AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Pierre Saint-Jean (Traducteur)
EAN : 9782732433394
176 pages
Éditeur : Editions de la Martinière (28/10/2005)
3.8/5   5 notes
Résumé :

Renoir aux Collettes à Cagnes-sur-Mer, Pissarro et le quartier de l'Hermitage à Pontoise, Monet à Giverny, les peintres impressionnistes ont tous donné à leur lieu de résidence une place de choix dans leur univers, porte ouverte sur leur famille, leurs modèles et leurs amis. Salle à manger, salon de lecture, salle de bains, chambre à coucher ou abords de la maison, tous ces lieux ont remplacé l'atelier tra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Cielvariable
  28 février 2016
Livre vraiment intéressant qui pose un regard différent sur les oeuvres des impressionnistes. Nous en apprenons sur la manière dont leur famille voyait leur art, nous entrons dans l'intimité de leur demeure, de leurs lieux intimes.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
evannaevanna   12 janvier 2016
Monet, Pissarro et Cézanne étaient issus de grandes familles bourgeoises qui ont toujours vu d'un mauvais oeil les ambitions artistiques de leurs fils respectifs ainsi que leur mode de vie instable. Elles ont constamment cherché à exercer un contrôle sur leur façon d'agir en leur coupant les vivres. Nombre de peintres de cette époque -particulièrement au début de leur carrière - souffrirent d'extrême pauvreté et durent faire appel massivement au crédit pour subsister; malheureusement, ces sources de revenus tendaient à s'épuiser rapidement. Monet a échangé une peinture contre une paire de bottes. Pissarro payait son docteur avec des dessins. (p. 9)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
evannaevanna   12 janvier 2016
En 1878, c'est Pissarro qui écrit à Eugène Murer, un pâtissier achetant de temps en temps ses peintures : "L'art est une affaire de ventre affamé, de bourse vide, de pauvre hère." Alfred Sisley s'inquiète : après qu'il aura payé le boucher et l'épicier, que va-t-il lui rester des 200 francs que Paul Durand-Ruel, son marchand d'art lui a envoyés ? "Au premier je n'ai rien payé depuis six mois et au second rien depuis un an", écrit-il, avant d'ajouter "Je suis complètement effondré". Même ceux de milieux plus aisés -comme Cézanne - avaient des fins de mois difficiles et la maigre rente concédée par un père en révolte contre le mode de vie de son fils ne suffisait guère. Louis-Auguste Cézanne a toujours méprisé les ambitions artistiques de Paul et il se faisait un plaisir de lui rappeler que "c'est l'argent qui vous nourrit, le génie, lui, vous tue".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Dans la catégorie : ImpressionnismeVoir plus
>Peinture : Histoire>La Peinture au 19e siècle>Impressionnisme (9)
autres livres classés : ImpressionnistesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
807 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre