AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

François-René Daillie (Traducteur)
ISBN : 2070765717
Éditeur : Gallimard (30/09/2004)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 14 notes)
Résumé :
La jeune fille d'un pêcheur de la côte nord-est de Java (Gadis Pantai signifie " la fille du rivage " en indonésien) a été demandée en mariage par un aristocrate local, fasciné par sa grande beauté.
Elle a quatorze ans et, dans cette Java féodale du début du vingtième siècle, elle n'a guère le choix.
Ce mariage arrangé la fait passer sans transition d'une vie certes pauvre et rude, mais libre et naturelle, à une existence cloîtrée, dans la vaste demeur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
de
26 janvier 2012
La découverte d'un autre monde, d'autres relations sociales, le passage de l'enfance à l'âge adulte. A l'incompréhension succède la gestion de nouvelles règles mais pas en total partage, ni en assentiment, malgré une forme de docilité et les silences.
Un beau portrait de femme, en construction dans un monde transformé par un mariage arrangé. La lente intelligence de la distance et de l'incompréhension. Une ouverture à se penser.
Derrière une subtile écriture, l'impuissance d'abord à comprendre, puis à faire bouger les lignes de cette société cloisonnée, ségréguée. Derrière les acceptations, des non-renoncements. Sans hausser le ton, avec le même rythme de phrases, l'auteur met en scène une belle révolte du village, une autodéfense salvatrice. Il illustre aussi, avec humour, la transformation d'un conteur en pécheur marié à la fille d'un noble. Une forme de rupture mais aussi une continuité dans l'assignation des femmes et l'utilisation par l'autre de leur corps.
Mais cela sera aussi le cri de Gadis Pantai, en rôle de mère à laquelle le Bendoro, le père aristocrate, arrache l'enfant tout en rejetant la femme. Limite aussi de la mise en cause de cette assignation des femmes au rôle de mère.
L'auteur ne traite probablement pas de la continuité de ces assignations fortes. Mais est-ce trahir cette oeuvre que d'ouvrir d'autres fenêtres dans le cadre de l'imaginaire romancé, dans l'espace créé par ses mots doux et colorés, de ce rythme très particulier des phrases de Pramoedya Ananta Toer. Un prolongement du refus de ces arrangements où les femmes tendent à n'être que ce que les hommes voudraient façonner.
Une découverte à la fois d'un auteur, d'une oeuvre et d'une littérature, indonésienne, abordée ici pour la première fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
5Arabella
10 avril 2017
Dans une courte introduction, Toer nous explique que ce roman est basé sur la vie de sa grand-mère,un peu inventée, à qui il le dédie.
Gadis Pantai est une fille de pauvres pêcheurs, mais un jour un Bendoro, un seigneur noble, décide de l'épouser, alors qu'elle a à peine 14 ans. Elle n'est pas la première épouse du Bendoro, d'autres jeunes femmes sont déjà passées par la maison, des enfants issus de ces unions sont présents. Une vieille servante aide Gadis Pantai à remplir son nouveau rôle, qui s'attache beaucoup à elle, se sentant très seule, entre les parents de son mari qui la méprise, et ce dernier qui est souvent absent et qui la traite plus en servante qu'en épouse. Elle rend visite à ses parents au village, mais son nouveau statut social ne permet plus la moindre familiarité même avec les plus proches. Gadis Pantai finira chassée par son mari, après avoir donné naissance à une petite fille, qu'elle ne pourra ni élever, ni même revoir, et devra se faire une autre vie toute seule.
Un beau personnage, même si le déroulement du livre est assez prévisible dès le début. Pramoedya Ananta Toer se place complètement du côté de sa jeune héroïne, le monde de la noblesse n'est pas vraiment exploré, encore moins les sentiments et les pensées des personnages qui en font partie. Ils restent aussi mystérieux pour nous qu'ils doivent l'avoir été pour elle. Gadis Pantai est très malheureuse dans la maison de son mari, mais encore plus lorsqu'elle doit se séparer de sa fille. Il y a une recherche du pathétique touchante souvent, mais peut être un peu chargée quand même. Certains éléments doivent sûrement être plus faciles à appréhender si on connaît cette culture particulière, loin de nous.
L'écriture est d'apparence simple, il y a beaucoup de dialogues, pas tellement de longues descriptions, ni de lieux, ni des sentiments et pensées des personnages. Mais c'est indéniablement efficace, c'est un livre qui se lit facilement et rapidement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Ladybug
19 août 2011
Au début du 20ème siècle, une jeune fille de 14 ans, fille d'un modeste pêcheur de la côte nord-est de Java est demandée en mariage par un aristocrate local, le bendoro. Elle n'a pas d'autre choix que d'accepter et quitter les siens pour vivre en ville.
C'est un roman dans lequel l'héroïne n'a pas de nom, "Gadis Pantai" signifie "la fille du rivage" en indonésien. Tout au long du roman, elle est nommée ainsi. C'est sans doute la volonté de l'auteur de rendre son destin plus universel.
La vie des pêcheurs et de leur famille est saisie dans leur quotidien. le roman décrit une vie rude mais également saine, et au grand air qui contraste avec la vie solitaire et étouffante que la jeune fille va mener dans le palais. le rythme est lent et j'ai aimé la plume délicate de l'auteur avec laquelle il aborde les thèmes comme le mariage arrangé, la hiérarchie dans les rapports humains, la découverte et l'adaptation à un nouveau milieu, le regard des autres qui changent, les contraintes de la vie d'épouse d'un aristocrate qui a des devoirs mais si peu de droits...
Si vous voulez le lire, ne lisez pas le 4ème de couverture qui en révèle trop.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
clairejeanne
30 novembre 2014
C'est l'histoire d'une femme, une petite femme courageuse, indépendante, née dans un village de pêcheurs de la côte nord-est de Java ; c'est l'histoire de la grand-mère du narrateur. Elle a quatorze ans quand un homme de la ville, un "bendoro" (un noble) la demande en mariage : elle est très belle, avec une peau couleur de doukou ( fruit beige rosé). Pour ses parents, ses nombreux frères et soeurs, c'est l'assurance d'un autre destin que celui de misérable villageoise, mais pour elle, le bonheur c'est d'être avec les siens, au bord de la mer, là où elle est née. Elle s'appliquera pourtant, une fois arrivée dans la grande demeure, à donner satisfaction et à tenir son rôle; grâce à une vieille domestique elle apprendra les coutumes et surtout à n'être rien face à son mari tout puissant ! A leur arrivée, étonnés de voir un enfant de deux ans sans sa mère, ses parents ont questionné un domestique qui leur dit que, une fois l'enfant né, la mère avait été répudiée; la vieille domestique essaiera elle aussi de mettre "Mas Nganten" en garde ...
Cela se passe au début du XXème siècle, mais n'est-ce pas une histoire intemporelle ? Cela se passe en Indonésie, mais n'est-ce pas une histoire universelle ? Grâce au challenge "Destination / Voyages et vagabondages" une belle découverte de la littérature indonésienne !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ecumeuse
03 novembre 2014
Voici le récit d'une jeune fille de 14 ans issue d'un pauvre village de pêcheurs qui est mariée de force à un noble de la ville. On découvre le quotidien de cette jeune fille entre les murs de sa prison dorée, qui ne rêve que de retourner sur la plage pour contempler la mer. Sa condition de femme dans ce pays n'est guère enviable bien qu'elle devienne la femme d'un notable, car là-bas une fille de pêcheur restera toujours fille de pêcheur : une pauvre, et en tant que femme : la propriété de son mari et sa servante... L'écriture est simple, le rythme lent, la destinée de Gadis Pentaï s'écoule comme un fleuve d'injustice grossit par les larmes de toutes ses soeurs de peine et dont la frêle créature ne peut infléchir la course.
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
dede08 avril 2012
Je lui avais promis un sarong, je lui offre en échange ce livre. A elle qui jamais n'a raconté sa propre histoire. Elle dont jamais je n'ai connu le nom. Alors j'ai tiré ce récit de ce que d'autres ont rapporté, de ce que j'ai vu de mes yeux, imaginé et mis en forme
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Pramoedya Ananta Toer (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pramoedya Ananta Toer
Laure Leroy vous présente l'ouvrage de Pramoedya Ananta Toer "Buru quartet. Volume 1, Le monde des hommes" aux Editions Zulma.
autres livres classés : indonésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Saurez-vous reconnaître ces incipit ?

Quel roman publié en 1932 s'ouvre sur ces mots : «Ça a débuté comme ça.» ?

Aurélien, de Louis Aragon
Le feu, de Henri Barbusse
Voyage au bout de la nuit, de Louis-Ferdinand Céline

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , incipitCréer un quiz sur ce livre