AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2365778089
Éditeur : Urban Comics Editions (11/12/2015)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Difficile de rester une jeune femme indépendante et sûre d'elle-même quand on tombe folle amoureuse du plus brillant des déments de Gotham. C'est ce qu'apprend à ses dépens l'ambitieuse psychiatre Harley Quinzel le jour où sa route croise celle du Joker, le pire ennemi de Batman. Dès lors, son destin est à tout jamais reliés à son « Poussin » qui, lui, n'a d'yeux que pour son grand oeuvre : la mort spectaculaire du Chevalier Noir !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Mariloup
  29 juin 2016
Harley Quinn est une super vilaine de l'univers DC Comics que je ne connaissais absolument pas et pourtant, à force d'en entendre parler à droite à gauche en bien, et en sachant que le personnage va apparaître dans le film Suicide Squad qui sort très bientôt dans les salles, je ne pouvais pas passer à côté du phénomène. Je me suis dont procurée ce one-shot sur les origines du personnage, histoire d'en savoir plus sur elle.

Il y a aussi la même histoire mais avec les esquisses originelles (crayonnées, encrées), les storyboards en noir et blanc, avec la version originale américaine. On a aussi une autre version colorée cette fois-ci, avec les couleurs originelles avec toutes les indications faites par Bruce Timm, le dessinateur à Rick Taylor, le coloriste. Il y a aussi des petites histoires bonus à la fin mais qui n'avaient aucun intérêt à mon sens, avec BatGirl notamment et Poison Ivy.
Certaines planches sont vraiment très belles mais le graphisme ne m'a pas plu tant que ça. C'était un peu trop "dessin animé", "cartoon" pour moi. ça n'empêche pas que les couleurs choisies sont sympathiques et pleine de peps.
Je n'ai pas adhéré spécialement à ce comics, je n'ai pas été charmé mais néanmoins, Harley Quinn reste un personnage intéressant. Je pense donc que ce n'était pas pour moi, que je me suis trompée de comics pour la découvrir et l'apprécier vraiment. Heureusement, j'en ai un autre dans ma PAL et celui-ci est plus à même de me plaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Florian07
  19 janvier 2016
Enfant des années 90, j'ai été marqué, comme toute ma génération, par la série animée Batman de 1992 dirigée par Paul Dini et Bruce Timm. Pour ses intrigues, son style graphique sublime, ses doublages, et bien sûr son générique fantastique, cette série est dans mon top 5 des meilleurs dessins animés de tous les temps !
Donc quel plaisir de tenir entre les mains un album signé Paul Dini, dessiné par Bruce Timm et adapté d'un des épisodes de cette série (épisode 24 de la saison 4). De plus, l'histoire est centrée sur Harley Quinn, personnage crée par les showrunners pour la série, qui est devenue depuis un membre culte et incontournable du Batverse et dont on découvre ici les origines.
D'ailleurs, s'il s'agit d'une adaptation d'un épisode, les auteurs ne se sont pas contentés d'un enchaînement de captures d'écran. L'intrigue a été réécrite, de nombreux passages ont été ajoutés notamment des sous-entendus qui font passer l'histoire d'un public jeunesse à un public plus adulte (cf la méthode de Harleen Quinzell pour s'attirer les faveurs de ses professeurs) et les planches intégralement dessinées par Bruce Timm.
Bref, pour toutes ces raisons, je ne pouvais qu'aimer ce livre et pourtant...
Et pourtant, l'édition « DC Deluxe » proposée ici est, n'ayons pas peur des mots, une arnaque car l'histoire en elle-même ne constitue qu'un tiers de l'album, les deux autres tiers ne contenant que la même histoire mais dans sa version story-boardée puis dans sa version scénario. Quand il y a un petit carnet graphique à la fin d'un album avec les couvertures variantes, quelques croquis et études sur des personnages voire l'évolution d'une planche du scénario à la colorisation, c'est plaisant et instructif mais dans ce cas-là c'est vraiment du remplissage. Est-ce pour ajouter une plus-value par rapport à la précédente édition ? Je ne crois pas car c'est un inédit en français. Est-ce du remplissage pour justifier le prix de 15€ ? Peut-être et c'est vraiment dommage, même s'il faut rappeler que les prix d'Urban Comics ne sont pas excessivement élevés compte tenu du prix moyen des BD franco-belges et de celui des éditeurs de comic books concurrents (oui je pense à vous, Panini).
Je suis, donc, très déçu car je maintiens que Mad Love est une super histoire, très bien scénarisée et brillamment illustrée mais la façon dont elle est publiée, est non seulement une erreur éditoriale mais aussi commerciale et personnellement je préfère attendre une éventuelle édition chez Eaglemoss comme j'ai préféré acheter la version Hachette de Marvels par Kurt Busiek et Alex Ross plutôt que l'édition Panini dont la seconde moitié de l'album est aussi truffée de remplissage abusif faisant office de « bonus ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
LesMotsPourRever
  24 avril 2016
http://lesmotspourrever.com/
Le Joker et son assistante Harley Quinn ont réussi à piéger le commissaire Gordon mais une fois de plus Batman intervient juste à temps et le sauve. Obligés de s'enfuir, le Joker se met aussitôt à élaborer un autre plan tandis que Harley a d'autres idées en tête. Malheureusement le Joker la repousse une fois de plus, affirmant qu'il n'a pas le temps pour ce genre d'activités, et Harley en arrive à la conclusion que si Batman est définitivement rayé de la surface de la Terre, l'élu de son coeur aura enfin du temps à consacrer à leur relation. C'est décidé, Harley Quinn va tuer le chevalier noir.
Je ne peux que commencer par dire que Harley Quinn est un de mes personnages préférés ! Quand je pense qu'elle n'existait pas avant la série de 1992 … Je ne remercierai jamais assez Paul Dini de l'avoir créée ! Ca fait du bien de la voir en solo. D'accord le Joker est quand même dans les parages et le plan d'origine est de sa conception, mais pour le reste Harley agit seule et elle nous prouve qu'elle est plus que capable de se débrouiller ! La façon dont s'en sort Batman est presque risible mais hey, on reste dans l'ambiance de la série alors le scénario ne doit pas être trop pousser non plus.
C'est une histoire qui se laisse lire avec plaisir, ponctuée de gags et d'une bonne dose d'humour. Ne cherchez pas ici de grands plans rigoureusement élaborés et complexes qui auront pour but de s'emparer de Gotham ou de détruire le monde. le scénario reste assez basique mais ça ne me pose aucun problème. A mes yeux le véritable intérêt de Mad Love c'est qu'on en apprend enfin un peu plus sur le passé de Harleen Quinzel. Quelques détails avaient été évoqués ici et là au fil de Batman, la série animée, mais rien de très approfondi. Nous avons droit ici à une évocation de sa vie universitaire et nous apprenons que même à cette époque elle était déjà prête à tout pour obtenir ce qu'elle voulait. Elle intègre par la suite l'équipe de psychologues de l'asile d'Arkham et y fait une rencontre qui bouleversera sa vie. Adieu Harleen Quinzel et bonjour Harley Quinn ! Parce que finalement Mad Love c'est ça, l'histoire d'un amour nocif, d'une femme éperdue mais dont les sentiments ne lui sont pas retournés et qui va suivre son aimé non seulement sur le chemin du crime mais aussi jusque dans la folie.
Sa détresse, son manque presque désespéré d'amour fait que je me suis encore plus attachée à Harley. Impossible de ne pas l'aimer, de ne pas vouloir l'aider quand le Joker la traite ainsi ! J'aimerais d'ailleurs énormément lire un jour une histoire où Harley prend son envol, ou du moins une histoire ou le Joker se rend enfin compte de son potentiel en tant que criminelle et qu'il cesse de la sous-estimer.
Graphiquement parlant le style de Mad Love peut en rebuter certains. Très « dessin animé », plus simplifié qu'élaboré, on est plus proche de la série tv de 1992 que Amère Victoire ou de la cour des hiboux. La couverture est d'ailleurs trompeuse parce que bien plus travaillée que le reste de l'oeuvre. Mais ça ne m'a pas dérangé outre mesure, peut-être (ou pas) parce que cette série a bercé mon enfance, donc que je suis déjà attachée au style. le côté enfantin du dessin entre parfois en contradiction avec le scénario. Par exemple il est presque déplacé de voir Harley en nuisette réclamer les attentions du Joker. Ou encore lorsque, plus loin dans l'histoire, on apprend qu'elle a séduit un professeur afin d'améliorer ses notes à l'université. Il y a une maturité dans le propos mêlant violence et amour qui va même jusqu'au suggestif. Un enfant n'y verra rien de choquant mais mon regard d'adulte a marqué une pause dans ma lecture et je me suis demandé si finalement c'était une bonne idée (même si de nos jours les enfants en voient bien plus que ça tous les jours à la télévision … Mon côté vieillot, sans doute ^^).
En supplément, l'album propose l'intégralité des crayonnés encrés, la mise en couleur initiale, ainsi que deux histoires courtes mettant en scène Poison Ivy et Batgirl. Les crayonnés auront au moins le mérite de m'avoir fait réaliser à quel point les choix des traducteurs sont parfois étranges et tellement loin de la V.O. Mais a part ça ? Honnêtement je suis un peu déçue. J'aurais préféré une autre histoire centrée sur Harley, peut-être aux côtés de Poison Ivy. Les deux mini histoires sur Poison Ivy et Batgirl sont peu développées et facilement oubliables. Dommage.
Lien : http://lesmotspourrever.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
garrytopper9
  14 février 2017
Voici un histoire très courte, qui tient seulement sur une soixantaine de pages mais qui est à mon sens, un récit majeur de la culture comics, puisque nous y découvrons les origines de Harley Quinn.

Vous ne le savez peut-être pas, mais Harley Quinn est l'un des rares personnages à ne pas voir été crée en comics. Non figurez vous que sa première apparition a eu lieu dans un épisode de Batman, La série Animée dans les années 90, plus précisément en 1993 dans l'épisode « Chantage à crédit ».

Il est amusant de voir comment un personnage crée seulement pour être une acolyte, prendra au fil du temps de plus en plus d'ampleur pour presque 25 ans plus tard devenir l'un des personnages majeur de l'univers DC. Car que l'on aime ou que l'on aime pas Harley Quinn nouvelle version, il faut bien reconnaitre que DC Comics a bien su la mettre en avant ces dernières années, en lui accordant sa série régulière, et en la mettant en avant dans la série Suicide Squad dans lequel on peut voir un trio amoureux entre elle, Deadshot et le Joker.

Mais dans Mad Love, nous ne sommes qu'au début de l'histoire entre le Joker et Harley. le personnage est d'ailleurs complètement déjanté, et elle n'a de cesse que de vouloir satisfaire Mister J comme elle aime l'appeler, alors qu'il ne la remarque quasiment pas.

Dans ce court mais intense récit, nous assistons à un nouvel échec du Joker face à Batman, et Harley Quinn va s'employer pour trouver une nouvelle idée, pour offrir Batman à son cher Mister J. Ce sera également l'occasion de voir comment et pourquoi Harleen Quinzel va tomber amoureuse du Joker et comment il va la façonner pour qu'elle devienne son acolyte.

Comme je vous l'ai dit, le récit est court, soixante pages seulement pour une trentaine de minutes, donc je ne vous raconterez pas comment elle va s'en prendre pour piéger Batman, comment les choses vont finir, non, rien de tout cela dans mes critiques, vous le savez, je ne pile pas. Par contre, ce que je peux vous dire c'est que si vous souhaitez découvrir le personnage, c'est le récit à lire absolument. Après lire à vous de lire les nouvelles aventures solo d'Harley Quinn dans la collection DC Renaissance ou encore avec le Suicide Squad, mais Mad Love est LE point de départ, d'un des personnages les plus loufoques que l'on puisse trouver chez DC comics.

Lien : http://xander22.skyrock.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
malecturotheque
  04 février 2016
[...]
D'après Batman, le Joker est de plus en plus insaisissable, et ce depuis qu'il a une partenaire : Harley Quinn. Cette dernière est totalement éprise du Joker, et ferait tout pour lui ! Malheureusement, ce dernier ne s'en rend pas du tout compte, ou alors s'en fiche totalement. Harley ne comprend pas pourquoi il ne se jette pas dans ses bras, jusqu'à ce que la vérité se fasse : tout est de la faute du Chevalier Noir ! Elle va donc tenter d'y remédier.
Bon, concrètement, l'histoire n'est pas très palpitante, puisqu'elle est courte, mais l'ensemble est très drôle et dynamique. A cela s'ajoute des dessins dans un style cartoon ; bien que j'étais quelque peu réfractaire au début, le travail de Bruce Timm s'avère très efficace, et j'en redemande !
Au-delà d'une amoureuse éconduite qui tente de tout faire pour l'homme de sa vie, au-delà des situations comiques, des gags qui s'enchaînent, se dessine peu à peu un récit quelque peu tragique : si Harley Quinn a toujours tout fait pour démontrer au Joker son amour, cela n'est pas réciproque. Je ne vous en dirai pas plus concernant Mad Love, car ce serait trop en dire. Sachez simplement que cette histoire m'a beaucoup touchée, et j'ai de plus en plus de sympathie pour Harley.
Pour ce qui est des deux autres comics, Petit Papa Noël avec Batgirl, et La croisière s'embrase avec Batman et Poison Ivy, c'est court : une quinzaine de page pour Batgirl, et six pages pour la confrontation entre la chauve-souris et l'amoureuse des plantes !
J'ai beaucoup aimé Petit Papa Noël, que j'ai trouvé très drôle, notamment grâce au duo Bullock et Montoya : de bonnes répliques et de bonnes scènes d'action, toujours dans un style cartoon, c'était top !
En revanche, La croisière s'embrase m'a bien moins convaincue : avec six pages, difficile de faire autre chose qu'un récit expéditif. Alors voilà, une phrase expéditive pour vous en parler, c'est fait.
La lecture de Mad Love est rapide, on passe un bon moment, les dessins sont vraiment sympa, mais voilà : c'est trop court.
Avoir les crayonnés et le guide couleurs est très intéressant ; c'est clairement un plus, mais je ne pense pas que cela ne satisfera pas tout le monde.
Lien : https://malecturotheque.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (1)
ActuaBD   28 décembre 2015
Mad Love arrive en France dans une édition « Deluxe » qui ravira les amateurs de Bruce Timm, Paul Dini et de la malheureuse assistante du Joker !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
OlivOliv   17 novembre 2018
Dans les semaines qui suivirent, il m'apparut que le Joker, si souvent décrit comme un maniaque hystérique et meurtrier, n'était en fait qu'une pauvre âme torturée réclamant de l'amour et de la compassion.
Un enfant perdu et traumatisé cherchant avant tout à faire rire le monde entier.
Mais, sur la route de mon angelot, se trouvait sans cesse l'inflexible Batman...
Déterminé à faire de sa vie un enfer.
Eh oui, je l'avoue, au mépris de toute déontologie...
J'étais tombée amoureuse de mon patient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MariloupMariloup   29 juin 2016
"Quand est-ce que ma vie a tourné au mauvais cartoon? Comment en suis-je arrivée là? A qui la faute? Celle de Batman pour sûr! Batman! ça a toujours été la faute de Batman! Toujours là pour me ruiner la vie et gâcher mon plaisir! Toujours à se dresser entre mon poussin et moi depuis le début!" # Harley Quinn
Commenter  J’apprécie          80
HaleahHaleah   02 février 2016
Une fois de plus, tu te pomponnes, une fois de plus, on s'en tamponne... Fais-toi une raison, Harley, ça craint.
Tu es folle à lier, recherchée dans deux douzaines d'États...
... Et désespérement amoureuse d'un clown psychotique et meurtrier.
Commenter  J’apprécie          40
MariloupMariloup   29 juin 2016
"Mais je n'ai pas réussi à le capturer. Il est plus insaisissable que jamais depuis qu'il s'est trouvé une partenaire. A sa manière, Harley Quinn est aussi démente que le Joker. Son apparente insouciance cache en réalité un esprit dangereux et obsessionnel." # Batman
Commenter  J’apprécie          00
LesMotsPourReverLesMotsPourRever   24 avril 2016
Toutes mes excuses pour la gamine ! Aucun sens du style, aucun respect pour la propriété ! Je vais te dire … Faisons comme si rien ne s’était passé et on reprendra une autre fois. Ca te va ?
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Bruce Timm (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruce Timm
Bruce Timm's Animated DC Universe
autres livres classés : jokerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Bruce Timm (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15172 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre