AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2746516977
Éditeur : Le Pommier (16/05/2018)
Résumé :
Les robots sont de plus en plus présents autour de nous et leur nombre augmente très vite. Leurs formes et leurs usages se diversifient, et l’Intelligence Artificielle qui les gouverne est présentée partout comme la réponse possible à des enjeux sociétaux majeurs. Or, nous avons pris un retard considérable dans la compréhension des relations que l’homme entretient avec ses objets technologiques. C’est dans ce but qu’a été écrit ce ouvrage qui se veut un « guide psyc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bruno_Cm
  15 juin 2018
Je remercie Babelio et les éditions le Pommier pour cet essai reçu dans le cadre de l'opé Masse Critique.

Livre intéressant puisqu'il semble réfléchir, décrire, mettre le focus sur une pléthore d'aspects de ces évolutions révolutions qui sont en cours et qui courent vite. Bien plus vite que les penseurs et que les politiques. Il y a urgence. Et ce livre nous éveille ou réveille.
Le livre est construit comme un abécédaire de Accordage affectif à Transfert. Non pas de Way of life, de Zébulon non plus.
Si j'en ai un peu marre de voir du Serge Tisseron sans arrêt partout, il faut bien reconnaître que le monsieur sait bien de quoi il parle et qu'en effet cet abécédaire est fort complet.
Il n'y a qu'une chose sur laquelle je ne suis pas en accord, c'est le fait des émotions qu'on peut ressentir quand on casse un objet, la tristesse qu'on peut vivre à ce moment. Pour un objet et donc a fortiori pour un robot, pour son robot et a fortiori pour son robot humanoïde. On est juste triste parce qu'on a perdu quelque chose, soi, on pleure pour soi, pas pour l'autre, qu'il soit un robot ou non et qu'on lui prêtait faussement des sentiments et une ressemblance à nous (même pour les humains qui partent c'est sur nous qu'on pleure...) Bref, je vais pas épiloguer là-dessus ce n'est qu'un petit élément parmi plein d'autres d'intérêt.

L'abécédaire a ses défauts, l'impression de redites, de reformulation presque telles quelles de phrases ou d'idées. Si vous lisez le livre d'une traite vous risquez de ressentir fort cette impression. Si vous le picorez ce ne sera pas le cas et, au contraire, vous aurez plutôt une impression de renforcement de ces idées et de bon rappel.

Tisseron donne son point de vue, il ne s'agit pas d'une simple description passive. Il présente une charte des droits de l'humain par rapport aux robots et IA. Car c'est essentiellement de l'humain dont parle ce livre. Il s'agit de protéger l'homme. Et étrangement, puisque les robots en soi n'ont aucune volonté, si ce n'est de faire ce qu'on leur dit, il faut protéger l'humain des concepteurs, des idées, idéologies des concepteurs, des choix cruciaux de ceux-ci. Pas de la machine robot qui n'est jamais qu'une machine, objet.
Il faudrait nous garder de donner autant d'importance à ces objets, ils sont utiles, très utiles et libèrent l'homme de tâches répétitives, pénibles, où nos émotions ne sont pas propices. Exemple ; répéter mille fois à une personne alzheimer telles ou telles choses, épuisant, non. le robot le fera sans souricller.
Oui, bon,, les programmeurs, les concepteurs, et tous ces dieux qui vont posséder toutes les informations sur les humains, collectées par toutes ces machines, ces dispositifs dotés d'une forme d'intelligence artificielle, etc, il faut absolument nous en méfier, et nous munir de moyens de protection et de respects de limites suffisants ! Et cela n'est encore nulle part, tandis qu'effectivement l'accumulation des données se produit.

L'auteur tente de réfléchir aussi à partir de concepts analytiques basiques, comme le transfert, l'identification projective, l'objet transitionnel... Je trouve ces tentatives assez vaines, pas très intéressantes, je pense que l'analyse ne fonctionne plus bien avec ces concepts et nouvelles formes de réalité. Oui, non, je ne suis pas convaincu.

Tisseron met beaucoup l'accent concernant la liberté des robots, que ceux-ci sont et seront en permanence connecté à Internet et donc... interconnectés, chacun apportant à l'autre des informations, ce qui fait que considérer un robot individuellement aura peu de sens. A peu de sens.De même, imaginer une "révolte" des robots est plutôt ridicule. Ils n'ont aucun désir particulier, si ce n'est celui qu'on leur aura codé.

Tisseron est contre l'humanisation des robots, leur doter d'émotions, danger de l'anthropocentrisme, de l'animisme également...
L'hybridation par contre sera le futur, des hommes augmentés, qui feront de nouvelles différences entre les gens, ceux qui pourront s'augmenter, ceux qui ne le pourront pas...

L'importance d'un bouton off, mettre son robot en stop, s'en passer si l'on veut, et sans croire qu'on l'a tué, sans s'en vouloir. Merci aux concepteurs de ne pas créer cette culpabilité potentielle en procurant au robot des mimiques tellement humaines que l'on va croire qu'on lui fait du tort...

Les robots sont utiles, et indispensables, l'intelligence artificielle est déjà partout et depuis déjà pas mal de temps, il faut vivre avec ces réalités nouvelles, et pour pouvoir au mieux en profiter il faut les réfléchir, mettre certaines limites, essentiellement à l'humain derrière. Car il y aura toujours un humain derrière le réseau, derrière tout cela il reste l'homme.

Mais, clairement, l'homme est capable de tout, souvent du pire, pour le fric, pour le pouvoir, pour la domination... L'humain dans l'être a été, est et restera dangereusement inquiétant, parfois extraordinaire, mais ne nous leurrons pas, comme l'homme est une sale bête, on n'est pas près du bonheur parfait sur terre...

Mais je m'éloigne.
Découvrez ce livre qui fait penser, réfléchir. Qui est très actuel et assez réussi.
(Je me demande dans combien de temps on aura l'impression qu'il est obsolète et ringard... le temps s'accélérant...)



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
A2livres
  05 juin 2018
Le livre se présente comme un dictionnaire avec de nombreuses entrées, présentées par ordre alphabétique donc. Il propose une grande quantité d'informations concernant tous les aspects de nos relations présentes et à venir avec les robots et les intelligences artificielles, ainsi que la combinaison des deux bien sûr. La richesse et l'exhaustivité des thématiques forcent le respect.
L'auteur, psychiatre et docteur en psychologie, est définitivement un grand spécialiste du domaine mais ne limite pas ses réflexions à la psychologie. En effet, d'autres aspects sont développés comme les conséquences politiques, sociologiques, juridiques, éthiques…
M'attendant à un essai assez pointu abordant des concepts psychologiques précis (ce qui ne m'aurait pas dérangé puisque je suis psychologue moi-même), je me suis bien trompée. L'ouvrage est largement abordable pour le grand public, très accessible, il enrichira à coup sûr la réflexion sur le sujet de n'importe quel lecteur. Chaque thème est illustré par des exemples de sources variées comme la littérature, le cinéma, les séries télévisées, les anecdotes historiques ou d'actualité, etc., dont certaines sont franchement étonnantes, d'autres amusantes ou même un peu flippantes. Ces petites histoires rendent la lecture très agréable et le livre se dévore assez vite au final.
On peut aussi picorer de-ci de-là. Je pense personnellement y revenir à l'occasion, d'autant que ce foisonnement d'idées peut être source d'inspiration de tout un tas d'histoires de science-fiction.
🤖 D'ailleurs, l'auteur semble connaisseur des oeuvres de SF – classiques et actuelles – qu'il évoque au fil des pages. Attention même au gros SPOIL qui est fait en page 218 sur l'oeuvre d'Asimov (Les robots et l'empire). On pourrait même qualifier Serge Tisseron de robopsychologue, comme la Susan Calvin d'Asimov, profession qui consiste en fait davantage à examiner les relations humains-machines du point de vue préférentiel de l'humain, que d'être un psychologue pour robots.
Il propose des règles à appliquer aux robots, bien différentes des lois de la robotique. Rappelons que pour Asimov, les robots n'étaient pas interconnectés (à son époque Internet n'était pas ce qu'il est aujourd'hui) et n'étaient pas non plus connectés à un serveur central. Les robots étaient donc considérés comme des êtres autonomes, des individus, comme dans la série Real Humans qui d'ailleurs montre une vision datée des robots. Or, les robots d'aujourd'hui et de demain transmettront des données en permanence, entre eux, et à leur constructeur. Lorsqu'ils diront « je », il faudra comprendre « nous ». de plus, ils pourront enregistrer tout ce qu'ils feront, verront, etc. Autrement dit, autant de données personnelles nous concernant, susceptibles d'être utilisées pour nous vendre des choses par exemple. Donc les dangers que représentent les robots et les IA sont bien différentes de ceux qui nous effraient depuis le Frankenstein de Shelley ou la pièce RUR de Capek dans lesquels les créatures se révoltent contre leur créateur…
Ainsi, Tisseron propose les lois suivantes (charte éthique de l'Institut pour les relations homme-robot, à retrouver ici https://www.ierhr.org/ ) :
- le respect de la liberté de chacun, intimité, vie privée : un dispositif visuel rappelant à quel moment le robot collecte et transmet les données personnelles, droit de le débrancher ou le mettre dans le placard, créer les conditions matérielles de ce droit (interrupteur facile d'accès) mais aussi psychologiques (l'arrêt du robot ne doit pas provoquer une mise en scène de mort subite comme la tête qui tombe sur sa poitrine)…
- transparence des algorithmes : transparence des objectifs de programmation et de l'utilisation de ses données personnelles
- autonomie de l'usager : pas de programme susceptibles d'encourager l'isolement social et la dépendance
- dignité, écarter le risque de confusion entre l'humain et la machine : une IA doit se présenter comme telle lorsqu'on interagit avec elle, ne pas prétendre nous vendre des robots qui ont des émotions, une partie de l'intérieur du robot doit être toujours visible…
- égalité de tous dans l'accès aux technologies innovantes : couverture santé qui fasse bénéficier l'ensemble de la population de soins de qualité, attention aux usages que les compagnies d'assurance font des données personnelles…
🤖 Au final, Monsieur Tisseron propose de concentrer notre réflexion sur des points qui nous avaient échappés mais qui sont pourtant primordiaux. Et s'il pose parfois plus de questions qu'il n'en répond, on ne peut guère l'en blâmer, considérant les développements technologiques futurs auxquels on peut s'attendre mais qu'on ne peut pas totalement anticiper. Il nous alerte sur les dangers mais parle aussi de tous les bienfaits en matière thérapeutique, le propos se trouve ainsi bien équilibré et nuancé. Il nous montre la voie pour la conception de robots « humanisant » plutôt qu'« humanisés ».
Ce livre est l'oeuvre d'un passionné et d'un connaisseur ; il est passionnant et formateur.
** Merci Babelio pour cet ouvrage (bien que je n'ai pas compris ce qu'il faisait dans la sélection de livres jeunesse et young adult^^) **
Lien : https://www.facebook.com/A2l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sophie7169
  06 juin 2018
Cet essai se présente sous forme de lexique, chaque chapitre développant une idée autour des robots et de l'Intelligence Artificielle. Serge Tisseron est très investi dans ce domaine et il apporte ici sa double compétence de psychiatre et de psychologue pour nous montrer les dangers auxquels nous risquons de devoir faire face à l'avenir, en raison du développement de l'Intelligence artificielle et de la place de plus en plus importante qu'elle va prendre dans notre vie quotidienne et intime.
Certains points de vue sont très personnels et cela peut être déroutant car ce livre est finalement un mélange d'éléments scientifique et de visions parfois subjectives. Ainsi ses opinions sur Facebook ou sur la place du robot dans la vie des personnes agées ou des enfants reflètent uniquement sa propre vision des choses (ce qu'il précise d'ailleurs très clairement à la fin de l'ouvrage dans la partie « remerciements »).
L'ensemble reste cependant très intéressant et permet de balayer plusieurs aspects de ces nouvelles technologies du point de vue psychologique, comme le risque de dépendance, d'attachement, la frontière entre réel et virtuel par exemple qui font réellement réfléchir.
Un ouvrage complet et actuel, très accessible sans être trop simple car les notions essentielles de psychologie sont expliquées et très clairement définies.
Une lecture très enrichissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (120) Voir plus Ajouter une citation
Bruno_CmBruno_Cm   15 juin 2018
En tant que solution historique, la relique n'a pas connu une grande postérité. mais le développement de la robotique et de l'intelligence artificielle pourrait bien lui donner une nouvelle vie, sous une forme laïque, et non plus religieuse cette fois. Ray Kurzweil, en charge de l'innovation technologique chez Google, rêve de fabriquer un robot qui reproduirait non seulement l'apparence de son père disparu (ce qui est très facilement réalisable aujourd'hui avec les matériaux synthétiques à, mais qui serait aussi capable de parler comme lui, d'avoir es habitudes, ses goûts, ses souvenirs et même ses tics. Si Ray Kurzweil y parvenait (nul ne sait très bien comment d'ailleurs), ne doutons pas qu'il y ait rapidement d'autres candidats à une intervention semblable sur un parent disparu. Comment faudrait-il appeler le résultat ? forme nouvelle d'embaumement, résurrection assistée par la technologie, ou tout simplement relique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bruno_CmBruno_Cm   11 juin 2018
L'être humain n'est décidément pas préparé par l'évolution à gérer le développement de la robotique. Il n'était pas prêt non plus à gérer les progrès dans le domaine de l'accès permanent à des sources d'alimentation inépuisables. Nous sommes en effet programmé pour manger beaucoup quand nous trouvons de la nourriture, et manger de préférence sucré quand c'est possible. La raison en est que la nourriture en général, et le sucre en particulier, sont rares dans la nature. Pour survivre, il fallait donc que nos lointains ancêtres s'en gavent aussitôt qu'ils en trouvaient. Hélas, pour tous ceux qui ont aujourd'hui de la confiture et des biscuits plein leur placard, et un magasin d'alimentation au coin de leur rue, cet avantage évolutif est devenu un danger. En sera-t-il de même pour les yeux de nos robots ? L'évolution nous a dotés d'une grande curiosité pour le regard de nos interlocuteurs, aussi bien humains qu'animaux, car c'est là que nous pouvons le mieux deviner leurs intentions, et nous aligner sur elles. Comment réagirons-nous au regard affectueux et implorant de nos futurs robots, lorsque leurs constructeurs s'aviseront de leur donner cette possibilité comme un moyen de nous influencer ? Le regard de ces machines risque bien d'être une arme redoutable pour nous empêcher de les débrancher, voire de leur permettre de continuer à bénéficier de nos données personnelles dans des situations d'intimité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_CmBruno_Cm   11 juin 2018
Ce qui est en jeu dans l'animisme, c'est donc le fait de supposer des formes d'intériorité quasiment humaines à des objets, des animaux pi des végétaux dont l'apparence n'a rien de semblable à celle de l'être humain.
Avec les robots, le risque d'animisme sera considérablement augmenté. En effet, ces machines seront les premières à créer deux illusions complémentaires : avoir besoin de nous pour évoluer, et se soucier de nos besoins et nos désirs. Ces deux caractéristiques créeront l'illusion d'une réciprocité complète, autrement dit d'une relation totalement humaine. A tel point que les deux lettres "IA" destinées initialement à désigner l'Intelligence Artificielle pourraient bien désigner bientôt l'Informatique Animiste ! Mais cet état d'esprit ne sera-t-i pas une condition indispensable pour pouvoir interagir avec ces nouvelles machines à la fois si proches et si différentes de nous ? L'étude de la relation homme-robot doit suivre attentivement cette évolution : ce qui était considéré au XXe siècle comme relevant d'un esprit "primitif" ou "infantile" pourrait bien constituer demain un atout important pour vivre en paix avec la machines...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_CmBruno_Cm   20 juin 2018
Dans la psychologie traditionnelle, chacun n'en a qu'une seule [identité], et s'il apparaît différent dans divers espaces sociaux - ce qui a toujours été possible -, l'une de ces identités est censée être authentique tandis que les autres sont considérées comme des accidents liés aux circonstances, voire des leurres destinés à tromper. C'est ainsi qu'un homme brutal à la maison et pacifique à son travail pouvait être jugé de deux façons radicalement différentes. Certains le considéraient comme un vrai brutal qui cachait bien son jeu pour favoriser sa promotion sociale, et redoutaient ce qu'il allait révéler de lui s'il accédait au poste de chef ; tandis que d'autres voyaient plutôt une épouse acariâtre ou volage. En ligne, au contraire, aucune identité n'est perçue comme plus "authentique" qu'une autre : toutes surgissent des échanges permanents avec les autres acteurs des réseaux et coexistent selon une logique dans laquelle les opposés ne s'excluent pas. En revanche, chacun n'a qu'une seule personnalité qui reste, avec le Web comme avant lui, à jamais inconnue de lui-même.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_CmBruno_Cm   18 juin 2018
Plutôt que de parler des "droits des robots", ne vaudrait-il pas mieux alors mettre en place des garanties juridiques qui permettent aux utilisateurs de ces machines de connaître la logique des algorithmes qui les dirigent, l'utilisation qui est faite de leurs données personnelles et les formes de manipulations qu'elles pourraient opérer sur nous une fois qu'elles seraient introduites dans notre intimité ? Bref, mettre en avant les droits des humains face aux robots, plutôt que les droits des robots face aux humains.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Serge Tisseron (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Tisseron
https://www.librairiedialogues.fr/livre/12952052-les-dangers-de-la-tele-pour-les-bebes-tisseron-serge-eres Rencontre avec Serge Tisseron, qui a eu lieu le 2 mars 2018 à la librairie dialogues à Brest, à l'occasion de la parution du livre "Les dangers de la télé pour les bébés" , (Érès). Entretien mené par Laurence Bellon. Réalisation : Ronan Loup.
Retrouvez nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
277 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre