AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9781026813249
255 pages
Éditeur : Urban Comics Editions (17/11/2017)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Quand la plus délurée des criminelles d'Arkham rencontre les plus grands héros du monde, tout peut rapidement partir en vrille et personne n'est à l'abri. Wonder Woman, Zatanna, Green Lantern, Superman et même Lobo : qu'ils soient déesse, magicienne, justicier sans peur ou chasseur de primes déjanté, tous doivent s'avouer vaincus devant la tornade Harley ! Contenu : HARLEY'S LITTLE BLACK BOOK #1-6.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Presence
  13 mai 2019
Ce tome comprend 6 histoires majoritairement indépendantes qui ne nécessitent pas de connaissance préalable des personnages. Il regroupe les 6 épisodes de la minisérie, initialement parus en 2016/2017, tous coécrits par Amanda Conner & Jimmy Palmiotti, duo qui a également écrit plus de 60 épisodes de la série mensuelle, ainsi qu'une vingtaine d'épisodes hors-série ou de miniséries. Chaque épisode est d'une pagination de 38 pages, soit le double d'un comics normal. Chaque épisode est dessiné par un artiste différent.
-
Épisode 1 : dessins et encrage d'Amana Conner & John Timms, et de Dave Johnson pour 3 pages - Harley Quinn neutralise quelques petits criminels avec son gang de Harley. Elle rentre ensuite chez elle à Brooklyn, où elle papote avec Eggy Fu. Elle lui révèle son autel consacré à Wonder Woman, son idole. Elle se souvient que plus jeune, elle s'était déguisée en Wonder Woman pour se battre contre ceux qui la harcelaient à l'école. Elle décide de se rendre à Londres pour déjouer un complot visant à attenter à la vie de Wonder Woman, et ainsi gagner son respect et son amitié pour aller faire du shopping ensemble. Sur place, elle croise le chemin de la Légion Londonienne des Super-Héros : Big Bad Ben, Double Decker, Pub Crawler et Tiffany Terror.
À l'annonce de cette minisérie, l'attention du lecteur est tout de suite attirée. Il va pouvoir retrouver des dessinateurs de renom, à commencer par Amanda Conner elle-même, mais aussi Joseph Michael Linsner le créateur et auteur de la série Dawn, Billy Tucci le créateur de la série Shi, Neal Adams un artiste légendaire des comics, et Simon Bisley l'illustrateur démesuré de Slaine: The Horned God de Pat Mills, ou Lobo de Keith Giffen & Alan Grant. En outre ces 6 histoires sont écrites par le tandem qui a réinsufflé une personnalité viable au personnage Harley Quinn. Effectivement, il retrouve les caractéristiques de la narration de Conner & Palmiotti dès le premier récit. Ils estiment de leur devoir d'en donner pour son argent au lecteur, et cela se traduit avant tout par de copieux dialogues. Ceux-ci ne sont pas particulièrement inspirés, tout en servant 2 objectifs. le premier est d'ordre fonctionnel en apportant des informations pour l'exposition de l'histoire. S'il prend un peu de recul, le lecteur se dit qu'il doit être possible de diminuer les dialogues d'un tiers sans perdre aucune information nécessaire ou utile. le deuxième objectif des copieux dialogues est de pouvoir caser les réparties d'Harley Quinn, c'est-à-dire de maintenir un taux élevé de sarcasmes et de moqueries. Les coscénaristes oeuvrent dans un registre d'humour bon enfant, souvent laborieux. Il faut attendre le sixième épisode pour qu'Harley Quinn se montre vraiment piquante, et que son interlocuteur (Lobo) fasse preuve d'assez de verve pour répondre dans le même registre à Harley Quinn.
Pour ce premier épisode, Amanda Conner & Jimmy Palmiotti se font plaisir en mettant en scène Wonder Woman, et font plaisir au lecteur en s'arrangeant pour un échange de costume entre les 2 héroïnes. L'intrigue est un peu tarabiscotée et superficielle, mais elle permet de montrer Harley en totale admiration devant son idole, tout en n'hésitant pas à la faire tourner en bourrique. Il est visible qu'Amanda Conner n'a pas dessiné toutes les pages. Quand elle a eu la possibilité de s'encrer elle-même, les dessins retrouvent toutes la rondeur de cases tout public, les personnages retrouvent tout leur entrain, et la narration tout son peps. Quand elle ne s'encre pas elle-même ou que John Timms reprend le dessus, les dessins sont plus appliqués, moins naturels, avec une bonne humeur atténuée d'autant.
-
Épisode 2 : dessins et encrage de John Timms, et de Mauricet pour 3 pages. - Harley Quinn est en train d'écrire dans son journal intime. Green Lantern (Hal Jordan) est en train de se battre contre un Red Lantern. Un vaisseau spatial s'écrase dans le parc national de Bryce Canyon, avec une extraterrestre à son bord. Les 2 anneaux (un rouge, un noir) sont récupérés par 2 olibrius et ils finissent par fusionner et arriver dans les mains d'Harley qui le passe aussitôt à son doigt. Pendant ce temps-là, les membres de la légion londonienne de Super-Héros débarquent à New York.
Jimmy Palmiotti & Amanda Conner prennent beaucoup de plaisir à dépeindre Harley Quinn comme une écervelée irresponsable, et ça marche bien dans le cadre de ce scénario à nouveau très basique. La personnalité d'Hal Jordan ressort beaucoup moins, donnant l'impression d'un personnage un peu falot, un peu générique. N'étant plus tenu de respecter les caractéristiques des dessins d'Amanda Conner, John Timms réalise des cases plus naturelles, avec une solide narration visuelle, et un niveau spectaculaire à la hauteur d'un affrontement entre 2 individus disposant d'anneaux de pouvoir.
-
Épisode 3 : dessins & encrage de Joseph Michael Linsner - Zatanna Zatara arrive à Brooklyn pour occuper une chambre de l'immeuble dont Harley Quinn est propriétaire, afin de préparer ses représentations. Harley accepte que les membres de la légion londonienne des Super-Héros dorment dans sa chambre. Pendant la nuit, 3 fantômes se manifestent dans la chambre de Zatanna. Alors qu'ils se déplacent vers la terrasse, Harley Quinn peut elle aussi les voir.
Cet épisode repose sur une nouvelle collaboration entre 2 héroïnes, avec Harley Quinn moins impressionnée par Zatanna que par Wonder Woman. L'intrigue démarre sur un postulat très basique, mais s'aventure dans des zones moins convenues par la suite. Les coscénaristes savent donner une histoire personnelle touchante aux 3 fantômes, et la défaite de l'ennemi repose sur un talent d'Harley Quinn qui la rend insupportable, très bien mis en scène. Même s'il n'a pas réalisé la mise en couleurs comme sur sa propre série Dawn, Joseph Michael Linsner réalise des dessins bien en phase avec le ton du récit, faisant ressortir la séduction de Zatanna et d'Harley sans qu'elles ne deviennent de simples objets du désir. Les expressions de visage d'Harley sont presque aussi réussies que celles croquées par Amanda Conner. le lecteur ressent un vrai plaisir de lecture pour cet épisode.
-
Épisode 4 : dessins & encrage de Billy Tucci, avec 3 pages dessinés par Joseph Michael Linsner, et 3 autres par Flaviano - Après avoir dérobé quelques boules dans la Forteresse de Solitude de Superman (dans l'épisode suivant), Harley Quinn en utilise une et se retrouve en Allemagne pendant la seconde guerre mondiale. Elle comprend qu'elle fait partie d'une équipe de femmes devant aller délivrer le brigadier général George Beatty. Les autres membres sont Big Barda et Batwoman, version Bombshells.
Bill Tucci est dans une forme éblouissante pour réaliser des dessins descriptifs minutieux et élégants, montrant des héroïnes sveltes et gracieuses, dans un château allemand de pacotille. Conner & Palmiotti enfilent tous les clichés possibles, à commencer par tous les allemands sont des nazis, sans oublier l'absence totale de barrière de langue entre américains et allemands. La beauté plastique des dessins ne parvient à insuffler du goût dans ce ramassis de poncifs.
-
Épisode 5 : dessins & encrage de Neal Adams - Un extraterrestre tient la Terre en otage en menaçant de la faire exploser. Ses exigences : qu'un champion de la Terre se batte contre son propre champion. Suite à un petit imbroglio, il a enlevé Superman et Harley Quinn. Il leur demande de se mettre d'accord pour savoir qui affrontera son champion. Harley Quinn sait que Superman n'est pas à la hauteur.
Amanda Conner & Jimmy Palmiotti continuent d'assumer pleinement la nature dérivative de leur scénario en reprenant la trame de Superman vs. Muhammad Ali (1978) de Dennis O'Neill & Neal Adams. Cette fois-ci, ça marche grâce à la personnalité d'Harley Quinn qui tourne en dérision à la fois les capacité s de Superman, à la fois la volonté de puissance de l'organisateur du match, et son obsession à vouloir détruire la Terre. Neal Adams joue le jeu de la première à la dernière page, avec une verve visuelle impressionnante. le lecteur se rend compte qu'il sourit à plusieurs reprises au fil de cette agréable pochade.
-
Épisode 6 : dessins & encrage de Simon Bisley - Harley Quinn a utilisé une autre des boules chipées chez Superman et elle s'est retrouvée dans un vaisseau spatial transportant des détenus. Ce vaisseau est attaqué par Lobo, et suite à un affrontement brutal et destructeur, Lobo & Harley se retrouvent coincé sur une planète déserte, sans moyen pour pouvoir en repartir.
Sur la base d'un scénario tenant sur un timbre-poste, Conner & Palmiotti réalisent un récit s'inscrivant dans le registre de la comédie, jouant le caractère de Lobo contre celui d'Harley, avec une exagération voulue et maîtrisée, pour des répliques vachardes dont l'effet cumulatif finit par gagner le lecteur. Comme Neal Adams, Simon Bisley a investi le temps nécessaire pour réaliser des cases soignées et une narration visuelle moqueuse et amusée. le lecteur sourit de bon coeur devant les enfantillages des 2 personnages, et leur jeu de la séduction moqueur.
Au final, le lecteur retient 2 épisodes franchement réussi, celui de Neal Adams et celui de Simon Bisley, un épisode sympathique (celui de Joseph Michael Linsner), 1 épisode passable sauvé par les planches d'Amanda Conner et 2 épisodes dispensables, malgré de belles planches de Bill Tucci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (1)
ActuaBD   11 janvier 2018
Une mini-série déjantée et irrévérencieuse, dans la ligne droite des aventures contemporaines de la célèbre Arlequin, constituant un excellent point d’entrée aux lecteurs curieux de les découvrir.
Lire la critique sur le site : ActuaBD

autres livres classés : extra-terrestresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16378 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre