AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782700273717
224 pages
Éditeur : Rageot Editeur (09/05/2019)
3.69/5   57 notes
Résumé :
César comprend vite. L’énorme 4x4 qui a failli le tuer alors qu’il faisait du vélo ; les intimidations du conducteur ; les tags d’insultes sur le mur de sa maison. Sa mère convoie des camions-citernes pour la SEGIKA, la grande firme chimique de la région. Et elle vient de poster une vidéo où elle déversait sur ordre, en pleine nature, de dangereux polluants. Le scandale éclate. César est mis à l’écart par la plupart de ses copains – dont les parents travaillent pou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 57 notes
5
9 avis
4
10 avis
3
9 avis
2
4 avis
1
0 avis

sylviedoc
  19 juin 2020
Un sujet peu traité : ces personnes qui prennent des risques pour dénoncer des faits mettant en danger la population, ou contraire à leur éthique, au risque d'être mis au ban de la société, voire pire. C'est le thème de "Lancer l'alerte", un roman classé "ado", qui s'adresse aux jeunes à partir de 13 ans environ, écrit par un auteur de talent que j'apprécie beaucoup. Les ingrédients sont réunis pour une belle et saine lecture.
L'histoire est assez simple : Nathalie, la mère de César a choisi de dénoncer par une vidéo les agissements très contestables de la société qui l'emploie, et qu'elle ne supporte plus de devoir accomplir. En effet, c'est elle qui au volant de son camion doit déverser régulièrement des produits toxiques pour l'environnement en pleine nature. Elle a eu bien raison, penserez-vous, il faut mettre fin à ce genre de pratiques !
Oui mais : en dehors du fait qu'elle y joue son emploi, elle met aussi en péril ceux de la plupart des gens du coin, puisque la SEGIKA est une des seules entreprises ici...
Oui mais encore : son fils César va également souffrir de la situation, car non seulement il est stigmatisé par la plupart de ses camarades, et même agressé par l'un d'eux, mais il est également le petit ami de Lou-Ann, fille de l'un des directeurs de l'usine.
Pas si simple, en fait, et Nathalie et César vont vite être débordés par la situation, entre militants écologistes qui, sous prétexte de les soutenir vont plutôt les envahir, et la vindicte des employés de la SEGIKA craignant pour leur travail. Il va falloir faire des choix...
Le sujet est traité de façon très abordable, et les cas de conscience clairement expliqués, les personnages sont présentés avec leurs doutes et leurs nuances, il n'y a pas de dérive manichéenne du type : les dirigeants de l'usine sont des ordures de pollueurs et les les défenseurs de l'environnement sont des Bisounours. C'est un des aspects qui m'a plu dans ce roman, les arguments des uns et des autres sont défendables, même si la haine n'est jamais la solution. J'aurais aimé par contre que certains aspects soient plus approfondis, par exemple les dégâts causés sur la faune et la flore par le déversement de produits toxiques, ou les aspects juridiques liés aux lancement d'alerte (un thème très actuel, avec des lignes qui sont en train de bouger). le public visé aurait été plus large avec quelques développements. La conclusion aussi aurait mérité d'être plus développée, j'ai eu un sentiment de "bâclé".
Cependant je recommande très largement ce roman bien écrit et accessible à tous les collégiens à partir de la 4ème et plus.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
H0rage
  06 juin 2019
L'histoire commence avec César, 17 ans, complètement désorienté. Sa mère, Nathalie, chauffeure de camion-citerne pour la SEGIKA, une usine qui fait dans le pesticide, s'est filmée déversant le contenu toxique de sa cuve en pleine campagne pour alerter ses concitoyens. le problème, c'est que les habitants de la ville ne voient pas tous cet acte d'un très bon oeil : ils risquent leur boulot, et dans une zone sinistrée comme la leur, pas simple d'en retrouver un autre. C'est même beaucoup plus simple de la faire craquer (parce que l'écologie, c'est important, mais c'est pas ça qui fait manger). César se retrouve pris dans une spirale infernale : gêne de ses camarades lorsqu'il se rend en soirée, messages injurieux sur son téléphone, voire coups et agression. le muret de sa maison se retrouve tagué, un vitre brisée par des individus venus intimider sa mère. On ajoute une police mollassonne face à ces actes et des militants écolo pour le moins intrusifs, on on comprend que le pauvre César n'ait plus les idées très claires. D'autant qu'il sort avec Lou-Ann, la fille du directeur technique de l'usine. Toute cette affaire promet d'être bien compliquée…
Lancer l'alerte est un petit roman diablement efficace. Sur un sujet rare dans la littérature adolescente (voire dans la littérature tout court), Jean-Christophe Tixier construit deux personnages attachants, pris dans une tourmente qui les dépasse mais qu'ils ne peuvent et ne veulent ignorer. Aucun manichéisme dans leurs réactions, tout sonne juste : préserver leur amour, préserver leur famille, préserver leur environnement : comment concilier l'inconciliable ? Deux amants maudits qui auraient atterri chez Monsanto en somme.
Les adultes ne sont pas en reste : la mère de César et le père de Lou-Ann sont des personnages tout en nuances, pris par les nécessités et les blessures de la vie. Ni héros, ni salaud, terriblement humains.
Tout ce petit monde évolue dans un décor de carte postale (que la montagne est belle), mais dont la localisation reste suffisamment vague (quelque part à l'est) pour que le roman se mue en fable écolo. La construction est efficace (deux longues parties, successivement du point de vue de César puis de Lou-Ann), puis deux parties plus denses, plus ramassées, au moment où tout s'accélère. Seul l'épilogue, du point de vue de Dramane, l'ami footeux de César, m'a un peu moins emballée (mais ça doit être parce que je n'aime pas le foot). L'écriture est simple mais efficace, parfaite pour des adolescents, l'histoire s'enchaîne sans temps mort.
Je remercie Babelio et les éditions Rageot de m'avoir fait découvrir ce livre. J'ai passé un très bon moment de lecture. Encore une fois, Jean-Christophe Tixier confirme sa réputation de valeur sûre de la littérature adolescente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
2nde6ENCPB
  04 mai 2021
ALERTE ROUGE !!!
« Lancer l'alerte » comme on peut le voir dans son titre, est un roman qui traite le sujet des lanceurs d'alertes, ces individus sont souvent des employés ou des personnalités publiques qui, par éthique ou civisme, dénoncent et font fuiter des informations confidentielles. Des révélations qui mettent souvent en cause un État, une politique, et ébranlent parfois tout un système (entreprise). Une définition qui correspond très bien à l'intrigue principale de l'histoire.
L'histoire a pour personnage principal César, un adolescent avec une vie paisible, mais qui va voir sa vie totalement bouleversée après que sa mère, chauffeur de camion chez la SEGIKA entreprise chimique de la région, va poster sur internet une vidéo d'elle en train de déverser des produits chimiques polluants et dangereux dans la nature. Pour bien évidement dénoncer les graves répercutions écologiques que provoquent les déchets de cette entreprise !
Suite à la publication de cette vidéo, elle fut logiquement licenciée et César finit par être mis à l'écart par ces camarades car pour beaucoup, leurs parents dépendent et travaillent pour la SEGIKA étant l'une des seules entreprises de la région, cela n'arrange pas les habitants qui peuvent risquer de perdre leur emploi à cause de sa mère.
La cerise sur le gâteau, est que sa petite amie est la fille d'un des dirigeants de l'entreprise, ce qui ajoute une petite touche de tragédie à l'histoire car l'un (César) est fils de militants écologiques et Lou-Ann est l'enfant d'un des hauts gradés de l'entreprise dénoncée par ces militants.
Cette relation contre laquelle tout oppose aura pour effet de lui faire poser les questions « que doit je faire ? », « comment ? ». Les deux personnages ont des réactions nuancées et souhaitent ne pas blesser l'autre.
L'auteur de ce livre, Jean-Christophe Tixier est un romancier français spécialisé dans les romans « jeunesse » qui a déjà été récompensé pour ses oeuvres (grand prix VSD du polar).
Les paysages dans l'histoire sont décrits comme très beaux mais, cela est dommage que l'on nous donne pas plus d'information sur la localisation du lieu où se passe l'histoire, ce qui est plutôt important pour une histoire qui tourne autour de l'écologie et l'environnement (on sait juste que c'est dans l'est de la France). Je trouve le sujet des lanceurs d'alertes très bien abordé car on nous montre les risques que l'on prend à dénoncer les actes néfastes d'une grande entreprise car beaucoup préfèrent garder le silence de peur d'en subir les conséquences et nous montre aussi que le fait de dénoncer peut aussi ruiner la vie d'autres personnes qui dépendent de l'institution dénoncée. La construction du texte répartie bien le temps passé au point de vue de Lou-Ann et à celui de César même si je trouve le passage où l'on adopte le point de vue de Dramane (ami footballeur de César) plutôt anecdotique voire même inutile. le vocabulaire utilisé dans le roman est simple ce qui permet aux adolescents (comme moi-même) de mieux se familiariser avec le roman.
J'ai passé un très bon moment à lire ce livre car il est rapide et agréable à lire et je le recommande pour toute personne préférant lire un roman avec une histoire simple et un vocabulaire simple mais efficace qui se lit vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
CDIlyceecarnotbruay
  20 novembre 2020
Ce roman s'intitule Lancer l'alerte de Jean-Christophe Tixier. C'est un écrivain français né le 03 mars 1967 à Pau. Il a écrit plusieurs romans dont des romans policiers . Ce roman de jeunesse a été publié aux éditions Rageot. Il a été bien reçu par le public. D'ailleurs, on peut lire sur Babelio « c'est un bon livre, il fait bien réfléchir » par exemple. Il obtient également la note de 3,64/5 ce qui est plutôt une bonne note. Il a également gagné le Prix Club Ados Rageot.
Dans ce roman, des personnages prennent des risques pour dénoncer des faits mettant en danger la population ou au contraire à leur éthique au risque d'être mis en dehors de la société, voire pire.
Les moments importants sont au début de l'histoire : la mère de César (le personnage principal) se filme et poste cette vidéo où elle déverse le contenu toxique d'une cuve de son entreprise dans la campagne. Cela porte préjudice à César, mais aussi à sa mère et même à son patron qui est le père de Lou-Ann (la petite amie de César). A cause de cela, il se fait taper par l'équipe de foot adverse et finit même à l'hôpital, ils insultent sa mère. Lou-Ann a une relation difficile avec son père ; mais vers la fin, ils essayent de renouer les liens qu'ils n'ont jamais eus.
C'est un très beau roman, très percutant, il est très touchant par rapport au couple de César et Lou-Ann et leur famille. C'est une histoire qui nous fait réfléchir et qui nous pousse à nous poser les bonnes questions. La mère de César a fait cela pour montrer les produits utilisés par son entreprise. Ces produits ne sont pas bons pour la nature. J'ai bien aimé le roman car au début tout se passe très bien jusqu'à ce que le père de Lou-Ann découvre la vidéo ; ensuite il y a un passage triste que je n'ai pas trop aimé parce que César est insulté, il se fait même taper à cause de ce que sa mère a fait. Ce qui n'est pas bien pour César et Lou-Ann c'est que les deux familles sont en opposition mais malgré cela les amoureux ne s'en préoccupent pas et font leur vie même si elle est évidemment un peu chamboulée. Mais, il y a quand même un moment joyeux, Lou-Ann et son père se reparlent enfin depuis longtemps. Ce roman permet de comprendre qu'il faut bien réfléchir avant d'agir, même si c'est pour aider ou sauver des personnes cela peut détruire des vies. Mais si on se bat pour une bonne cause, il ne faut pas hésiter car si on n'agit pas, rien ne changera. C'est le message que souhaite nous faire passer l'auteur.
C'est un roman très entraînant, je pense qu'il peut plaire aux ados comme aux adultes donc je vous le conseille !!!
Manon SANNIER
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Lagagne
  12 septembre 2019
Un roman qui commence en plein dans le vif du sujet : la mère de César, employée dans une usine, a dénoncé les déversements dans la nature de substances nocives par celle-ci. Et César en subit les conséquences : tentatives d'intimidation, violence, mise à l'écart par les autres jeunes... En plus sa petite amie est la fille du directeur de l'usine.
Il y a de l'action, de l'engagement citoyen, de la révolte, un petit air de Roméo et Juliette, du sujet d'actualité. Et c'est rondement mené.
Mais la fin est décevante : précipitée et trop happy end, je trouve qu'elle ne rend pas justice au reste du roman. Mais ce n'est que mon opinion, bien entendu.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
H0rageH0rage   05 juin 2019
Il voudrait être croyant pour pouvoir prier, mais il est comme sa mère, qui pense que croire en l'homme est déjà bien suffisant. A cette seconde, il se demande si tous deux ne font pas fausse route ...
Commenter  J’apprécie          70
01onreviAIN01onreviAIN   18 mars 2021
Pour que ces quarante deux salopards continuent de s'enrichir et de gagner en quelques heures ce que d'autres ne gagneront pas en toute une vie, il y a partout des petits chefs qui commandent, ordonnent, pressent et sont prêts à faire n'importe quoi. Des petits moutons qu'on récompense avec quelques primes ou de menus avantages. Ils n'ont rien à foutre des hommes. Alors imagine l'intérêt qu'ils portent à la planète.
L.M
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MuBoDocMuBoDoc   30 décembre 2019
Je te l'ai dit, ma chérie. Si cette affaire s'ébruite, les actionnaires prendront peur et ils stopperont le projet d'extension qui sera externalisé à l'étranger. Et peut-être toute l'usine avec. En Europe de l'Est, où la main-d'oeuvre est moins chère. Que restera-t-il pour les gens d'ici ? Notre maire se bat. N'importe quel maire ferait la même chose à sa place.
Commenter  J’apprécie          21
zazimuthzazimuth   15 juin 2021
- Une bonne femme qui conduit des camions ! poursuit-il, encouragé par toutes ces paires d'yeux qui le fixent. Elle est forcément lesbienne, non ? C'est pas un boulot pour les femmes qui se respectent, ça !
- Arrête ! hurle Julie. Je veux pas de ça ici !
- J'aime pas les pédés ! On peut pas se fier à ces gens-là ! à la première occasion, ils te trahissent.
- C'est juste un con, dit Lou-Ann à César en lui pressant le bras.
- Ma mère n'a rien d'une...
- Je sais. Mais son Q.I. minable ne lui permet pas de dépasser les clichés. Pour lui, les hommes s'occupent du bricolage, les femmes de la cuisine. ça va pas plus loin dans son cerveau d'abruti. (p.67)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
zazimuthzazimuth   15 juin 2021
1TOX.
Ce dernier mot l'interpelle tant il imprègne toute cette affaire : intoxication du sol par les produits chimiques ; intoxication des esprits, avec des pressions et la propagation de fausses informations. (p.144)
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jean-Christophe Tixier (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Christophe Tixier
Une auberge à l'écart, dans les années 1960, où trois femmes en quête de liberté se déchirent tandis que se vide le lac en contrebas, révélant peu à peu le village d'autrefois, englouti avec ses secrets. Un hôtel de verre, luxueux et inaccessible sauf à quelques privilégiés, comme la métaphore d'un monde dominé par la finance où la réalité disparaît derrière l'illusion d'une économie de spéculation. Un conte macabre et terrifiant, où une petite fille observe la dérive meurtrière de son père qui, par crainte du monde extérieur, a peu à peu enfermé sa famille dans une maison transformée en forteresse. Trois polars en forme de huis clos, addictifs et suffocants.
Effacer les hommes de Jean-Christophe Tixier (Albin Michel) L'hôtel de verre d'Emily St. John Mandel (Rivages/Noir) Résine d'Ane Riel (Seuil)Vous avez aimé cette vidéo ? Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/¤££¤21Facebook12¤££¤4fHZHvJdM38HA?sub_confirmation=1
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux ! Facebook : https://www.facebook.com/Telerama Instagram : https://www.instagram.com/telerama Twitter : https://twitter.com/Telerama
+ Lire la suite
autres livres classés : lanceurs d'alerteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






.. ..