AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de cmog


cmog
  21 décembre 2018
L'intrigue d'Amatka n'est pas située dans le temps. Tout juste sait-on qu'elle se déroule sur une colonie, parmi cinq autres. C'est une fable intemporelle, dans un monde étrange où le langage est le premier instrument de pouvoir.

J'ai vraiment adoré ce roman. Au début de la lecture, on se dit que c'est plat : la tournure des phrases, le caractère de l'héroine, le monde fermé. Mais on se rend compte par la suite que c'est l'effet recherché. Car ce monde prend du relief sous nos yeux, par touches impressionistes de l'auteure. D'une vision floue on passe à un cliché plus net à mesure que l'étrangeté grandit. Plus le roman évolue et plus on trouve une trame narrative proche de 1984. Ce qui aurait pu être un reproche n'en est pas un, car l'auteure sait se démarquer et jouer avec ses références.
J'ai beaucoup apprécié la fin, avec son clin d'oeil à farenheit 451 de Ray Bradbury, une autre référence du genre, mais où finalement tout est renversé.

Côté histoire j'ai donc été conquis.
Côté style tout autant. On sent l'habileté de l'auteure. Tout en maîtrise, sa sobriété sert résolument l'histoire, en est presque un miroir. Pourtant on sent dans les dernières pages que l'auteure sait verser dans plus de lyrisme. le contraste accentue la précipitation de la fin. Il en reste une impression d'étourdissement, et j'adore cet effet.

Je conseille donc ce roman sans hésiter. Il s'inscrit selon moi dans la lignée des références du genre dystopique.
Commenter  J’apprécie          00



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr