AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253083933
Éditeur : Le Livre de Poche (12/12/2007)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Après la fin des utopies, sur quel socle intellectuel et moral pouvons-nous bâtir notre vie commune? Pour Tzvetan Todorov, il n'y en a qu'un : le versant humaniste des Lumières. Ce petit essai majeur ne se contente pas de dégager dans une synthèse limpide les grandes lignes de ce courant de pensée : il le confronte aux événements tragiques du XIXe et du XXe siècle avant d'interroger sa pertinence face aux défis de notre temps.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Hugo
  14 février 2014
Quand j'ai vu la couverture du bouquin et le titre, je me suis dit que ça allait certainement parler de libertinage, de partouzes, de cul, enfin ce genre de conneries… quéquette ouais… juste une petite branlette philosophique à la bougie…
Tu parles d'un plan Q pourri, depuis la veille j'imaginais déjà ma soirée du lendemain en train de me trifouiller romantiquement la pleureuse sur le cul des bourgeoises illuminées par le jus sentimental d'un courant de pensée lubrique…
Mais sans jus, pas de courant, et sans courant pas de lumière…
Électrisé par autant d'émotions, la pleureuse s'est pliée de dégout par tant de vérités assenées à coup de bon sens… je ne lui connaissais pas cette « moue », d'habitude si pleine d'entrain toujours prête à relever la tête pour transpercer l'adversité… aujourd'hui elle a flanché dans une main ferme et décidée…
La nature est ainsi faite, l'humain est à l'image de ses dérives, incapable de contrôler ses vices, sombrant dans la fatalité d'une bêtise universelle à défaut d'une éducation humaniste, ignorant le plus important, égaré dans l'ignorance et baignant dans l'indifférence la plus totale…
Finalement il a fini par être tard, j'ai éteint la lumière pour plonger au plus profond de moi à la recherche de l'excitation qui ravivera la flamme d'un espoir pas encore perdu : j'ai fermé les yeux pour ne faire qu'un avec mon sommeil et là : un Q est apparu, le Q perdu d'un allemand illuminé, lui et tous ses potes avisés de l'époque étaient là, mais le désir alphabétique a vaincu mes songes philosophiques et mon abstinence orgasmique est remontée à la surface, j'ai senti la pleureuse s'étirer relevant la tête prête à exploser… et le réveil à sonné me susurrant à l'oreille :
« ALLEZ DEBOUT, ALLEZ DEBOUT, ALLEZ DEBOUT, ALLEZ DEBOUT, ALLEZ DEBOUT…. »
« Ahhhhh putain de sa race… c'est repartie pour une journée de boulot… mais d'abord je vais pisser, ça urge bordel… »
Chienne de vie…
Merci Junie pour cette lecture
A Plus les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          478
Junie
  05 janvier 2014
Pour Tzvetan Todorov, le salut de notre civilisation passe par les Lumières!
Pas les sunlights d'Hollywood ni les ampoules halogènes qui marchent au nucléaire, je veux parler de l'aveuglante clarté du discours des Philosophes de l'Encyclopédie. S'appuyant sur les textes de ces derniers ainsi que sur le cours des évènements historiques depuis la Révolution, il démontre brillamment que les valeurs défendues par les Intellectuels des Lumières gardent leur caractère universel.
L'individu qui s'est affranchi des idéologies politiques comme de la morale religieuse doit respecter la liberté de conscience et d'opinion de son voisin.
La démocratie ne doit rien imposer par la force, elle se doit d'être tolérante et d'accepter la diversité, de considérer la pluralité comme une source de richesse.
Respect des idées, des croyances, respect de la personne humaine: rien n'est définitivement acquis dans ce domaine, tant les exemples de totalitarisme, d'intégrisme et de violence d'Etat sont nombreux à l'heure actuelle. Tzvetan Todorov en a lui-même été victime, puisqu'il a dû quitter son pays, la Bulgarie, en 63.
Il ne manque pas de souligner que la Révolution Française, malgré sa devise de liberté et de fraternité, a conduit à l'échafaud des artisans de cet esprit des Lumières, tels que Lavoisier, Condorcet ou Olympe de Gouges.
Il cite le clairvoyant Condorcet déclarant: "En général, tout pouvoir, de quelque nature qu'il soit, en quelque mains qu'il ait été remis, de quelque manières qu'il ait été conféré, est naturellement ennemi des Lumières."
Un texte publié en 2006, exempt de tout chauvinisme et qui met en avant la singularité des peuples qui composent l'Europe, celle de Fréderic de Prusse et de Catherine II, celle de notre belle Communauté riche de toutes ses cultures et de ses échanges sans frontières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          258
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
HugoHugo   13 février 2014
...Plus les individus sont éclairés, plus ils sont capables de décider par eux-mêmes - Et moins ils auront tendance à se soumettre aveuglément au pouvoir. "La vérité est donc à la fois l'ennemie du pouvoir comme de ceux qui l'exercent" ...(page78)

...Tous les habitants du globe sont, d'emblée, des êtres humains. Ce que les hommes ont en commun est plus essentiel que ce qui les différencie. " Je suis nécessairement homme et je ne suis français que par hasard" déclare Montesquieu. Ceux qui se sentent imprégnés par l'esprit des lumières chérissent davantage leur appartenance au genre humain que celle à leur pays. demis Diderot écrit à David Hume, le 22 février 1768 : mon cher David, vous êtes de toutes les nations et vous ne demanderez jamais au malheureux son extrait baptistaire . Je me flatte d'être comme vous, citoyen de la grande vile du monde. (page 110)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
PhilippeMauricePhilippeMaurice   20 juillet 2013
[Sur le projet des Lumières et l'apparition de genres littéraires nouveaux]

Le principe d'autonomie bouleverse tant la vie de l'individu que celle des sociétés. Le combat pour la liberté de conscience, qui laisse à chacun le choix de sa religion, n'est pas nouveau, mais il doit être perpétuellement recommencé ; il se prolonge en une demande de liberté d'opinion, d'expression, de publication. Accepter que l'être humain soit la source de sa loi, c'est aussi l'accepter dans son entier, tel qu'il est, et non tel qu'il devrait être. Or il est corps et esprit, passions et raison, sensualité et méditation. Pour peu qu'on observe les hommes réels plutôt que de s'en tenir à une image abstraite et idéalisée, on s'aperçoit qu'ils sont, aussi, infiniment divers, ce que l'on constate si l'on passe de pays en pays, mais également de personne à personne. C'est ce que sauront dire, mieux que toute littérature savante, les genres nouveaux qui mettent l'individu au centre de leur attention : roman d'une part, autobiographie de l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Cerbere1975Cerbere1975   25 novembre 2018
L'appartenance au genre humain, à l'humanité universelle est plus fondamentale encore que l'appartenance à telle ou telle société.
Commenter  J’apprécie          10
Cerbere1975Cerbere1975   25 novembre 2018
La source de tout pouvoir est dans le peuple, et rien n'est supérieur à la volonté générale.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Tzvetan Todorov (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tzvetan Todorov
Le formalisme russe 100 ans après (table ronde)
>Philosophie occidentale moderne (755)
autres livres classés : Mouvement des LumièresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Tzvetan Todorov

Tzvetan Todorov est de nationalité

française
américaine
bulgare
ukrainienne

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Tzvetan TodorovCréer un quiz sur ce livre