AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Boris de Schloezer (Autre)J. Wladimir Bienstock (Autre)Dominique Fache (Autre)Michel-Rostislav Hofmann (Autre)
EAN : 9782253001775
224 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (15/05/2003)
4.04/5   449 notes
Résumé :
Trois nouvelles, six morts exemplaires, dont celle d'Ivan Illitch - l'agonie la plus célèbre de la littérature. La mort, la vie et son mensonge - soit qu'au dernier moment on s'accroche encore à ce mensonge comme la vieille dame (Trois morts), soit qu'on s'en dépouille enfin, comme Ivan Illitch, soit qu'on meure, comme l'arbre, "paisiblement, honnêtement, en beauté". "A la grâce de Dieu. Nous y passerons tous un jour !"
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 449 notes

Nastasia-B
  26 mars 2016
Ce livre regroupe trois nouvelles ayant une même racine pivot : la mort. Mais chacune avec des architectures et des circonvolutions qui lui sont propres et quelque peu différentes. Au passage, l'auteur nous donne une leçon d'écriture de nouvelle qui prouve, si besoin était, qu'en plus d'être un immense romancier, c'était également un nouvelliste hors pair.
Par exemple, ne vous êtes-vous jamais retrouvés totalement transis par le froid, le vent, la neige, l'épuisement et le manque d'équipement, dans une situation scabreuse, dont on ne peut prévoir la durée ? Eh bien Lev Tolstoï possède cet art unique de nous faire ressentir cette expérience comme si l'on y était dans Maître Et Serviteur.
Voici une nouvelle d'une écriture et d'une composition parfaite : on a un frisson à chaque paragraphe et l'on termine les pages avec l'onglée. On a des engelures rien qu'à imaginer ce pauvre cheval lancé dans le blizzard ; on hurle de froid en imaginant les membres douloureux de l'infortuné Nikita, le serviteur dévoué du cupide, avide, impavide, fétide, rigide et stupide Vassili, son maître.
Pour une histoire de gros sous — lesquelles histoires ne peuvent pas attendre, comme vous le savez —, pour conclure une affaire juteuse autant que douteuse, donc, avant que le vendeur ne se rétracte, Vassili tient absolument à partir de suite, malgré la météo catastrophique. À chaque alternative, le bon sens paysan de Nikita se heurte au bon sens financier de Vassili… et la neige continue de tomber, et le vent continue de souffler…
Dans la nouvelle intitulée Trois morts, c'est la magie de la tuberculose que l'auteur nous dévoile ; et ses effets qu'il portraiture dans une petite nouvelle au format " Maupassant ". Tolstoï appuie particulièrement sur le point sensible et douloureux qu'est le comportement des proches, en attente du trépas du poitrinaire, qui est particulièrement sordide et hypocrite, tout en étant parfaitement transparent pour le malade, qui ne s'y laisse pas prendre et qui imagine déjà le faible manque que représentera sa disparition dans le coeur de ceux qu'il nommait " ses proches ".
L'auteur termine avec un étonnant parallèle, la grande unicité du monde vivant et sa communauté de destin, comme une manière de méditation écrite sur le papier…
Mais bien évidemment, le morceau de choix de ce livre est La Mort d'Ivan Illitch. Avec cette nouvelle, en quelques dizaines de pages, Lev Tolstoï a le talent d'évoquer une vie entière et tout un monde de convenances, d'aspirations, de doutes et de certitudes.
L'issue de la lutte ne laissant guère de suspense, l'auteur s'attache à nous faire vivre et ressentir la lente et inéluctable descente, l'affaissement, le basculement d'un homme, en apparence enviable, du monde des vivants à celui des trépassés. Chemin faisant, l'individu incline à l'examen distancié de sa propre existence passée, à l'introspection, au voyage au creux de soi-même, de tout ce que l'on a pensé et cru, et qui bien sûr n'était que du flan, de la poudre aux yeux, des chimères…
En cette lumineuse nouvelle, Lev Tolstoï aborde une foule de notions, comme l'atroce solitude d'un malade durant les heures de veille nocturne, le schéma du dialogue intérieur du mourant, la personnification de la douleur et la mise à l'épreuve qu'elle engendre, le lancinant va-et-vient entre espoirs de guérison et certitudes du contraire en passant par les phases médianes du doute, l'alternance mécanique entre l'hypocondrie et le déni du mal véritable, la manipulation et l'abus de pouvoir des médecins, l'hypocrisie et le mensonge des proches, la crise de la foi face à l'imminence de la mort ou bien encore la vacuité des apparences et le sens vrai de l'existence.
L'auteur utilise le symbole d'Ivan Illitch, magistrat de premier ordre, rendant des sentences, mis face à la sienne de sentence. Les médecins jouent le rôle des avocats véreux et la Mort, l'authentique présidente de l'audience. Nul besoin de pousser plus loin l'évocation, vous avez dans les mains un petit délice à déguster sans modération en vous pourléchant les doigts. Une fois encore, chapeau bas Monsieur Tolstoï, vous êtes un maître et vos livres sont nos bien fidèles serviteurs. Mais ceci n'est que mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          854
palamede
  15 novembre 2015
Au seuil de la mort, Ivan Illitch, dans sa solitude tourmentée d’agonisant, procède à un dialogue intérieur. La pensée du magistrat alterne entre espoir de guérir et conviction de sa fin proche. Il ressent la fausseté et l’hypocrisie de ses proches qui lui mentent sur son état, rejette le simulacre de la médecine, analyse la vacuité de l’orgueil humain, pense à Dieu et finalement accepte après cette longue introspection, l’inéluctable fin de sa vie.
Dans le froid intense d’une tempête de neige, un maître et son serviteur se rendent dans une ville voisine pour conclure une affaire. Face aux éléments déchaînés, le bon sens voudrait qu’ils fassent demi-tour, c’est ce que pense Nikita face à l'obstination de son maître. Mais la cupidité de celui-ci est supérieure à son instinct de survie. Ils vont se perdre et le serviteur ne pourra sauver son maître.
La mort d’une vieille dame, d’un cocher et d’un arbre. La première meurt comme elle a vécu, acariâtre et tyrannique. L’arbre mort laissera sa place à d'autres arbres et deviendra une croix sur la tombe du vieux cocher disparu simplement, à l’image de sa vie.
Trois récits magnifiques par leur puissance d’évocation (le passage dans la tempête de neige est absolument glaçant) dans lesquels Léon Tolstoï se livre à une critique sociale, des récits hautement symboliques qui traduisent ses interrogations et angoisses existentielles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          522
bouquine
  22 juin 2013
Ce recueil de trois nouvelles est un pur régal, même si j'ai trouvé la dernière « Trois morts » un peu en-dessous, les deux premières sont excellentes.
C'est court, percutant, très fort et tellement juste. L'écriture est limpide. J'ai vraiment adoré cette lecture.
La mort d'Ivan Illitch
De la lente agonie vers l'inéluctable dénouement, rien n'échappe à Tolstoï. La solitude d'Ivan Illitch face à ses angoisses, le cheminement des pensées du mourant, du déni jusqu'à l'acceptation de l'inexorable châtiment sont décrits avec une grande lucidité.
Il nous transmet une fine analyse des rapports humains démontrant l'hypocrisie de l'entourage tenu par les conventions, la compassion laissant vite la place à l'opportunisme.
L'épouse et la fille d' Ivan Illitch sont des modèles d'égoïsme, Tolstoï avait-il des comptes à régler avec les femmes ?
Maîtres et serviteurs
Dans cette deuxième nouvelle (ma préférée), il est question de hiérarchie sociale, de hiérarchie des valeurs humaines et matérielles. Face à la mort valent-elles encore ? Deux personnages, un riche marchand accompagné de son serviteur, traversent une tempête de neige. Dans la nuit hivernale, leur traîneau s'égare. On fait partie du voyage, on grelotte avec eux. Pressentant l'issue, on maudit l'entêtement de Vassili, le maître, à poursuivre leur course et on regrette la soumission de Nikita, paysan pourtant plein de bon sens. Avec ce texte magnifique, Tolstoï nous livre une réflexion profonde sur la vie et la mort. Les convictions de l'auteur, son combat pour l'abolition du servage et son altruisme transparaissent dans ce récit - Il légua ses biens à ses serfs pour finir sa vie dans le dépouillement.
Trois morts
Dans le dernier récit, l‘auteur nous conte la mort d'une femme riche, d'un vieux paysan et d'un arbre. Là aussi, il est question de mensonge, et là aussi, le comportement de la femme n'est pas très honorable. Comme un miroir à La mort d'Ivan Illitch, la disparition de l'arbre réjouit ses congénères, voisins du trépassé, en leur libérant un espace bienvenu. La nature n'aime pas le vide.
Trois nouvelles à l'écriture limpide pour un thème intemporel et universel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Aela
  08 septembre 2012
Trois nouvelles autour du thème de la mort.
L'une d'elles moins connue, m'a particulièrement touchée: "Trois morts"' (Тпи смерти) .
C'est un récit court mais intense, publié en 1858. Léon Tolstoï y aborde les problèmes éthiques de l'existence humaine au travers de la mort de trois êtres que tout oppose: la dame riche; le paysan, et l'arbre.
Tout va les opposer également dans la manière dont ils vont aborder la mort.
La dame est pitoyable et vile: elle se ment à elle-même et croit qu'en partant vivre à l'étranger elle pourra obtenir quelques années de vie en plus.
Le vieux paysan accepte tranquillement l'idée de la mort et accepte de donner ses précieuses bottes à son petit-fils Serge contre la promesse que celui-ci placera une pierre sur la tombe de son aïeul.
Le paysan ne meurt pas en chrétien, sa religion est autre, sa religion c'est la nature avec laquelle il a vécu et travaillé. Il connaît et accepte la dure loi de la nature: naître et mourir, loi que la dame refuse, car trop attachée est-elle aux biens terrestres dont jouit sa catégorie sociale.
L'arbre quant à lui meurt tranquillement, avec beauté parce qu'il ne ment pas et il ne se ment pas à lui-même, il n'a pas peur, ne regrette rien.
Tolstoï condamne ainsi le mensonge intérieur: les mensonges que nous nous faisons à nous-mêmes, et l'hypocrisie des classes sociales élevées.
Il établit une hiérarchie très poussée dans ces trois morts: la mort de l'arbre est l'expression la plus forte de la vérité, du naturel, le paysan s'en approche, quant à la dame, elle lui est hostile et meurt désespérée.
Ainsi apparaît pleinement la philosophie de Tolstoï: selon lui, le critère de la conduite sociale juste est la nature, et seul l'homme proche d'elle peut espérer trouver son salut.
Que de force et d'émotion en ces quelques pages...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Herve-Lionel
  01 août 2019

La Feuille Volante n° 1372 – Août 2019.
La mort d'Ivan Illitch – Léon Tolstoï - le livre de poche.
Les trois textes réunis dans ce recueils "La mort d'Ivan Illitch - Maître et serviteur- Trois morts" ont été publiés à des dates différentes, dans de revues différentes et ont été accueillis favorablement par les cercles littéraires et par le public.
Dès lors qu'il prend conscience de sa vie, la mort devient pour l'homme une source de préoccupations et de questions que les religions ne résolvent qu'autant qu'on y croit. Elle est l'image de notre peur et notre impuissance face à elle et se vouloir immortel, même dans un éventuel autre monde est à la fois une absurdité et un leurre savamment entretenus. Cette immortalité peut même parfois être supposée ou simplement espérée en ce monde, au nom même de la vie, alors qu'en tant qu'humain nous sommes tous assujettis à cette même condition de mortels. c'est un peu ce que pense Illitch au début, peut-être pour se assurer. le temps qui passe, le vieillissement, la souffrance et la douleur en font partie, sont, surtout à son époque, les prémices du trépas et c'est un éternel questionnement de savoir s'il faut révéler au malade son état ou l'entretenir dans l'illusion et le mensonge de la guérison. On cache la réalité de sa santé à l'épouse de Dmitrievich et Ivan Illich supplie qu'on lui dise la vérité sur son état qu'il sent bien aller en se dégradant et il perçoit la camarde qui rôde. Cet Illich, semble-t-il inspiré par un personnage réel, après avoir connu une vie matrimoniale assez quelconque mais une réussite professionnelle brillante, se débat dans les affres de l'agonie, sent qu'elle va l'emporter, porte sur sa vie un dernier regard. La mort est un passage vers le néant, le même que celui qui existait avant notre naissance, la simple fin de notre parcours terrestre et ce magistrat semble l'accepter sans la moindre peur, comme une délivrance. Ce thème est particulièrement présent dans l'oeuvre de Tolstoï (1828-1910) et il a sûrement exprimé dans le personnage d'Ivan Illictch ses propres cruelles obsessions puisque, nous le savons, l'écriture a aussi une fonction cathartique, mais je ne peux pas ne pas penser qu'un écrivain ne veuille pas, après sa disparition, laisser une trace grâce à ses oeuvres qui lui survivront. Notre auteur a connu cette réalité très tôt dans sa vie, dans sa famille, puisque, à son époque, la médecine était balbutiante. La mort c'est aussi l'heure du bilan, l'exacte forme du "jugement dernier" où, face à soi-même et sans complaisance on se met en scène dans cette "parabole des talents" de l'Évangile. Qu'a été notre vie, à quoi ou à qui a-t-elle servi, qu'en avons-nous fait? c'est sans doute le sens de ce dialogue entre le magistrat et"la voix de l'âme". Cette nouvelle est un peu longue et un peu ennuyeuse, notamment dans tout ce qui concerne la vie professionnelle et matrimoniale du personnage. En revanche son appréhension de la mort est intéressante.
Avec "Maître et serviteur" nous avons le récit d'un voyage mouvementé au cours de l'hiver russe ainsi qu'une étude de caractères, Vassili est un riche négociant, orgueilleux et fourbe qui exploite et méprise Nikita, son valet qui lui a un caractère enjoué et résigné et ne songe qu'à servir son maître. Vassili fera quand même dans ses derniers moments preuve d'une humanité assez inattendue de sa part et qui ressemble un peu à une rédemption. Il est question des relations maître-serviteur, de la valeur de l'argent et seulement à la fin de la mort des deux hommes avec pour Nikita une sorte de consolation, une délivrance avec l'espoir d'un monde meilleur. Les évocations et les descriptions sont émouvantes et on sent bien de la part de l'auteur la volonté de mettre en exergue les qualités des paysans russes. de ces trois nouvelles c'est de loin celle qui a ma préférence.
Avec "Trois morts" c'est le début de la carrière littéraire de Tolstoï et ce thème de la mort sera repris plus tard avec "La mort d'Ivan IIlitch". aussi et peut-être seulement la fin de l'homme qui est traitée. En réalité ce sont trois morts bizarres qui sont évoquées ici, celle d'une femme, d'un paysan et d'un arbre. La dame refuse sa maladie et s'entête à faire un long voyage vers l'Italie en quête de la guérison. Elle ment devant la mort comme elle l'a fait toute sa vie. Elle est chrétienne mais il semble que le christianisme ne l'aide pas au moment fatal. Cette mort est mise en perspective avec celle d'un paysan qui lui accepte son sort et meurt en paix. Il donne même ses bottes en échange d'une pierre tombale qu'il n'aura pas et qui sera remplacée par une simple croix. Celle de l'arbre qui est abattu pour confectionner cette croix, une fin naturelle, un peu comme celle des humains! C'est le lien que personnellement je vois avec les deux autres.
©Hervé Gautier.http:// hervegautier.e-monsite.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   06 août 2012
L'arbre vacillait tout entier, se penchait vivement, se redressait en ébranlant profondément ses racines. Pour un moment, tout devint calme, mais de nouveau l'arbre se courba, son tronc craqua, et, brisant les taillis, écrasant ses branches et ses feuilles, son sommet toucha le sol humide.
Les sons de la hache et ceux des pas se turent. La fauvette, en sifflant, sauta plus haut, la petite branche qu'elle accrocha avec ses ailes se balança un moment et s'arrêta, comme les autres, avec toutes ses feuilles. Les arbres avec leurs branches immobiles se dressèrent encore plus joyeux sur l'espace élargi.
Les premiers rayons du soleil, en perçant les nuages transparents, brillaient sur le ciel et se dispersaient sur la terre et le ciel. Le brouillard, par ondes, commençait à glisser dans les ravins. La rosée brillait en se jouant dans la verdure ; de petits nuages blancs, transparents, blanchissaient et couraient sur la voûte bleue. Les oiseaux s'ébattaient dans le fourré et comme éperdus, gazouillaient quelque chose d'heureux. Les feuilles luisantes, calmes, murmuraient dans les cimes, et les branches des arbres vivants s'agitaient lentement, majestueusement au-dessus de l'arbre abattu, mort.

(Дерево вздрогнуло всем телом, погнулось и быстро выпрямилось, испуганно колебаясь на своем корне. На мгновенье все затихло, но снова погнулось дерево, снова послышался треск в его стволе, и, ломая сучья и спустив ветви, оно рухнулось макушей на сырую землю. Звуки топора и шагов затихли. Малиновка свистнула и вспорхнула выше. Ветка, которую она зацепила своими крыльями, покачалась несколько времени и замерла, как и другие, со всеми своими листьями. Деревья еще радостнее красовались на новом просторе своими неподвижными ветвями.
Первые лучи солнца, пробив сквозившую тучу, блеснули в небе и пробежали по земле и небу. Туман волнами стал переливаться в лощинах, роса, блестя, заиграла на зелени, прозрачные побелевшие тучки спеша разбегались по синевшему своду. Птицы гомозились в чаще и, как потерянные, щебетали что-то счастливое; сочные листья радостно и спокойно шептались в вершинах, и ветви живых дерев медленно, величаво зашевелились над мертвым, поникшим деревом.)

Trois Morts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
AelaAela   08 septembre 2012
Elle gardait le silence, fâchée.
- Le temps va s'arranger, la route d'hiver va peut-être s'établir et ce serait mieux pour toi; nous partirions tous ensemble.
- Excuse-moi. Si je ne t'avais pas écouté si longtemps, je serais maintenant à Berlin et en excellente santé.
- Mais que faire, mon ange, c'était impossible, tu le sais. Et maintenant si tu restais un mois, tu te remettrais très bien; je terminerais mes affaires et nous prendrions les enfants.
она сердито молчала.
- погода поправится, может быть, путь установится, и тебе бы лучше стало; мы бы и поехали все месте.
- Извини меня. Ежели бы я давно тебя не слушала, я бы была теперь в Берлине и была бы совсем здорова.
- Что ж делать, мой ангел, невозможно было, ты знаешь. А теперь, ежели бы ты осталась ха месяц, ты бы славно поправилась; я бы кончил дела, и детей,бы мы взяли..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Nastasia-BNastasia-B   23 octobre 2012
Des dispositions avaient été prises pour la défécation, et chaque fois, Ivan Illitch était au supplice, à cause de la malpropreté, de l'indécence de la chose, à cause de l'odeur et du sentiment qu'un autre homme devait être là et l'aider. (...) C'était "l'homme à tout faire" Guérassime qu'on avait chargé de nettoyer après lui. Guérassime était un grand diable de moujik, frais et rose, engraissé au service de ses maîtres, toujours gai, souriant, d'excellente pâte. Les premiers temps, Ivan Illitch fut gêné que ce gaillard, toujours si proprement vêtu à la russe, prît soin de ses excréments. Un jour, en quittant le bassin, il n'avait pas eu la force de relever son pantalon, s'était effondré dans un fauteuil et contemplait avec horreur ses cuisses nues, impuissantes, aux muscles nettement dessinés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Nastasia-BNastasia-B   16 juillet 2012
Dès qu'ils eurent dépassé la dernière isba, celle du forgeron, ils remarquèrent aussitôt que le vent était bien plus fort qu'ils ne se l'imaginaient. On ne voyait presque plus la route. Les traces des patins étaient aussitôt recouvertes par la neige que chassait le vent, et l'on ne pouvait distinguer la route que parce qu'elle était plus élevée que la plaine qu'elle traversait. Des tourbillons de neige couraient sur les champs, et l'on ne discernait plus la ligne où le ciel et la terre se rejoignent. La forêt de Teliatino, qu'on distingue toujours très bien, ne se laissait entrevoir que par instants comme une tache noirâtre à travers la neige poussiéreuse. Le vent venait de gauche, chassant obstinément vers la droite la crinière du Bai et sa queue bien fournie, serrée en un gros nœud. Le long col de Nikita, qui était assis sous le vent, se collait à son nez et à sa joue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Nastasia-BNastasia-B   27 juillet 2012
Le soir, après le dîner, quand il n'y avait point trop d'invités, Ivan Illitch lisait le livre-dont-tout-le-monde-parle, puis se mettait au travail, étudiait des pièces, potassait son Code, confrontait des dépositions et farfouillait dans les lois. Cette occupation ne le divertissait pas, mais elle ne l'importunait point. S'ennuyait-il ? Le whist venait à son secours, mais, à défaut de partenaire, le commerce de la législation valait encore mieux que la solitude pure et simple ou un tête-à-tête avec Praskovia Fédorovna.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Léon Tolstoï (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Léon Tolstoï
Vidéo de Léon Tolstoï
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Anna Karénine

Qui est l'auteur de ce livre ? (C'est facile, c'est écrit dans le thème ;))

Nikolai Gogol
Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski
Léon Tolstoï
Alexandre Pouchkine

20 questions
131 lecteurs ont répondu
Thème : Anna Karénine de Léon TolstoïCréer un quiz sur ce livre