AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782700259360
480 pages
Éditeur : Rageot Editeur (23/01/2019)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 211 notes)
Résumé :
Grise et Cyrus sont deux élèves qui vont à la prestigieuse Académie des Sciences Occultes et Mécaniques de Celumbre. Une bonne nuit, l’apprentie mécanicienne et le jeune mage échappent de justesse à un enlèvement persécutif. Alors qu’ils se détestent entre eux, ils doivent malgré tout fuir ensemble et chercher un refuge dans les Rets, un très sinistre quartier aux mains des voleurs et des assassins. S’ils veulent survivre, les deux adolescents n’ont aucun d’autre c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (110) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  10 janvier 2019
Très très bonne surprise avec ce roman de fantaisie. Je ne sais pas s'il y aura une suite ou pas, car il y a matière selon moi pour poursuivre l'aventure, mais dans les deux cas l'auteur a su mener son histoire jusqu'au bout et avec brio. Ce qui dans le genre n'est pas forcément évident. L'univers est fort sympathique, nos deux héros aussi et l'intrigue est classique mais prenante. le plus intéressant étant les sujets traités et l'écho qu'il y a vis-à-vis de notre société actuelle.
Nous entrons donc dans un monde où magie et technologie se côtoient. La première étant plus ancienne, elle a un certain prestige mais aussi un côté désuet qui nous fait penser à une religion qui perdrait peu à peu son influence. Elle est contrebalancée par la technologie et ses avancées spectaculaires avec un côté steampunk qui n'est pas sans me déplaire. Les deux mondes coexistent mais on sent une certaine animosité tout de même. Animosité qui est d'ailleurs à son paroxysme dans l'Académie où les deux matières sont enseignées. C'est assez parlant avec notre société actuelle, et j'aime beaucoup ce parallèle qui du coup parle beaucoup au lecteur et qui lui permet aussi de réfléchir sur certains sujets. L'auteur pousse même encore un peu plus loin cette ressemblance avec les limites que peuvent avoir la science et la théologie (la technologie et la magie donc). Entre extrémisme et détournement de choses qui au départ n'étaient pourtant faites que pour le bien être de la population.
Oui, le roman a un côté politique assez engagé. Peuple oppressé par des riches qui veulent toujours devenir plus riches et qui se moquent bien de ces pauvres gens que l'on parque dans des quartiers à part. Guerre à tout va pour plus de pouvoir. Machination vile que l'on justifie sans peine. Corruption à tout va, après tout quand on met le prix, difficile de résister à un "petit" service qui va vous enrichir. Tant pis si quelqu'un en souffre. Mais bien entendu, il n'y a pas que cela. Ce n'est pas une histoire de propagande où l'auteur chercher à vous assommer avec sa morale. Non, bien au contraire. le parti pris avec nos deux héros notamment est une prise de conscience. Grise et Cyrus sont deux enfants issus de la haute société, n'ayant jamais manqué de rien, et ayant droit à une éducation de premier choix. La première est mécanicienne, le second mage. Deux mondes qui s'opposent malgré leur héritage de bien nés. Les enfants vont donc non seulement de voir apprendre à passer outre leurs préjugés mais aussi à découvrir ce qu'il se passe en dehors de leur cage dorée. C'est efficace, bienveillant, drôle, sans pour autant épargner le lecteur.
Ce roman d'aventures et de fantaisie nous porte donc à l'orée d'une révolution. Prenant, il nous entraîne dans différents univers, et où nous apprenons petit à petit les rouages de Celumbre et de ses environs. C'est un monde d'émerveillement qui cache aussi une part très sombre. J'avoue avoir deviné quelques éléments de l'intrigue mais cela ne gâche absolument rien. Efficace, allant droit au but sans trop de superflue, pour moi cette lecture a été un vrai petit bonheur. Difficile de ne pas s'attacher à Grise, Cyrus ou Quint qui arrivent vraiment à nous charmer malgré leurs petits défauts. Les personnages secondaires m'ont un peu laissé de marbre pour une fois, mais là encore, rien qu'y n'entache la lecture.
En clair, si l'auteur décide de poursuivre ou bien de réitérer dans le genre, c'est avec grand plaisir que je retenterai une aventure livresque avec lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          412
nekomusume
  20 mars 2019
Attention Coup de Coeur!
J'ai d'abord craqué sur la couverture dans ma librairie préférée. Un titre et un visuel qui laissent envisager de la magie et du steampunk pour une aventure destinée aux ados.
Les deux personnages principaux que tout oppose se retrouvent embarqués dans la même galère. Grise, mécanicienne experte et Cyrus, magicien plus que prometteur sont chacun dans une catégorie différente à bien des égards: centres d'intérêt, capacités intellectuelles ou magiques, origines sociales et géographiques, cercles amicaux, assiduité scolaire... Ce qui va les réunir c'est leur enlèvement, ou plutôt la tentative qu'ils feront échouer. le fil de la générale de l'empire et la fille du grand ingénieur vont devoir quitter l'espace protégé de l'académie où ils étudiaient pour comprendre comment les malfaiteurs ont pu pénétrer dans l'école malgré les nombreux pièges censé éviter les intrusions, et pourquoi leurs familles respectives ne sont plus joignables. Obligés de se serrer les coudes, ils parviendront à passer outre l'inimitié qui oppose depuis toujours les gratte-rouille et les gigotte-doigts et à s'allier pour survivre dans les bas-fonds de la ville.
Cette histoire bénéficie d'un scénario complexe avec de nombreux rebondissements où les complots sont omniprésents. Dans les quartiers hostiles de la ville, comment savoir à qui faire confiance et de qui se méfier? Les choix de nos protagonistes seront décisifs.
On y rencontre de nombreux personnages secondaires bien construits, complexes et intéressants comme l'arachnide. Même les androïdes sont attachants au point d'être touché quand leur module de personnalité est détruit.
Tout ce petit monde évolue dans un monde très intéressant où la magie côtoie une technologie steampunk, les deux pans de la vie sont d'ailleurs soumis à un antagonisme tenace, mais tirent pourtant leur puissance d'une même source.
Il s'agit à partir de là de réfléchir à la gestion des ressources, à l'utilisation des nouvelles technologies à des fins altruistes ou militaires. La quête de pouvoir des dirigeants les mènera à un impasse que nos deux héros réussiront à transformer en un happy end, peut être un peu utopique mais tellement porteur d'espoir pour la société, la politique et le monde en général (le leur en tout cas...)
#ChallengeMauvaisGenre
#ChallengeMultiDéfis2019 item 48 un roman Steampunk
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
Saiwhisper
  16 mai 2020
Ouvrage à la sublime couverture cuivrée, « Engrenages et Sortilèges » a éveillé ma curiosité lorsqu'il a reçu le Prix Babelio Jeunesse 2019. Mon envie de le découvrir s'est renforcée lorsque, l'année suivante, il a été sélectionné pour le PLIB 2020, puis quand il a eu de belles critiques de la part des copines blogueuses comme Les Fantasy d'Amanda ou Plumes de Lune. Or, les avis positifs sont justifiés : ce fut un chouette one-shot proposant un univers intéressant, ses personnages attachants ainsi qu'un scénario avec un bon rythme. Malgré le fait que je n'apprécie pas spécialement le genre littéraire steampunk, Adrien Tomas a su me conquérir avec son mélange de magie et de mécanique !
Les personnages principaux font la force de ce récit. Pourtant, j'avais quelques réserves sur le côté cliché de Grise et de Cyrus, incarnant malheureusement le rôle de l'intello bosseuse détestant les garçons et du riche harceleur aussi hautain que populaire. Heureusement, leur personnalité va être bien plus subtile qu'il n'y paraît et sera développée tout au long du récit. le caractère du duo évolue, que ce soit grâce aux événements traversés, aux rencontres qu'ils vont faire et aux complots qu'ils vont progressivement comprendre. Tous deux vont vivre une véritable introspection qui va leur permettre de sortir de leur cage dorée, puis de s'émanciper. L'auteur a également balayé mes craintes de la potentielle romance. En effet, dès que l'on est confronté à un tandem se détestant et s'envoyant des piques, on s'attend à ce qu'un couple se dessine petit à petit. J'avais d'autant plus peur lorsque Grise s'est mise à fricoter avec son maître de tir et quand Cyrus s'est un peu trop rapproché de la belle nécromante Xaomi. Cela sentait mauvais le quatuor amoureux ! Or, Adrien Tomas a proposé un chemin inattendu et très appréciable. de plus, les sentiments des différents protagonistes sont réellement mis au second plan… Ce qui plaira à ceux n'accrochant pas aux idylles adolescentes que l'on trouve fréquemment en littérature. En ce qui concerne les autres personnages, je n'ai finalement pas de chose à dire sur eux… Ils sont sympathiques et aideront le duo à grandir toutefois, ils ne sont pas assez étoffés ! D'ailleurs, c'est à peine si j'ai retenu le nom de certains, alors qu'ils ont passé du temps avec les héros… C'est dommage ! En revanche, j'ai adoré Quint, le familier de Cyrus : un chat roux à la langue bien pendue qui apporte une grosse touche d'humour.
L'histoire est à la fois simple et efficace. La mise en place de l'univers est aussi rapide qu'intéressante, puis l'action arrive en quelques chapitres. On notera un petit moment de calme après le premier tiers du livre cependant, le rythme va être perturbé par quelques révélations ou par l'évolution des personnages dans leurs capacités respectives. Quant aux cent dernières pages, il faudra vous accrocher : il se passe énormément de rebondissements et il vous sera difficile de retenir un grognement dès qu'il faudra reposer votre lecture ! J'ai donc trouvé l'intrigue bien construite même si, hélas, plusieurs choses étaient très prévisibles (rôle de certains personnages, identités secrètes, dénouement, etc.). de plus, il y avait beaucoup de facilités. On regrettera également le fait que quelques éléments soient peu développés comme l'idée d'automates affranchis, l'Académie finalement assez vide, la passivité du peuple ou du groupe de Ret, … Peut-être qu'Adrien Tomas balayera tout cela avec une suite ? (Car il y a de quoi faire un second opus !) Il n'empêche que, étrangement, ces points négatifs ont moyennement entaché mon ressenti général ! Ayant apprécié l'évolution du binôme, j'ai laissé passer certains défauts. Ainsi, j'ai refermé cette lecture avec plaisir et en me repassant certains bons moments comme les répliques de Quint ou le discours d'Albrecht. Un bon roman d'aventure pour jeunes ados !
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Ewylyn
  31 juillet 2020
Une lecture rendue possible grâce à la maison d'édition et au site Net Galley, pendant le confinement, Rageot a mené une chouette initiative : celle de proposer des titres diffusés par le passé en accès libre, il y avait un horaire précis et un jour précis, on pouvait télécharger la version numérique et lire tranquillement chez soi. J'ai pris Engrenages et sortilèges parce qu'il me tentait depuis sa sortie, et je dois avouer que je pense très probablement me procurer la version papier un jour. Cette histoire m'a beaucoup plut et vu le Bibliothon de Bulledop, je suis très curieuse de découvrir ce que réserve l'auteur autour de cet univers !
J'ai passé un très bon moment avec ce one-shot, c'est un roman très sympathique et qui est parfait pour illustrer la sience-fantasy, ce mélange savoureux de deux genres que j'aime beaucoup : la science-fiction et la fantasy. L'univers d'Adrien Tomas est palpitant à découvrir au fil des pages, j'ai adoré chaque petite information lâché au cours de l'intrigue. Nous avons des mages aux spécialités intrigantes (manipuler les éléments, jouer avec les illusions, voire la nécromancie) ainsi que des mécaniciens qui nous plongent dans un côté steampunk pas piqué des hannetons !
Entre la magie et la mécanique, il y a tout un tas de factions, de choses, de notions, de protagonistes que je vous invite à découvrir : une école à l'ambiance horrible, deux castes qui ne peuvent pas s'encadrer (mages et mécaniciens), des intrigues politiques et des secrets de famille, des vieilles rancunes, une sombre affaire d'enlèvement, une cour des miracles peuplée de révolutionnaires et de voleurs habiles… C'est très dense, riche en rebondissements et je n'ai pas su m'ennuyer une seule page en assemblant les pièces du puzzle. Chaque élément possède sa place, son importance et si je peux un poil râler sur le final un brin expéditif, je note tout de même une chouette maîtrise pour l'audace. L'auteur fait des choix très intéressants, ça donne lieu à des révélations et retournements sympathiques – même si certains étaient cousus de fil blanc pour moi.
L'intrigue nous présente Grisella, la mécanicienne ET Cyrus, le mage. Deux adolescents dont les familles sont importantes, à tel point qu'ils vont être l'objet d'un enlèvement. Ils vont devoir s'allier pour survivre dans un monde fait d'intrigues politiques et militaires, avec des secrets bien enfouis, des stéréotypes à briser. Grise et Cyrus se détestent, détestent la caste de l'autre et se retrouvent coincé avec l'Arachnide, une dangereuse reine des bas quartiers, l'ennemie publique numéro 1. L'histoire amène nos deux personnages à dépasser les clichés, les normes, les informations toutes faites. En soi, le roman porte des messages et des idées très intéressantes, surtout qu'il n'y a nulle romance entre Grise et Cyrus. L'histoire se focalise sur l'apprentissage de soi et de l'autre, un début de relation qui peut déboucher sur ce que notre imaginaire souhaite en faire (amitié, amour).
Comme je le disais, l'auteur fait des choix audacieux. Une amitié à construire, des codes à démonter, des réalités à comprendre, des discours à détricoter, j'ai passé un super moment avec l'histoire – qui sans être parfaite – m'a tenue en haleine, m'a charmée et conquise jusqu'aux dernières lignes. La plume d'Adrien Tomas est très chouette, super agréable à lire, soignée et moderne, j'ai bien aimé les descriptions, les actions, les répliques. Je serais juste un peu gênée par le fait que cette incroyable Arachnide soit souvent qualifiée de « grosse voleuse » en référence à son physique imposant. Toujours ajouter « grosse » me rend perplexe quand « voleuse » suffisait juste.
Je terminerai avec les personnages qui sont attachants et j'aime leur spécialité, leur manière d'être, ce qu'ils dégagent. Je pense notamment à l'extravagant Lieber ou encore au maître en nécromancie Vestor Vax, ils sont super géniaux, j'ai adoré les rencontrer, leur personnalité ainsi que leur manière de faire ouvrir les yeux à Grise et à Cyrus. L'Arachnide est passionnante, de même que Ioséphir, le directeur de l'Académie, même Sarenziah la dirigeante du royaume est super sympa à suivre, peut-être même plus en raison de son passé, de ses relations et de son histoire. J'ai adoré Xiaomi, j'aurais aimé voir davantage Caes Lyffe ou les parents de Grise, de Cyrus. Quint, le chat familier de Cyrus est inoubliable, piquant et sage, il est merveilleux ! J'ai apprécié Cyrus, il est loin d'être parfait et respectable, mais son évolution, ses réflexions et sa manière d'être sarcastique, tous ces éléments m'ont enchantée, j'ai adoré l'adolescent. En revanche, je suis plus dubitative sur Grise, je l'ai trouvée un brin hautaine et autocentrée par instant, le fait qu'elle fasse des autres filles des « grelucheries » parce qu'elles sont différentes d'elle, elles aiment les garçons et leur vie d'adolescent tandis qu'elle serait dans le vrai parce qu'elle s'intéresse à des choses dignes d'intérêt. Par moment ses petits airs supérieurs l'ont rendu détestable, alors qu'elle est si pétillante, ingénieuse et sensible. Cyrus a certes son air noble, mais il s'est montré bien moins agaçant que Grise.
En conclusion, ce roman est super génial. L'histoire a un début et une fin, l'épilogue montre des choix audacieux, choix que l'auteur s'est évertué à faire autant que possible sur ses personnages, les révélations. L'histoire manie des ficelles simples et l'auteur les emplois avec maîtrise, si certaines idées peuvent être convenues, d'autres ont su me charmer et me tenir en haleine. le rythme est bien maîtrisé, les thèmes abordés sont très intéressants, la plume d'Adrien Tomas est ravissante à lire. Les personnages sont adorables à suivre et à comprendre, l'univers est le gros coup de coeur, entre fantasy et steampunk, avec des notions et des idées franchement plaisantes et bien développées. Malgré quelques couacs, quelques facilités ou quelques idées gênantes (les « grelucheries » notamment), j'ai passé un super moment de lecture. C'était le premier roman que je lisais de cet auteur et je suis très tentée de renouer l'expérience avec d'autres récits.
Lien : https://la-citadelle-d-ewyly..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Aelynah
  02 février 2019
Engrenages ou sortilèges ?
J'hésite encore si je préfère choisir l'un ou l'autre.
Mécanique ou magie?
Gratte-rouille ou gigote-doigts?
Technologistes ou Esotériciens ?
Engrenages ou sortilèges c'est un titre simple et pourtant qui résume à lui seul beaucoup de clivages. Dans ce roman tout part de là, de ces deux situations au départ.
Il s'agit là de deux mondes opposés mais qui pourtant ne concerne que les nantis. Au dehors il reste les autres, les moins riches qui possèdent parfois le pouvoir ou les connaissances mais pas l'argent pour bénéficier d'un avenir au sein de l'Empire grâce à eux.
En suivant deux élèves de la prestigieuse Académie des Sciences Occultes et Mécaniques, deux adolescents que beaucoup oppose : leurs sexes tout d'abord, leurs formations ensuite, leurs familles aussi et même leurs origines...
En les suivant donc dans leur vie d'étudiant d'abord nous allons déjà nous faire une idée des clivages qu'il existe au sein des nantis mais surtout des pouvoirs existants.
Chaque partie ne voit que par la valeur de son héritage. Les étudiants en ésotérisme méprisant les technologistes pour leur absence de pouvoir. Les ingénieurs considérant les magiciens comme obsolètes là où « les machines pouvaient désormais accomplir mieux et plus vite presque tout » (extrait tiré du roman) qu'eux.
Magie ou mécanique ?
Pour eux cela fait toute la différence. Pour le lecteur c'est tout le contraire. On se retrouve à envier l'un et l'autre pour leurs talents.
Grise est une pro de la Mécanique. Fille du plus grand technologiste de l'Empire elle passe son temps à réparer, construire ou inventer des machines. Les « grelucheries » ce n'est pas pour elle.
Cyrus est un as des Flux magiques. Oh bon ! Pas tous il est vrai au grand dam de madame sa mère la baronne Abylabe, haute stratège et première générale des armées de l'Empire. Accompagné de son familier, Quint, il est du genre beau gosse, hautain et dragueur mais pas dénué d'intelligence. Un vrai mage-dandy.
Lorsque les circonstances vont les amener à se retrouver dans une situation inextricable et ... complice ce ne sera pas sans douleur et cris que nos deux héros feront leurs premières armes de coéquipiers.
Coincés ensemble dans une situation complexe ils vont devoir
1- s'entendre (c'est pas gagné vu leurs caractères respectifs)
2- improviser car ils seront seuls
3- évoluer s'ils veulent survivre
Et enfin
4- ouvrir les yeux sur le monde qui les entoure.
Enlevés, trahis, manipulés ils passeront par toute sorte d'aventure.
Mais c'est aussi ces rebondissements qui vont leur ouvrir les yeux sur l'autre face de l'Empire. Celle des bas-fonds, des miséreux, des assassins et voleurs en tous genres , sur les inégalités, les injustices de leur monde.
On traverse avec ce roman suffisamment d'évènements pour être tenu inlassablement en haleine.
Des prises de conscience ...oui.
Des revirements de bord ...aussi.
Des évolutions ...toujours.
Et enfin de l'humour il y en a aussi.
Mon personnage préféré : Quint. Il est magistral. Chacune de ses interventions même muettes est un délice à lire. Je l'adore. Ce personnage haut en couleur et plein de flegme et d'ironie est génial. Il possède aussi un sens de l'humour pétillant et parfois acerbe.
Associé à nos deux adolescents fugueurs c'est une équipe de choc que nous avons là.
En bref, j'avais adoré « la geste du sixième royaume » pour sa plume en fantasy. Je l'attendais donc au tournant avec ce récit dans un genre que j'affectionne particulièrement.
Gageure que voilà... qu'il a magnifiquement réussie. Car c'est carton plein Mr Tomas. Bravo!
Un scénario magistralement orchestré. Des personnages hauts en couleur. Des sentiments exacerbés. Des inventions. de la magie.
Que du bon je vous dis!!
Il va sans dire que même si j'apprécie le privilège que j'ai eu grâce à NetGalley de le lire en avant-première en numérique, je serai tout de même sur les rangs de mon libraire préféré à sa sortie pour l'avoir en roman papier la semaine prochaine. Je remercie donc les éditions Rageot pour leur nez dans ce choix éditorial et dans celui de cette couverture de Noémie Chevalier qui est une merveille. Il mérite sa place dans ma bibliothèque afin d'être lu et relu et ...
pourquoi pas dans la vôtre ??.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
Elbakin.net   27 février 2019
L’originalité de ce roman, orienté jeunesse / Young Adult, tient dans son univers, mêlant habilement magie et mécanique. C’est une passerelle intéressante entre la Fantasy et le Steampunk, qui sert parfaitement le récit et permet d’y apporter de petites touches des deux univers pour jouer avec les codes [...] C’est un roman très agréable à lire et gageons que les plus affûtés pourront trouver de multiples références, tandis que les plus jeunes découvriront un univers riche de promesses qui ne demande qu’à être développé dans de prochains tomes.

Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   15 janvier 2019
Désormais, Cyrus apprenait l’ésotérisme en exploitant son propre intérêt intellectuel, son désir de s’améliorer et, plus surprenant, sa volonté de faire honneur à Vestor Vax. C’était incompréhensible, quand on y pensait : le vieux nécromancien n’était pas un professeur particulièrement sympathique, avec ses manières brusques et sa voix de soufflet de forge. Mais voilà : il lui parlait, à lui, directement. Même s’il ironisait volontiers ou faisait mine de perdre patience, il répondait toujours à ses questions, s’intéressait à ses résultats et, lorsque son élève échouait quelque part, considérait que c’était à lui d’expliquer, d’enseigner ou de démontrer différemment, plutôt que de laisser son apprenti se débrouiller seul. Pour la première fois de sa vie, Cyrus respectait un professeur, au lieu de le craindre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
SioSio   12 février 2019
- Je... je sais qu'il y a des gens pauvres ! avait protesté Grise. Que tout le monde n'a pas la chance de naître noble ou bourgeois... mais ce n'est quand même pas la faute des Wilkeer ou de la duchesse d'Eroge si...
- Bien sûr que si, c'est leur faute ! Comment crois-tu que ces riches, ces puissants et ces parvenus construisent leur parfaite petite vie dorée ? En oppressant, en utilisant, en tuant à la tâche, plus pauvres qu'eux pour leur bénéfice personnel ! En les envoyant se battre pour conquérir des pays en leur nom, en leur prenant leur vie, leurs membres, leur santé mentale, puis en les jetant à la rue sitôt leur objectif atteint ! As-tu seulement idée du nombre d'ouvriers exploités, de réfugiés et de soldats estropiés qui dorment dans les rues ? Des gens privés de travail, de dignité ou des deux, qui en sont réduits à voler et tuer pour subsister jusqu'au lendemain ! Quand un être humain en est réduit à la survie la plus élémentaire, il n'a plus que faire des lois de la société qui l'a conduit là !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
florencemflorencem   16 janvier 2019
– Tu as… réussi ? Je veux dire, tu as vraiment invoqué l’esprit d’un… d’un mort ?
– Oui.
– Ah. Et donc, euh… La nécromancie, ça, euh… Enfin, ça ne t’a pas trop… changé ?
– Ah si, complètement. Je voue mon existence aux ténèbres et me repais du sang des innocents, maintenant. D’ailleurs j’en voudrais bien pour relever un peu mon thé, tu peux me passer un couteau et te pencher en avant ?
Commenter  J’apprécie          120
florencemflorencem   14 janvier 2019
N’oublie pas, le respect qu’ont les autres pour toi ne sera jamais aussi important que celui que tu éprouves pour toi-même !
Commenter  J’apprécie          180
IdeesLivresIdeesLivres   16 mars 2020
Mais le monde avait changé. En quelques années seulement, les épées et les arcs avaient laissé place aux armes à poudre et aux canons. Les chevaux avaient été ramenés aux champs et remplacés par des chars d’assaut mécaniques et des autocalèches blindées ; et les traditionnels navires à voile s’étaient inclinés devant la marine moderne triomphante. Le temps des escrimeurs de légende et des sages magiciens était révolu, brutalement remplacé par celui des tireurs d’élite et des élémentaristes de guerre. L’apparition de la technologie avait tout changé, glorifiant l’espace, l’utile et l’immédiat au détriment de la patience, du savoir abstrait, de l’art et de la beauté.

L’industrie avait entraîné la magie dans son sillage, la forçant à prendre des atours d’efficience et d’optimisation, et la dépouillant presque entièrement de sa bienveillante harmonie. L’illusionnisme était devenu un arcane de tromperie plutôt que de beauté, et le mentalisme un moyen de dominer plutôt que de comprendre. Plutôt que d’invoquer la pluie sur des régions desséchées ou de repousser les tempêtes venues du large, l’élémentalisme servait désormais à noyer l’ennemi dans les flammes, comme lors de l’horrible campagne des Îles, quelques années plus tôt.

Quant à la guérison, remplacée par les potions et les scalpels des apothicaires et des chirurgiens, elle en mourait, tout simplement. La magie de soin était pourtant infiniment plus efficace que cette prétendue médecine – mais, contrairement aux scalpels, aux bandages et aux amputations, elle coutait aussi très cher. Le Flux Vital était gourmand : soigner une blessure par balle consommait presque autant d’arcanium que noyer une forteresse sous un déluge de feu et de poudre. Et, puisque pour l’Empire, il était devenu plus important de donner la mort que de maintenir en vie, la médecine, ses aiguilles, ses baumes et ses amputations avaient réduit la guérison à portion congrue.

Le monde évolue, se força à se rappeler le vieillard. Joséphir allait sur ses quatre-vingt-deux ans : il était normal qu’il se sente dépassé, surtout après avoir tant vécu. Mais il ne pouvait s’empêcher de penser que quelque chose était allé trop vite, trop loin, et que l’humanité avait, à un moment ou un autre, emprunté la mauvaise direction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Adrien Tomas (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Adrien Tomas
A l'occasion du festival "Imaginales" à Epinal, rencontre avec Adrien Tomas autour de son ouvrage "Engrenages et sortilèges" aux éditions Rageot.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2284635/adrien-tomas-engrenages-et-sortileges
Notes de Musique : Youtube Audio Library.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : steampunkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox







.. ..