AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Michel Aucouturier (Éditeur scientifique)Jean Fontenoy (Traducteur)Brice Parain (Traducteur)
EAN : 9782070304318
272 pages
Gallimard (08/07/2004)
3.92/5   87 notes
Résumé :
Hadji Mourad est un chef caucasien dont Tolstoï a fait le héros d'une ultime grande œuvre. Malgré ses dimensions modestes, elle nous présente un vaste et saisissant tableau de la " guerre de pacification " du Caucase, à laquelle le romancier avait lui-même pris part un demi-siècle plus tôt et dont il avait rapporté Les Cosaques. Le choix d'un tel personnage est profondément révélateur : sa mort héroïque en fait un symbole de la vie même dans ce qu'elle a de plus irr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 87 notes
5
4 avis
4
3 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

FreeMalik
  14 décembre 2012
Je ne connais rien a l'histoire du caucase , et peu de chose sur celle de la russie ; donc j'ai pris ce livre pour ce que j'en ai compris : un récit finement écrit.

Pour ma première lecture de tolstoi j'ai retrouvé sa manière d'écrire la Grande Histoire au dessus de la somme des petites qui la compose. On voit distinctement deux univers qui se croisent entre la vie dorée du tsar . D'un soupir vaniteux il a le droit de vie ou de mort sur des millions de soldats dont il ne verra jamais les cadavres ;mais reste persuadé d'accomplir la meilleur chose pour la planete entiere (égo a peine caricaturé je suppose )

Les petites histoire comme celle de butler qui excelle dans sa nouvelle vie de soldat , en se découvrant des qualité qu'il n a jamais pu exploiter auparavent . Entre les deux on trouve celle de hadji mourat qui veut a tout prix récuperer sa famille ; mettant en jeux non seulement sa vie mais celle de ses loyaux sujet . On comprends ainsi les differentes trajectoires qui se croisent et se modifie avec l'avancement de l'histoire. Les circonstances a un moment donné on une enorme importance sur le déroulement de plusieurs évenement , circonstance qui font influer la finalité de la grande histoire ,mais n'est controlé par aucune des petites histoires ... On le voit bien dans le traitement de hadji mourat par l'état major russe ,trusté d'ambition de remontrance ,et de vanité ,chacun veut fair jouer les evenements en sa faveur .

J'ai été particulierement touché par l'histoire de butler qui a quitté son addiction aux jeux d'argent , mais qui a été rattrapé par son vice . Il a brillé comme une étoile filante avant d^'être rattrapé par ses pulsions et de s'éteindre dans la plus grande pitié .
enfin le récit de la mort de hadji mourat est une merveille , qui merite d'être cité des centaines de fois . Toutes ses phrases font appel a un imaginaire brutal qui ne laisse pas indifférent . Les odeurs ,les formes et les couleurs sont toutes présentes .

Je ne pensais pas le lire aussi vite . on voit que c'est une oeuvre paufiné et maintes fois réecrite .

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Herve39
  23 août 2020
Avec ce livre assez court pour une oeuvre de Tolstoï, on part en Tchétchénie en 1850. le pays est occupé par les russes et la résistance s'organise. Hadji Mourad est un homme fier, un chef de guerre capable de rallier à lui de nombreux combattants. Malgré tout, il lui faudra faire des choix pour pouvoir vivre et protéger sa famille.
Malgré la brièveté du récit, cette histoire m'a semblé longue à se mettre en place. J'ai mis du temps à rentrer dedans puis je me suis laissé prendre et ai suivi avec plaisir le parcours de cet homme s'efforçant de suivre jusqu'au bout ce qu'il considérait comme juste.
Commenter  J’apprécie          100
eternel
  03 octobre 2010
Pendant une promenade dans la campagne,le spectacle d'un splendide chardon malmené sur la route renvoit l'auteur à un épisode de la guerre de conquête du Caucase sous Nicolas1er.Le récit est d'une modernité qui nous fait vivre l'épisode comme si nous y participions nous-mêmes.L'humanité qui en ressort est très prenante.Le regard de l'auteur sur la guerre et ceux qui y participe montre les pièges et les contradictions dans lesquels ils s'enferment à leur insu et desquels ils ne peuvent s'échapper.L'auteur s'en prend également avec une incroyable violence pour l'époque à l'autocratie qui dirige le pays,mais également aux us et coutumes des deux camps qui à la Vie préférent la Mort.Cent cinquante ans plus tard, rien n'a changé dans le Caucase .Ce roman est vraiment d'actualité.
Commenter  J’apprécie          70
denisparizia
  10 janvier 2022

Roman de Tolstoï,
C'est une oeuvre plus courte que ce qu'il a pu écrire, elle n'en reste pas moins puissante.
L'action se passe dans le Caucase, terre qui fut très longtemps en guerre avec la Russie (et qui reste sensible à ce jour), la zone étant un point d'entrée de l'Empire Ottoman en Europe.
L'oeuvre parlera d'Hadji Mourat, chef d'un clan Avar, qui fut la bête noire de l'armée Russe, éxecutant des attaques très dévastatrices dans leurs lignes.
Hadji ne souhaitant attaquer un village avec qui il était en très bon terme, se retrouve ennemi du chef musulman, qui enlève sa famille pour le faire se rendre et emprisonner.
Hadji tentera alors de rejoindre l'armée Russe afin de faire libérer sa famille, exposant toutes les faiblesses des armées du Caucase et proposant d'organiser une attaque qui les anéantirait.
Mais comment faire confiance au chef de guerre le plus redouté de l'armée? Cela ne peut il pas être un piège?
Tolstoï détaillera donc ici cette histoire invraisemblable, mais pourtant vraie d'un quiproquo qui aurait pu mettre fin à une guerre qui durait depuis des décennies.
Mais surtout, de l'histoire d'Hadji Mourat qui combattit et se dressa pour ce qui était juste, peu importe l'adversité, tel le chardon dans un champ.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
thierrygibert
  10 août 2021
Ce petit roman, relativement méconnu, de Tolstoï, est basé sur le personnage historique Hadji Murad, un des opposants locaux à la conquête russe du Caucase.
Basé en partie la propre expérience d'officier de l'auteur dans le Caucase et en Crimée entre 1851 et 1856, il dépeint un panorama impitoyablement objectif de la situation d'alors dans la région. Observations acerbes sur la conduite des troupes russes dans le Caucase et leur approche dilettante du conflit, description du tsar Nicolas Ier en autocrate borné et satisfait de lui-même, conflits entre leaders locaux déchirés entre leur fidélité à l'Islam et les vendettas ancestrales entre les tribus, la description de Tolstoï est impitoyable. Il l'adoucit par la description de nombreux personnages attachants et authentiques, capables de s'ouvrir aux autres au-delà des différences culturelles.
Un livre magnifique !
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
PatriceGPatriceG   12 juin 2021
Pour rester dans la botanique qui ouvre Hadji Mourat d'une magnifique métaphore dont Tolstoï n'abuse pas habituellement, un chardon (*) s'est invité dans mon jardin. Il fait écho à un artichaut qui se trouve derrière chez moi, même feuille, qui est de la même famille et que lui j'ai invité par contre.
Mon chardon qui dépasse le mètre est resplendissant, il se dresse là à l'entrée comme un fortin (du Caucase). Je ne sais pas encore quelle sera la couleur de ses fleurs, mais elles ne seront pas bleues, plutôt noires à mon avis.. J'aime pourtant le bleu du chardon ! Mon artichaut lui se trouve à côté de la noire de Crimée dans mon jardin, et immanquablement il fera de belles fleurs bleues, vendues 5 euros la pièce au marché parisien...

Manifestement le chardon de Hadji Mourat qui souffrira d'un labour et de l'indifférence des hommes n'a pas de prix pour l'auteur russe et semble annoncer un combat perdu pour toujours, dame nature depuis l'écriture de ce roman ne fait qu' aller de mal en pis. Alors en souvenir de cet épisode tolstoïen, mon chardon noir ou bleu aura toute ma protection.

"Ces fleurs avaient été rouges, elles étaient noires maintenant.."


(*) Ce chardon fait maintenant 1 mètre 50 de haut, a résisté à la tempête force 5 de la nuit passée, alors que les jeunes bambous ont plié, et mes noires de Crimée également, et je ne sais toujours pas quelle fleur il va nous faire, les chardons sont de la grosseur des boulets qui sortent du sac de billes des gosses, super-protégés par des piquants !.. L'artichaud semble fier comme un bar tabac, la tige qui le porte a pris 20 cms en 5 jours : on le voit pousser comme le bambou .. (17 06 2021)

Mon chardon sera bleu (21 06 2021)

Oui mon chardon est bleu, d'un bleu légèrement violacé, cinq fleurs ont éclos sur la centaine de bourgeons que compte le même pied. Pas difficile de savoir quelle sera la prochaine fleur, il faut que la boule atteigne la grosseur d'une grosse bille de gosse : ça se profile comme un blaireau à barbe. Ce sera donc très bientôt comme un gros bouquet garnissant l'entrée, un festival de touches bleues sur un feuillage vert bouteille comme la tonalité du champagne Pommery ; les feuilles ont résisté aux tempêtes : elles sont dentelées et offrent peu de résistance au vent, les tiges sont fibreuses, puissamment énergiques. Mon chardon fait maintenant 1M80, à hauteur d'homme ..

"Non seulement la tige piquait de partout.., mais elle était terriblement solide, si bien que je dus me battre avec elle pendant cinq minutes en brisant les fibres une par une.. Mais quelle énergie, quelle force de vie ! pensais-je en me rappelant les efforts qu'il m'avait fallu pour l'arracher ? Comme elle s'était défendue âprement, comme elle avait vendu chèrement sa vie !".

Je comprends qu'on les éradique préventivement dans les cultures à fourrages pour les bêtes, les piquants sont partout, et la sécheresse par dessus doit rendre ces piquants intraitables. (25 juin 2021)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          75
Herve39Herve39   20 août 2020
Personne ne disait mot, n'extériorisait son mépris pour les Russes. Le sentiment que tous les Tchétchènes éprouvaient, du plus petit au plus grand, était du reste plus fort que le mépris. Ou plutôt, ce n'était pas du mépris, c'était le refus de reconnaître à ces chiens de Russes la qualité d'êtres humains, c'était le dégoût qu'ils éprouvaient devant la bassesse, la folie avec laquelle cette expédition avait été conduite; et le désir d'exterminer ces maudits comme on extermine les rats, les araignées venimeuses et les loups devenait, chez les Tchétchènes, un sentiment aussi puissant que l'instinct de conservation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Herve39Herve39   19 août 2020
La nouvelle qu'ils venaient d'apprendre de la mort du général Slieptzov était l'objet de vives discussions entre les officiers. Personne ne songeait, en parlant de cette mort, au principal aspect de la question: la fin d'une vie dans ce monde-ci et le retour à la source d'où elle était venue; ils s'occupaient seulement de l'inconscience du brave officier qui se serait lancé sur les montagnards et aurait voulu les anéantir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Herve39Herve39   20 août 2020
Les flatteries hypocrites et mensongères que son entourage lui prodiguait sans arrêt l'avaient mené à un tel degré d'aveuglement qu'il ne voyait plus quand il était en contradiction avec la logique et la saine raison, qu'il ne réalisait plus le sens de ses paroles ni de ses actes et qu'il avait fini par croire que tous ses ordres, même les plus insensés et les plus illogiques, devenaient des décisions réfléchies et pleines de bon sens, uniquement parce que émanant de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
meloukamelouka   07 juin 2013
Il se passait ce qui se passe partout où un Etat disposant d'une grande force militaire entre en relation avec de petits peuples primitifs vivant de leur vie particulière. Il se produisait ceci que, soit sous le pretexte de défendre les siens, alors que toute attaque est provoquée par les offenses du puissant voisin, soit sous pretexte d'introduire la civilisation dans les moeurs d'un peuple sauvage, alors que ce peuple sauvage vit d'une vie infiniment plus pacifique et vertueuse que ses civilisateurs ou encore sous tout autre pretxte, les serviteurs des grandes puissances militaires infligent toutes sortes de mauvais traitements aux petits peuples en affirmant qu'il est impossible de les traitrer autrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Léon Tolstoï (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Léon Tolstoï
Qu'est-ce qui se joue lorsque l'on décide d'écrire sur sa famille ? Et comment rejoint-on ce terrain d'écriture en particulier ?
Voici quelques-unes des questions que nous explorons avec Anne Berest dans ce nouvel épisode de notre podcast. Son roman, "La Carte postale" , une enquête palpitante et glaçante sur sa propre histoire familiale, a été sélectionné pour le prix Goncourt des lycéens. Alice Bourhis, lycéenne à Brest, nous en dira quelques mots.
Et pour terminer, nous découvrirons les coups de coeur de notre libraire Romain : cinq histoires familiales que nous ne pouvons que vous recommander.
Pour retrouver les livres d'Anne Berest, c'est ici : https://www.librairiedialogues.fr/personne/personne/anne-berest/1960930/
Et pour nous suivre, c'est là : INSTA : https://www.instagram.com/librairie.dialogues/ FACEBOOK : https://www.facebook.com/librairie.dialogues TWITTER : https://twitter.com/Dialogues
Bibliographie :
- La Carte postale, d'Anne Berest ( éd. Grasset) https://www.librairiedialogues.fr/livre/19134288-la-carte-postale-anne-berest-grasset
- Gabriële, d'Anne et Claire Berest (éd. le Livre de poche) https://www.librairiedialogues.fr/livre/14416364-gabriele-anne-berest-claire-berest-le-livre-de-poche
- Soleil amer, de Lilia Hassaine (éd. Gallimard) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18955847-soleil-amer-lilia-hassaine-gallimard
- Les Impatientes, de Djaili Amadou Amal (éd. J'ai lu) https://www.librairiedialogues.fr/livre/19924245-les-impatientes-djaili-amadou-amal-j-ai-lu
- Tous, sauf moi, de Francesca Melandri (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/17044694-tous-sauf-moi-francesca-melandri-folio
- Les Survivants, d'Alex Schulman (éd. Albin Michel) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20116962-les-survivants-roman-alex-schulman-albin-michel
- Nature humaine, de Serge Joncour (éd. J'ai lu) https://www.librairiedialogues.fr/livre/19924222-nature-humaine-serge-joncour-j-ai-lu
- Lettre au père, de Franz Kafka (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/712442-lettre-au-pere-franz-kafka-folio
- Miniaturiste, de Jessie Burton (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/10951710-miniaturiste-jessie-burton-gallimard
Et voici les romans dans lesquels vous pourrez retrouver les familles citées dans l'introduction de l'épisode :
- Les Rougon-Macquart : Les Rougon-Marcquart, d'Émile Zola (éd. Pléiade Gallimard) https://www.librairiedialogues.fr/livre/247912-les-rougon-macquart-1-le-ventre-de-paris-his--emile-zola-gallimard
- Les Rostov : La Guerre et la Paix , de Léon Tolstoi (éd. Pléiade Gallimard) https://www.librairiedialogues.fr/livre/205936-la-guerre-et-la-paix-leon-tolstoi-gallimard
- Les McCullough : le Fils , de Philipp Meyer (éd. le Livre de poche) https://www.librairiedialogues.fr/livre
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : caucaseVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Anna Karénine

Qui est l'auteur de ce livre ? (C'est facile, c'est écrit dans le thème ;))

Nikolai Gogol
Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski
Léon Tolstoï
Alexandre Pouchkine

20 questions
139 lecteurs ont répondu
Thème : Anna Karénine de Léon TolstoïCréer un quiz sur ce livre