AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266291777
Éditeur : Pocket (02/05/2019)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 17 notes)
Résumé :
« Pardon de t’embêter avec ça mais il faut que ça sorte. Je me sens à bout en ce moment.

Estelle marque une pause et regarde Béatrice, qui l’écoute attentivement, puis elle reprend:

– Je me mets la pression, je suis mon propre tyran. Il y a une espèce de critique féroce à l’intérieur de moi, qui m’en demande toujours plus et me dévalorise systématiquement, quoi que je fasse… Béa… J’ai un côté obscur que je ne montre pas. Avec les autres... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Mespetitescritiqueslitteraires
  05 août 2019
Chacun d'entre nous partage quelque chose avec Estelle. Que ce soit l'ambition, le désir de perfection, le sens aigu du professionnalisme, la peur de déplaire ou autre chose encore… Mais derrière le mur qu'elle s'est construit pour mieux se cacher, qui est-elle vraiment? Que cache donc ce besoin viscéral d'être ce qu'elle croit devoir être?
Tout au long de ce livre, le lecteur procèdera à sa propre introspection. Sans doute cherchera t'il à comprendre comment la société nous façonne et comment nous façonnons-nous pour l'intégrer? Les petits messages apposés à chaque fin de chapitre sont autant de post-it qu'il collera dans un coin de son esprit.
Alors, bien évidemment, ce livre sera à classer sur une énième étagère dédiée au développement personnel, concept très en vogue depuis quelques années. Certes, Derrière le mur coule une rivière ne nous apprend rien de bien nouveau mais on relit avec plaisir les petites maximes qui sont pourtant parfois si difficiles à appliquer. C'est sans doute pour cela que j'avoue avoir trouvé ce livre si rafraîchissant. Comment ne pas tomber sous le charme des très belles descriptions que fait Dario à propos des bienfaits du chant ? le chant et la musique comme vecteurs de bien-être et de lâcher prise…
Quant à Béa, charmante voisine aux faux-airs de mère de substitution, elle use de tout son savoir-faire pour entrer en contact avec la vraie Estelle. Par ses mots, son écoute active et ses exercices de coaching tirés de la fameuse méthode Vittoz, la carapace de la jeune femme se fissure.
Mais ne tombons pas dans la sensiblerie. Il est évident que certains passages sont faciles, voire mièvres. D'autres sont trop rapides comme la fulgurante évolution d'Estelle et je vous mentirais si je vous disais que je n'avais pas trouvé les personnages caricaturaux : la trop rigide Estelle et sa trop mature petite fille, l'adorable voisine plus efficace qu'un psychologue, l'atypique professeur de chant, le très patient amoureux transi… Soyons francs, l'auteur force le trait pour parvenir à mieux illustrer son message. Mais était-ce vraiment utile?
Néanmoins, si on décide de mettre tout cela de côté, alors on sera sensible au beau message qui nous est délivré : celui de faire tomber l'armure et de vivre hors des carcans que nous nous sommes nous-mêmes imposés.
Un livre simple, doux, fluide, sans prétention. Un livre qui n'a d'autre ambition que de prendre soin de son lecteur en couchant une nouvelle fois sur le papier les différents mantras si chers à l'univers de l'épanouissement personnel. Alors, et parce qu'il est toujours agréable de se faire du bien, pourquoi ne pas se plonger dans l'écriture légère de Saverio Tomasella?
Suite de la critique à lire sur le blog (lien dans le profil)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MademoiselleMaeve
  02 mai 2018
Depuis quelques temps, je m'intéresse un peu au développement personnel, c'est sans doute que j'aimerais aller mieux, ne pas me prendre tout le temps la tête, ne pas douter sans cesse… Je sais que l'on peut parfois trouver dans un roman l'énergie dont on a besoin, tomber sur la petite phrase qui servira de déclencheur, d'électrochoc. Mais cela se fait par hasard, sans le vouloir.
Les livres de développement personnel, c'est autre chose. le lecteur est dans une démarche active, de recherche de changement, de conseils, de déclics, de motivation. Il y a toutes sortes d'ouvrages, des cahiers d'exercices, des essais, écrits par des médecins, des coachs, des profs de yoga… Et il y a les romans.
Le principe du roman de développement personnel est plutôt chouette. Personnellement j'apprécie plus de mon plonger dans ce type de livres que dans un ouvrage spécialisé, plus difficile d'accès. Après, c'est toujours un peu bancale un roman de développement personnel. Il faut trouver l'histoire qui permettra d'emballer joliment le concept que l'on veut expliquer. C'est un peu comme la comédie musicale Mamma Mia, c'est sympa, mais on sent bien qu'on a pris un max de chansons et qu'on a cherché à trouver une histoire pas trop nulle qui permettra d'en caser un maximum. L'histoire n'est pas fondamentale. Et ça se sent. Mais ça a le mérite d'être plus abordable qu'un manuel.
Dans un livre de développement personnel, il ne faut à mon avis pas tout prendre au mot. Chacun a sa vision du bonheur et des objectifs qu'il a envie d'atteindre. Si l'on me dit que je dois me lever tous les matins à 4 heures pour être plus épanouie, moi ça ne me dit rien du tout. Si l'on me dit que je dois changer de boulot pour ouvrir une épicerie vrac en lien avec des producteurs locaux, parce que je dois me lancer dans l'économie circulaire et faire attention à la planète, je dis non aussi. Ce n'est pas ce dont je rêve. Mais il y a toujours des choses à piocher à droite ou à gauche. La question est de savoir ce que l'on veut et ne pas se lancer à corps perdu dans la nouvelle tendance du bonheur qui vient de sortir.
Je vous parle de tout ça parce que je viens de terminer Derrière le mur coule une rivière du psychanalyste Saverio Tomasella, auteur de A fleur de peau. A fleur de peau parlait de l'hypersensibilité, Derrière le mur coule une rivière du lâcher-prise. Et le lâcher-prise, ça me parle – non pas que je sois insensible.
Estelle est une dingue du contrôle, à tel point que ça la rend malade. Elle ne profite plus des instants de joie, elle les regarde passer. Elle met la pression sur sa fille, elle plaque son compagnon. Bref, il est temps qu'elle change quelque chose, car plus rien ne va. Sa rencontre avec la voisine de palier, une pétillante sexagénaire, va être le déclencheur dont elle avait besoin…
Ce roman est assez plaisant, plutôt bien écrit et l'histoire tient la route. En revanche, je n'ai pas pu m'empêcher de sourire en découvrant que les personnages étaient un peu caricaturaux. Entre le vin sans sulfites, le pain sans gluten, les plats végétariens, le guide forestier, les stages de yoga, les écoles alternatives… On se retrouve quand même avec des personnages bien spécifiques. C'est même à se demander ce que ces gens hyper cool, détendus et qui ressentent tant d'énergies positives, faisaient avec une harpie comme Estelle. C'est un peu cliché, mais le roman l'est aussi, dans un sens. Il sert l'auteur à faire comprendre un certain nombre de choses, à aider à débloquer des verrous, et pour cela, il part de situations un peu caricaturales, je préfère vous prévenir.
Beaucoup de techniques sont abordées pour apprendre à prendre du recul, à recentrer son esprit, comme certains exercices de la méthode Vittoz. Des exercices simples à reproduire chez soi ou au bureau. le livre comprend un carnet d'exercices pour ceux qui souhaitent approfondir. Et c'est plutôt intéressant. J'imagine bien le consulter dans quelques temps, en cas de besoin urgent de lâcher-prise !
Lien : https://mademoisellemaeve.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sophie_Bazar
  11 mai 2018
Le mur c'est celui derrière lequel se cache Estelle, celui qu'elle s'est construit à force de tout vouloir contrôler. Perpétuelle insatisfaite, elle passe son temps à ruminer et à voir le verre à moitié vide plutôt qu'à moitié plein, et ne laisse pas non plus le droit à l'erreur à son entourage, que ce soit son petit ami rapidement congédié, sa fille, son collègue... La vie d'Estelle est un enfer personnel jusqu'à ce qu'une pyramide de micro évènements, à commencer par la rencontre avec une voisine épanouie et détendue en continuant par des cours de chant, lui apprennent enfin à lâcher prise et à s'autoriser à vivre.
Il est impressionnant le nombre de livres d'épanouissement personnel qui existe, chacun apportant son lot de conseils pour n'importe quelle difficulté. Et c'est formidable lorsqu'ils sont réellement utiles, mais je fais partie de ces personnes fatiguées avant même de les ouvrir et d'en appliquer les recommandations, eh oui je préfère m'immerger dans une bonne histoire. Aussi les romans de développement personnel sont-ils particulièrement bienvenus, proposant une histoire construite à partir de témoignages réels et émaillant le récit, l'air de rien, de recommandations adaptées et judicieuses ainsi que d'exercices pratiques. Après avoir dévoré "A Fleur de Peau" consacré à l'hypersensibilité il y a quelques temps, c'est au tour de "Derrière le Mur Coule une rivière", le nouveau roman initiatique de Saverio Tomasella. J'aime le style simple de l'écriture qui raconte l'évolution d'une personne à laquelle on peut absolument s'identifier, le but de ce titre étant le lâcher-prise. "J'accueille chaque promesse de Bonheur, J'accepte de ne pas savoir, Je fais confiance à mes ressentis, Je me considère autrement...", autant de conseils que j'avais envie de me répéter encore et encore. Retrouver suffisament de confiance en soi pour faire taire ses peurs et ne plus fermer la porte à ses émotions, c'est un vaste programme qui peut nécessiter d'être un peu guidé avec bienveillance, objectif ici atteint.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LeBlogLitteraire
  02 avril 2018
Saverio Tomasella est un auteur que j'aime beaucoup. J'ai eu l'occasion de le découvrir dans son roman D'amour tendre qui m'a émue jusqu'aux larmes, et dans son dernier roman paru chez les Éditions le Duc À fleur de peau, que je leur avais demandé de me faire parvenir. C'est une nouvelle fois grâce aux Éditions le Duc que je découvre les épreuves non corrigées du nouveau roman de Saverio Tomasella Derrière le mur coule une rivière qui paraîtra en librairies le 02 mai 2018. Je vous laisse donc découvrir mon avis sur ce très beau nouveau roman…
On rencontre Estelle à une période de sa vie où elle est au bord de l'implosion. Entre son travail stressant et qui ne la satisfait plus, l'organisation du mariage de sa meilleure amie Flora et sa fille Manon, Estelle est à même de craquer voulant toujours tout contrôler et trop en faire. Elle gaspille son temps là où il ne le faut pas, passe sur son tapis de course chacune de ses secondes de libres, s'épuise, et cela se ressent jusqu'à dans ses relations amicales et amoureuses. Angoissée, voulant toujours tout contrôler et débordante de blessures familiales, elle a mis brutalement fin à sa relation récente avec Raphaël au mariage de sa meilleure amie, et même si elle a aussitôt reconnu s'être trop emportée, la culpabilité et la honte l'ont empêchée de changer quoi que ce soit à la situation.
Puis un jour, elle rencontre, vraiment, sa voisine Béatrice. La soixantaine et haut en couleurs, Béa est une femme formidable. Des liens très forts, presque familiers, vont très vite se nouer entre Estelle, sa fille Manon et Béatrice, qui incarne pour Estelle une figure maternelle affectueuse qu'elle n'a pas connue. Aidée par Béatrice, Estelle apprendra différents exercices de lâcher-prise, commencera à prendre des cours de chant avec Dario, et prendra enfin du temps pour elle le temps que Béatrice garde Manon. Tout au long de son parcours, Estelle aura des prises de conscience par lesquelles on peut facilement se sentir concerné. Des prises de conscience que l'on prend aussi, qui nous libèrent et nous soulagent. Flora, Béatrice, son ami Antoine, Dario et Raphaël vont tous contribuer à sa transformation intérieure. Qui a dit que les rencontres que l'on faisait étaient dues au hasard?
J'ai adoré le fait que l'on puisse totalement comprendre le personnage d'Estelle. Nous sommes sans arrêt conscients de son état intérieur et l'on s'attache à elle, admiratifs face à ses efforts de lâcher-prise. Faisant partie bien intégrante de ceux qui veulent toujours avoir le contrôle sur tout, ce livre m'a beaucoup aidée. Grâce à une plume au rythme posé, je me suis permise de souffler, de reconsidérer certaines choses, de répartir mon temps autrement. J'ai donc trouvé à ce nouveau roman de Saverio Tomasella une lecture très agréable, suivie d'un guide pratique du lâcher-prise. Ce joli titre Derrière le mur coule une rivière semble vouloir dire que derrière ce mur illusoire de tout ce qui semble ne pas aller, il y a la vie. Et il ne tient qu'à nous de décider de rentrer dans son mouvement.

Lien : https://lebloglitteraire.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AliceFee
  06 août 2019
Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Derrière le Mur Coule une Rivière ?
"J'ai adoré À fleur de peau, le précédent opus du psychologue Saverio Tomaselli, un livre qui m'avait vraiment chamboulée. Là où le premier était axé sur l'hypersensibilité, celui-ci se concentre sur le lâcher prise, une notion qu'il ne me ferait pas de mal d'intégrer..."
Dites-nous en un peu plus sur son histoire...
"Estelle ne supporte pas l'à peu près, les doutes, l'imperfection. Elle a besoin de tout contrôler. Elle est exigeante avec elle-même autant qu'avec son entourage au point de faire fuir ceux qui essaient de l'approcher et elle est fatiguée de cet état de fait, elle voudrait que ça change enfin..."
Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?
"Parfois, on est en phase avec un roman, et parfois non. Pourtant, j'aurais juré que j'étais en plein processus de 'lâcher prise' et que le moment était idéal pour plonger dans ce parcours initiatique que nous propose Saverio Tomasella mais je n'ai été touchée par cette histoire à aucun moment. Là où le précédent opus était une véritable belle découverte qui m'a fait un bien fou, ici j'ai trouvé l'héroïne agaçante, les répliques un peu niaises, le déroulement trop facile et trop en surface. Pourtant, on y retrouve les mêmes personnages mais la connexion ne s'est pas établie. Là où je suivais les conseils de méditation professaient à Flora dans À fleur de peau, je ne pouvais pas ici suivre les conseils de chant qui semblent libérer Estelle, bien trop abstraits et le mur dressé entre l'héroïne et moi ne s'est jamais effondré. Est-ce le signe que je ne suis pas encore prête à lâcher prise ?"
Et comment cela s'est-il fini ?
"Honnêtement, c'est une véritable rencontre ratée et j'en suis triste mais j'ai mis plus d'une semaine à venir à bout de ce court roman que j'aurais du terminer en deux jours à peine."
Lien : http://booksaremywonderland...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   15 mai 2018
Chaque fois que tu accueilles une sensation, tu es dans ton corps, et ton cerveau fonctionne de façon optimale. Il fait juste ce qui est nécessaire, pas plus. Tu n’as aucun effort à fournir, simplement être attentive aux sensations qui se présentent. Chaque jour, essaie de sentir des odeurs et des parfums qui te plaisent, en les savourant. Tu peux faire pareil en prenant le temps d’apprécier les goûts des aliments ou des boissons que tu aimes. Ça n’a l’air de rien, mais l’attention sensorielle harmonise le cerveau, et le plaisir le dope mieux que n’importe quelle drogue !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LeBlogLitteraireLeBlogLitteraire   02 avril 2018
- Tu sais, reprend-il, l'artiste est forcément vulnérable, sinon il n'exprimerait rien ou pas grand-chose, seulement des platitudes. Alors, pars de là, de ce qu'il y a de plus fragile en toi. Après, tu pourras aussi écouter ton intuition, suivre ton guide intérieur, mais d'abord accueille ta fragilité, ose-la. Sois généreuse avec nous. Livre-toi!
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   15 mai 2018
Lâche, libère, laisse vivre ta voix... Cela va même encore plus loin : ne cherche pas de résultat, au contraire. La voix est un cadeau. Elle est belle parce que tu la laisses se déployer librement. Sans forcer, sans pousser, sans grossir et sans rien contrôler ; oui, simplement en la laissant être.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   15 mai 2018
Tu chantes dans ton corps. Pour caricaturer, on pourrait dire que c’est le corps qui chante. Prends l’image d’une fusée... Premier étage de la fusée : le corps détendu et disponible, dynamique mais sans tension. Deuxième étage : le souffle. La voix est faite de souffle et de vibrations : l’air se transforme en son. Les chanteurs et les instrumentistes à vent parlent de « colonne d’air ». Un souffle régulier qui monte à la verticale, du diaphragme vers la tête. Pour que ce soit possible, on met l’air sous pression.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   15 mai 2018
J’ai peur de ne plus lui plaire, qu’il me trouve moche, mal fagotée, de ne pas savoir quoi lui dire... Enfin tu vois. J’ai peur qu’il m’embrasse, aussi, et en même temps j’en meurs d’envie. Enfin mes frousses et mes contradictions habituelles, quoi !
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Saverio Tomasella (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Saverio Tomasella
Le 13 janvier, les éditions Leduc.s et le magazine Psychologies participent à la journée de l'hypersensibilité ! Une initiative que l'on doit au psychanalyste et auteur Saverio Tomasella, et à l'association des hypersensibles. le but ? Faire connaître la sensibilité élevée et aider à mieux la vivre. Cette journée aura lieu à L' Univers d'Esther entre 14h et 17h. Au programme : une conférence animée par Saverio Tomasella et Géraldyne Prévot-Gigant, suivie d?une dédicace.
Thème : Bien vivre son hypersensibilité/ultrasensibilité au quotidien (travail, famille, amour.) N'oubliez pas de réserver votre place pour cet évènement inédit !
Plus d?infos sur nos livres : https://www.editionsleduc.com/
Retrouvez-nous sur Facebook : https://fr-fr.facebook.com/leducs
+ Lire la suite
autres livres classés : lâcher priseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'aventure continue en homophonie...Et en alexandrins. (2)

Après Sceaux me voici dans le Vaucluse au.....

tore
thor
taure
tord

7 questions
8 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre