AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782020638531
288 pages
Éditeur : Seuil (17/03/2004)

Note moyenne : 4.62/5 (sur 8 notes)
Résumé :

L'ouvrage fait suite au premier publié, L'Éloge du quotidien, (Essai sur la peinture hollandaise au XVIIe siècle) publié en « Points Essais », en 1997. Il s'agit de retracer la découverte de l'individu et de sa représentation. À partir du XVe siècle, les hommes considèrent que non seulement la vie sur terre vaut la peine d'être vécue mais aussi d'être représentée et peinte. Il... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
hupomnematahupomnemata   02 octobre 2011
Les images d'homère ou d'Hésiode abondent en Grèce dès le IVe siècle av.J.-C, alors que ces auteurs légendaires ont disparu depuis des centaines d'années; les images ne peuvent donc montrer que le visage qu'Homère devait avoir, pour convenir à l'idée que nous nous faisons de l'auteur de l'Iliade et de l'Odyssée. Autrement dit, on ne demande plus au portrait d'être ressemblant mais d'être vraisemblable: de se coordonner avec d'autres images, non avec un original inaccessible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
hupomnematahupomnemata   09 octobre 2011
De telles prises de position ont accrédité la thèse selon laquelle l'art italien s'oppose à l'art flamand comme la beauté à la vérité, comme le style idéalisant au réalisme terre à terre. Cette interprétation est excessive, même si la différence, elle, est bien réelle. L'art italien au début du XVe siècle s'épanouit par référence à une norme, qui est l'art de l'Antiquité, bien présent sous les yeux des artistes. L'objet ou l'individu a certes une apparence, toutefois celle-ci ne coïncide qu'accidentellement avec le canon de beauté, venu d'ailleurs
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
hupomnematahupomnemata   09 octobre 2011
Pour le spectateur contemporain de Rogier, ces impératifs purement esthétiques étaient probablement éclipsés par la densité des références religieuses. Le peintre devait avoir une sérieuse culture théologique ou s'entourer de spécialistes en la matière, tant ses tableaux font preuve d'une connaissance approfondie du dogme chrétien, souvent responsable de tel ou tel élément visuel à l'intérieur de l'image.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
kielosakielosa   13 juillet 2018
Le monde est continu ; les mots, en imposant des séparations, le trahissent.

(page 77)
Commenter  J’apprécie          240
hupomnematahupomnemata   02 octobre 2011
le dogme de l'incarnation, la continuité entre le divin et l'humain sont trop centraux dans le christianisme pour que celui-ci ne rejette pas l'iconoclasme comme une nouvelle hérésie. La position dominante exigera, non de supprimer les images, mais de les soumettre au sens.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Tzvetan Todorov (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tzvetan Todorov
Le formalisme russe 100 ans après (table ronde)
autres livres classés : peintureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tzvetan Todorov

Tzvetan Todorov est de nationalité

française
américaine
bulgare
ukrainienne

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Tzvetan TodorovCréer un quiz sur ce livre