AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Catherine de Léobardy (Autre)
EAN : 9782268061283
216 pages
Éditeur : Les Editions du Rocher (01/02/2007)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 4 notes)
Résumé :

Il n'y a pas que la guerre dans ces nouvelles, même si, partout et soudain, elle surgit en filigrane. Il y a surtout ces hommes et ces femmes en situation violente de choix, comme ce malheureux père qui fixe hébété toute une nuit son réveil, sachant que selon toute vraisemblance sa famille sera anéantie au matin. Que doit-il faire ? Terrible monologue intérieur de cet homme face à " sa " vérité absolu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Ecrits-slaves
  29 juin 2008
Ne vous fiez ni à l'horrible couverture ( qu'on me dise qui a osé choisir ce rose affreux !!) ni au résumé ... C'est un livre tout à fait accessible ... à condition de ne pas avoir le coeur tendre ... Certaines scènes peuvent choquer mais à vrai dire, j'ai été choquée par des choses auxquelles je ne m'attendais pas.
En effet, "l'école d'impiété" (nouvelle qui a donné son nom au recueil) relate des details de torture, lors d'un interrogatoire. Certes ... c'est horrible. Mais de nos jours, nous sommes noyés par cette violence physique. Là où Tisma frole le génie, c'est que l'horreur est dépeinte de maniere bien plus subtile. L'horreur de cette nouvelle se trouve plutot dans la mentalité du bourreau, brave fonctionnaire qui sait pas trop pourquoi il est là... et qui entre deux sevices, part telephoner à sa femme pour s'enquerir de la santé de son fils malade ... Dans "l'appartement", c'est la mentalité communiste d'apres guerre qui fait froid dans le dos. Les gens se voient attribuer des appartements, se tueraient entre eux pour une piece en plus... et dans un pays où tout le monde s'appelle camarade, les gens deviennent loups... Dans "Schneck", c'est le choix du mariage et de la personnalité humaine qui est abordée de maniere tres originale. Cela renvoit à la question posée alors : que faire de tous les combattants, engagés souvent volontaires, maquisards désoeuvrés .. Comment leur donner un role dans cette machine communiste ? Enfin "La Pire des nuits" ou l'attente d'un homme qui sait que la rafle emportera sa famille au matin, et qui attend regardant son horloge et se retraçant sa vie, se demandant pourquoi ne pas fuir ...
L'interet essentiel de ce livre, à mon sens, pour le public français est de faire connaitre l'horreur de la Seconde guerre mondialedans les Balkans, les camps de concentration oubliés, les morts innombrables, l'énorme conflit entre ceux qui ont suivi Hitler, et ceux qui ont resisté... obligés de tous vivre en silence sous le joug titiste ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Fuelyod
  14 août 2015
Comme les choses semblent évidentes quand on examine les événements avec le recul des années. Comme il est facile de juger le comportement des individus quand la guerre est finie.
Dans ce recueil de nouvelles âpres et sans concession, les personnages sont pris dans l'engrenage de la corruption ou amenés à des choix cruels : victime ou bourreau, insoumis à en mourir ou martyre destiné à la mort.
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2
  28 juillet 2018
Quatre nouvelles d'une ex-Yougoslavie marquée par l'Histoire longue et par les méandres bureaucratiques, projetés dans l'intimité de la mémoire mélancolique.
Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2018/07/28/note-de-lecture-lecole-dimpiete-aleksandar-tisma/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   28 juillet 2018
« Vous n’avez pas de mère ? » siffla-t-il, à bout d’arguments.
Le policier répliqua vivement : « Et vous, vous en avez une ? »
Ils se toisèrent quelques instants en silence, jusqu’à ce que la fureur de Tchakovitch ait fait place à de la tristesse, qui envahit soudain tout son corps, anéantissant toute sa force. Il baissa les épaules et détourna les yeux.
Deux porteurs arrivèrent alors de la rue et gravirent l’escalier d’un pas lourd ; Tchakovitch se retourna et les suivit, comme s’ils lui avaient montré le chemin, la sortie. Ils montèrent d’un pas égal au deuxième étage et pénétrèrent dans l’appartement dont les portes, comme chez Tchakovitch, étaient grandes ouvertes. La première pièce était déjà vide et les porteurs, sans s’arrêter, passèrent dans la suivante d’où s’échappa un instant plus tard une discussion bougonne. Tchakovitch, ne sachant que faire, alla à la fenêtre. Il contempla le boulevard sous un rideau de pluie, qui transformait les immeubles et leurs inscriptions, les trottoirs et les endroits familiers, en une masse grise, sale, d’une uniformité menaçante, sans signification et sans importance. Non, il n’avait pas de mère, sa mère était morte lorsqu’il était encore enfant ; il ne se souvenait que de sa belle-mère, et il sut alors que, à cause de cette pitoyable mère de substitution, il n’avait cessé tout au long de sa vie de chercher, en vain, la chaleur et la lumière. (« L’appartement »)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   28 juillet 2018
Au rez-de-chaussée il y avait de la lumière, la lumière du jour, même si elle était blême à cause du ciel couvert ; devant la large entrée vitrée, il trouva, comme prévu, un groupe de gardiens, fusil sur l’épaule, alertes et vifs, dont la présence dissipa son embarras. Il leur jeta un coup d’œil pour vérifier : Nagy-Karoly n’était pas parmi eux, mais leur insouciance lui serra le cœur d’envie. Combien de fois n’avait-il pas désiré être comme eux, le fusil sur l’épaule, celui qui exécute les ordres sans se préoccuper du pourquoi et du comment ; mais à cause de son instruction – cinq années de lycée – on lui avait offert un poste plus élevé et mieux rétribué, qu’il avait bien entendu accepté. Pourtant, il ne s’était jamais fait à cette fonction supérieure, qui lui conférait un pouvoir de décision, fondé sur une autorité secrète accordée à un groupe restreint ; il était fier de cette autorité, tout en la sentant étrangère à lui, car il y était parvenu trop tard, à l’âge de trente-deux ans. Jusque-là, depuis qu’il avait quitté l’école – il avait abandonné parce que son père ne pouvait plus payer ses études – il avait occupé des emplois subalternes, il avait longtemps travaillé comme portier ouvreur dans un vieux petit cinéma de Novi Sad, où il était plus proche des opérateurs, des caissières, des dames pipi, que de cette chose complexe appelée direction et composée du directeur, du copropriétaire, monsieur Kramberger, et de deux employés. Il n’avait accès à cette sphère interdite que lorsqu’on le faisait venir pour lui donner des ordres et pour le payer le premier de chaque mois. Il récriminait contre eux, à la dérobée ; mais maintenant qu’il avait lui aussi des responsabilités, qu’il donnait des ordres, sa satisfaction se teintait souvent de regret pour son ancienne situation. (« L’École d’impiété »)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   28 juillet 2018
Il se redressa, son regard perplexe parcourant la pièce, frôlant les objets qu’il connaissait par ses nombreuses visites amoureuses. Mais aujourd’hui, dans la pénombre du petit matin, même cette chambre lui paraissait différente. Non pas, comprit-il, parce qu’elle avait réellement changé, mais parce que c’était lui qui avait changé. Il y était venu des années durant en essayant de devenir quelqu’un qu’il n’était pas, comme, il y avait bien longtemps maintenant, fuyant la mort et lui-même, il avait voulu être cet habitant de Boïkovats qui retournait chez lui. Cette fois-ci, il avait été jusqu’à endosser la maladie d’un autre. Mais peine perdue, car quand il avait voulu se lier définitivement à cet autre, s’identifier à lui pour toujours, la maladie l’avait abandonné et son mal de tête l’avait repris, lui rappelant qu’il était toujours Schneck. (« Schneck »)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Alexandre Tisma (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Tisma
Le vendredi 13 juillet 2018, la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris - www.charybde.fr ) avait la joie de recevoir Emmanuel Ruben pour évoquer les récentes publications de "Le coeur de l'Europe" (éditions La Contre Allée) et de "Terminus Schengen" (éditions le Réalgar), et pour effectuer un parcours au sein de la littérature d'ex-Yougoslavie. Il évoquait Milos Crnjanski, Ivo Andric, Aleksandar Tisma, Danilo Kis, Milorad Pavic et David Albahari, tandis que le librairie Charybde 2 évoquait Faruk Sehic, Miljenko Jergovic et Goran Petrovic.
Ceci est l'enregistrement de la première heure de la rencontre.
+ Lire la suite
autres livres classés : serbieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2275 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre