AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253084611
Éditeur : Le Livre de Poche (25/11/2009)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Dans une réflexion qui nous fait traverser des siècles d'histoire européenne, Tzvetan Todorov éclaire les notions de barbarie et de civilisation, de culture et d'identité collective, pour interpréter les conflits qui opposent aujourd'hui les pays occidentaux et le reste du monde. Une magistrale leçon d'histoire et de politique, et une véritable " boîte à outils " pour décrypter les enjeux de notre temps.

Présentation de l'éditeur (quatrième de couvert... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
JeanLouisBOIS
  05 mai 2012
Le sous-titre de la peur des barbares de Tzvetan Todorov montre que ce livre est en partie écrit en réaction aux thèses défendues par Samuel P. Huntington dans son célèbre essai : le Choc des civilisations. Pour l'auteur français d'origine bulgare, les civilisations n'existent pas en tant que blocs homogènes, elles sont plutôt le fruit d'emprunts, d'échanges, de rejets concernant les idées, les cultures, les individus et leurs contenus varient dans la durée.
Todorov, descendant des philosophes des Lumières insiste sur une vision universaliste des valeurs de la Révolution Française (droits de l'homme, liberté, égalité, laïcité,...) parfois tempéré par le relativisme des situations. Il se révèle ainsi un humaniste européen contemporain pour lequel civilisation et barbarie constituent deux pôles extrêmes de la mentalité humaine, les oeuvres vraiment littéraires nous rapprochant davantage d'un état civilisé. Cependant, personne ne saurait être qualifié que de barbare ou que de civilisé.Muni de cette grille d'analyse, il décortique par exemple l'aspect inédit de la guerre contre le terrorisme: multiforme, sans fin prévisible et pouvant justifier tous les abus. Il met en lumière les risques d'islamophobie des sociétés occidentales qui renferme les musulmans dans leur seule identité de croyant potentiellement terroriste en oubliant cultures, solidarités et autres valeurs. Il prône un dialogue avec l'autre, l'étranger, le différent ou celui que l'on considère comme tel, un vrai dialogue où chacun ne doit pas craindre de mettre à distance ses convictions et si besoin à changer d'opinions.
Que de belles et bonnes pensées! que de généreuses idées! Malheureusement, on sent très vite qu'on se situe dans le monde politiquement et culturellement correct de la "bien-pensance", on se sent confortable dans ses opinions où tout est lisse, le papier n'offre pas de résistance et l'angélisme n'est jamais très loin. Ce qui nous manque dns ce genre d'ouvrage, ce n'est pas le pronostic, c'est l'étape suivante: comment fait-on fonctionner le plus harmonieusement possible des sociétés nationales ou européennes forcément et de plus en plus multiculturelles? Où met-on concrètement le curseur entre identité et pluralité?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Apoapo
  05 février 2016
La théorie huntingtonienne du choc des civilisations est encore très répandue, car elle est facile. Très répandue aussi la réduction stigmatisante de l'identité des Musulmans à leur seule culture religieuse, de celle-ci à l'islamisme, de celui-ci au terrorisme, réductions successives qui constituent déjà à elles seules une forme d'islamophobie. le terme de barbarie opposé à civilisation appartient à ce langage, pour dénoter l'altérité entre "eux" et "nous".
Or, en refusant tout débat idéologique, c'est justement par l'analyse des termes que Todorov démolit ce discours, en véritable sémiologue (et philosophe spécialiste des Lumières). Qu'est-ce que la barbarie ? qu'est-ce que la civilisation (au singulier) à ne pas confondre avec les cultures (au pluriel) ? Quels sont les contenus des identités collectives ? Comment sortir du dilemme entre ethnocentrisme naïf et relativisme absolu (p. 30) ? Comment la culture (dans son sens national) évolue-t-elle entre pluralité et variabilité (p. 89) ? Comment les identités collectives multiples des migrants furent prises en compte depuis le Des lois de Cicéron (p. 102) et les actes de violence des banlieues françaises relèvent non d'un conflit entre cultures prétendument incompatibles mais de la "déculturation" (p. 144)...
Sans solution de continuité au fil des pages, la démonstration sémiologique et philosophique (anthropologique, sociologique) s'ancre de plus en plus dans les "affaires internationales", c'est-à-dire dans le politique, notamment dans le ch. 3 "La guerre des mondes" et le ch. 4 "Naviguer entre les écueils". Sont traités: les campagnes militaires américano-otaniennes, l'islamisme, la torture, mais aussi le meurtre de Theo van Gogh à Amsterdam, les caricatures danoises du Prophète, le discours de Benoît XVI à Ratisbonne...
Le dernier ch., "L'identité européenne", marque à mon sens une perte de pertinence, d'intérêt et, pire, de subtilité de pensée. Je n'en retiendrai(s) que la critique d'un certain discours sur l'identité européenne, fondée fort justement sur son incohérence:
"L'idée d'égalité entre tous les êtres humains nous vient de l'histoire européenne, pourtant celle d'esclavage est loin de lui être étrangère. le prosélytisme religieux et la laïcité lui appartiennent au même titre, tout comme l'esprit révolutionnaire et le conservatisme. La tolérance est européenne, mais le fanatisme et les guerres de religion ne le sont pas moins. [...] la soumission des peuples étrangers à la volonté du plus fort, l'impérialisme même appartiennent également à l'héritage européen." (pp. 250-251).
Il s'agit donc dans l'ensemble d'un ouvrage d'une rigueur et d'une clarté mémorables, dont le style est beaucoup moins académique et ardu que celui de certaines oeuvres de Todorov (surtout celles de sa jeunesse) sans perdre de précision historique et philosophique : une véritable leçon de citoyenneté à recommander à toute personne éveillée et minimalement intéressée par ces aspects de notre politique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chrisylivres
  14 mai 2017
Tzvetan Todorov est un critique littéraire, sémiologue, historien et essayiste français d'origine bulgare.
Il publie en 2009 un essai engagé revenant sur les notions de barbare, de civilisation et de culture : La peur des barbares, au delà du choc des civilisations. Publié une seconde fois en février 2016 aux éditions le livre de Poche, cet essai aide à comprendre la situation de « tension culturelle » actuelle. Dénonçant tantôt un occident protecteur de valeurs passés et peu enclin à l'évolution, tantôt un extrémisme virulent de la part de certains groupes se réclamant de la religion musulmane, Todorov dépeint une réalité effrayante qui est en fait la nôtre. Il dessine ainsi une nouvelle silhouette au terme de « barbare » : le barbare est celui qui a une attitude de déshumanisation et d'humiliation envers son semblable. La barbare et la barbarie se trouvent ainsi en tous lieux et ne sont pas propres à une culture en particulier.
Pourquoi « au-delà du choc des civilisations » ? T. Todorov fait référence à cet essai indigeste de Samuel Huntington, The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order. Il s'agit d'une pseudo analyse politique parue en 1996 et pour la version française en 1997, et dont la carte de division du monde en civilisations du monde est devenue tellement populaire qu'elle est étudiée dans les manuels de géographie du lycée, et ce évidemment dans un but de critique négative. Si les fondements de cet ouvrage s'effritent comme du calcaire, il faut bien lui reconnaître une chose : jamais Etats-Unis et Europe n'ont jamais été aussi liées idéologiquement que par cette haine commune de l'Autre, et plus particulièrement de l'Autre musulman. Car le choc des civilisations c'est bien cela : l'affrontement d'un bloc occidental blanc et catholique et d'un bloc musulman. Et c'est ce que Todorov dénonce sans concession.
Mais de la même manière que le choc des civilisations délaisse tout un pan de l'humanité, Todorov ne se concentre que sur ce conflit binaire alors qu'il avait lui-même énoncé en introduction une division tripartite du monde en pleine guerre froide !Mais aussi vite que les fleurs ont fané, Todorov a délaissé le « tiers monde » et ne s'est focalisé que sur le conflit occident/Islam.
D'autre incohérences sont relevées : pointer du doigt les Etats-Unis en les désignant « Américains », la partie devient le tout et tous les autres pays du continent disparaissent…
Mais simple à lire et riche en enseignement toutefois, il fait office d'une introduction convenable au sujet du « choc des civilisations ».
Lien : http://chrisylitterature.jou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mazou31
  09 octobre 2017
Belle réflexion sur les notions de barbarie, de civilisation, de culture. Todorov plaide pour un humanisme des Lumières et prône tout particulièrement une grande tolérance face au radicalisme religieux contemporain, et l'islamisme tout d'abord, bien évidemment. S'il développe son propos en philosophe et sémiologue plus qu'en historien, il fait preuve, à mes yeux, d'un angélisme inquiétant. Certes le dialogue et la compréhension de l'autre sont les seules solutions de progrès, certes les attitudes de rejet populistes et l' hégémonie américaine agissent à l'envers d'une solution, mais sa bien-pensance me paraît irréaliste d'autant plus qu'elle ne s'accompagne que d'un optimiste béat. Son rôle n'est pas de donner des solutions - et c'est bien plaisant de ne pas entendre de leçons péremptoires comme tant savent les donner, son voeu est d'indiquer la bonne direction à l'aune de son immense savoir sur les civilisations ; mais j'avoue que l'exercice me paraît cours et pas assez engagé ni assez pédagogique.
Voici un livre au style ardu, à la lecture exigeante, que l'on clôt avec plein de points d'interrogation mais qui a l'incontestable mérite de faire réfléchir sans péroraisons stupides.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
HubertSoleil
  01 juin 2014
Plat et sans grand intérêt... L'auteur enchaîne les banalités et les lieux communs (avec un "civilisationnisme" parfois proche de ceux qu'il condamne pourtant avec raison). Préférer Nous et les autres.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   20 avril 2012
Comment se réjouir de la victoire sur un ennemi hideux si pour le vaincre il a fallu devenir comme lui? (p.20).
Commenter  J’apprécie          220
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   07 mai 2012
C'est à la population musulmane elle-même qu'il incombe de sortir de la confusion entre modernité et Occident, d'accueillir sereinement les valeurs démocratiques en cessant de les interpréter comme le signe d'allégeance aux pays occidentaux sous prétexte que ces valeurs y sont nées: l'origine d'une pratique ne se confond pas avec son sens. (p.240).
Commenter  J’apprécie          50
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   06 mai 2012
Une culture qui incite ses ressortissants à prendre conscience de leurs propres traditions mais aussi à savoir s'en distancier est supérieure (car plus "civilisée", donc) à celle qui se contente de flatter l'orgueil de ses membres, en les assurant qu'ils sont les meilleurs du monde, et que les autres groupes humains ne sont pas dignes d'intérêt. (p.56-57).
Commenter  J’apprécie          40
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   06 mai 2012
Le barbare n'est pas celui du tout celui qui croit que la barbarie existe, c'est celui qui croit qu'une population ou un être n'appartiennent pas pleinement à l'humanité et qu'ils méritent des traitements qu'il refuserait résolument de s'appliquer à lui-même. (p.79).
Commenter  J’apprécie          50
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   07 mai 2012
La torture est condamnable[...] avant tout parce qu'elle est une atteinte inadmissible à l'idée même d'humanité. Elle est l'indice le pus sûr de la barbarie, de ce pôle extrême dans le comportement humain qui nous fait bafouer l'humanité de l'autre. [...] La torture laisse une marque indélébile sur le torturé mais aussi sur le tortionnaire. (p.185).
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Tzvetan Todorov (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tzvetan Todorov
Le formalisme russe 100 ans après (table ronde)
autres livres classés : essaiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Tzvetan Todorov

Tzvetan Todorov est de nationalité

française
américaine
bulgare
ukrainienne

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Tzvetan TodorovCréer un quiz sur ce livre