AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur L'atelier des miracles (180)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
ninosairosse
  10 juin 2017
Le bon dieu s'énervait dans son atelier
En regardant ce monde qu'il avait fabriqué
Les gens se battent comme des chiffonniers
je n'arrive plus à dormir en paix

pour faire un monde à mon Dieu que c'est long x 4

Hugues Aufray, 1966

--------- 3 M : Millie, Mike et Mariette -------
Pour une, Tout feu tout flamme et tout se consume
Pour le SDF, sur son bitume, un tout nouveau costume
Pour la paumée, la résignée, faut qu'elle s'assume ...
Et ce bon Dieu , dans l'atelier tient les ficelles de ses marionnettes
--------------------- M 3 ------------------
c'est un début , prend part au comment se ment
Révèle toi , marche bien droit et va du devant
lentement , surement tu sortiras de tes ment- songes
ne te retourne pas, ou bien sinon, tu te rallonges....
Voilà, voilà c'est tout simple la recette
du miracle de la mi-raclette

prix de l'optimisme 2013
y a pas de mal a se faire du bien, ramène ta science
car con cul puissance sont les mamelles dés notre naissance....
Moi j'ai bien aimé ces petits papiers,
ça peut redonner foi à l'humanité....

Bruz, 11/05/2017
Séance de dédicaces, j'arrive sur la pointe des pieds et ça me fait mal.
faut dire que je suis venu en tong, pour "Presque la Mer " de Jérome Attal

T'a voulu voir la mer, t'aValais riz Tong Cuong
mère de Chine, eh ben non...c'est une blonde !
Ferdinand et les iconoclastes, elle me dédicace
Faire Dinan St Malo à la nage, ça aussi c'est d'la classe.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          902
Sando
  13 janvier 2013
Attention coup de coeur !

A l'Atelier, on accueille, ou plutôt recueille, ceux qui n'ont plus la force de se battre, qui ont perdu le goût de vivre. On soigne et répare les peines de l'âme et du coeur. Car à l'origine de cette entreprise, il y a un mal-être, une souffrance, une solitude, mais il y a aussi la volonté de tendre une main secourable, d'aider ceux qui sont dans le besoin, de réparer ces « âmes cassées ». C'est ainsi que Jean, le patron de l'Atelier, apparaît, tel un mystérieux ange gardien, dans la vie d'inconnus qui n'y croyaient plus, leur offrant sur un plateau le salut dont ils avaient tant besoin. Mais derrière des apparences louables se cache peut-être une autre raison à cette main tendue…

C'est ce que vont découvrir Michel, cet ancien militaire devenu SDF et qui défend chèrement son bout de perron, Millie, une jeune femme effacée, poursuivie par son passé, et Mariette, un professeur d'histoire-géo victime d'harcèlement moral par ses élèves et son mari. Trois marginaux plus ou moins visibles, qui vont voir en Jean un homme providentiel, capable de les aider à reprendre confiance en eux et à redresser la tête…
C'est mon premier roman de Valérie Tong Cuong et je dois dire que j'ai été complètement conquise par la délicatesse et la douceur de sa plume. Elle peint avec finesse une galerie de personnages attachants, terriblement humains dans leurs faiblesses et dans leurs déboires. Elle donne à son lecteur l'envie de tendre la main, d'apporter son secours à ceux qui n'osent le demander mais qui en ont en tant besoin. « L'atelier des miracles » est un magnifique petit roman, plein d'humilité et d'humanité, qui fait du bien à son lecteur, tout en parvenant à ménager un certain suspens jusqu'à la fin… Mais il serait dommage d'en dire plus, je n'ai qu'un conseil à vous donner : lisez-le !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          790
marina53
  01 juin 2015
Après quelques verres d'alcool, Millie s'est endormie sur son canapé. Une odeur âcre et violente la saisit soudainement et lui pique la gorge. Elle se réveille aussitôt et aperçoit la fumée sombre. Ne prenant rien avec elle, elle se dirige vers la porte mais est aussitôt repoussée par une masse noire et puissante. Sans réfléchir, elle s'approche alors de la fenêtre et saute. A son réveil, à l'hôpital, elle choisit de ne pas parler. Puis, comme si elle voulait tout effacer de sa vie d'avant, elle feint l'amnésie. Dès lors, pour l'aider à reprendre pied, pour la soutenir dans les démarches administratives, elle reçoit la visite de Jean, de L'Atelier des miracles... 
Monsieur Mike est SDF. Régnant habituellement en maître dans la rue, avec sa taille et sa carrure imposantes, ce jour-là, il se fait virer de son porche par un farfadet entouré de trois pieds nickelés à coup de barre de fer et de coups de pieds. le voisinage, alertant le SAMU, il est emmené à l'hôpital où il y restera le temps de soigner ses blessures. le jour de sa sortie, il reçoit la visite de Jean qui lui propose du travail en tant que chef de la sécurité de L'Atelier des Miracles...
Mariette, professeure d'histoire-géographie, en a assez de ses élèves turbulents, retors et cyniques. Un dénommé Zébranski, le plus con, la pousse à bout. Dans un accès de rage, de pulsion incontrôlable, de folie, elle le gifle. Il finit en bas de l'escalier. Elle, après avoir vu un psychiatre, est envoyée à L'Atelier des miracles pour se reposer...


L'Atelier des Miracles répare les corps meurtris et les âmes blessées. Autour de Jean, l'on retrouve ainsi Millie, intérimaire, sans amis et une famille qu'elle ne voit presque plus; Monsieur Mike, ex-militaire alcoolique qui a déserté, ne supportant plus l'autorité, sa femme l'ayant quitté et Mariette, femme bourgeoise de député qui a tout fait pour son mari et ses jumeaux, professeure d'histoire-géographie qui sous les harcèlements continuels de ses élèves a pété un câble. Même s'ils n'ont, en apparence, rien en commun, ils vont se retrouver tous les trois à L'Atelier. Derrière les murs, chacun va tenter de se reconstruire. Quelles blessures cache la jeune Millie au point de vouloir effacer son passé? Mariette aura-t-elle la force de faire face à nouveau à ses élèves et surtout à son mari? Que cache Jean véritablement? Pourquoi ce besoin d'aider les autres? L'on se prend immédiatement d'affection pour ces trois âmes blessées. Valérie Tong Cuong dévoile les forces et faiblesses et laisse entrevoir la part belle de chacun. Porté par une écriture vive et sensible, ce roman plein d'humanité ne manque pas de rebondissements et de surprises. 

Poussez la porte de L'Atelier des miracles...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          650
latina
  29 juillet 2016
J'aurais dû me méfier !
« Prix de l'optimisme » sur la couverture...
Mais bon Dieu, pourquoi ai-je quand même acheté ce roman !

Oui, c'est bien écrit. Les phrases s'emboitent les unes dans les autres, le vocabulaire est bien choisi.
Mais c'est tout.

D'abord, l'histoire me parait complètement invraisemblable et désordonnée.
Les 3 protagonistes et narrateurs chacun à leur tour (un ancien militaire devenu SDF et battu par un autre SDF, une jeune femme reniée par ses parents à cause d'un drame étant petite, et une prof chahutée par ses élèves et manipulée par son mari) sont recueillis par un certain monsieur Jean qui a fondé « l'Atelier » pour redonner confiance et courage à ces gens « accidentés de la vie. »
Jusque là, pourquoi pas...
Mais leur histoire personnelle – ainsi que celle des personnes les côtoyant - accumule tellement les défaites et les manquements, c'est tellement « gros » que cela en devient risible.
Et puis leur relèvement se fait trop vite, alors que rien n'est expliqué. Quelques conversations avec Mr Jean, et ils sont remis sur les rails. Enfin, un coup de théâtre final corrobore mon impression de gâchis. Et je rigole.
Pardonnez-moi, je dis que je rigole, mais je ris jaune.

Ensuite, cette psychologie de comptoir me donne de l'urticaire.
L'amoncellement de « belles phrases » sensées redonner du tonus m'exaspère, genre « Il faut tenir bon, c'est le secret, le seul » ou « Je veux affronter mes fantômes, je veux cultiver ma vie, la nourrir, la soigner, le passé ne me tirera plus vers le bas » ou encore « Il faudrait qu'il commence par s'accepter tel qu'il est : avec ses limites » ...

Bref, surfer à la surface des choses ne m'a jamais plu. Et boire l'optimisme à la grosse louche non plus.
Ne me dites pas que c'est un roman « pour les vacances ». Je déteste cette expression : pourquoi l'esprit devrait-il s'abêtir pendant les vacances et supporter toutes les inepties distillées par des auteurs soi-disant psychologues ?

Je ferme ce roman et je lis sur la 4e de couverture : « Valérie Tong Cuong est la nouvelle valeur sûre de notre littérature. » Je n'en finis pas de rigoler...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6024
jeunejane
  17 octobre 2017
Nous commençons le roman avec Millie qui vit seule sans amis, sans collègues, sans nouvelles de sa famille. Elle est vraiment trop seule et cela risque de finir bien mal.
Mike, ancien militaire, s'est révolté contre les lois de son métier, il déserte. Sa petite amie amoureuse de son ancienne image, le prie d'aller voir plus loin. Il va vivre dans la rue, sous un porche et deviendra adepte de la bière.
Mariette est enseignante, pas du tout respectée par son mari et encore moins par ses élèves. Elle vit un enfer et, au bord de ses limites personnelles commet un acte violent à l'école.
Tout ceci va nous donner un roman choral où chacun prendra la parole à tour de rôle.
Désespérés, ils vont rencontrer Jean et son atelier où ils vont pouvoir tout doucement reprendre des forces, retrouver du respect pour eux-mêmes et avancer : c'est le point positif du livre.
Le côté négatif, c'est Jean, le faiseur de miracles.
Sans doute suis-je bien méfiante mais je n'ai pas du tout aimé le personnage dès le début.
Je me demandais où j'étais tombée : en compagnie d'un personnage bourré de bonnes intentions ou en face d'un manipulateur?
J'ai lu le livre en 2015, je n'avais pas encore écrit la critique mais ma petite fiche était bien à l'intérieur du roman.
J'ai encore la même impression de méfiance en relisant des passages ces derniers jours.
C'est un livre agréable à lire mais c'est celui de Valérie Tong Cuong que j'ai le moins apprécié, mon préféré étant "L'ardoise magique".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          482
Ziliz
  12 mai 2013
Roman polyphonique : trois personnes en difficulté, en souffrance. Elles ont la chance de croiser Jean qui, comme le laisse présager la couverture de l'ouvrage, remet de l'huile dans les rouages grippés.

Tout cela est très gentil, plein de bonnes intentions, de bons sentiments et de coups de baguette magique. Quelques phrases m'ont plu. Hélas, je viens de lire le brillant 'Profanes' de Jeanne Benameur, qui aborde les mêmes thématiques : besoin de faire du ménage dans sa vie, d'exorciser ses démons et de repartir du bon pied. La comparaison était inévitable, au détriment de cet 'Atelier des miracles', que j'ai trouvé simple et convenu, et dont les "surprises" finales m'ont navrée tant sur la forme que sur le fond... Voilà exactement le genre de récit que j'oublierai rapidement (je l'espère en tout cas), même si la lecture n'a pas été foncièrement désagréable.

Après avoir savouré 'Ensemble c'est tout' de Gavalda il y a une dizaine d'années, je m'agace de voir les recettes de ce bon roman reprises si souvent, avec moins de talent, et sans l'attrait de la nouveauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          395
NCJ
  30 novembre 2015
Ce roman choral à trois voix est une histoire contemporaine addictive. Les protagonistes issus de milieux divers et de sensibilités différentes sont tous trois des écorchés de la vie dont les destins chaotiques vont se croiser au coeur de l'atelier des miracles.
Je vous conseille ce livre à l'écriture fluide et vivante, parce qu'en plus d'être une histoire qui tend légèrement vers le sentimentalisme, il interpelle le lecteur sur la sincérité de l'altruisme.
Lien : http://uneautrelecture.blogs..
Commenter  J’apprécie          351
Ladybirdy
  31 août 2018
Si l'optimisme se résume à une métamorphose subite des problèmes en une solution miracle, et bien Merlin l'enchanteur va sortir de ma poche.
Non pas convaincue par ce roman « prix de l'optimisme ».
Oui l'écriture tient la route. Mais ce roman tient du surréalisme. Quelques mots suffisent à requinquer des cabossés de la vie. Aussi expéditif que surréaliste à mon humble avis.
Commenter  J’apprécie          336
StefEleane
  08 février 2015
Comment définirais-je un coup de coeur ?
Je dirai que c'est avant tout une roman qui m'immerge totalement dans son univers. Un roman qui vit lorsqu'on le ferme et dont on est impatient de reprendre la lecture. Un roman dont les personnages sont si présent, on a une relation si intime avec eux qu'on pourrait les voir, les sentir, les toucher. Un roman qui vous chamboule. Un roman qu'on regrette d'avoir terminé !

Alors ce roman est-il un coup de coeur pour moi, sans aucune hésitation !

Ces trois, non ces quatre, destins brisés réunis à l'Atelier sont touchants. Chaque vécu est dramatique et tous sont arrivés à un tournant de leurs vies. La cause est noble, l'aide un peu maladroite mais nécessaire . Je n'en dis pas plus de tout façon il faut le lire !

J'ai aimé le rythme des chapitres courts et cadencés. Les expressions du soldats m'ont enchanté ! une plume très agréable à lire, légère presque aérienne . Je ne peux que vous conseiller ce roman ...
Lien : http://lesciblesdunelectrice..
Commenter  J’apprécie          332
la_fleur_des_mots
  10 octobre 2013
Valérie Tong Cuong livre un roman à trois voix : celle d'une prof au bord de la rupture, celle d'une jeune femme qui enchaîne les missions d'intérim et les galères et celle d'un ancien militaire devenu SDF et alcoolique. le jour où leurs destins basculent, ils croisent la route d'un homme qui leur offrira les moyens d'écrire leur histoire autrement. Une seconde chance que chacun saura saisir sans trop se demander quel sera le prix à payer.
Ce récit entraîne le lecteur dans les vies brisées de plusieurs personnages qui se croisent et tissent ensemble les fils de leurs destins. La simplicité de l'écriture, l'efficacité du récit et la dualité des protagonistes ont fait de ce roman une lecture très agréable. Un bon divertissement tout en contraste, pas aussi léger qu'il n'y paraît au premier abord.
Lien : http://lafleurdesmots.fr/ate..
Commenter  J’apprécie          310


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'Atelier des Miracles

Où commence le livre ?

Dans un immeuble en flamme.
Dans la rue.
Sous un porche.
Dans un collége.

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thème : L'atelier des miracles de Valérie Tong CuongCréer un quiz sur ce livre