AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791026813804
Éditeur : Urban Comics Editions (14/09/2018)
4.35/5   10 notes
Résumé :
Mettant leurs différends de côté, Superboy et Robin patrouillent dans les rues.

Mais la rencontre des Teen Titans et de vilains oubliés risque de leur réserver bien des surprises. L'un de leur adversaire plie le temps à sa volonté, au point que Robin est soudain trop vieux pour être appelé le chef des « Teen » Titans... Les deux jeunes justiciers se voient ensuite propulser dans une autre dimension où ils doivent venir en aide aux derniers survivants ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Presence
  05 mai 2018
Ce tome fait suite à Super Sons 1 - When I grow up (épisodes 1 à 5) qu'il est préférable d'avoir lu avant pour connaître la dynamique de la relation entre Robin et Superboy. Il contient les épisodes 6 à 10, initialement parus en 2017, écrits par Peter Tomasi, dessinés et encrés par Jorge Jimenez (épisodes 6 à 9, avec l'aide de Carmine di Giandomenico pour l'épisode 9) avec une mise en couleurs d'Alejandro Sanchez, dessiné par José Luis et encré par Scott Hanna pour l'épisode 10, avec une mise en couleurs réalisée par le studio HiFi. Les couvertures principales ont été réalisées par Jorge Jimenez, et les couvertures variantes (très réussies) par Dustin Nguyen.
Épisodes 6 à 9 - Quelque part à Metropolis, Kraklow (un homme d'une cinquantaine d'années) est en train de modeler de la terre glaise en 3 silhouettes menaçantes. Toujours à Metropolis, dans l'appartement des Kent, Jon s'apprête à sortir en tenue de Superman (sauf pour son pantalon qui n'a pas été lavé, il a donc mis un jean) pour rejoindre Robin (Damian Wayne). Sa mère (Lois Lane) lui fait promettre d'être rentré pour 22h00. Il peut enfin aller retrouver Damian sur un toit voisin, qui le prend de haut comme à son habitude. Robin décide d'appliquer une justice préventive à Metropolis similaire à celle qu'il met en oeuvre à Gotham, et il choisit de s'en prendre à un monsieur promenant son chien sans respecter le feu rouge piéton. Superboy choisit lui-même les missions suivantes, beaucoup plus constructives, jusqu'à sauver un chaton. Robin finit par être rejoint par Starfire (Koriand'r), Beast Boy (Garfield Logan) et Raven (Rachel), le reste des membres de l'équipe des Teen Titans dont il est le chef. Ils plantent Superboy là qui rentre chez lui.
Plus tard, Robin et coéquipiers viennent toquer à la baie vitrée de la terrasse des Kent, Robin ayant été âgé jusqu'à devenir un vieillard, par Time Commander, assisté de Atom-Master et Chun Yull. Superboy accepte de les aider pour aller botter les fesses de ces 3 supercriminels agissant pour le compte de Kraklow. Épisode 10 - Clark Kent, Bruce Wayne et Damian constatent à quel point Jon S. Kent a progressé dans sa maîtrise du vol autonome. Ils estiment tous les 3 que le travail en équipe de Robin et Superboy commencent à porter ses fruits, Damian n'hésitant pas à s'en arroger tout le mérite. Les 2 pères sont d'accord pour dire qu'il est temps de passer à l'étape suivante, en termes d'autonomie.
Après un premier tome très sympathique, le lecteur revient pour le deuxième tome en sachant très bien ce qu'il en attend : une lecture tout public, un duo plus ou moins bien assorti (très bien assorti en fait) et des aventures légères sans conséquence sur la continuité, sans répercussion à l'échelle de tout l'univers, ni même simplement de la planète. Dans cet état d'esprit, il découvre sans grande surprise des supercriminels de seconde zone comme opposants au duo, et encore ce n'est pas vraiment eux. Il sourit quand Robin et Superboy passent dans une dimension parallèle car Robin explique que c'est à peu près comme quand Superboy s'était retrouvé sur Dinosaur Island, ce qui lui est arrivé dans la série Superman. le scénariste fait ainsi remarquer qu'il réutilise un rebondissement, déjà mis en oeuvre dans l'autre série qu'il écrit concomitamment. Comme dans le premier tome, le lecteur découvre une histoire sympathique et sans prétention, avec son lot de rebondissements (pas tous déjà vus), des endroits originaux (l'étrange planète des épisodes 8 & 9) et un enjeu moral sans être moralisateur. Les 2 jeunes superhéros peuvent se déchaîner et se servir de leurs pouvoirs pour se sortir de situations périlleuses, sans que le lecteur ne doute un seul instant du fait qu'ils vont triompher.
Comme pour le premier tome, le lecteur retrouve le dynamisme des dessins de Jorge Jimenez le temps de 4 épisodes, plutôt 3 et épisodes et demi d'ailleurs. Cet artiste utilise à plein les conventions visuelles des comics de superhéros : décharges d'énergie crépitantes, angles de vue prononcés pour accentuer le mouvement, pour des affrontements physiques intenses qui pétillent de partout, pour un spectacle de bonne qualité. Cette dimension pyrotechnique est renforcée par la mise en couleurs dynamique et vive d'Alejandro Sanchez. Ce dernier utilise également les nuances pour renforcer les textures et le relief des surfaces. le lecteur en prend plein les mirettes avec un comics de superhéros qui assume son premier degré et son entrain dynamique. Bien sûr les combats sont l'occasion pour le dessinateur de s'affranchir de dessiner les arrière-plans qui sont de toute façon bien remplis par les effets spéciaux, tourbillons et autres camaïeux. le lecteur observe que pendant les passages plus calmes, Jimenez de rechigne pas à passer du temps pour décrire dans le détail les environnements : la cuisine des Kent, leur salon, le village dans lequel vivent Hard Line et Big Shot.
Comme dans le tome précédent, ce que le lecteur apprécie énormément, c'est la capacité de Jorge Jimenez de rendre compte de la jeunesse de Damian & Jon, de leur façon de se lancer tout entier dans ce qu'ils font, de leurs mouvements bondissants. En outre, l'artiste a su incorporer une petite touche manga dans les visages, pour leur donner plus d'expressivité. C'est une technique qu'il met au service de ses dessins, et pas un artifice qu'il colle partout pour masquer un manque de maîtrise. Les pages dessinées par Carmine di Giandomenico dans l'épisode 9 donnent une impression un peu plus sèche, avec une façon inutilement maniérée de complexifier les traits de contour, pas tout à fait en phase avec le ton plus léger et plus direct de la narration. le lecteur est donc aux anges de retrouver intacte cette amitié d'enfance entre 2 individus au caractère bien trempé. Il est bien sûr impossible de résister au cynisme de façade de Damian, à ses réponses sèches teintées de condescendance, à sa volonté de se montrer efficace et dur en toutes circonstances, d'être l'incarnation de la performance guidée par la raison et l'expérience. En voyant Jon S. Kent aux côtés de cet adolescent dominateur et concentré sur le but à atteindre, le lecteur se dit qu'il ne fait pas le poids malgré ses superpouvoirs. Il commet l'erreur commune de confondre gentillesse et faiblesse. Non seulement, Jon a toute confiance en son compas moral plus juste que celui de Damian (et habilement rappelé au début du premier épisode de ce tome), mais en plus il n'hésite pas à dire à son copain quand il pense qu'il va trop loin. le scénariste lui fournit également l'occasion de se moquer de lui bien comme il faut, soit avec la blague récurrente sur la petite taille de Damian, soit avec ses problèmes de vessie quand il a été âgé par Time Commander. La dynamique du duo est intacte, toujours aussi pleine de vie et toujours aussi chaleureuse.
Le lecteur arrive à la fin de l'histoire principale avec le sourire aux lèvres, ayant pleinement conscience d'avoir lu une simple histoire de divertissement, mais refusant de bouder ce plaisir simple. Il craint que le dernier épisode ne serve de bouche-trou pour laisser le temps à Jorge Jimenez de récupérer avant de revenir pour les prochains épisodes. Il a la surprise de découvrir que Peter J. Tomasi ne fait pas du remplissage et raconte une étape significative dans le développement du tandem : une étape de plus dans l'acquisition de l'autonomie. Les dessins de José Luis sont moins flamboyants que ceux de Jorge Jimenez. Il accentue moins la vitalité des 2 supers fils, que ce soit dans leurs gestes ou dans les expressions de leur visage. de ce point de vue, la lecture perd un peu en rythme. Par contre, il sait bien capturer des postures spécifiques aux enfants, comme par exemple la façon de s'étaler de Jon dans son lit quand il dort. Dans la première moitié de l'épisode (là où le récit s'y prête), il peut compenser cette diminution d'énergie par des découpages de planche et des plans de prise de vue qui transcrivent bien le mouvement.
Sans dévoiler la nature de la prise d'autonomie, il est possible de dire que Peter J. Tomasi maîtrise lui aussi les conventions de superhéros, à commencer par celle de quelques décennies en arrière. Il ne s'agit pas de raconter à la manière des années 1950 ou 1960, mais de reprendre une composante très importante pour les équipes de l'époque et de l'utiliser pour nourrir cette phase. le lecteur peut tiquer sur le manque de praticité de cet élément en question, mais pas sur sa pertinence. C'est donc à nouveau un épisode dans lequel la dynamique du duo Damian/Jon fonctionne toujours aussi bien, ainsi que celle entre les pères et les fils.
Ce deuxième tome des aventures des supers fils ne révolutionne pas les comics de superhéros, mais les auteurs savent faire s'exprimer les saveurs d'un tel duo, que ce soit sur le plan spectaculaire d'une histoire de superhéros au premier degré, ou sur le plan des interactions personnelles entre Superboy et Robin, de la manière dont ils s'enrichissent l'un l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
gayane
  01 mai 2019
Ci-tôt la collaboration officialisée entre Damian et Jon ou plutôt Robin et Superboy que les deux garçon vont devoir faire face à un nouveau méchant qui manipule de l'argile.
Un second volume absolument super !
Les deux prsonnages ont deux caractères bien affirmés, se chamillent régulièrement et tout deux sont attachants.
Niveau dessin, au top ! Même si on note bien chaque passage entre les différents dessinateurs, j'ai adoré dans la globalé !
J'ai hate de lire le tome 3 !
Commenter  J’apprécie          00
MrPoivre
  01 janvier 2019
[extrait de l'avis de Sonia] « Ce 2nd volume de Super Sons poursuit sur le même ton que le précédent. Damian Wayne reste toujours aussi arrogant et sûr de lui, et Jonathan Kent poli et respectueux. Malgré ces fortes différences de caractère, le duo fonctionne toujours aussi bien. Même si Robin rudoie Superboy, on sent qu'une amitié forte est née entre les 2 jeunes garçons. Les 2 enfants sont coachés par leurs pères qui, tout en les encourageant à prendre peu à peu leur indépendance, souhaitent malgré tout préserver un peu leur enfance et leur équilibre. Cette relation pères/fils est un des points forts de Super Sons. Peter J. Tomasi sait ajouter une pointe d'humour qui atténue le côté un peu enfantin des 1res missions des 2 petits superhéros en herbe. En effet, faire traverser des passants dans les clous ou sauver un chat semblent être des tâches dérisoires au regard des menaces qui pèsent sur la Terre mais pourtant, elles font partie de l'apprentissage. Par cet aspect, Peter J. Tomasi démontre qu'être un héros, cela commence par aider tous ceux qui en ont besoin. »
Lien : https://topcomics.fr/super-s..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (3)
BulledEncre   09 octobre 2018
Tout comme le premier album la série Super Sons ne manque pas de fraîcheur et de fun. Ici, peu importe l’histoire, ce sont surtout les interactions entre les deux protagonistes qui font le sel de ce récit. Drôle, divertissant, dynamique, on ne s’ennuie pas une seconde à la lecture de cet album. Le duo fonctionne toujours aussi bien et c’est un réel plaisir de lire leurs aventures.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
ActuaBD   08 octobre 2018
Superboy et Robin ont reçu la permission de leurs parents de patrouiller en ville... mais retour avant 22h00 ! Pas facile d'être des super-héros en herbe ! Une série pleine d'humour et de bravoure, mais aussi de camaraderie !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   24 août 2018
Jorge Jimenez et les autres dessinateurs de ce volume font du bon boulot. Le ton et le style ne sont pas enfantins. C'est du bon ouvrage qui ravira les amateurs de bons dessins. Ce second volume est un récit d'un bon niveau, amusant et fort divertissant. Le lecteur appréciera à sa juste valeur cette lecture.
Lire la critique sur le site : Sceneario

Videos de Peter J. Tomasi (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter J. Tomasi
Comic Con Paris 2017: l'Interview de Peter Tomasi & Ian Bertram
autres livres classés : super-hérosVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les super-héros et super-héroïnes de comics

Eternel amoureux de Loïs Lane, il vient de Krypton :

Batman
Superman
Spiderman

15 questions
509 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , super-héros , comicsCréer un quiz sur ce livre