AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782843047947
Zulma (02/03/2017)
4.26/5   41 notes
Résumé :
Voici le nouveau volet d’une histoire qu’on voudrait sans fin tant elle est captivante et considérable. Où l’on entre pour ne plus en ressortir, sinon heureux d’avoir intimement perçu, à travers la conscience en éveil d’un homme singulier, la comédie humaine à la mesure des peuples et du monde moderne. Avec ses rouages bien rodés d’oppression et de domination.
Minke est un jeune journaliste javanais hautement prometteur, cultivé, curieux, détonnant produit du... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Artiola
  04 novembre 2020
Enfant de toutes les nations est le deuxième volet du Buru Quartet, publié en français pour la première fois et directement traduit de l'indonésien.

Minke , le jeune indigène cultivé que nous avions découvert dans " le monde des hommes" , tente tant bien que mal de se remettre de l'enlèvement de son épouse Annelies. Les malheurs se succèdent et Annelies fragilisée par sa mauvaise santé et son chagrin, meurt. La complicité mutuelle entre nyai Ontosoroh et Minke se renforce et il sent le besoin de faire quelque chose contre les injustices provoquées par les lois coloniales. La lutte sera difficile,car il ne connait pas vraiment la vie des gens simples .Sur le conseil de ses deux amis européens Jean Marais et Kommer , Minke va à la rencontre des paysans et découvre des personnages attachants. Bouleversé par leur histoire, il décide de prendre la plume et d'écrire en malais, la langue de son people. Son manque d'expérience lui jouera des tours, et il prendra la décision de partir faire des études pour revenir peut-être plus fort.
Nyai Ontosoroh de son côté passera beaucoup d'épreuves. Son intelligence lui suffira-t-elle pour défendre le fruit de ses années de travail?
Décidément j'aime bien l'écriture de Pramoedya Ananta Toer. Elle m'a envoûtée tout au long du récit.
Une empreinte sur la terre attend son tour. Et j'ai hâte de commencer la lecture.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Jacline
  04 septembre 2018
Un écrit singulier : à la fois étude sociologique et histoire romanesque qui se déroule à Surabaya, en Indonésie, au temps de la toute puissance coloniale.
Je découvre cet auteur, avec surprise et ravissement : exotisme garanti, mais surtout plaidoyer pour un peuple opprimé ; avec tous les sévices, allant jusqu'à la mort ; face à un colonisateur qui m'a fait penser à l'ogre sanguinaire qui peuple les contes pour enfants. Sauf qu'ici, ce n'est pas un conte. L'écriture de Pramoedya Ananta Toer en est cependant largement teintée, et fait de cet opus savant un ouvrage accessible et plein de découvertes intéressantes sur " une comédie humaine à la mesure des peuples et du monde moderne".
Commenter  J’apprécie          83
Atasi
  06 avril 2017
Minke se retrouve dorénavant seul avec sa belle-mère Mama à Wonokromo tout en sachant que cela ne durera pas éternellement. D'une part, Minke souhaiterait continuer ses études dans une autre ville et ainsi quitter Surayaba et ses mauvais souvenirs. D'autre part, avec le décès de Hermann Mellema, son fils légitime, un ingénieur hollandais, souhaite mettre la main sur Wonokromo et sur l'entreprise. Mama, avec son statut de concubine, se fera expulser purement et simplement. Peu importe qu'elle y consacré toute son énergie durant de si nombreuses années.
Minke se remet du triste sort de son épouse Anneliese qu'il ne reverra plus. Il est tourmenté par les propos de son ami français qui lui reproche de n'écrire ses articles qu'en néerlandais alors qu'il pourrait écrire dans la langue de son peuple le malais. Minke réalise que son ami à raison, il ne connaît même pas comment vivent les gens de son peuple alors qu'il en connaît tant sur l'Europe, cette Europe qu'il a tant vénéré et pourtant qui le traite comme un sous-homme car il est indigène et non pas un blanc. Un séjour à la campagne lui fera prendre conscience de son ignorance et lui ouvrira les yeux, sur cette injustice subite par les gens de son peuple. Comment peut-on lutter contre ces injustices ? Peut-on comme les philippins se révolter contre les colonisateurs ? Et Wonokromo pourra-t-on le sauver ?
"Enfant de toutes les nations" est le second volet "Buru Quartet", une tétralogie nous transportant à l'époque des Indes Néerlandaises. Pramoedya Ananta Toer nous y livre une véritable page d'histoire, l'histoire du Monde qui vit à ce tournant de fin de siècle une véritable métamorphose. J'étais ravie de retrouver Minke et son entourage mais surtout j'ai grandement apprécié cette lecture subjuguante, sans doute encore plus que "Le Monde des Hommes". Hâte de lire la suite ...

Lien : http://atasi.over-blog.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Givry
  07 janvier 2020
Il s'agit du deuxième tome du Buru Quartet, récit en quatre parties, relaté d'abord oralement par l'auteur à ses co-détenus sur l'île de Buru, de 1965 à 1979.
Minke, le héros, affronte de nouvelles épreuves et découvre le colonialisme avec la spoliation des paysans, les injustices.
Etant instruit et journaliste, il a à coeur de prendre leur défense en racontant dans ses articles ce qu'il a pu observer.
Minke dialogue avec un Chinois venu le rencontrer pour être interviewé. Cet homme lui explique que les Chinois ne veulent pas être colonisés. Il évoque le cas exceptionnel du Japon, pays non colonisé, traité comme leur égal par les européens. La course à la modernité a commencé, sans états d'âme et au prix de reconcements culturels.
De plus, les colonisateurs n'avaient aucun intérêt à développer l'éducation des Javanais car éduquer, c'était prendre le risque de favoriser l'auto-détermination.
Jamais je n'ai ressenti aussi clairement l'oppression d'un peuple innocent par la colonisation, à travers ces récits sans doute vrais. En particulier, est racontée l'histoire de cette jeune fille violée par le patron hollandais de la sucrerie qui se rend directement dans les maisons des pauvres paysans pour « se servir ». Comme si le chagrin et la honte de la jeune fille n'étaient pas suffisants, le violeur réclame qu'elle soit à lui désormais. Je ne dévoile pas la suite… impensable.
Lien : http://objectif-livre.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MartineAb
  20 janvier 2021
Après la découverte éblouie de Minke et du premier tome du Buru Quartet, je me réjouissais de le retrouver pour la suite de son parcours.
Ce volume a confirmé mon intérêt pour la découverte de ce monde colonial indonésion, mais les tribulations du jeune adulte qu'est maintenant Minke m'ont moins passionnée. Pourtant, son horizon s'élargit, il découvre le monde des plantations de canne à sucre, et là encore, c'est l'occasion pour l'auteur de montrer l'exploitation des indigènes et la spoliation des petits propriétaires.
La figure de sa belle-mère est toujours aussi forte et rayonnante...
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
chakorichakori   21 mars 2017
[... ] Un jour, comme leurs entrepôts étaient devenus trop exigus pour contenir tout l’indigo et le sucre qu’ils voulaient exporter à partir de Semarang, et comme les entrepôts des riches indigènes étaient pleins, eux aussi, le problème du transport vers Semarang s’est posé de façon aiguë. Vous n’aurez jamais entendu raconter cette histoire, Monsieur Minke, j’en suis sûr, archi-sûr, parce qu’elle implique une fois de plus un gros bonnet, un autre ministre des Colonies, le sieur Baud, un juriste. Il décida d’expédier des camélidés à Java, de vrais dromadaires, une petite cinquantaine en provenance de Tenerife – une île de l’archipel des Canaries au nord-ouest de l’Afrique, comme vous le savez. Pour le transport de l’indigo, tout s’est passé sans problème. On pouvait voir ces animaux à la face grave, telle une caravane de philosophes, cheminer en file indienne des Vorstenlanden à Semarang, tout à leur devoir.
« Puis les forts d’Ungaran et de Semarang ont commencé à manquer de riz. Cette fois, les dromadaires se sont comportés tout autrement. Après avoir transporté la céréale pendant une semaine, ces insulaires africains ont perdu toute leur gravité. Incapables de supporter plus longtemps l’odeur de leur chargement, ils se sont mis à blatérer, à hurler, puis à tourner la tête en arrière, trébuchant sur les pierres du chemin, tombant et se heurtant les uns aux autres. Deux semaines plus tard, aucun de ces animaux ne tenait plus debout. Ils s’étaient effondrés sur le bord de la route ou dans leurs étables pour ne plus jamais se relever.
« Excepté leur grandeur et leurs harems, les souverains javanais ne possédaient rien. Ils n’avaient ni chevaux, ni bœufs ni buffles, aucun animal qu’on eût pu utiliser comme bête de somme. Baud le ministre fit donc envoyer à Java des ânes, en nombre dix fois plus grand que feu les dromadaires. Leur cohorte offrait un spectacle bien différent de celui des camélidés, Monsieur Tollenaar. Le premier mois, ils transportèrent les poches de riz en renâclant sur la route menant des Vorstenlanden à Semarang. Le mois suivant, chargés de sucre, ils s’exécutèrent en tirant la langue. Le troisième mois, bâtés de sacs remplis d’indigo, ils se mirent à éternuer et finirent par mourir d’infection les uns après les autres. Nul ne fut attristé par leur mort aussi profondément que les propriétaires européens des Vorstenlanden. En désespoir de cause, ils se tournèrent vers le cheval-vapeur à roues de fer, la locomotive, pour résoudre leur problème, et les usurpations de terres se multiplièrent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AtasiAtasi   27 mars 2017
Les Européens n'avaient cependant pas été mes seules sources d'éducation. Grâce à l'époque moderne, j'avais été allaité à une multitude de seins. Javanais, Japonais, Chinois, Américains, Indiens, Arabes, les peuples du monde entier m'avaient nourri, servi de mère louve afin que je devienne un jour le fondateur de Rome. Est-il vrai que tu vas fonder Rome ? me demandai-je. Oui, me répondis-je. Comment ? Je l'ignorais, mais un sentiment nouveau se faisait un jour en moi. Je prenais conscience avec humilité d'être l'enfant de toutes les nations et tous les les temps. Le lieu et l'heure de ma naissance, mes parents, étaient autant de coïncidences qui n'avaient rien de sacré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AtasiAtasi   24 mars 2017
La vie continuait sans Anneliese.
J'étais retourné à mes anciennes occupations : lire les quotidiens, certains magazines, des livres et des lettres, rédiger notes et articles. En outre, j'aidais Mama dans son travail, au bureau et à l'extérieur.
Toutes ces lectures m'en apprenaient beaucoup sur moi-même, sur ma place dans mon milieu, dans le monde des hommes et dans la marche implacable du temps. M'observant sous tous ces angles, je me sentais emporté comme feuille au vent, sans un lieu sur terre où ancrer ma vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
greg31greg31   24 septembre 2017
Dans le monde entier, les détenteurs du pouvoir encensent ce qui est colonial, poursuivit-elle sans relever ma suggestion. Ce qui ne l'est pas est jugé indigne de vivre, y compris ta Mama ici présente. Des millions de personnes souffrent en silence comme les galets de la rivière. Mais toi, nak, tu dois être au moins capable de crier. Sais tu pourquoi je t'aime plus que tout autre? Parce que tu écris. Ta voix ne peut pas être étouffée ou avalée par le vent, elle sera éternelle, elle portera loin, loin dans l'avenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Day-syDay-sy   14 avril 2017
Le temps n'était pas encore venu où un homme aux pieds nus s'aviserait de converser avec un individu chaussé
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Pramoedya Ananta Toer (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pramoedya Ananta Toer
Pramoedya Ananta Toer - Buru quartet. Volume 3, Une empreinte sur la terre
autres livres classés : littérature indonésienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2479 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..