AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

J. Wladimir Bienstock (Traducteur)Jil Silberstein (Préfacier, etc.)
ISBN : 2868535313
Éditeur : Le Temps qu'il fait (21/01/2010)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 21 notes)
Résumé :

L'individu " animé d'un immense amour-propre ", dont le but est d'" atteindre la perfection et le succès dans toutes les entre-prises, et d'obtenir ainsi l'admiration et les louanges de son entourage", cet individu-là, brusquement contrarié dans son élan par un détail qui l'insupporte, peut-il, tournant le dos au monde, se consacrer à Dieu ? Ou bien, pour être plus précis : si la décision d'un tel êtr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Aela
  16 septembre 2012
Stepane Kassatski est un jeune élève officier promis à un brillant avenir. Il est même nommé officier au régiment aristocratique de la Garde à l'âge de dix-huit ans.
Il éprouve une admiration sans borne pour le tsar Nicolas 1er, qu'il a eu l'honneur de rencontrer à plusieurs reprises.
Il est fiancé à Mary, une délicieuse jeune fille de la meilleure noblesse mais son monde s'écroule lorsque sa fiancée lui apprend qu'elle a été autrefois la maîtresse du tsar.
Alors Kassatski renonce à tout: carrière brillante, mariage avantageux, fréquentation de la meilleure société, pour devenir un simple moine.
Il va apprendre, dans un monastère reculé, le dur apprentissage de la vie de moine, l'obéissance, les longues heures de prières..et devenir le père Serge.
Une occasion lui sera donnée de devenir un "moine mondain" en étant affecté à un monastère proche de la capitale.
Le père Serge va rester peu de temps à cette "affectation" et mener ensuite la vie d'un simple ermite.
Sa quête de pureté et d'absolu est sans frein.
Sa renommée est immense et il acquiert des talents de guérisseur.
Il parvient à déjouer la tentation incarnée par une jeune femme qui s'égare et demande refuge; il se coupe un doigt plutôt que de céder à la tentation..
La jeune femme, elle, deviendra religieuse..
Mais cela ne suffit pas.. Il lui faudra fuir tout, absolument tout, et se retrouver simple vagabond, pour avoir le sentiment de servir Dieu.
C'est un récit profondément mystique et peu connu de Tolstoï.
Le caractère déterminé du personnage ressort tout au long du récit.
En même temps, ses faiblesses et ses doutes le rendent profondément humain et proche de nous.
Cette nouvelle met en relief aussi toutes les interrogations métaphysiques de Tolstoï et son rapport complexe, pour ne pas dire conflictuel, avec les autorités religieuses "officielles".
Une oeuvre forte et dense... qui marque le lecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
PhilippeCastellain
  30 décembre 2016
Stépane est jeune, Stépane est idéaliste, Stépane a devant lui un brillant avenir. Il est riche, il est noble, il est fiancé à une belle jeune fille qu'il adore et qu'il voit comme un ange. Un jour, il apprend qu'elle a été la maîtresse du tsar, et son monde s'écroule.
Il se retire dans un monastère, mais il n'y trouve pas la paix. L'orgueil et le bruit du monde continuent de le poursuivre. Il devient ermite. Par jeux, une belle et riche veuve tente de le séduire. Pour résister à la tentation, il se coupe un doigt. Sa réputation grandit. Un jour, un paysan le supplie de guérir son enfant. Il prie, et l'enfant guérit. Bientôt, on accourt de toute la Russie pour se faire soigner. L'orgueil et la foule l'ont encore rattrapé. Une nouvelle fois, une jeune fille tente de le séduire – et cette fois y parvient.
Dégoûté de lui-même, plus que jamais désirant fuir l'orgueil et les tentations, il se rappelle soudain une amie d'enfance qui mène une vie de misère quelque part en Sibérie, et comprend que c'est elle qu'il doit aller voir...
Dans ce texte Tolstoï livre une très profonde réflexion, non seulement sur le monde mais également sur la foi et la vie religieuse. Violemment, il rejette la vie monastique, qu'il présente comme un orgueil déguisé. Pour lui la foi, la vrai, ne peut se vivre que par le peuple et avec le peuple, au contact des simples et dans la vie de tous les jours. Vivre simplement, faire le bien autours de soi, voilà la vrai humilité.
On y retrouve l'idéal de vie de Tolstoï, tel qu'il l'a toujours prôné et jamais mis en oeuvre, et qui lui valut tant d'âpres disputes avec sa femme. Son désir, souvent exprimé et jamais réalisé, de tout abandonner et de partir sur les routes comme pèlerin...
Une contradiction qui lui inspira un autre texte bien plus lucide et amer... Qui fera l'objet d'une autre critique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          185
Georwell
  04 mars 2016
Une nouvelle révélant un auteur tourmenté à cette époque où la religion est bafouée en Russie. Mais aussi l'histoire d'un homme cultivé cherchant ce que la religion peut lui apporter mais peut aussi lui faire subir. Ainsi l'on suit un homme qui au cours du récit doute de lui-même et de sa croyance. En effet à plusieurs moments son orgueil est mis en avant et prend le dessus. A cause de cela, il se fait ermite pour enfin échapper à toutes les tentations du monde, les femmes notamment.
Un récit très bien écrit où la réflexion est très poussée et en ce qui me concerne est quand même très spirituelle pour ma part étant très peu axée sur la religion.
Commenter  J’apprécie          60
Vermeer
  31 mai 2019
Le Prince Kassatshy est un homme comblé : beauté, intelligence, culture, relations, argent, multiples qualités...mais un défaut : un orgueil démesuré (et aussi un équilibre psychologique des plus fragiles !). Il quitte sa fiancée pour ce qu'il considère être une trahison et se fait moine, renonce à la fortune et à l'argent. Tant qu'à entrer en religion, autant viser la sainteté mais les sens sont là et ne demandent qu'à se réveiller.
Récit qui peut apparaître comme très religieux, mystique mais qui n'est en fait quand on le lit pas dénué d'humour.
Devenu Père Serge, il apprend qu'au lieu de quérir la sainteté, il doit plutôt apprendre l'humilité.
Commenter  J’apprécie          50
ATOS
  15 mai 2012
Rechercher Dieu tout en fuyant les hommes ou se rapprocher des hommes pour trouver Dieu, quel est le vrai chemin? Tolstoï dans le père Serge tente de nous montrer la direction. La sainteté n'est elle qu'un péché d'orgueil ?
..." Moi j'ai vécu pour les hommes sous prétexte de vivre pour Dieu; elle vit pour Dieu, en s'imaginant vivre pour les hommes".....
Le père Serge trouvera la réponse dans son coeur et dans sa chair. Un choix qu'il devra faire en libre conscience.

Astrid SHRIQUI GARAIN
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AelaAela   16 septembre 2012
Elle vit son visage blême, sa joue gauche qui tremblait, et soudain elle eut honte. Elle tressaillit, prit sa pelisse et s'en enveloppa.
- Oui, j'avais mal... Je me suis refroidie.. Je
Il leva sur elle ses yeux brillants d'une lueur de joie paisible et dit:
- Pourquuoi, ma soeur, as-tu cherché à perdre ton âme qui est immortelle?
Il faut qu'il y ait des tentations en ce monde, mais malheur à celui qui les fait naître.
Elle l'écoutait en le regardant.
Tout à coup, elle entendit un liquide couler goutte à goutte.
Et elle vit que la soutane de l'ermite se teintait de sang.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AelaAela   16 septembre 2012
L'officier demanda la main de la jeune fille, demande qui fut acceptée.
La rapidité avec laquelle il avait conquis son bonheur le surprit, de même que l'attitude étrange à son égard de la mère et de la jeune fille.
Aveuglé par l'amour, il n'avait pas remarqué ce que toute la ville savait:
qu'un an auparavant, sa fiancée était la maîtresse de Nicolas Pavlovitch. (le tsar Nicolas 1er)
Commenter  J’apprécie          20
AelaAela   16 septembre 2012
Kassotski appartenait à cette génération de 1840, aujourd'hui disparue, à cette sorte d'hommes qui, admettant pour eux-mêmes le désordre sexuel que leur esprit ne condamne pas, exigeaient de leur femme une pureté idéale, une pureté céleste.
Ils attribuaient cette même pureté à toutes les jeunes filles de leur milieu er adoptaient à leur égard une attitude conforme à cette opinion.
Commenter  J’apprécie          10
SergePlennevauxSergePlennevaux   14 novembre 2011
...Moi j'ai vécu pour les hommes sous prétexte de vivre pour Dieu;...
Une seule bonne action,...est plus précieuse que tous les bienfaits que j'ai répandu sur les hommes...
Commenter  J’apprécie          30
AelaAela   16 septembre 2012
Si l'amant de sa fiancée avait été un personnage quelconque, il l'aurait tué, mais c'était le tsar divinisé.
Le lendemain il demanda une permission et sa retraite, et déclara, pour ne voir personne, qu'il était souffrant, et alla s'installer dans un village.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Léon Tolstoï (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Léon Tolstoï
The BBC's War & Peace: Episode 2. Sounds Of War en anglais pour revoir Anthony Hopkins dans le rôles de Pierre qu'il incarna magnifiquement...
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Anna Karénine

Qui est l'auteur de ce livre ? (C'est facile, c'est écrit dans le thème ;))

Nikolai Gogol
Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski
Léon Tolstoï
Alexandre Pouchkine

20 questions
119 lecteurs ont répondu
Thème : Anna Karénine de Léon TolstoïCréer un quiz sur ce livre