteur nous invite dans son intimité : sa scolarité mouvementée entre le Vietnam, la Suisse et les Etats-Unis… Il sera d'ailleurs choisi pour intégrer la prestigieuse université du Caltech à Pasadena. Pourtant, son entourage ne le prédestinait pas à un avenir scientifique mais plutôt littéraire.
Fasciné par Einstein, il fera cependant un peu, puis beaucoup de physique. C'est de là que naitra sa passion pour le ciel. Il deviendra professeur à l'Université de Virginie en 1976. Trinh Xuan Thuan est notamment connu pour ces nombreux ouvrages de vulgarisation. Des livres qu'il tient notamment à publier en français.
La seconde partie quant à elle, nous fait démarrer au commencement : le big bang. Tout cela se finit par un questionnement logique : à quoi ressemble aujourd'hui, notre Univers.
Très rapidement, les faits principaux sont abordés : la découverte de l'expansion de l'Univers en 1929 par Hubble, du fait de l'éloignement des galaxies les unes des autres. Tout cela ne se fait pas au hasard : plus une galaxie est lointaine, plus elle s'éloigne vite. de sorte qu'aujourd'hui, notre Univers observable serait d'environ 45 milliards d'années-lumière, soit bien plus que la survenue du big bang (13,8 milliards d'années).
Sommes-nous le centre de l'Univers ? Cela a t-il un sens ? Tout dépend de la manière dont vous répondez à la question. Par définition, l'Univers n'a pas de limite. Il n'y a donc aucun centre. Mais nous ne captons pas tout l'Univers, uniquement sa partie visible. Il n'est donc pas totalement faux de dire que oui, nous sommes le centre de l'Univers, mais uniquement le centre de l'Univers observable de chaque individu.
Place ensuite aux invités avec, dans l'ordre d'apparition, Jean d'Ormesson (écrivain, il était un membre éminent de l'Académie Française), Matthieu Ricard (moine bouddhiste), Jean-Marie Pelt (biologiste et botaniste), Philippe Desbrosses (agriculteur, docteur en sciences de l'environnement), Edgar Morin (sociologue et philosophe), Joël de Rosnay (scientifique et écrivain), Fabienne Verdier (artiste peintre) et enfin, Jean-Claude Guillebaud (écrivain).
Mon avis : j'ai un sentiment plutôt mitigé après la lecture de ce livre. le travail d'édition a été très bien réalisé, ce qui rend la lecture agréable. Pour autant, on ne peut pas vraiment considérer ce livre comme un livre pure dédié à l'astronomie. J'ai perdu un peu le fil au cours de la lecture. Pour le style et les invités, il est à noter que la religion est assez présente. Mais cela ne déroge pas vraiment de l'auteur qui en fait très régulièrement mention dans ses différents ouvrages et qui ne déroge pas à son style.
Lien : http://astrobook21.blog/2019..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CaroleBouchut
  14 août 2016
Un tout petit livre dont le sujet de réflexion dépasse celui du seul titre. Trinh Xuan Thuan introduit tout en beauté ce "recueil" d'impressions et de réflexions sur l'univers, l'homme, le monde..., par un bref résumé de son oeuvre de "vulgarisation", comme il dit.
Par le choix de ses " invités" et la justification qu'il en fait pour chacun d'entre eux, il élargit le regard du lecteur vers de multiples directions, de multiples "chemins de pensée", comme j'aime à les appeler.
C'est un petit livre à la fois récréatif et créatif, plaisant à lire.
Un petit bémol cependant : les illustrations ont grandement pâti du choix du papier sur lequel elles reposent, ainsi que de la disposition de certaines sur une double page, la jonction des 2 pages gâchant l'image originale. Peut-être un choix réfléchi afin de favoriser l'imagination du lecteur, je ne sais pas. Dommage, le principe de cette Collection Manifeste aurait mérité une plus grande attention sur ce point de détail.
Commenter  J’apprécie          00
Eudox
  30 avril 2020
Ouvrage très intéressant qui explore les liens entre le cosmos et l'Homme, tout ce qui lie et sépare les enfants des poussières d'étoile, le temps de l'innovation, l'espace de l'agriculture, les sciences de la spiritualité. Pour parler de l'infiniment grand et de l'infiniment petit, cet astrophysicien fait appel à de nombreux pairs intellectuels : écrivains, moine-photographe, biologiste, agriculteur, sociologue, peintre... Il nous donne beaucoup d'idées de lecture pour aller plus loin.
Commenter  J’apprécie          00
jefdebourges
  13 mai 2018
Faut-l s'inquiéter du non-centrisme de l'homme sur terre, dans le système solaire, dans la voie lactée, dans l'univers ?
L'homme est-il maître de son destin ? Ou est-il spectateur de sa vie ?
Faut-il être optimiste (espérer le progrès) ou passif (contemplateur des "innovations") ?
Seul votre esprit peut répondre à ces questions.
Bonne lecture ;-)
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
FredMartineauFredMartineau   19 novembre 2017
Je suis donc amené à rejeter la notion du multivers et à miser sur l'existence d'un seul univers. Comment rendre compte alors de l'extraordinaire réglage des propriétés de l'univers primordial afin de permettre l'émergence de la vie et de la conscience ? Est-ce le fruit du hasard ou de la nécessité ? L'hypothèse du hasard n'est plus permise, car, en éliminant l'hypothèse du multivers, nous ne disposons plus d'une infinité d'univers parallèles avec toutes les combinaisons possibles de constantes physiques et de conditions initiales. Dans le cas d'un seul univers, le nôtre, je dois faire appel à la nécessité, c'est à dire à un "principe créateur" responsable du réglage extrêmement précis de l'univers. Pour moi, ce principe ne se représente pas par un Dieu barbu personnifié, mais se définit plutôt comme un principe panthéiste qui se manifeste dans les lois de la nature, tel que décrit par Spinoza et Einstein.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
zenzibarzenzibar   12 janvier 2016
Comme l'a'dit Husserl, la science a besoin d'une double conscience. La science a une conscience qui se porte sur l'objet de fa connaissance, mais il lui manque une conscience qui se retourne sur le sujet de tette connaissance.

Les scientifiques participent à une aventure dans laquelle ils sont parfaitement inconscients d'eux-mêmes.

Et c'est dans cette inconscience que se logent les dangers de la science, dans cette inconscience du sujet en tant que tel.

Les sciences traditionnelles ignorent d'ailleurs le mot de sujet. En plus de cette double conscience, la science a besoin d'une conscience morale.

Aux débuts de la science moderne, il y avait nécessité à exclure une telle conscience morale afin d'échapper aux pouvoirs absolus de l'époque, ce qui a permis à la science de se développer pendant deux siècles en toute liberté. Puis la science est devenue puissante, avec un ascendant fantastique sur le développement de la société, de l'économie, de l'industrie, mais aussi bien sûr sur les individus, avec son pouvoir de nuisance et de destruction symbolisé
par l'arme atomique.

Aujourd'hui, la science est entraînée dans une aventure sans en comprendre le cours, c'est pour cela qu'il faut lui ajouter une conscience éthique.
(contribution d'Edgar Morin p.116)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
zenzibarzenzibar   15 janvier 2016
En dernière analyse, le paradoxe de la rationalité marchande et technologique - celle que Max Weber appelait la Zweckrationalitat est donc tout entier résumé par cette étrangeté : une profusion de «progrès» ponctuels, notamment techniques ou scientifiques, qui coïncide avec un deuil du Progrès proprement dit.

Nous pressentons, avec raison, que ce douloureux «micmac» dans notre rapport au futur met en péril, au plus profond de nous: quelque chose d''essentiel.

Une immense période historique - et avec elle une civilisation- serait-elle menacée d'anéantissement? Ou d'épuisement?

Emmanuel Levinas avait sobrement évoqué cette espérance fondatrice dont nous risquons d'être les orphelins désemparés :

"·Nous étions accoutumés à l'idée que le temps va quelque part.»
(contribution de Jean-Claude Guillebaud p.153)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
zenzibarzenzibar   13 janvier 2016
Nous voulons exporter un système qui est déjà profondément en crise, sans même en accentuer les valeurs de fraternité, d' égalité,d'autonomie, de respect entre hommes et femmes, d'humanisme, d'universalité.

Nous n'en exportons que le pire: la spéculation, l'égoïsme, le profit immédiat, la courte vue. De la sorte, nous créons un monde de plus en plus désorganisé et nos politiques nous mènent à l'aveugle vers la destruction et la mort.

L'espoir, ce serait l'avènement d'une nouvelle voie.

En tant que tel, cet avènement est assez improbable, mais une nouvelle voie est aussi susceptible d'émerger de l'augmentation des dangers car, pour reprend:re les mots du poète Holderlin,

«là où croit le péril, croît aussi ce qui sauve"
(contribution d'Edgar Morin p.119)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
zenzibarzenzibar   11 janvier 2016
La présence de cette matière «noire» a été révélée par l'observation des mouvements des étoiles et du gaz dans les galaxies, et ceux des galaxies
dans leurs amas. Leurs mouvements sont trop grands pour que la seule gravité de la matière lumineuse puisse les retenir dans leur environnement.

En d'autres termes, avec seulement la matière lumineuse, les galaxies et amas de galaxies devraient se désagréger.

Or tel n'est pas le cas.

Pour que les galaxies puissent retenir leurs étoiles et les amas leurs galaxies, il est indispensable que les galaxies et amas de galaxies contiennent de la matière noire qui n'émet aucun rayonnement visible et qui se manifeste seulement par la gravité qu'elle exerce. Les astrophysiciens orit :pu déterminer que la masse de cette matière noire est quelque 63 fois plus grande que la
masse de la matière lumineuse.

Autrement dit, la matière noire constitue presque un tiers (31,5 %) du contenu de l'univers.

Le renard ne croyait pas si bien dire quand il déclarait au Petit Prince de Saint Exupéry : «l:essentiel est invisible pour les yeux. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Trinh Xuan Thuan (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Trinh Xuan Thuan
Rencontre exceptionnelle avec Trinh Xuan Thuan, astrophysicien de renommée mondiale et grand vulgarisateur Vertige du cosmos paru aux éditions Flammarion. Entretien avec Raphaël Dupin. Cap Sciences et la librairie Mollat s'unissent pour proposer ECHO, un cycle de conférences de grandes personnalités, destiné à faire résonner les états contemporains de la pensée.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2330456/xuan-thuan-trinh-vertige-du-cosmos
Notes de Musique : Youtube Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : astrophysiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
329 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre