AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782897362669
1 pages
Éditeur : Ada éditions (11/09/2017)
3.97/5   736 notes
Résumé :
Ce livre nous présente plusieurs défis : si nous réussissons à être totalement présent et à faire un pas à la fois dans le moment présent, si nous réussissons aussi à vraiment appréhender les réalités que sont notre corps énergétique, le lâcher-prise, le pardon et le non-manifeste, c'est que nous saurons nous ouvrir au pouvoir transformateur de l'instant présent.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (95) Voir plus Ajouter une critique
3,97

sur 736 notes

Lezart
  23 février 2013
J'ai découvert ce livre il y a un an et demi et je suis en train de le lire pour la huitième fois! Je surligne même certains passages pour tenter d'en faire une synthèse parce que la lecture du livre entier me prend trop de temps! Pourquoi le lire autant? PArce que je constate à chaque lecture à quel point je suis loin de l'instant présent, et ce, de mille et une manières différentes.
Je n'ai jamais trouvé aucun livre qui me fasse un tel effet. C'est LE livre qui es t en train de changer ma vie! Il lève le voile sur mon inconscience et du coup m'incite à la pratique la plus pointue qui soit.
Une chose est sûre, comme le martèle son auteur : il se peut que vous appréhendiez quelque peu l'état de présence en lisant mais c'est surtout la compréhension des mécanismes de l'inconscience qui est mis à jour dans votre esprit.
Du coup, c'est surtout votre mental qui est à l'oeuvre et tous ces dysfonctionnements avec.
La présence c'est autre chose, parfaitement indicible, et que seule la mise en pratique à tous les instants de notre vie peut apporter.
Tous les gens que je connais qui ont lu ce livre l'ont soit rejeté; soit lu, apprécié et oublié; soit lu, pas apprécié et oublié évidemment.
Personne, ne m'a vraiment parlé d'une tentative d'essayer le livre une fois le livre refermé.
Pour moi, ce n'est même pas un livre.
Sylvain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          849
NathalC
  17 mai 2020
Je viens de rendre ce livre à son propriétaire.
Je n'ai pas pu le finir. Non pas parce qu'il inintéressant... Au contraire, on y trouve une paix, une remise en question de soi-même à chaque instant. Mais Eckhart Tollé n'est pas le premier venu, et son écriture est réfléchie et intense. Si j'ai abandonné cette lecture, c'est par manque de temps tranquille. Dans la journée, avec l'activité quotidienne d'une famille, impossible de le lire. Et le soir, au moment de se coucher, je ne suis plus assez concentrée.
En revanche, je sais qu'un jour je me replongerai dans ces réflexions.
C'est donc un livre que je conseille aux lecteurs qui recherchent la paix, la sérénité...
Commenter  J’apprécie          653
Roggy
  08 décembre 2019
Les guides d'éveil spirituel sont à déguster par petites touches.
Eckhart Tolle l'a compris dans l'organisation des chapitres de le pouvoir du moment présent, qui permet effectivement d'aller puiser une notion et de s'abreuver de la simplicité et de la sagesse qui se dégagent de ses pensées.
La lecture des livres de Tolle peut être parfois déstabilisante comme s'il savait que pour interroger le vrai, il fallait se défaire des illusions nécessaires et rassurantes, et lâcher la main du trapèze.

La quête de l'éveil n'est pas une science exacte et chacun puisera dans ce guide le résultat de son cheminement. Les notions principales telles l'acceptation du présent comme si on l'avait choisi est déterminante pour ensuite apprécier pleinement les conseils et rompre certains comportements inconscients de résistance qui nous empêchent d'avancer.
Chacun reconnaît dans ces lignes un sentiment familier commun à tous ces livres de vie qui nous aident à tenir avec nous-mêmes, mais c'est tellement important de se le rappeler parfois !
Atteindre la libération intérieure est un cheminement difficile, car il faut se défaire de la culpabilité, des tourments que nous créons nous-mêmes tels des bourreaux. Il faut lâcher prise de nos compulsions et accueillir le présent par ce qu'il est ici et maintenant sans aucune résistance.
De cette lecture on en ressort sincèrement ému, le coeur battant d'une jolie sagesse.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          541
Lune
  23 août 2012
Habituée à la lecture de Jiddu Krishnamurti, l'entrée dans ce livre m'a quelque peu dérangée. J'y ai retrouvé les paroles du sage anglo-indien. Au fur et à mesure, un mélange de sagesses venues du fond des âges, venues d'Extrême-Orient m'a sauté aux yeux et m'a donné l'impression d'un brassage "modernisé" du connu répété par tant d'autres esprits du monde de la spiritualité.
Ce qui m'a dérangée, ce sont les : "essayez", "vous devriez"... trop directifs pour mon goût personnel. Un éveil à la compréhension certes mais aucune clef, qu'elle soit de l'ordre de la méditation, de la respiration ou autres, n'apportera jamais aucune solution.
Chaque époque amène l'attente et l'écoute d'une voix spirituelle. Elle ne fait pas de tort, permet de se re/positionner dans une écoute personnelle plus riche tant qu'elle ne part pas dans des dérives...
Surtout toujours conserver un libre-arbitre et ne pas se contenter de suivre, avoir comme disait Krishnamurti "une parole habitée". Oui à la réflexion émanant de soi, non à toute pratique qui n'est que reproduire.
En conclusion, j'aurais préféré lire l'histoire personnelle de l'auteur que lire ce qui a déjà été (et mieux) dit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          491
Satori
  23 avril 2012
Le livre qui a changé ma perception de la vie, une révélation.
Commenter  J’apprécie          401

Citations et extraits (123) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   01 août 2015
Jusqu’à l’âge de treize ans, j’ai vécu dans un état presque continuel d’anxiété ponctué de périodes de dépression suicidaire. Aujourd’hui, j’ai l’impression de parler d’une vie passée ou de la vie de quelqu’un d’autre.

Une nuit, peu après mon vingt-neuvième anniversaire, je me réveillai aux petites heures avec une sensation de terreur absolue. Il m’était souvent arrivé de sortir du sommeil en ayant une telle sensation, mais cette fois-ci c’était plus intense que cela ne l’avait jamais été. Le silence nocturne, les contours estompés des meubles dans la pièce obscure, le bruit lointain d’un train, tout me semblait si étrange, si hostile et si totalement insignifiant que cela créa en moi un profond dégoût du monde. Mais ce qui me répugnait le plus dans tout cela, c’était ma propre existence. A quoi bon continuer à vivre avec un tel fardeau de misère ? Pourquoi poursuivre cette lutte ? En moi, je sentais qu’un profond désir d’annihilation, de ne plus exister, prenait largement le pas sur la pulsion instinctive de survivre.

« Je ne peux plus vivre avec moi-même. » Cette pensée me revenait sans cesse à l’esprit. Puis, soudain, je réalisai à quel point elle était bizarre. « Suis-je un ou deux ? Si je ne réussis pas à vivre avec moi-même, c’est qu’il doit y avoir deux moi : le “je” et le “moi” avec qui le “je” ne peut pas vivre ». « Peut-être qu’un seul des deux est réel, pensai-je. »

Cette prise de conscience étrange me frappa tellement que mon esprit cessa de fonctionner. J’étais totalement conscient, mais il n’y avait plus aucune pensée dans ma tête. Puis, je me sentis aspiré par ce qui me sembla être un vortex d’énergie. Au début, le mouvement était lent, puis il s’accéléra. Une peur intense me saisit et mon corps se mit à trembler. J’entendis les mots « ne résiste à rien », comme s’ils étaient prononcés dans ma poitrine. Je me sentis aspiré par le vide. J’avais l’impression que ce vide était en moi plutôt qu’à l’extérieur. Soudain, toute peur s’évanouit et je me laissai tomber dans ce vide. Je n’ai aucun souvenir de ce qui se passa par la suite.

Puis les pépiements d’un oiseau devant la fenêtre me réveillèrent. Je n’avais jamais entendu un tel son auparavant. Derrière mes paupières encore closes, ce son prit la forme d’un précieux diamant. Oui, si un diamant pouvait émettre un son, c’est ce à quoi il ressemblerait. J’ouvris les yeux. Les premières lueurs de l’aube fusaient à travers les rideaux. Sans l’intermédiaire d’aucune pensée, je sentis, je sus, que la lumière est infiniment plus que ce que nous réalisons. Cette douce luminosité filtrée par les rideaux était l’amour lui-même. Les larmes me montèrent aux yeux. Je me levai et me mis à marcher dans la pièce. Je la reconnus et, pourtant, je sus que je ne l’avais jamais vraiment vue auparavant. Tout était frais et comme neuf, un peu comme si tout venait d’être mis au monde. Je ramassai quelques objets, un crayon, une bouteille vide, et m’émerveillai devant la beauté et la vitalité de tout ce qui se trouvait autour de moi. Ce jour-là, je déambulai dans la ville, totalement fasciné par le miracle de la vie sur terre, comme si je venais de venir au monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690
Bruno_CmBruno_Cm   06 juillet 2013
Observez n'importe quelle plante ou n'importe quel animal et laissez-lui vous enseigner ce qu'est l'acceptation, l'ouverture totale au présent, l'Etre. Laissez-lui vous enseigner l'intégrité, c'est-à-dire comment ne faire qu'un, être vous-même, être vrai. Comment vivre, mourir et ne pas faire de la vie et de la mort un problème.
J'ai vécu avec plusieurs maîtres zen : c'étaient tous des chats. Même les canards m'ont enseigné d'importantes leçons sur le plan spirituel. Le seukl fait de les regarder est une méditation en soi. Ils flottent si paisiblement de ci, de là, bien avec eux-mêmes, en étant totalement dans l'instant présent, dignes et parfaits comme seules les créatures dépourvues de mental peuvent l'être. A l'occasion, pourtant, deux canards auront une prise de bec, parfois pour aucune raison apparente ou parce que l'un d'eux a empiété sur le territoire de l'autre. L'altercation ne dure en général que quelques secondes, et ils se séparent, nagent dans des directions opposées et battent vigoureusement des ailes à quelques reprises. Puis ils reprennent leur paisible promenade sur l'eau comme s'il n'y avait jamais eu de bataille. Quand je les ai vus faire pour la première fois, j'ai soudainement compris que, en battant des ailes, ils se débarrassaient d'un surplus d'énergie, empêchant ainsi celle-ci de rester emprisonnée dans leur corps et de se transformer en négativité. Il s'agit là de sagesse naturelle, et c'est facile pour eux de l'appliquer parce qu'ils n'ont pas un mental qui maintient inutilement le passé en vie pour pouvoir en tirer une identité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1022
Adama_MAdama_M   11 mars 2016
Êtes-vous inquiet ? Avez-vous souvent des pensées anticipatoires ? Dans ce cas, vous vous identifiez à votre mental, qui se projette dans une situation future imaginaire et crée la peur. Il n'y a aucun moyen de faire face à une telle situation, car celle-ci n'existe pas. C'est un ectoplasme mental. Vous pouvez mettre fin à cette folie corrosive qui sape votre santé et votre vie : il vous suffit d'appréhender l'instant présent. Prenez conscience de votre respiration. Sentez le mouvement de l'air qui entre et sort de vos poumons. Ressentez le champ énergétique en vous. Tout ce que vous aurez jamais à affronter et à envisager dans la vie réelle, c'est cet instant. Alors que vous ne pouvez pas le faire dans le cas de projections mentales imaginaires. Demandez-vous quel “problème” vous avez à l'instant, et non celui que vous aurez l'an prochain, demain ou dans cinq minutes. Qu'est-ce qui ne va pas en ce moment ? Vous pouvez toujours composer avec le présent mais vous ne pouvez jamais composer avec le futur. Et vous n'avez pas à le faire. La réponse, la force, l'action ou la ressource justes se présenteront lorsque vous en aurez besoin. Ni avant, ni après.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          700
frany13frany13   27 juillet 2011
La peur psychologique n'a rien à voir avec la peur ressentie face à un danger concret, réel et immédiat. La peur psychologique se présente sous une multitude de formes : un malaise, une inquiétude, de l'anxiété, de la nervosité, une tension, de l'appréhension, une phobie, etc. Ce type de peur concerne toujours quelque chose qui pourrait survenir et non pas ce qui est en train d'arriver. Vous êtes dans l'ici-maintenant, tandis que votre mental est dans le futur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1261
frany13frany13   27 juillet 2011
La plus grande partie de la souffrance humaine est inutile. On se l'inflige à soi-même aussi longtemps que, à son insu, on laisse le mental prendre le contrôle de sa vie.
Commenter  J’apprécie          1771

Video de Eckhart Tolle (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eckhart Tolle
Vidéo de Eckhart Tolle
>Psychologie>Psychologie appliquée>Developpement, amélioration de la personnalité (187)
autres livres classés : developpement personnelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
350 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre