AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur La Guerre et la Paix, tome 1 (360)

Jooh
Jooh   18 juillet 2013
On a exécuté Louis XVI parce qu'ILS disaient qu'il était un criminel, (...) et ils avaient raison de leur point de vue, comme avaient raison aussi ceux qui subissaient pour lui le martyre et le mettaient au nombre des saints. Puis on a exécuté Robespierre parce que c'était un tyran. Qui avait raison ? Qui avait tort ? Personne. Tu es vivant, eh bien vis ! Demain tu mourras, comme j'aurais pu mourir il y a une heure. Est-ce la peine de te torturer, alors que ce qu'il te reste à vivre n'est qu'une seconde en face de l'éternité ?
Commenter  J’apprécie          860
Jooh
Jooh   21 juillet 2013
Je ne connais dans la vie que deux maux bien réels : c’est le remord et la maladie. Il n’est de bien que l’absence de ces maux. Vivre pour moi en évitant ces deux maux, voilà à présent toute ma sagesse.
[…]
Mais chacun vit à sa façon : tu as vécu pour toi seul et tu dis que tu as failli gâcher ta vie et que tu ne connais le bonheur que depuis que tu as commencé à vivre pour autrui. Et moi, j’ai éprouvé l’inverse. J’ai vécu pour la gloire (et qu’est-ce que la gloire ? Toujours ce même amour pour les autres, le désir de faire quelque chose pour eux, le désir d’obtenir leurs louanges). Ainsi j’ai vécu pour les autres et je n’ai pas failli gâcher ma vie, je l’ai complètement gâchée. Et j’ai retrouvé la paix depuis que je vis pour moi seul.
Commenter  J’apprécie          834
Jooh
Jooh   27 juillet 2013
Oui, l’amour (…). Mais pas cet amour qui aime pour quelque chose ou à cause de quelque chose (…). Aimer ses proches, aimer ses ennemis. Aimer tout. (…) Un être qui vous est cher, on peut l’aimer. On peut aimer d’un amour humain un être qui vous est cher, mais aimer son ennemi, c’est aimer uniquement d’un amour divin. (…) Lorsqu’on aime d’un amour humain on peut passer de l’amour à la haine ; l’amour divin, lui, ne peut changer. Rien, la mort même, rien ne peut le détruire. Il est l’essence même de l’âme.
Commenter  J’apprécie          722
Nastasia-B
Nastasia-B   17 août 2012
Oui, tout est vanité, tout est mensonge en dehors de ce ciel sans limites. Il n'y a rien, absolument rien d'autre que cela... Peut-être même est-ce un leurre, peut-être n'y a-t-il rien, à part le silence, le repos.
Commenter  J’apprécie          700
Jooh
Jooh   29 juillet 2013
Lorsque l’homme voit mourir un animal, l’horreur le saisit : ce qu’il est lui-même – sa substance même – s’anéantit sous ses yeux, cesse d’être. Mais quand ce qui meurt est un homme, et un homme qu’on aime, alors, en plus de l’horreur ressentie devant l’anéantissement de la vie, on éprouve encore un déchirement, l’âme est atteinte d’une blessure qui, tout comme une plaie physique, parfois tue, parfois cicatrise, mais fait toujours souffrir et craint les contacts extérieurs qui l’enveniment.
Commenter  J’apprécie          630
Jooh
Jooh   28 juillet 2013
La parole prononcée est d’argent, celle qui n’est pas prononcée est d’or.
Commenter  J’apprécie          630
Jooh
Jooh   24 juillet 2013
Les meilleurs généraux que j’ai connus étaient inintelligents ou distraits (…) et Bonaparte lui-même ! Non seulement un bon chef militaire n’a nul besoin de génie ou de qualités exceptionnelles, mais il doit être au contraire dépourvu des plus hauts, des plus beaux dons de la nature humaine : l’amour, le sens poétique, l’inquiétude, le doute philosophique, la tendresse. Il doit être borné, fermement convaincu que ce qu’il fait est très important (sinon il manquera de patience) ; c’est alors seulement qu’il sera un bon chef de guerre.
Commenter  J’apprécie          610
Jooh
Jooh   30 juillet 2013
Autrefois, il ne savait voir en rien le grand, l’inconcevable, l’infini ; il pressentait seulement que cela devait exister quelque part, et il le cherchait. Dans tout ce qui était proche et compréhensible, il ne voyait que l’aspect borné, mesquin, quotidien, absurde. Il s’armait d’une longue-vue mentale et regardait au loin, là où le quotidien, le mesquin voilé par la brume, lui apparaissait grand, infini uniquement parce qu’il était indistinct. (…) Maintenant, il avait appris à voir la grandeur, l’éternité, l’infini en tout. Aussi était-il naturel que pour le voir, pour jouir de sa contemplation, il eût jeté sa longue-vue avec laquelle il avait regardé jusqu’alors par-dessus la tête des hommes, et qu’il contemplât joyeusement autour de lui la vie perpétuellement changeante, toujours grande, incompréhensible et infinie. Et plus il regardait de près, plus il était calme et heureux.
Commenter  J’apprécie          580
Nastasia-B
Nastasia-B   20 mars 2013
Tout se tut. Comme si elles savaient que maintenant personne ne les regardaient plus, les étoiles reprirent leurs jeux au fond du ciel sombre. Tantôt éclatantes, tantôt s'éteignant, tantôt scintillant, elles semblaient se chuchoter entre elles quelque chose de joyeux et de mystérieux.
Commenter  J’apprécie          581
Jooh
Jooh   26 juillet 2013
Mais qu’y aura-t-il là-bas et qu’est-ce qu’il y avait ici ? Pourquoi m’était-il si pénible de quitter la vie ? Il y avait quelque chose dans cette vie que je ne comprenais pas et que je ne comprends toujours pas.
[…]
Oui, la pitié, l’amour, aimer nos frères, aimer ceux qui nous aiment et ceux qui nous haïssent, nos ennemis… oui c’est l’amour (…) que je ne comprenais pas… Voilà ce qui me faisait regretter la vie, voilà ce qui me resterait si je devais encore vivre. Mais il est trop tard maintenant, je le sais.
Commenter  J’apprécie          560




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox






    Quiz Voir plus

    Anna Karénine

    Qui est l'auteur de ce livre ? (C'est facile, c'est écrit dans le thème ;))

    Nikolai Gogol
    Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski
    Léon Tolstoï
    Alexandre Pouchkine

    20 questions
    125 lecteurs ont répondu
    Thème : Anna Karénine de Léon TolstoïCréer un quiz sur ce livre