AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2815926997
Éditeur : L'Aube (04/01/2018)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Marseille, 2017. Les vidéos d'exécutions qui circulent sur l'internet donnent des idées macabres à un groupe d'adolescents, subjugués par la détermination et la froideur des bourreaux de Daech. Le commissaire Massonnier, lui, enquête sur une affaire de trafic de drogue et d'islamisme. Affaire qui va le concerner personnellement quand il s'apercevra que sa fille Maï y est intimement mêlée?! L'adolescente, en révolte depuis le divorce de ses parents et la nouvelle vie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
mimo26
  27 octobre 2018
«Putain, mais t'as vu les mecs ! Ils attendent peinards,
chacun derrière son condamné, couteau à la main.
Et aucun ne tremble ! Ils vont les saigner comme des porcs, sans aucune hésitation ! Des vrais oufs, macha'Allah ! »
Comme chaque fin de semaine, Sofiane et Hocine se
retrouvent en bas de l'immeuble pour bavarder de longues heures durant en attendant d'être appelés pour dîner. Ils profitent de ces petites réunions du week-end pour visionner ensemble les dernières vidéos en provenance de Syrie tout en fumant quelques joints. Ils jouent les affranchis et commentent avec une excitation teintée d'admiration les courts reportages de téléréalité sanglante charriés par les sites djihadistes, souvent camouflés derrière de fausses images de chatons à cliquer ou de promesses pornographiques qu'ils savaient retrouver sur leurs smartphones. Ils connaissent par coeur
les stratagèmes des sites islamistes pour irriguer la toile de leur exhibitionnisme morbide. Les deux jeunes hommes se paient de mots en reprenant les formules entendues des dizaines de fois sur les réseaux. Phrases souvent dites en arabe, une langue à laquelle ils n'entendent souvent rien. Ils répètent à s'en goinfrer les mots venus du Shâm, contrée dont ils sont incapables de dessiner les contours, patrie fantasmée de ceux qui n'en ont plus.
Ils se remplissent ainsi des quelques phrases apprises
pendant le mois de vacances qu'ils passaient au bled en été lorsqu'ils étaient encore minots. Trop vieux pour être obligés d'obéir à leurs darons à présent, ils refusent d'y aller, prétextant des stages bidons ou bien des jobs d'été minables. Ils ne veulent plus qu'on les traite d'immigrés, de moitié de musulmans dans la patrie de leurs parents. Ils ne supportent plus qu'on mate leurs frangines parce qu'elles sont habillées comme en France, c'est-à-dire presque comme des putes à leurs yeux ; qu'on lorgne sur leurs fringues et leurs tennis de marque, qu'on convoite leurs iPhones et qu'on les considère comme des proies, des pigeons juste bons à dépouiller.
Tant qu'à partir à l'étranger, autant aller loin dorénavant.
Ils avaient expérimenté une ou deux fois la nouvelle destination à la mode sur les conseils des copains de la cité : la Thaïlande. Mais ça n'avait pas duré.
Lorsqu'ils allaient encore au bled, quelques années auparavant, les départs étaient vécus comme des moments de fête. Toutes les familles, voire presque tout l'immeuble, s'y préparaient longtemps à l'avance, et plus la date approchait, plus les vieux se remettaient dans le bain originel en reparlant le dialecte de leur enfance à toute occasion ou bien en remettant dans leur français l'affreux accent blédard. Comme pour s'entraîner, s'assurer qu'ils n'avaient pas oublié, pour ne pas paraître ridicules devant les cousins et se foutre la honte.
« Honte », ce mot détesté et craint de tous. La hchouma,
comme ils disaient dans le quartier. Ce mot fourre-tout qui
sert à discréditer ou à mépriser l'autre. Ordonne une certaine règle, impose une attitude à tenir sur leur territoire et institue une coutume dictée par un ensemble d'interprétations culturelles.
La plupart des mots prononcés en langue arabe revêtent
un aspect moralisateur, voire sacré, lorsqu'ils sont accolés au suffixe Allah.
La honte, sentiment qui annihile tout acte transgressif
au sein de la communauté, réduit la défense au silence ou la contraint à la surréaction, parfois même à la violence. La honte, compagnon fidèle de leurs grands-pères toujours murés dans leur différence depuis qu'on les avait jetés dans les usines, les champs, les mines, les cités et l'indifférence durant les années cinquante et soixante. Les pères ensuite, tiraillés entre leur droit du sol et celui du sang qu'on leur discutait dans le pays d'origine, vivaient, eux, la honte permanente de n'appartenir à aucun camp, de n'être acceptés par personne. Ils laissèrent leurs descendances bardées de doutes, dans l'ignorance de leur
propre histoire, et déléguèrent la question aux prédicateurs de haine, aux prédateurs idéologiques et à la drogue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
RomansNoirsEtPlus
  04 février 2018
Comment quelques jeunes désoeuvrés des quartiers Nord de Marseille , trafiquotants pour tenter de combler l'ennui peuvent tomber dans le terrorisme islamique ? Par défit ou tout simplement par mimétisme, captivés par ces vidéos effroyables qui circulent sur Ie Net ? Nourris par cette violence gratuite qui les poussent à commettre, eux aussi, l'irréparable au nom d'une religion dont ils ne comprennent pas le moindre de ses enseignements.
De l'autre côté de la ville , le commissaire Franck Massonnier et son compagnon Lotfi, inspecteur dans son équipe de l'Evêché mènent une enquête qui mêle justement trafic de stupéfiants et islamisme. Un trafic de drogue sans pitié à qui tente de monter son propre business et qui touche de près le commissaire dont la fille, Maï, est une consommatrice assidue. Difficile de ramener dans le droit chemin une adolescente en plein doute et remplie de colère envers ses parents divorcés, d'autant plus quand le père est flic et homosexuel.
La rencontre de ces deux mondes risque d'être brutale et sanglante.
L'histoire que nous raconte ici Ahmed Tiab résonne dans nos têtes comme un air de déjà vu ou de déjà entendu alors que les attentats d'EI qui ont décimés notre pays ces dernières années sont encore ancrés dans notre mémoire collective. Car les terforistes qui ont commis ces attentats et ces assassinats étaient pour la plupart des français comme ces jeunes que décrit l'auteur.
En toile de fond de ce récit la vile de Marseille, cette cité phocéenne ou se côtoient sans se mélanger ces différentes cultures méditerranéennes, si proches et si différentes.
Un roman noir, percutant et glaçant de réalisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Derfuchs
  07 février 2018
Marseille à notre époque.
Deux flics, Franck Massonnier et Lotfi Benattar, homosexuels, en couple.
Franck divorcé, dont la fille lui reproche d'avoir quitté maman pour un homme.
Lotfi, musulman, dont la famille lui reproche son homosexualité car c'est péché et interdit par la religion.
L'un comme l'autre sont des écorchés vifs, on s'en serait douté, forcément les flics, en littérature, de nos jours sont des écorchés vifs. On en viendrait, presque, à regretter ce brave commissaire Maigret, si, si.
Je me suis un peu perdu dans l'intrigue comme je me suis beaucoup perdu dans ce livre. Effectivement, au début, l'auteur nous branche sur des djihadistes racketteurs des quartiers sous obédience Daech EI13 (pour Bouches du Rhône) pour finir par des supporteurs kurdes d'un kurdistan libre et indépendant au nez et à la barbe des turcs, en passant par le rapt de la fille du commissaire et un détournement, par le même commissaire, de la drogue destinée à être détruite par les services de police sans que ces derniers ne s'en aperçoivent. Ce qui, au demeurant, fait penser à Arsène Lupin, mais n'est, absolument pas sérieux. Pour le moins dans le contexte. Nous assistons à plusieurs enquêtes éparpillées, des interventions dans l'est de la France par les mêmes du 13, est-ce possible, ça, sérieusement ? Et bien entendu la cellule antiterroriste de Paris et les classés S.
Une dose de remplissage, notamment quand Lotfi secoure une fille agressée par des routiers espagnols sur un relais d'autoroute, sans absolument aucun lien avec l'intrigue du bouquin. A moins que ce soit pour montrer la grandeur d'âme et le côté chevaleresque du bonhomme, je suis loin d'en être certain.
La fin laissera au lecteur, c-à-d moi, beaucoup de questionnement. J'avoue avoir perdu mon latin là-dedans, on s'éparpille. Dur de faire entrer tout ça, sans plus de développement,dans un peu plus de 200 pages, sans parler de la crédibilité déjà évoquée plus haut.
Pour le reste, je ne suis pas bilingue ni trilingue et je ne connais pas le sens de Macha'Allah, ni de Maricon, un peu d'explications M. TIAB. Idem pour La Timone et l'Evéché à Marseille, merci Google. Pensez à vos lecteurs chers auteurs et non à vous, égoïstes que vous êtes! Les grossièretés dans un dialogue, d'accord, des malfrats, des jeunes et des flics parlent ainsi, dans le récit, non! de même, de grâce: "pas que" n'est pas français et est inélégant, pourquoi ne pas employer tout simplement "pas uniquement, pas seulement"?
Je n'ai pas entendu ni la sonorité des mots, ni des phrases. Pas de musicalité à mon oreille, pas d'harmonie. Mais est-ce souhaitable dans un ouvrage aussi noir ?
Allez M. Tiab vous pouvez mieux faire.
Je remercie Babelio de m'avoir permis la lecture de ce livre et à l'éditeur l'aube NOIRE de me l'avoir fait parvenir.
2,5/5
Derfuchs 07/02/18
Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BobPolar
  26 mars 2018
TRANSGRESSION ET TERRORISME
Introduction* : " L'autre c'est toi, c'est moi, c'est nous."

La trilogie oranaise n'a pas encore pris fin avec Gymnopédie pour une disparue dernier récit mettant en scène le commissaire Kémal Fadil, personnage récurrent de l'auteur, qui fait une courte apparition dans ce nouveau roman. Une traversée de la Méditerranée suffit pour s'amarrer dans les cités du nord de Marseille. C'est dans cette ville malmenée par le nouveau banditisme qui s'installe dans les quartiers - remplaçant le traditionnel « corso-marseillais » - que le commissaire de police Franck Massonnier va enquêter sur l'assassinat d'une femme arabe. On ne saura jamais si le tueur avait les pieds « tanqués » lorsque qu'il a fracassé son crâne avec une boule.Sur les lieux de ce jeu de massacre un indice est repéré. Puis c'est un véhicule qui brûle où l'on retrouve les deux corps calcinés de jeunes connus des services de police - dont un à la main tranchée. Les soupçons se dirigent immanquablement vers les petits caïds du trafic de drogue et les nouveaux adeptes de la charia - les signes ne trompent pas. Massonnier est dans la mouscaille. Maï, sa fille, est de plus en plus distante voire absente depuis que son père a quitté son épouse pour former un couple avec un nouveau partenaire, son collègue l'inspecteur Lofti Benattar – "beur, flic et homo" c'est ainsi qu'il se définit. Maï semble traîner avec un dealer puis est kidnappée. La mouscaille.

Ahmed Tiab ne plonge pas ses ingrédients - ils sont nombreux - dans la grande marmite des malaises sociaux, des replis identitaires ou du business de la drogue en se contentant de touiller énergiquement pour renifler la puante pitance. Sa « patte » reconnaissable jongle avec les sphères privée et publique sans pathos, sans sentence mais avec une poigne suffisamment ferme pour partager ses profondes impressions dans cette intrigue brûlante. En abordant le thème du rejet de l'homosexualité par le biais de Maï on entre au coeur du désordre familial et de ses répercussions – il en est de même avec la mère de Lofti. C'est encore avec Maï que l'on s'introduit dans le cercle de ceux qui sont désormais considérés comme les épouvantails des banlieues françaises - alors que les recruteurs ne puisent pas essentiellement dans les cités, loin de là. L'auteur a fait ce choix mais évoque aussi cet islamisme radical qui se répand via les réseaux sociaux (France Culture : ICI ) et qui touche ces jeunes immigrés ou d'origine immigrée qui le plus souvent n'ont jamais lu les sourates et sont en recherche d'identité dans ce pays qui n'est pas vraiment le leur. C'est dans une atmosphère tendue que le duo d'enquêteurs va tenter de percer le mystère de ce nouveau groupuscule de soldats de Dieu, lové dans les quartiers sinistrés de Marseille. [...] La suite : http://bobpolarexpress.over-blog.com/2018/03/pour-donner-la-mort-tapez-1-ahmed-tiab-l-aube.html
Lien : http://bobpolarexpress.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BMSierre
  21 septembre 2018
Une histoire très actuelle qui pourrait se passer dans la banlieue de Marseille. Deux jeunes regardent fascinés et admiratifs sur leur smartphone une vidéo venue de Syrie, la décapitation d'un homme cagoulé. Ces rejetons de deuxième génération d'Algérie, oisifs, peu enclins à trouver du travail dont les parents sont jetés dans les usines au chômage. Des parents qui ne se sentent ni français, ni arabes et laissent leurs enfants dans les mains des prédicateurs de la haine qui en feront des recrues pour Daech. le policier et son assistant qui est aussi son ami et amant et leur relation de tendresse apporte un peu de baume dans cette histoire sordide. A Marseille, la police n'impressionne plus les malfrats, elle se contente donc de la surveillance vidéo. Un polar bien écrit et passionnant qui pourrait être, malheureusement, inspiré de faits réels. JB
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
RomansNoirsEtPlusRomansNoirsEtPlus   04 février 2018
À l'instar de son alter ego piéton, l'usager de quatre-roues phocéen était volubile et poissonnier.
Il affublait volontiers de mots d'oiseau lourdement parfumés à l'ail celui qui lui grillait la politesse.
Commenter  J’apprécie          10
RomansNoirsEtPlusRomansNoirsEtPlus   03 février 2018
Même le sang qu'on voulait étaler aux yeux du monde stupéfait, le liquide vital qui devait se répandre comme l'effroi, semblait ne plus vouloir se donner en spectacle dans cette partie du monde.
Commenter  J’apprécie          10
RomansNoirsEtPlusRomansNoirsEtPlus   04 février 2018
Le fait de se retrouver sur cette aire donnait au client l'impression d'être coupé du reste du monde et qu'il fallait faire des provisions, au cas où. Un naufragé volontaire qui se serait égaré loin de la bande de bitume quittée cinq minutes auparavant, livré à la famine et à la déshydratation.
Commenter  J’apprécie          00
RomansNoirsEtPlusRomansNoirsEtPlus   04 février 2018
Une partie des cadavres qui manquent à l'appel dans nos commissariats doit attendre les commandes du BTP !
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1633 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre