AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782130385745
72 pages
Presses Universitaires de France (01/02/1984)
3.5/5   2 notes
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
clude_stas
  22 février 2014
Pour mon mémoire de fin d'études en histoire de l'art, je me souviens très bien d ‘avoir consulté ce texte, publié en 1984, reprenant une conférence prononcée au Collège de France en mars 1981. Ce texte reste toujours d'actualité alors que les expositions de peintres orientalistes, de Jean-Léon Gérôme, de William Bouguereau et autres romantiques égarés dans le XIX° siècle, se multiplient. Jacques Thuillier, aujourd'hui décédé (en 2011), y tentait avec brio de définir le concept d' « art pompier », cet art qu'on commençait à réévaluer au début des années 80. Mais quelles sont l'origine et la date de naissance du terme ? On ne sait pas, mais ce n'est qu'à la fin du XIX° siècle qu'il apparaît dans les articles de presse. de même, la période à laquelle il est rattaché est plutôt vague, car proche de l'académisme, il peut qualifier un grand nombre d'oeuvres, de Cabanel à Matejko. de plus, il a été très souvent connoté politiquement comme étant l'expression du goût bourgeois (alors que les avant-gardes étaient celle du goût socialiste, donc progressiste). Ce qui est contradictoire avec le fait que ce soient les Surréalistes (de gauche, par essence) qui aient revalorisé cette forme d'esthétique.
La conclusion était que les études sur tous ces artistes aux oeuvres reléguées dans les réserves ou perdues dans les salles de musées, seraient bientôt les premiers pas d'une revalorisation certaine. Ce qui est le cas, en effet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Mimimelie
  12 avril 2014
L'auteur reprend ici le thème d'une conférence qu'il a tenue en 1980, au Collège de France, où il était alors professeur. Il y mène des recherches sur la signification du terme « pompier », son origine et les valeurs qui lui sont rattachées et interroge sur l'avenir de cette catégorisation dans l'avenir ; au final, c'est toute l'utilité et l'impact des classifications qui sont posés, leur fondement, en quoi elles nous aident à mieux comprendre l'art, ou pas, et le rôle des historiens d'art dans tout ça, … très intéressant.
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
MimimelieMimimelie   12 avril 2014
Palais, châteaux, églises, immeubles doivent dorénavant être réparés ou remplacés, la pluie ronge monuments et statues, les ateliers des artistes sont dispersés à tout venant. Seule la renommée peut protéger et sauver. Or cette renommée dépend du jugement. Et le jugement dépend en grande part des catégories.
Commenter  J’apprécie          40
MimimelieMimimelie   12 avril 2014
Plusieurs travaux démontrent que les frontières entre ces deux catégories (académique et avant-gardiste) n’ont jamais été délimitées d’une façon absolument nette ; au contraire, les limites sont souvent floues dans la pratique des artistes, malgré le fait que le discours sur l’art converge fréquemment vers la radicalisation.
Commenter  J’apprécie          30
MimimelieMimimelie   12 avril 2014
(certains auteurs préfèrent utiliser le terme «académique» à la place de «pompier», parce que celui-là)
leur paraît plus impartial et d’allure moins familière. Mais ce dernier possède une étymologie aussi manifeste que contraignante, et l’on s’en est beaucoup servi dans d’autres domaines - université et littérature notamment ; de sorte qu’il manque de souplesse, et risque fort de ne pouvoir s’enrichir des implications neuves et multiples qui sont nécessaires à un instrument conceptuel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MimimelieMimimelie   12 avril 2014
...le succès d’un mot et sa durée, surtout sur le plan international, tiennent à des facteurs impondérables, et plus encore imprévisibles. Le prestige d’une exposition, l’autorité d’un critique, l’audience d’un livre suffisent pour changer la fortune d’un mot. Nous avons dit que l’historien doit parfois s’intéresser au présent : il ne doit ni ne peut faire de prédiction.
Commenter  J’apprécie          10
MimimelieMimimelie   12 avril 2014
Pour des raisons diverses, « victorien » ou « académique » n’ont aucune chance. Seul « pompier » est assez vague, assez intraduisible, assez « absurde » pour l’emporter, comme jadis gothique ou baroque.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Jacques Thuillier (1) Voir plusAjouter une vidéo

Jacques Thuillier : Poussin
A propos du livre de Jacques THUILLIER "POUSSIN" dans la série "Grandes monographies" chez FLAMMARION, Olivier BARROT raconte la vie du peintreNicolas Poussin.
autres livres classés : art pompierVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
850 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre