AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020257022
292 pages
Éditeur : Seuil (30/11/-1)
4/5   6 notes
Résumé :

Une quarantaine d'années avant la naissance de la République algérienne, l'auteur, jeune ethnologue enthousiaste, débarque à Alger, nantie d'une solide archéo-culture française.

Tout d'abord, non sans humour, elle déchiffre ce double pays et le petit monde
des fonctionnaires coloniaux, et ensuite, pendant plusieurs semaines, elle partage la rude vie d'une « population-ancêtre », ancêtre de tous les Algériens et de beaucoup de Français.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Lowelei
  16 juin 2019
Une personne et une ethnologue hors du commun.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ErveineErveine   27 mars 2015
Dans l'Aurès, c'était le père qui calculait les rations et qui les distribuait, mais il faut savoir que la transhumance et la dispersion des champs le contraignaient à stocker sa récolte dans le grenier collectif, lieu public auquel les femmes n'avaient pas accès.
Dans les deux Kabylies (où les provisions étaient conservées sous le toit familial, dans d'immenses jarres en argile crue pouvant contenir jusqu'à 900 litres de céréales), c'était à la maîtresse de maison qu'incombait la charge de calculer la ration de chaque jour. Sur un côté, ces grandes jarres étaient percées, à différentes hauteurs, d'ouvertures permettant de passer la main. "Lorsqu'elle débouchait l'ouverture du dernier niveau, ma mère pleurait", m'a dit un vieux Kabyle.
Retenons ce mot, et n'oublions pas que, pendant des millénaires, les paysans ont appris qu'il faudra vivre une année avec la récolte d'un seul mois, ce qui implique des calculs, une science véritable. Cette science, on peut se permettre de la détruire, mais à la condition de la remplacer par un autre système de ressources et un autre type d'expérience comptable. Lorsqu'on la bouscule sans rien remplacer, on fabrique ces impasses qu'on a l'indécence d'appeler "pays en voie de développement" - alors que le développement leur est devenu quasi impossible.
Avant 1940, l'expérience millénaire des paysans méditerranéens était encore intacte dans l'Aurès que j'ai connu, et les années normales on y vivait, pauvrement, un an, sur la récolte d'un seul mois. (p.116/117)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
ErveineErveine   29 mars 2015
Les Aurésiens comptaient leurs peines (et les comptent encore) à l’aide de quatre calendriers.
Le premier, celui de la religion, est dû aux Arabes et à la Lune ; le deuxième, hérité des Romains, marque les fêtes avec l’aide du soleil ; le troisième règle les travaux des champs grâce à la pluie (quand elle tombe) ; le quatrième, on le doit au pape Grégoire, et il est international.
Ce dernier calendrier n’a que quatre siècles d’âge puisqu’il est né à Rome le 15 octobre 1582. Il est issu directement de celui de l’Empereur Jules, et réglé sur le soleil. Je n’ai pas grand-chose à en dire, car, à partir de ma deuxième année de mission, j’ai à peu près rompu mes relations avec lui.
Je persistais toutefois à me soucier des jours de la semaine... (p.144/145)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232

Videos de Germaine Tillion (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Germaine Tillion
Extraits issus de « Les femmes au Panthéon »
Dans la catégorie : Histoire de l'AlgérieVoir plus
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Histoire de l'Afrique>Histoire de l'Algérie (98)
autres livres classés : BerbèresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
49 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre